Edition du 07-07-2020

Accueil » Industrie » Recherche » Stratégie

Sanofi et ICAN signent un partenariat de recherche sur les cardiomyopathies hypertrophiques

Publié le jeudi 10 décembre 2015

Sanofi et ICAN signent un partenariat de recherche sur les cardiomyopathies hypertrophiquesSanofi et l’Institut de Cardiométabolisme et de Nutrition (ICAN) viennent de signer un partenariat pour lutter contre les cardiomyopathies. Cette collaboration repose sur l’utilisation de modèles cellulaires innovants faisant appel à des technologies de pointe pour mieux comprendre les mécanismes impliqués dans ces pathologies et identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pouvant donner lieu à terme à de nouveaux candidats médicaments.

La cardiomyopathie hypertrophique atteint 1 personne sur 500. Elle est associée à des mutations touchant les gènes codant pour les protéines du sarcomère cardiaque, le sarcomère étant l’unité contractile de base du cardiomyocyte (cellule cardiaque). La maladie se caractérise par une hypertrophie des parois du ventricule gauche pouvant conduire à des symptômes tels que des troubles respiratoires ou des arythmies (troubles du rythme cardiaque), voire évoluer vers l’insuffisance cardiaque. Bien qu’étant la cause la plus fréquente de mort subite non accidentelle chez le jeune adulte, l’âge auquel la maladie se déclenche, l’ampleur des symptômes et le risque de décès d’origine cardiaque sont très variables. Il n’existe aujourd’hui aucun traitement spécifique approuvé par les autorités de santé.

L’objectif de la collaboration entre les équipes de Sanofi et de l’ICAN, institut issu du Programme d’Investissements d’Avenir qui réunit le pôle cœur et métabolisme de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et 14 équipes de recherche, est d’identifier les déterminants moléculaires responsables de l’expression de la maladie (au-delà de la mutation originale) en tirant parti des modèles de pointe développés par l’ICAN sur les cellules souches à pluripotence induite[1] (induced Pluripotent Stem Cells ou « iPSC») et l’ingénierie génomique. L’idée est d’identifier, en partant du patient, de nouvelles cibles thérapeutiques amenées à changer le pronostic de la cardiomyopathie hypertrophique.

Une étude clinique sur l’histoire naturelle de la maladie lancée dès la fin de l’année

Les équipes cliniques de l’ICAN soignent de larges cohortes de patients atteints de cardiomyopathie incluant des phénotypes extrêmes, grâce au Centre de Référence des Maladies Cardiaques Héréditaires (Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris). Une étude clinique, appelée « iPS-CARDIOGEN », va débuter fin 2015 dans ce centre coordonné par le Pr. Philippe Charron.  Elle concernera les familles atteintes de cardiomyopathie hypertrophique dont l’origine génétique a été parfaitement bien caractérisée. Il sera proposé aux patients et à leurs apparentés asymptomatiques, de leur prélever un échantillon de peau et un échantillon sanguin. Les données cliniques et notamment cardiologiques des patients seront collectées dans le même temps. Cette étude a reçu toutes les autorisations requises par les autorités sanitaires.

La technologie qui sera utilisée, permet de reprogrammer des cellules de la peau provenant de patients, puis de les différencier en cellules cardiaques (cardiomyocytes) grâce à la plateforme coordonnée par le Pr. Jean-Sébastien Hulot au sein d’ICAN avec la contribution du Dr Eric Villard pour la partie ingénierie génomique.

Cette approche ouvre des perspectives de recherche inégalées pour l’étude des cardiomyocytes humains. En effet, les cellules cardiaques générées par cette technologie conservent les mutations responsables de la cardiomyopathie et expriment les symptômes biologiques de la maladie. Ces cellules cultivées seront caractérisées puis analysées par les équipes de recherche des Unités Cardiovasculaire-Fibrose et Sciences Translationnelles de Sanofi, basées sur les sites français de Chilly-Mazarin et Vitry-sur-Seine, pour identifier les cibles biologiques en aval de la mutation responsables de la pathologie. Ce projet partant du patient est orienté vers la découverte de nouveaux médicaments pour le traitement des cardiomyopathies génétiques et potentiellement par extension à certaines formes d’insuffisance cardiaque.

Cette collaboration se déroulera sur deux ans et mettra à contribution plus de 50 chercheurs et cliniciens d’ICAN et de Sanofi.

[1] Les cellules souches pluripotentes induites sont des cellules souches pluripotentes qui ont été fabriquées en laboratoire, à partir de cellules adultes.

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Excelya accueille trois sociétés de recherche contractuelle européennes

Publié le 6 juillet 2020
Excelya accueille trois sociétés de recherche contractuelle européennes

Excelya, une société phare de recherche contractuelle (CRO) spécialisée dans la recherche clinique, annonce ce jour que trois CRO européennes ont rejoint Excelya Group: Zeincro, basée en Europe du Centre-Est et du Sud, The Clinical Company, basée aux Pays-Bas et en Belgique, et Koehler eClinical, basée en Allemagne.

SparingVision : statut de médicament orphelin en Europe pour son candidat médicament SPVN06 pour les dystrophies rétiniennes héréditaires

Publié le 6 juillet 2020
SparingVision : statut de médicament orphelin en Europe pour son candidat médicament SPVN06 pour les dystrophies rétiniennes héréditaires

SparingVision, une société de biotechnologie spécialisée dans la recherche et le développement de thérapies innovantes pour le traitement des maladies dégénératives héréditaires de la rétine telles que la rétinite pigmentaire, a annoncé la décision de la Commission européenne d’accorder au candidat médicament SPVN06 le statut de « médicament orphelin » pour le traitement des dystrophies rétiniennes héréditaires.

Tollys obtient 1,5 millions d’euros de Bpifrance dans le cadre du plan Deeptech

Publié le 6 juillet 2020
Tollys obtient 1,5 millions d’euros de Bpifrance dans le cadre du plan Deeptech

Tollys, qui développe le TL-532, la première immunothérapie anticancéreuse basée sur un agoniste synthétique spécifique du récepteur Toll-like 3 (TLR3), a annoncé l’obtention d’une aide à l’innovation de 1,5 millions d’euros de la part de Bpifrance dans le cadre du plan Deeptech. L’objectif de ce plan est de démultiplier les actions de soutien à l’innovation de rupture en France et de renforcer la compétitivité française dans le domaine.

Covid-19 : Sanofi et Regeneron font le point sur l’essai de phase III consacré à Kevzara® aux États-Unis

Publié le 3 juillet 2020
Covid-19 : Sanofi et Regeneron font le point sur l’essai de phase III consacré à Kevzara® aux États-Unis

Sanofi et Regeneron Pharmaceuticals viennent d’annoncer que l’essai de phase III de Kevzara® (sarilumab) 400 mg mené aux États-Unis chez des patients présentant une infection Covid-19 nécessitant une ventilation mécanique n’a pas atteint ses critères d’évaluation primaire et secondaires lorsque Kevzara a été ajouté aux meilleurs soins de soutien, comparativement aux meilleurs soins de soutien seulement (placebo).

L’université de Tours et Theradiag signent deux accords simultanément

Publié le 3 juillet 2020
L'université de Tours et Theradiag signent deux accords simultanément

L’université de Tours et Theradiag, société spécialisée dans le diagnostic in vitro et le théranostic, ont annoncé avoir signé deux accords simultanément : un accord de licence exclusive portant sur la fabrication de protéines virales du Covid-19 et un accord de collaboration globale pouvant ouvrir à de nouveaux partenariats à l’avenir.

Ipsen rejoint une collaboration clinique pour évaluer le cabozantinib associé à l’atezolizumab dans le cancer du poumon et de la prostate métastatique

Publié le 2 juillet 2020
Ipsen rejoint une collaboration clinique pour évaluer le cabozantinib associé à l’atezolizumab dans le cancer du poumon et de la prostate métastatique

Ipsen a annoncé aujourd’hui que le Groupe rejoindra la collaboration clinique d’Exelixis et Roche et participera au financement des études pivotales internationales de phase III CONTACT-01 et CONTACT-02.

Covid-19 : Abivax traite un 1er patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464

Publié le 2 juillet 2020
Covid-19 : Abivax traite un 1er patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique qui mobilise le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, le cancer et les maladies virales, a annoncé que le premier patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464 dans le COVID-19 a été traité au Centre Hospitalier Universitaire de Nice (CHU Nice).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents