Edition du 22-09-2020

Nutrition et cancers : pas d’aliments miracles selon l’Anses

Publié le jeudi 26 mai 2011

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) publie aujourd’hui un rapport d’expertise « Nutrition et cancer : légitimité de recommandations nutritionnelles dans le cadre de la prévention des cancers»  Pour l’Anses, « il n’existe pas d’aliment ou de nutriment « anticancer » en soi ».

Afin de réaliser une expertise collective sur le sujet, l’Anses a constitué un groupe d’experts pluridisciplinaire, qui s’est réuni durant quatre ans et a tenu compte le plus largement possible des études disponibles au plan international : expérimentations in vitro, études chez l’animal et données épidémiologiques et cliniques chez l’homme, méta-analyses, évaluations internationales. Le groupe d’experts a soumis son rapport d’expertise en juin 2010 au comité d’experts spécialisé de l’Anses qui l’a validé.

Ce travail met en évidence qu’il n’existe pas d’aliment ou de nutriment « anticancer » en soi. Ainsi la consommation d’un aliment, d’un nutriment ou d’un complément alimentaire en particulier n’est pas suffisante, à elle seule, pour prévenir l’apparition d’un cancer, surtout lorsque l’alimentation dans son ensemble est déséquilibrée. D’une façon générale, pour réduire les risques d’excès ou de déficits en aliments ou nutriments, et prévenir ainsi le risque de cancer, il convient d’avoir une alimentation équilibrée et diversifiée avec un apport calorique adapté aux dépenses énergétiques jointe à une activité physique régulière, et permettant d’atteindre les apports nutritionnels conseillés.

Ce rapport rejoint dans ce cadre les conclusions des travaux internationaux menés sur cette question. Il rappelle que les cancers sont des maladies complexes résultant de l’interaction d’un grand nombre de facteurs de nature génétique, propre à chaque individu ; comportementaux (tabagisme, pratique d’une activité physique, …) ; ou encore de nature environnementale au sens large, y compris l’alimentation.

Un rapport qui conforte les recommandations actuelles
Les facteurs nutritionnels influant sur le risque de cancer peuvent avoir différents mode d’action :
– un effet direct de l’alimentation via des apports excédentaires ou insuffisants de nutriments ou d’aliments
– un effet indirect de l’alimentation qui via le développement d’un surpoids voire de l’obésité, induit des perturbations de l’organisme (notamment hormonales).
– un effet indirect de l’exercice physique qui joue sur le statut hormonal et favorise l’équilibre énergétique

Le travail d’expertise scientifique identifie huit facteurs nutritionnels ayant un effet convaincant ou probable sur le risque de cancer, faisant l’objet de recommandations nutritionnelles sont pertinents pour la population française. En regard de chacun de ces facteurs, l’Anses a analysé plusieurs critères dont l’exposition de la population (habitudes de consommation alimentaire, prévalence du surpoids et de l’obésité, de l’inactivité physique…) et la fréquence des cancers associés en France.

L’Anses rappelle ainsi qu’il est recommandé de limiter la consommation d’aliments à forte densité énergétique car ils favorisent le risque de surpoids. De plus, la consommation des boissons alcoolisées doit être réduite et les consommations de viandes rouges, de charcuteries, de sel et d’aliments salés, impliquées dans l’apparition de certains cancers, doivent être limitées. A ce titre, il convient de rappeler que l’apport moyen en sel (8,5 g par jour pour un adulte) reste trop élevé en France, même s’il a baissé ces dernières années.

Il est par ailleurs recommandé de privilégier la consommation de fruits et légumes qui contribuent fortement à la couverture des besoins en fibres (après les produits céréaliers), vitamines et minéraux et à diminuer la densité énergétique du régime alimentaire. Or, les apports moyens en fibres en France (18 g/j) restent sensiblement en dessous des apports nutritionnels conseillés (30 g/j pour un adulte).

Enfin, pour les femmes qui le peuvent et qui le souhaitent, il est également conseillé d’allaiter de manière exclusive jusqu’à l’âge de 6 mois compte tenu des bénéfices que cela apporte à l’enfant et à la mère. Enfin, une activité physique, de même intensité qu’une marche rapide, d’au moins 30 minutes par jour et 5 jours par semaine permet de limiter la prise de poids et le risque d’apparition d’un cancer.

Ce travail conforte ainsi les préconisations existantes (PNNS, plan cancer) en faveur d’une alimentation variée et qui prônent la mesure vis-à-vis de certains aliments. Ces recommandations sont cohérentes avec celles formulées dans les campagnes nutritionnelles plus générales qui visent notamment la prévention du surpoids et de l’obésité et des maladies cardiovasculaires.

Afin de consolider les connaissances actuelles et de combler certains manques identifiés lors de ce travail, l’Anses fait également une série de recommandations en matière de recherche.

Pour en savoir plus
Le rapport sur le site de l’Anses

Source : Anses








MyPharma Editions

Advanced BioDesign : le Pr. Pierre Tambourin rejoint son conseil scientifique

Publié le 22 septembre 2020
Advanced BioDesign : le Pr. Pierre Tambourin rejoint son conseil scientifique

Advanced BioDesign, société française de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies innovantes contre les cancers résistants, vient d’annoncer que le professeur Pierre Tambourin rejoint la société en tant que membre du conseil scientifique.

Nicox : approbation de la demande d’autorisation d’étude clinique pour ZERVIATE en Chine

Publié le 22 septembre 2020
Nicox : approbation de la demande d’autorisation d’étude clinique pour ZERVIATE en Chine

Nicox, la société spécialisée en ophtalmologie, a annoncé que son partenaire Ocumension Therapeutics a reçu l’approbation des autorités réglementaires chinoises (Center for Drug Evaluation of the National Medical Products Administration) pour mener des études cliniques de phase 3 sur ZERVIATE™ (solution ophtalmique de cétirizine), 0,24% pour le traitement du prurit oculaire associé aux conjonctivites allergiques.

Neuraxpharm acquiert Buccolam® auprès de Takeda

Publié le 22 septembre 2020
Neuraxpharm acquiert Buccolam® auprès de Takeda

Le groupe Neuraxpharm, société pharmaceutique européenne de premier plan, spécialisée dans le système nerveux central (SNC), a annoncé l’acquisition du médicament de prescription, Buccolam® (midazolam, solution buccale) auprès du laboratoire japonais, Takeda. L’accord entre Neuraxpharm et Takeda comprend les droits mondiaux de Buccolam®. La transaction devrait se conclure d’ici fin 2020, conformément aux conditions légales et réglementaires habituelles.

Ceva Santé animale : Jean-Marcel Ciet nommé Chief Digital Officer

Publié le 21 septembre 2020
Ceva Santé animale : Jean-Marcel Ciet nommé Chief Digital Officer

Pour piloter sa nouvelle direction “Digital & Smart Solutions Accelerator”, Ceva Santé Animale, 5e laboratoire vétérinaire au monde et 1er français, vient de nommer Jean-Marcel Ciet, 33 ans, en qualité de Chief Digital Officer. Il rejoint à ce titre le Comité exécutif pour mener la transformation digitale interne et externe du Groupe.

LEO Pharma vend un portefeuille de quatre produits à Cheplapharm

Publié le 21 septembre 2020
LEO Pharma vend un portefeuille de quatre produits à Cheplapharm

LEO Pharma vient d’annoncer la vente d’un portefeuille de quatre produits non-stratégiques à la société Cheplapharm, une entreprise pharmaceutique familiale basée en Allemagne, pour un montant de 300 millions d’euros. Cet accord représente une étape importante dans le déploiement de la stratégie de LEO Pharma pour 2030, qui renforce l’orientation de la société vers de nouvelles solutions innovantes.

Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Publié le 18 septembre 2020
Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Servier et Precision BioSciences, une société biotechnologique développant des traitements par correction génique in vivo et à base de cellules CAR T allogéniques avec sa plateforme d’édition de génomes ARCUS®, ont annoncé que les sociétés avaient ajouté deux cibles supplémentaires pour le cancer hématologique au-delà de la protéine CD19 ainsi que deux cibles de tumeurs solides à son accord de développement et de licence commerciale concernant son traitement à base de cellules CAR T.

COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu’à 300 millions de doses de leur vaccin à l’UE

Publié le 18 septembre 2020
COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu'à 300 millions de doses de leur vaccin à l'UE

Sanofi et GSK ont signé le 18 septembre 2020 un accord définitif avec la Commission européenne (CE) en vue de la fourniture de jusqu’à 300 millions de doses d’un vaccin contre la COVID-19, dès lors que celui-ci sera approuvé. Le candidat-vaccin repose sur la technologie à base de protéine recombinante que Sanofi a employée pour produire un vaccin contre la grippe et sur l’adjuvant développé par GSK.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents