Edition du 21-05-2018

Chirurgie esthétique : les hommes aussi

Publié le mardi 12 février 2013

Les hommes ont de plus en plus recours à la chirurgie plastique, esthétique ou réparatrice. Liposuccion, gynécomastie, rhinoplastie… Tous ces actes de chirurgie, avant réservés aux femmes, s’adressent aujourd’hui aux hommes soucieux de parfaire leur plastique. Si la France est leader mondial de la sécurité des patients en chirurgie esthétique*, votre chirurgien doit posséder les compétences requises, et l’opération doit répondre correctement à vos attentes.

Comment choisir son praticien ? Pourquoi doit-il pratiquer l’intervention chirurgicale dans un établissement accrédité? Comment se déroule une consultation ? Le Dr David Picovski, chirurgien expérimenté, avait accepté de répondre à nos questions dans un article précédent à destination du grand public sur notre site 24Hsanté : « Chirurgie esthétique : les pièges à éviter ».

Aujourd’hui, toujours avec l’aide du Dr David Picovski qualifié par l’ordre des médecins, nous vous proposons de faire le point sur 3 interventions masculines classiques.
– Poignées d’amour, bidon, bouée, ventre gras… Nombreux sont les hommes qui présentent un ventre avec un excédent graisseux. La liposuccion du ventre est toute indiquée lorsque les graisses sont localisées et superficielles (graisses sous la peau) mais pas lorsque l’embonpoint est rétromusculaire (sous les abdominaux). De même, elle n’est pas adaptée aux obèses. En revanche, elle répond parfaitement aux attentes des hommes avec un exédant graisseux localisé. « Des études ont aussi précisé que les patients ayant eu une lipoaspiration sont ensuite davantage motivés pour suivre un régime alimentaire, ce qui aura un effet toujours bénéfique sur la silhouette dans sa globalité même si l’opération supprime définitivement les excès graisseux du ventre. » explique le Dr David Picovski.
– Avoir des « seins » sur une poitrine masculine : La gynécomastie, ou hypertrophie de la poitrine chez l’homme, est une malformation très fréquente qui touche plus de la moitié des hommes ! Si cette pathologie est consécutive à un problème hormonal, elle peut être traitée par simple traitement médical. En revanche, lorsqu’elle idiopathique (sans cause trouvée), c’est la chirurgie plastique qui permet de la corriger définitivement. Cette intervention s’appelle une gynécomastie et a pour but de permettre au patient de retrouver un torse harmonieux en réduisant sa poitrine.
– Nez trop long, trop gros, trop dévié, gênant la respiration… Lorsque votre nez possède une malformation congénitale ou, tout simplement lorsque sa morphologie vous complexe, la rhinoplastie est une intervention chirurgicale qui peut solutionner votre problème. Mais refaire son nez n’est pas un acte anodin. La correction idéale doit être raisonnable et s’intégrer en harmonie avec le reste de votre visage. « Si vous envisagez de vous faire refaire le nez pour obtenir un résultat qui puisse parfaitement s’harmoniser avec les autres traits du visage, il est nécessaire que votre décision soit mûrement réfléchie en collaboration avec votre chirurgien plasticien qui saura identifier la meilleure morphologie pour votre futur nez. » insiste le Dr David Picovski.

Retrouvez des informations complémentaires et des réponses à vos questions sur le site du Dr David Picovski

Morgane Boileau – Source : *étude de l’OMS 2008








MyPharma Editions

Médicaments pédiatriques : les derniers avis du comité de l’EMA (avril 2018)

Publié le 18 mai 2018
Médicaments pédiatriques : les derniers avis du comité de l'EMA (avril 2018)

Dans un point d’information, l’ANSM revient sur la réunion du 24-27 avril 2018 du Comité des médicaments pédiatriques (PDCO) de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Le PDCO a rendu au cours de cette session 4 avis favorables de PIPs, dans les indications suivantes :

Oncologie : Pierre Fabre et Roche étendent leur partenariat pour développer un prototype de test diagnostic

Publié le 18 mai 2018
Oncologie : Pierre Fabre et Roche étendent leur partenariat pour développer un prototype de test diagnostic

Le groupe Pierre Fabre a annoncé l’extension de son accord de partenariat avec Roche dans le développement d’un nouveau prototype de test diagnostic en oncologie pour W0101, un anticorps conjugué (ADC). Cet ADC, découvert et développé par l’Institut de Recherche Pierre Fabre, cible le récepteur du facteur de croissance analogue à l’insuline de type 1 (IGF-1R).

Sanofi : résultats positifs de phase III pour Dupixent® dans l’eczéma chez les adolescents

Publié le 17 mai 2018
Sanofi : résultats positifs de phase III pour Dupixent® dans l'eczéma chez les adolescents

Sanofi et Regeneron ont annoncé qu’un essai pivot de phase III évaluant Dupixent® (dupilumab) dans le traitement d’adolescents (de 12 à 17 ans) souffrant de dermatite atopique modérée à sévère a atteint son critère d’évaluation principal et plusieurs critères d’évaluation secondaires importants. Une demande d’approbation réglementaire devrait être présentée aux États-Unis au 3ème trimestre 2018 pour les patients âgés de 12 à 17 ans.

Yannick Jégou élu à la Présidence de l’éco-organisme DASTRI

Publié le 17 mai 2018
Yannick Jégou élu à la Présidence de l’éco-organisme DASTRI

Yannick Jégou a succédé le 17 avril dernier à Matthieu Guéry à la présidence de DASTRI*, l’éco-organisme en charge de la collecte et du traitement des déchets de soins perforants des patients en auto-traitement et des utilisateurs d’autotests de diagnostic de maladies infectieuses transmissibles. Yannick Jégou est Directeur de la qualité au sein du laboratoire Teva Santé, et administrateur de DASTRI depuis 2012.

Ipsen : feu vert de l’UE pour Cabometyx® en traitement de 1ère ligne du cancer du rein avancé

Publié le 17 mai 2018

Le groupe pharmaceutique Ipsen a annoncé jeudi que la Commission européenne (CE) a approuvé Cabometyx® (cabozantinib) 20, 40 et 60 mg pour le traitement de première ligne des adultes atteints d’un cancer du rein avancé (aRCC) à risque intermédiaire ou élevé.

Transgene : de nouvelles données cliniques sur le virus oncolytique Pexa-Vec présentées à l’ASCO 2018

Publié le 17 mai 2018
Transgene : de nouvelles données cliniques sur le virus oncolytique Pexa-Vec présentées à l’ASCO 2018

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers et les maladies infectieuses, a annoncé que de nouvelles données cliniques sur le virus oncolytique Pexa-Vec seront présentées à la réunion annuelle de l’ASCO (American Society for Clinical Oncology), qui se tiendra à Chicago du 1er au 5 juin 2018.

Gilead : sa société Kite annonce de nouveaux sites industriels mondiaux

Publié le 17 mai 2018

Kite, la société du groupe américain Gilead qui se consacre au développement d’immunothérapies innovantes contre le cancer, vient d’annoncer la mise à disposition d’un nouveau site aux Pays-Bas afin de produire des thérapies cellulaires en Europe.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions