Edition du 15-04-2021

Résistance aux antibiotiques: l’Europe contre-attaque

Publié le jeudi 15 septembre 2011

Aujourd’hui, à Bakou (Azerbaïdjan), à l’occasion de la session du Comité régional de l’OMS pour l’Europe, 53 pays vont discuter de l’adoption d’un nouveau Plan d’action stratégique européen sur la résistance aux antibiotiques. Chaque année, dans l’Union européenne, un nombre estimé de plus de 25 000 patients décèdent des suites d’une infection bactérienne résistante aux antibiotiques et souvent d’origine nosocomiale.

« Nous savons qu’il faut agir maintenant. La résistance aux antibiotiques atteint des niveaux sans précédent, et de nouveaux antibiotiques ne seront pas élaborés assez rapidement », a déclaré Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe. « Les antibiotiques sont une découverte inestimable, mais nous les tenons pour acquis, et nous les utilisons de manière excessive et abusive : il existe désormais des superbactéries qui ne réagissent à aucun traitement, et c’est la raison pour laquelle autant de soutien a été apporté au plan d’action. »

Chaque année, dans l’Union européenne (UE), un nombre estimé de plus de 25 000 patients décèdent des suites d’une infection bactérienne résistante aux antibiotiques et souvent d’origine nosocomiale. Et ceci malgré les progrès importants réalisés et les efforts déployés par l’UE, notamment en matière de surveillance et de sensibilisation. Le nombre total de décès pour l’ensemble de la Région européenne, qui comprend 53 pays, reste inconnu car les données à ce sujet ne sont pas toujours disponibles. « Or, tout indique que la situation est en fait encore plus grave. Les médecins et les scientifiques de la Région craignent que l’utilisation inconsidérée des antibiotiques, à l’origine de l’émergence et de la propagation des infections résistantes à ces médicaments, nous fasse revenir à l’ère pré-antibiotique, quand de simples infections ne réagissaient pas au traitement, et quand les opérations et les interventions de routine engageaient le pronostic vital », souligne l’OMS Europe.

Le plan d’action
Le Plan d’action stratégique européen sur la résistance aux antibiotiques met en évidence les risques réels et urgents découlant de la perte d’efficacité des antibiotiques et insiste sur la nécessité de réduire la complaisance ainsi que l’utilisation excessive et abusive de ces médicaments.  Sept domaines clés nécessitant la prise de mesures ont été identifiés :

– la coordination multisectorielle nationale sur l’endiguement de la résistance aux antibiotiques ;
– la surveillance de la résistance aux antibiotiques et de leur consommation ;
– les stratégies nationales pour l’utilisation rationnelle des antibiotiques et le renforcement de la surveillance nationale de la consommation d’antibiotiques ;
– la lutte anti-infectieuse dans les hôpitaux et les cliniques ;
– le développement et la propagation de la résistance aux antibiotiques dans les secteurs vétérinaire et agricole ;
– l’innovation et la recherche sur les nouveaux médicaments et les nouvelles technologies ;
– la sensibilisation, la sécurité des patients et les partenariats.

Améliorer la coordination et la collaboration entre les pays 
Si plusieurs pays européens ont montré comment lutter contre la résistance aux antibiotiques, dans de nombreux pays, il n’existe aucune réglementation nationale sur l’utilisation de ces médicaments. Les antibiotiques sont administrés aux animaux en bonne santé comme facteurs de croissance ou pour prévenir les maladies, et certaines sociétés commerciales s’engagent dans une promotion irresponsable. Dans un trop grand nombre de pays, la population peut se procurer des antibiotiques en vente libre, sans ordonnance (y compris les agriculteurs), et les utiliser à volonté. En outre, les médecins les prescrivent souvent trop facilement ou à mauvais escient, et les patients les utilisent pour traiter des infections virales comme la grippe et le rhume, car beaucoup croient (à tort) que ces maladies peuvent être traitées avec des antibiotiques.

Une enquête informelle réalisée dans 21 pays de la partie orientale de la Région européenne indique que, dans 14 d’entre eux, l’achat d’antibiotiques sans ordonnance est pratique courante. Sur ces 21 pays, seuls 7 disposent d’un plan d’action national sur la résistance aux antibiotiques, et 7 pays sur 21 ont mis en place un comité national de coordination. Moins de la moitié des pays repris dans l’étude possèdent des directives nationales sur l’hygiène des mains dans les services et établissements de soins de santé, et seulement un tiers d’entre eux disposent d’un système national de surveillance et d’une base de données sur la résistance aux antibiotiques.

Les campagnes de sensibilisation, comme la Journée européenne d’information sur les antibiotiques, organisée en novembre de chaque année par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, ont permis de résoudre le problème de l’utilisation exagérée des antibiotiques. Plusieurs pays accusent une diminution constante de la consommation de ces médicaments et, par conséquent, une baisse du phénomène de résistance. La mise en place de programmes rigoureux de prévention et de lutte contre les infections dans les services et les établissements de soins de santé, à commencer par une hygiène simple des mains, permet de réduire de manière significative l’apparition, par exemple, de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline, une bactérie redoutable survenant en milieu hospitalier.

Nouveaux antibiotiques
Le besoin en nouveaux antibiotiques se fait de plus en plus sentir alors que la résistance se répand dans les pays d’Europe. Celle-ci rend d’ailleurs les infections telles que celles de la circulation sanguine très difficiles à traiter. Par exemple, un nombre croissant de bactéries sont porteuses d’un gène qui leur permet de produire une enzyme appelée New Delhi métallo-ß-lactamase-1 (NDM-1) qui les rend résistantes à une large gamme d’antibiotiques, dont les carbapénèmes, les antibiotiques de dernier recours contre de nombreuses infections bactériennes graves. Un nombre limité de nouveaux antibiotiques est actuellement en cours de développement afin de lutter contre les bactéries résistantes, et la propagation de graves gènes de résistance au niveau mondial est jugée cauchemardesque. En outre, la tuberculose multirésistante, particulièrement importante dans la partie orientale de la Région, continue de se propager et menace la vie d’un grand nombre de populations.

Source : OMS Europe








MyPharma Editions

Cancer du cerveau : Noxxon finalise le recrutement des patients de l’étude du NOX-A12

Publié le 15 avril 2021
Cancer du cerveau : Noxxon finalise le recrutement des patients de l'étude du NOX-A12

Noxxon Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de traitements améliorés du cancer ciblant le microenvironnement tumoral (MET), a annoncé la finalisation du recrutement des patients dans l’essai clinique de phase 1/2 évaluant la combinaison de son candidat-médicament phare, NOX-A12 et d’une radiothérapie dans le cancer du cerveau.

ElsaLys confirme le renouvellement de son ATU de cohorte pour l’inolimomab en France

Publié le 15 avril 2021
ElsaLys confirme le renouvellement de son ATU de cohorte pour l'inolimomab en France

ElsaLys Biotech a confirmé que l’Agence nationale de sécurité du médicament (l’ANSM) a renouvelé le 24 décembre 2020 l’Autorisation Temporaire d’Utilisation dite « de cohorte » (ATUc) de l’inolimomab (LEUKOTAC®). Le renouvellement de cette autorisation inclut la mise en place d’un suivi renforcé (défini dans le Protocole d’Utilisation Thérapeutique) des données d’efficacité et de sécurité obtenues chez les patients traités dans le cadre de cette ATUc.

GeNeuro : une équipe de chercheurs trouve la protéine HERV-W ENV chez des patients atteints de COVID-19 et établit un lien avec la gravité de la maladie

Publié le 15 avril 2021
GeNeuro : une équipe de chercheurs trouve la protéine HERV-W ENV chez des patients atteints de COVID-19 et établit un lien avec la gravité de la maladie

GeNeuro a annoncé que des données publiées ce jour dans la revue internationale EBioMedicine du Lancet montrent une expression de la protéine HERV-W ENV dans les lymphocytes de 30 patients, tous hospitalisés à cause de la COVID-19, contre aucune chez les sujets sains. L’étude montre également une corrélation entre le niveau d’expression de la protéine HERV-W ENV et la gravité de l’évolution de la maladie.

Genomic Vision : Mark David Lynch nommé Directeur commercial et marketing monde

Publié le 15 avril 2021
Genomic Vision : Mark David Lynch nommé Directeur commercial et marketing monde

Genomic Vision, société de biotechnologie qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, a annoncé la nomination de Mark David Lynch au poste de Directeur commercial et marketing monde.

Industrie pharmaceutique : l’Apec et le Leem se mobilisent pour l’emploi des cadres

Publié le 14 avril 2021
Industrie pharmaceutique : l’Apec et le Leem se mobilisent pour l’emploi des cadres

L’Apec et le Leem viennent de signer une convention de partenariat avec deux objectifs principaux : promouvoir les opportunités d’emplois cadres dans l’industrie pharmaceutique et favoriser les recrutements en compétences cadres des entreprises adhérentes du Leem.

Trisomie 21 : financement de 6M€ pour le projet ICOD pour le développement d’un traitement des déficits cognitifs

Publié le 13 avril 2021
Trisomie 21 : financement de 6M€ pour le projet ICOD pour le développement d'un traitement des déficits cognitifs

Aelis Farma, société de biotechnologie spécialisée dans le traitement des maladies du cerveau, annonce aujourd’hui que le projet ICOD (Improving Cognition in Down Syndrome) a reçu un financement de 6 M€ de la Commission Européenne dans le cadre du programme Horizon 2020. Le projet ICOD financera le développement clinique de l’AEF0217 d’Aelis Farma pour le traitement des déficiences cognitives des sujets souffrant du syndrome de Down.

Vaccins : Sanofi va investir dans un site de production de pointe à Singapour

Publié le 13 avril 2021
Vaccins : Sanofi va investir dans un site de production de pointe à Singapour

Sanofi vient d’annoncer un investissement de 400 millions d’euros sur cinq ans pour la création, à Singapour, d’un centre spécialisé dans la production de vaccins unique en son genre, bouleversant la production traditionnelle en faisant appel à des technologies de fabrication digitales de pointe.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents