Edition du 11-08-2020

Démographie médicale : le nombre de médecins devrait baisser de 10% d’ici 10 ans

Publié le vendredi 20 février 2009

Démographie médicale : d’ici 10 ans le nombre de médecins devrait baisser de 10% en FranceLa DRESS vient de publier les résultats d’une étude de projections sur la démographie médicale. Le nombre de médecins en activité devrait baisser de près de 10 % dans les dix prochaines années. En 2030,  53,8 %des médecins seraient des femmes et  plus de la moitié des spécialistes et le quart des généralistes exerceraient uniquement à l’hôpital.

 Au 1er janvier 2007, la France comptait 208 000 médecins actifs. Pour la DRESS, « il s’agit là d’un maximum historique, que l’on considère les effectifs ou la densité de praticiens en activité par habitant. » Selon les nouvelles projections de la DREES, leur nombre baisserait de près de 10 % au cours des dix prochaines années.
Les auteurs précisent qu’au-delà, « l’évolution de la démographie médicale dépendra largement des décisions publiques prises aujourd’hui et de l’évolution des choix individuels des jeunes médecins. » En effet,  ces projections donnent un éclairage sur les conséquences à long terme des choix faits aujourd’hui en matière de démographie médicale. « Ceux-ci n’apparaissent que lentement compte tenu de la durée de formation et du temps nécessaire au renouvellement des générations. » souligne la DRESS

Un scénario de référence
Un scénario de référence basé sur l’hypothèse d’un maintien des choix individuels des médecins à long terme, montre que malgré un fort relèvement du numerus clausus jusqu’à 8 000 en 2011, le nombre de médecins en activité ne retrouverait son niveau actuel qu’en 2030. « La baisse des effectifs serait moins marquée pour les généralistes que pour les spécialistes, mais les évolutions seraient très contrastées d’une spécialité à l’autre. » estime la DRESS.

292 médecins pour 100 000 habitants en 2030
Entre 2006 et 2030, la population française devrait croître d’environ 10 %. La densité médicale chuterait donc davantage que les effectifs. Pour l’ensemble France métropolitaine et DOM, elle passerait de 327 à 292 médecins pour 100 000 habitants entre 2006 et 2030, diminuant ainsi de 10,6 % pour retrouver son niveau de la fin des années 80.

Une majorité de femmes médecins en 2030
Selon ce même scénario, l’âge moyen des médecins en activité passerait de 48,8 ans en 2006 à 50,2 ans en 2012, puis diminuerait régulièrement jusqu’à 44,5 ans en 2030. Autre projection, la féminisation de la profession. En 2006, 39 % des médecins en activité sont des femmes. Avec l’hypothèse selon laquelle la proportion de femmes parmi les jeunes médecins entrant dans la vie active reste constante, en 2022, elles seraient aussi nombreuses que les hommes. En 2030, elles seraient majoritaires avec 53,8 % des effectifs, en particulier chez les généralistes (56,4 %).

Le nombre de médecins salariés hospitaliers en augmentation
La proportion de médecins salariés hospitaliers augmenterait fortement entre 2006 et 2030, tandis que celles de médecins libéraux, de médecins salariés non hospitaliers ou de médecins à exercice mixte diminueraient, pour les généralistes comme pour les spécialistes. En 2030, 55,5 % des généralistes seraient libéraux, contre 60,2 % en 2006, et 28,5 % des spécialistes exerceraient en libéral, contre 35,6 % en 2006. À cette date, plus de la moitié des spécialistes et le quart des généralistes exerceraient uniquement à l’hôpital.

Des évolutions par spécialités contrastées
Selon le scénario de référence, les évolutions des effectifs seraient très contrastées. Ainsi, pour la médecine du travail (-62 %), la rééducation et réadaptation fonctionnelle (- 47 %), l’ophtalmologie (-35 %), la dermatologie- vénérologie (-32 %) et la rhumatologie (-30 %), la baisse du nombre de médecins en activité serait très marquée. En ORL (-19 %), en anatomo-cytopathologie (-19 %), en pneumologie (-19 %), en gastro-entérologie (-13 %), en médecine interne (-12 %), les effectifs diminueraient nettement, mais de manière moins drastique.

À l’opposé, les effectifs de médecins en activité augmenteraient très fortement dans les « autres spécialités » (75 %), en neurologie (47 %), en santé publique (47 %), en chirurgie (40 %) et en endocrinologie (24 %), ainsi qu’en pédiatrie (20 %) et en gynécologie-obstétrique (13 %), quoique dans des proportions moindres, le plus souvent du fait de la conjugaison de flux de sorties plutôt faibles et de flux d’entrées assez forts.

Pour plus d’informations consulter l’étude de la DRESS








MyPharma Editions

COVID-19 : Innate Pharma obtient un financement public de 6,8M€ pour ses activités de R&D

Publié le 11 août 2020
COVID-19 : Innate Pharma obtient un financement public de 6,8M€ pour ses activités de R&D

Innate Pharma a annoncé avoir obtenu un financement de 6,8 M€ dans le cadre de l’appel à projet PSCP-COVID (Projets de recherche et développement structurants pour la compétitivité), afin de soutenir les activités de recherche et de développement de la Société dans la COVID?19. Cet appel à projets est opéré pour le compte de l’Etat par Bpifrance dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), piloté par le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI).

Novavax et Takeda collaborent sur un candidat vaccin contre la COVID-19 au Japon

Publié le 11 août 2020
Novavax et Takeda collaborent sur un candidat vaccin contre la COVID-19 au Japon

Takeda et Novavax, une société biotechnologique de stade avancé qui développe des vaccins de nouvelle génération contre les maladies infectieuses graves, ont annoncé la signature d’un partenariat visant le développement, la fabrication et la commercialisation du NVX‑CoV2373, le candidat vaccin de Novavax contre la COVID-19, au Japon.

Xenothera : feu vert de l’ANSM pour démarrer l’essai clinique de XAV-19, son traitement anti-Covid

Publié le 11 août 2020
Xenothera : feu vert de l’ANSM pour démarrer l’essai clinique de XAV-19, son traitement anti-Covid

Xenothera, une société de biotechnologie nantaise, a annoncé avoir reçu le 7 août dernier l’autorisation officielle de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) de démarrer l’essai clinique de phase 2 à usage humain de son traitement XAV-19. Cet essai clinique vise à évaluer l’innocuité, l’efficacité thérapeutique et la sécurité du candidat médicament chez les patients hospitalisés atteints de pneumonie modérée induite par le COVID-19.

Pharnext : Adrian Hepner nommé Directeur Médical

Publié le 10 août 2020
Pharnext : Adrian Hepner nommé Directeur Médical

Pharnext, société biopharmaceutique qui développe des combinaisons de médicaments innovantes basées sur les Big Data génomiques et l’intelligence artificielle, a annoncé la nomination du Dr Adrian Hepner au poste de Directeur Médical. Professionnel reconnu de l’industrie pharmaceutique, le Dr Hepner dirigera les activités de développement clinique de Pharnext, notamment la Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Valneva : Juan Carlos Jaramillo nommé Directeur Médical

Publié le 7 août 2020
Valneva : Juan Carlos Jaramillo nommé Directeur Médical

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies générant d’importants besoins médicaux, a annoncé la nomination de Juan Carlos Jaramillo, MD, comme Directeur Médical et membre du directoire de Valneva à compter du 1ème Octobre 2020. Juan Carlos succèdera à Wolfgang Bender, MD, PhD, qui prendra sa retraite fin octobre 2020, après une période de transition.

Crown Bioscience : John Gu nommé au poste de Chief Operations Officer

Publié le 7 août 2020
Crown Bioscience : John Gu nommé au poste de Chief Operations Officer

Crown Bioscience, l’entreprise mondiale de services de découverte et de développement de médicaments, a annoncé la nomination de John Gu au poste de COO (Chief Operations Officer). M. Gu sera chargé de promouvoir l’excellence dans les opérations mondiales de CrownBio, en mettant à profit sa grande expertise en matière de transformation numérique pour stimuler la productivité.

Identification d’une nouvelle cible thérapeutique potentielle contre la Covid-19

Publié le 7 août 2020
Identification d’une nouvelle cible thérapeutique potentielle contre la Covid-19

Une étude menée par des chercheurs et médecins de Gustave Roussy, de l’AP-HP, de l’Inserm , de l’Université Paris-Saclay et d’Université de Paris, en collaboration avec plusieurs équipes étrangères (Singapour, Chine, Israël), révèle que les patients atteints d’une forme grave de Covid-19 présentent un déficit des fonctions de l’immunité innée des cellules myéloïdes (fraction des globules blancs comme les polynucléaire neutrophiles, monocytes), associé à un taux très élevé de calprotectine, une protéine pro-inflammatoire de la famille des alarmines, dans le sang.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents