Edition du 19-08-2018

la Mutualité Française dénonce « les stratégies de contournement » de l’industrie

Publié le mercredi 22 octobre 2008

La Mutualité Française, qui fédère la quasi-totalité des mutuelles santé, publie aujourd’hui une étude intitulée « Bilan de 25 ans de politique du médicament générique ». Cette dernière met en exergue le retard du marché des génériques français à l’échelle européenne et pointe du doigt les rapports de force exercés par les acteurs du médicament en France.

L’étude rappelle qu’entre 2003 et 2007, le marché français des génériques a progressé à un taux de croissance annuel moyen d’environ 17 % en valeur passant ainsi de  1,6 à 3,5 milliards d’euros en 5 ans. Elle souligne par ailleurs que malgré cette forte progression, les médicaments génériques ne représentent en 2007 que 11 % du chiffre d’affaires des médicaments vendus en France en pharmacie d’officine et 18 % du nombre de boîtes délivrées.

Un « marché trop limité » à l’échelle européenne
Aussi, l’organisme, présidé par Jean-Pierre Davant, juge le marché hexagonal « encore trop limité au regard de ce qui est observé dans les autres marchés européens ». Selon l’étude, en 2007 moins d’une boîte sur cinq délivrée en France était un médicament générique, contre déjà 1 boîte sur 2 en Allemagne et au Royaume-Uni en 2005. La Mutualité souligne que « les perspectives d’économies pour la collectivité sont encore importantes » soit 493 millions d’euros pour 2008.

« Une stratégie de contournement »
Si l’étude identifie les facteurs de développement et souligne le rôle central du pharmacien, elle pointe aussi du doigt les principaux freins. Au premier rang, le cadre réglementaire avec son « manque de transparence sur la durée de validité des brevets », des « retards d’inscription au répertoire des génériques » et « la limitation du champ » de ce dernier.
Par ailleurs, la Mutualité Française dénonce « la stratégie de contournement de l’industrie pharmaceutique princeps ». « Lorsqu’un nouveau générique est commercialisé, les médecins ont tendance, sous la pression des laboratoires pharmaceutiques, à reporter leurs prescriptions sur un produit protégé par un brevet et donc plus cher » affirme-t-elle.  Autre stratégie observée, le développement « d’un médicament chimiquement proche mais qui n’apporte pas de bénéfice thérapeutique véritable par rapport à la molécule d’origine. »

Un répertoire des équivalents thérapeutiques
Sur les bases de l’étude, la Mutualité Française propose notamment la création d’un répertoire des équivalents thérapeutiques afin d’élargir le répertoire des groupes génériques et « de lutter contre les stratégies de contournement ». Cet outil qui serait mis en place par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) et l’assurance maladie « permettrait aux praticiens d’identifier les traitements qui, à efficacité égale, engagent une dépense moindre pour la collectivité et le patient ».

Pour plus d’informations, télécharger l’intégralité de l’étude








MyPharma Editions

Scientist.com parmi les dix sociétés privées à la croissance la plus rapide en Amérique

Publié le 17 août 2018

Scientist.com, la place de marché de services externalisés de recherche scientifique, a annoncé qu’elle avait été classée n° 9 dans la liste 2018 du magazine Inc. des 5 000 entreprises privées à la croissance la plus rapide en Amérique.

SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l’immunothérapie polyclonale de dernière génération

Publié le 17 août 2018
SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l'immunothérapie polyclonale de dernière génération

SAB Biotherapeutics a annoncé que son immunothérapie anti-Ebola (SAB-139) permettait de bénéficier d’« une protection à 100% contre une dose mortelle du virus Ebola », suite à une étude récente réalisée sur des animaux et dont les résultats ont été publiés dans la revue The Journal of Infectious Diseases.

Samsung Bioepis va initier l’essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Publié le 13 août 2018
Samsung Bioepis va initier l'essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Samsung Bioepis vient d’annoncer le lancement d’une étude de Phase 1 visant à évaluer SB26 chez des volontaires en bonne santé. SB26, également appelé TAK-671, est une protéine de fusion ulinastatine-Fc (UTI-Fc) destinée à traiter la pancréatite aiguë sévère. Des études de sécurité BPL non cliniques réalisées sur des singes et des rats ont appuyé des études antérieures sur l’homme avec SB26.

Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Publié le 10 août 2018
Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Merz, la société allemande spécialisée dans le domaine de l’esthétique médicale et des neurotoxines, a annoncé la nomination de Bob Rhatigan en tant que CEO pour les Amériques. Pour développer son leadership concernant ses activités en Amérique du Nord chez Merz, M. Rhatigan sera désormais responsable de l’Amérique latine et surpervisera la stratégie commerciale mondiale de cette nouvelle région des Amériques.

Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Publié le 9 août 2018
Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Genomic Vision vient de signer un contrat de licence avec European Equity Partners (EEP), une société d’investissement privée au Royaume-Uni spécialisée dans les investissements dans le secteur des sciences de la vie, pour l’utilisation de la technologie du peignage moléculaire dans le domaine de la biotransformation.

Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Publié le 7 août 2018
Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Celyad, la société biopharmaceutique spécialisée dans le développement des thérapies cellulaires CAR-T, a annoncé la nomination de Philippo Petti en qualité de « Chief Financial Officer », succédant à Patrick Jeanmart.

L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

Publié le 6 août 2018
L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé dans un point d’information avoir élaboré trois Recommandations Temporaires d’Utilisation (RTU) dans le traitement adjuvant du mélanome pour Opdivo (nivolumab), Keytruda (pembrolizumab) et l’association Mekinist-Tafinlar (trametinib-dabrafenib).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions