Edition du 23-07-2019

Abivax : publication dans Retrovirology du mécanisme d’action de l’anti-VIH ABX464

Publié le lundi 13 avril 2015

Abivax, société de biotechnologie spécialisée dans le développement d’antiviraux et de vaccins humains, a annoncé aujourd’hui la publication du mécanisme d’action d’ABX464 dans le numéro d’avril de Retrovirology, une revue scientifique de premier plan à comité de lecture. ABX464 est une petite molécule novatrice en phase II d’essais cliniques, inhibant la réplication du VIH par un mécanisme totalement nouveau.

ABX464 est le premier médicament candidat issu de la plateforme technologique propriétaire d’ABIVAX ciblant l’ARN viral. Il est issu d’une connaissance approfondie des processus de transformation de l’ARN viral à l’intérieur des cellules humaines hôtes.

La recherche d’avant-garde décrite dans la publication a été menée dans les laboratoires d’ABIVAX et dans six institutions de premier plan en France, au Canada et en Suisse sous la direction du Professeur Jamal Tazi, de l’Institut de Génétique Moléculaire (CNRS – Montpellier France). L’équipe a pu démontrer que :

1. ABX464 bloque la réplication du virus en empêchant l’exportation d’ARN viral du noyau au cytoplasme des cellules infectées. Ce transport nécessite normalement l’intervention d’une protéine virale appelée Rev, et ABX464 inhibe efficacement l’activité de Rev. Jamais ciblée auparavant, Rev semble désormais présenter un intérêt potentiel pour le traitement du VIH. ABX464 est la première molécule en développement destinée à l’inhiber.

Jamal Tazi, auteur principal de l’article, souligne qu’ « ABX464 vise un évènement intervenant après l’intégration du matériel génétique viral dans les cellules. Ainsi, non seulement ABX464 empêche l’infection de nouvelles cellules, mais c’est aussi le seul produit à ce jour pouvant agir sur les cellules déjà infectées pour bloquer la synthèse de nouveaux virus ». Il précise que « le « réservoir » de cellules infectées difficile à atteindre avec les thérapies actuelles, pourrait désormais l’être. »

De fait, dans un modèle préclinique de référence, ABX464 induit une baisse significative de la charge virale persistant pendant plusieurs semaines après l’arrêt du traitement. Au contraire, pour le groupe de « contrôle » recevant une trithérapie actuellement utilisée en clinique, la charge virale a immédiatement rebondi après l’arrêt du traitement. Les traitements actuels ne font que contenir le virus alors qu’ABX464 induit une suppression persistante de la charge virale.

2. ABX464 n’affecte pas le traitement cellulaire normal de l’ARN chez les humains. Cette découverte importante suggère qu’ABX464 est spécifique des ARN du VIH et n’influence pas la synthèse des protéines humaines.

3. ABX464 ne cible pas de mutants du VIH devenant résistants au traitement. Cela suggère que, contrairement à tous les autres antiviraux utilisés contre le VIH, ABX464 pourrait être efficace en monothérapie.

Pour le Professeur Mark Wainberg, M.D., ancien Président de la « International AIDS Society » et co-auteur de la publication, « les données obtenues avec ABX464 sont très encourageantes. ABX464 pourrait devenir l’élément central du premier traitement curatif pour des patients séropositifs ou atteints du SIDA ».

Le supplément à la publication de Retrovirology fait état d’études réglementaires de toxicité et de pharmacocinétique menées avec succès.

Didier Scherrer, PhD, Vice-Président d’ABIVAX, indique qu’ « ABIVAX a donc reçu l’autorisation de mener des essais cliniques avec ABX464, la phase I chez des volontaires sain. Sur la base des données de sûreté et de pharmacocinétique, ABX464 a pu débuter il y a plusieurs semaines une étude clinique de phase IIa. L’objectif de cette étude est de déterminer la dose optimale et la fréquence d’administration ».

Le Professeur Hartmut J. Ehrlich, M.D., PDG d’ABIVAX, conclut que « nous sommes enthousiasmés par les donnée obtenues jusqu’à présent sur ABX464 car elles suggèrent que ce produit est sûr et pourrait être administré moins fréquemment que les traitements standards. Cela pourrait améliorer l’efficacité et l’observance du traitement, contribuer à la réduction des dépenses de santé et permettre un meilleur accès aux soins ».

Source : ABIVAX








MyPharma Editions

Sanofi signe un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu® sur le marché américain de l’automédication

Publié le 23 juillet 2019
Sanofi signe un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu® sur le marché américain de l’automédication

Sanofi a annoncé la signature d’un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu®, pour la prévention et le traitement de la grippe, sur le marché américain de l’automédication. Aux termes de cet accord, Sanofi sera responsable de la conduite des négociations avec la FDA afin d’obtenir l’autorisation du switch de Tamiflu en OTC, ainsi que des activités exclusives de commercialisation et de distribution de ce produit sur le marché de la Santé Grand Public des Etats-Unis et des activités scientifiques s’y rapportant.

Industrie pharma : signature de deux accords de branche sur la formation professionnelle et la GPEC post-réforme

Publié le 22 juillet 2019
Industrie pharma : signature de deux accords de branche sur la formation professionnelle et la GPEC post-réforme

Deux accords collectifs, l’un sur la formation professionnelle et le second sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), ont été signés le 4 juillet par le Leem (Les Entreprises du Médicament), et 5 organisations syndicales de salariés (la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, FO et l’UNSA). Ces organisations représentent une audience de 84,81 %, seule la CGT est non-signataire. L’accord sur la formation professionnelle est le premier signé suite à la réforme de septembre 2018.

LEO Pharma finalise l’acquisition des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer

Publié le 22 juillet 2019
LEO Pharma finalise l’acquisition des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer

LEO Pharma et Bayer viennent d’annoncer que les conditions nécessaires au transfert des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer chez LEO Pharma étaient désormais remplies. Les deux entreprises avaient mentionné la transaction pour la première fois le 31 juillet 2018, la première étape du rachat ayant été finalisée le 4 septembre de la même année avec l’acquisition desdits produits aux États-Unis. Aujourd’hui, la finalisation de l’acquisition concerne tous les autres pays.

Transgene : feu vert pour un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni dans le cancer colorectal avec métastases hépatiques

Publié le 19 juillet 2019
Transgene : feu vert pour un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni dans le cancer colorectal avec métastases hépatiques

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé qu’elle a reçu l’autorisation de l’autorité de santé britannique, la Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA) de procéder à un essai clinique de Phase 1/2a de TG6002 administré par voie intra-artérielle hépatique (IAH) chez des patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) avec des métastases au foie non opérables.

Lysogene crée un Conseil Scientifique consultatif composé d’experts internationaux en thérapie génique du SNC

Publié le 19 juillet 2019
Lysogene crée un Conseil Scientifique consultatif composé d'experts internationaux en thérapie génique du SNC

Lysogene, société biopharmaceutique pionnière spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé la création d’un Conseil Scientifique consultatif (SAB pour Scientific Advisory Board) composé d’experts de renom international dans la découverte et le développement de thérapies géniques.

Advicenne signe un accord de financement de 20 M€ avec la BEI pour soutenir ses futurs développements

Publié le 19 juillet 2019
Advicenne signe un accord de financement de 20 M€ avec la BEI pour soutenir ses futurs développements

Advicenne, société pharmaceutique de spécialité développant et commercialisant des produits thérapeutiques pour le traitement de maladies orphelines, annonce aujourd’hui avoir signé un accord de prêt d’un montant de 20 M€ avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la banque de l’Union européenne (UE), dans le cadre du Plan d’Investissement pour l’Europe, ou Plan Juncker.

WeHealth Digital Medicine et l’entreprise française Lucine vont développer des thérapies numériques

Publié le 18 juillet 2019
WeHealth Digital Medicine et l’entreprise française Lucine vont développer des thérapies numériques

WeHealth Digital Medicine, l’activité e-santé du groupe Servier, et Lucine, entreprise innovante française pionnière dans les thérapies numériques (DTx1- Digital Therapeutics), ont annoncé la signature d’un partenariat de co-développement et une licence de distribution. Il s’agit du tout premier partenariat de e-santé entre deux sociétés françaises dans le domaine des DTx.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents