Edition du 24-02-2021

Grippe A(H1N1) : « la production accélérée d’un vaccin ne doit par remettre en question son innocuité », prévient l’OMS

Publié le mardi 15 septembre 2009

Grippe A(H1N1) : « la production accélérée d’un vaccin ne doit par remettre en question son innocuité », prévient l’OMSSelon l’OMS, « les pressions exercées pour répondre à la demande d’un vaccin contre la grippe pandémique H1N1 2009 ne doivent par remettre en cause les normes d’innocuité ». Par ailleurs, l’organisation négocie avec les fabricants de vaccins et les banques de développement afin de rendre les vaccins disponibles aux pays à revenu faible et intermédiaire.

Réunis aujourd’hui à Copenhague, les experts de l’OMS ont insisté sur la nécessité d’assurer une couverture vaccinale dans les groupes à haut risque en Europe. Les mesures de préparation et d’intervention pour faire face à une deuxième vague éventuelle de grippe pandémique ces prochains mois ont été également abordées.

190 millions de personnes hors du circuit d’approvisionnement européen
Selon une enquête réalisée par l’OMS en Europe, sur une population totale de plus de 890 millions d’habitants dans les 53 États membres de la Région européenne de l’OMS, environ 700 millions vivent dans des pays qui soit ont conclu un accord d’achat avec des fabricants de vaccins, soit possèdent des capacités locales de production. 190 millions de personnes se retrouvent par conséquent en dehors de ce circuit d’approvisionnement et plus de la moitié réside dans des pays qui dépendent de l’aide de l’OMS pour leurs stocks de vaccin.

S’il existe dans le monde un grand nombre de fabricants potentiels capables de produire le vaccin contre la grippe pandémique, la plupart d’entre eux se situent dans la Région européenne et, selon des rapports récents, jusqu’à 70 % de la production totale de vaccin pourrait être assurée dans la Région. Cependant, le vaccin ne serait pas disponible dans la majeure partie du monde avant plusieurs mois.

Pour le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS, le message doit être clair : « Il est bon de rationaliser le processus réglementaire de mise au point du vaccin. Il importe également de procéder à une préqualification rapide. Nous voulons terminer notre travail dans les plus brefs délais. Or, quand nous prétendons que nous accélérons le processus, cela veut dire en fait que nous voulons rationaliser le processus bureaucratique ; il n’est pas question en effet de nuire à la qualité et à l’innocuité des vaccins. ».

Les experts ont indiqué que les procédures réglementaires sont en place pour homologuer les vaccins contre la pandémie. Les procédures visant à activer l’approbation réglementaire sont rigoureuses et ne remettent pas en question les contrôles de sécurité ou de qualité. « Les vaccins antigrippaux sont utilisés depuis plus de 60 ans et leur innocuité est établie dans tous les groupes d’âge. Bien que des effets indésirables aient été signalés, ceux-ci sont néanmoins très peu fréquents », soulignent ces derniers

Déterminer les groupes prioritaires
« Au cours de ces prochains mois, nous allons être confrontés à un grand nombre de problèmes et nous devons impérativement les prévoir pour prendre les décisions qui s’imposent. Il s’agit notamment de x pour recevoir les premières doses de vaccin, y compris les agents de santé, les femmes enceintes, les personnes souffrant de maladies chroniques, notamment de maladies respiratoires, et les personnes obèses, » déclare le Dr Marc Danzon, directeur régional de l’OMS pour l’Europe.

 « Et nous devrons réfléchir aux messages à passer aux personnes qui ne figurent pas dans les groupes prioritaires mais qui, très sensibles aux questions de santé, voudront se faire vacciner alors qu’un nombre insuffisant de doses sont disponibles. Le même défi se posera au niveau mondial entre les pays qui peuvent acquérir de larges quantités de vaccin et ceux qui seront exclus de ce marché. Les questions de solidarité et d’équité deviennent bien plus douloureuses en période de crise. »

150 millions de doses de vaccin offertes aux pays à faible revenus
L’OMS négocie actuellement avec des fabricants de vaccins, des banques de développement et des bailleurs de fonds pour voir comment l’on peut rendre les vaccins disponibles dès que possible aux pays à revenu faible et intermédiaire. À ce jour, une promesse d’offrir 150 millions de doses de vaccin contre la pandémie a été faite par l’intermédiaire de l’OMS.

Autres problèmes urgents liés à la pandémie soulevés lors de la réunion : les demandes croissantes auxquelles doivent faire face les services de santé : en effet, et en comparaison avec la saison grippale, les consultations dans les unités d’urgence ont plus que doublé dans bon nombre de pays pendant cette période de pandémie.

Autre problèmes abordés, les groupes prioritaires pour la vaccination outre les personnels de santé, la question du vaccin contre la grippe pandémique par rapport au vaccin contre la grippe saisonnière, le délai entre la déclaration de la pandémie et la disponibilité des vaccins (4 à 6 mois), l’écart entre la demande potentielle et l’approvisionnement prévu de vaccins (94 millions de doses par semaine) et l’équité d’accès.


Source :
OMS








MyPharma Editions

COVID-19 : Sanofi va aider Johnson & Johnson à fabriquer son vaccin

Publié le 24 février 2021
COVID-19 : Sanofi va aider Johnson & Johnson à fabriquer son vaccin

Sanofi vient de conclure un accord avec deux entreprises pharmaceutiques Janssen du groupe Johnson & Johnson, aux termes duquel le groupe pharmaceutique français contribuera à la fabrication du vaccin contre la COVID-19 de Janssen afin de remédier à la pandémie et de satisfaire à la demande mondiale de vaccins.

Valbiotis : 1ère visite du 1er patient dans l’étude clinique de Phase II HEART sur TOTUM-070

Publié le 23 février 2021
Valbiotis : 1ère visite du 1er patient dans l’étude clinique de Phase II HEART sur TOTUM-070

Valbiotis, entreprise de Recherche et Développement engagée dans l’innovation scientifique, pour la prévention et la lutte contre les maladies métaboliques, a annoncé la première visite du premier patient dans l’étude clinique de Phase II HEART qui évaluera TOTUM-070, substance active innovante pour la réduction du taux sanguin de LDL cholestérol, facteur de risque des maladies cardiovasculaires.

Daiichi Sankyo : Ken Takeshita, MD, nommé responsable mondial R&D

Publié le 23 février 2021
Daiichi Sankyo : Ken Takeshita, MD, nommé responsable mondial R&D

Daiichi Sankyo a annoncé que Ken Takeshita, MD, sera le nouveau responsable mondial de la recherche et du développement à partir du 1er avril 2021. À cette date, le Dr Junichi Koga prendra officiellement sa retraite, après une brillante et assidue carrière, dont plus de 12 ans passés chez Daiichi Sankyo.

COVID-19 : Sanofi et GSK débutent une nouvelle étude de phase II sur leur candidat-vaccin à protéine recombinante avec adjuvant

Publié le 22 février 2021
COVID-19 : Sanofi et GSK débutent une nouvelle étude de phase II sur leur candidat-vaccin à protéine recombinante avec adjuvant

Sanofi et GSK ont annoncé le lancement d’une nouvelle étude de phase II avec 720 volontaires âgés de plus de 18 ans visant à sélectionner la dose d’antigènes la plus appropriée pour l’évaluation de phase III de leur candidat-vaccin adjuvanté à protéine recombinante contre la COVID-19.

GSK lance l’étude clinique de phase III concernant son candidat vaccin anti-VRS pour les personnes âgées

Publié le 22 février 2021

Le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé le démarrage d’un programme d’essais cliniques de phase III de son candidat vaccin contre le Virus Respiratoire Syncytial (VRS), chez les adultes de plus de 60 ans.

Crossject, lauréate du plan de relance, obtient une aide de 1,5 M€

Publié le 22 février 2021

Crossject, « specialty pharma » qui développe et commercialisera prochainement un portefeuille de médicaments dédiés aux situations d’urgence, a annoncé être lauréate du plan de relance et obtient à ce titre une aide de 1,5 M€.

DBV Technologies : Michele F. Robertson nommée Directrice Juridique Groupe

Publié le 22 février 2021
DBV Technologies : Michele F. Robertson nommée Directrice Juridique Groupe

DBV Technologies a annoncé la nomination de Michele F. Robertson au poste de Directrice Juridique Groupe, à compter d’aujourd’hui. En sa qualité d’avocate expérimentée, Michele F. Robertson, en tant que Directrice Juridique Groupe, rapportera directement à Daniel Tassé, Directeur Général, et sera membre du Comité exécutif.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents