Edition du 20-02-2019

Abivax : publication dans Retrovirology du mécanisme d’action de l’anti-VIH ABX464

Publié le lundi 13 avril 2015

Abivax, société de biotechnologie spécialisée dans le développement d’antiviraux et de vaccins humains, a annoncé aujourd’hui la publication du mécanisme d’action d’ABX464 dans le numéro d’avril de Retrovirology, une revue scientifique de premier plan à comité de lecture. ABX464 est une petite molécule novatrice en phase II d’essais cliniques, inhibant la réplication du VIH par un mécanisme totalement nouveau.

ABX464 est le premier médicament candidat issu de la plateforme technologique propriétaire d’ABIVAX ciblant l’ARN viral. Il est issu d’une connaissance approfondie des processus de transformation de l’ARN viral à l’intérieur des cellules humaines hôtes.

La recherche d’avant-garde décrite dans la publication a été menée dans les laboratoires d’ABIVAX et dans six institutions de premier plan en France, au Canada et en Suisse sous la direction du Professeur Jamal Tazi, de l’Institut de Génétique Moléculaire (CNRS – Montpellier France). L’équipe a pu démontrer que :

1. ABX464 bloque la réplication du virus en empêchant l’exportation d’ARN viral du noyau au cytoplasme des cellules infectées. Ce transport nécessite normalement l’intervention d’une protéine virale appelée Rev, et ABX464 inhibe efficacement l’activité de Rev. Jamais ciblée auparavant, Rev semble désormais présenter un intérêt potentiel pour le traitement du VIH. ABX464 est la première molécule en développement destinée à l’inhiber.

Jamal Tazi, auteur principal de l’article, souligne qu’ « ABX464 vise un évènement intervenant après l’intégration du matériel génétique viral dans les cellules. Ainsi, non seulement ABX464 empêche l’infection de nouvelles cellules, mais c’est aussi le seul produit à ce jour pouvant agir sur les cellules déjà infectées pour bloquer la synthèse de nouveaux virus ». Il précise que « le « réservoir » de cellules infectées difficile à atteindre avec les thérapies actuelles, pourrait désormais l’être. »

De fait, dans un modèle préclinique de référence, ABX464 induit une baisse significative de la charge virale persistant pendant plusieurs semaines après l’arrêt du traitement. Au contraire, pour le groupe de « contrôle » recevant une trithérapie actuellement utilisée en clinique, la charge virale a immédiatement rebondi après l’arrêt du traitement. Les traitements actuels ne font que contenir le virus alors qu’ABX464 induit une suppression persistante de la charge virale.

2. ABX464 n’affecte pas le traitement cellulaire normal de l’ARN chez les humains. Cette découverte importante suggère qu’ABX464 est spécifique des ARN du VIH et n’influence pas la synthèse des protéines humaines.

3. ABX464 ne cible pas de mutants du VIH devenant résistants au traitement. Cela suggère que, contrairement à tous les autres antiviraux utilisés contre le VIH, ABX464 pourrait être efficace en monothérapie.

Pour le Professeur Mark Wainberg, M.D., ancien Président de la « International AIDS Society » et co-auteur de la publication, « les données obtenues avec ABX464 sont très encourageantes. ABX464 pourrait devenir l’élément central du premier traitement curatif pour des patients séropositifs ou atteints du SIDA ».

Le supplément à la publication de Retrovirology fait état d’études réglementaires de toxicité et de pharmacocinétique menées avec succès.

Didier Scherrer, PhD, Vice-Président d’ABIVAX, indique qu’ « ABIVAX a donc reçu l’autorisation de mener des essais cliniques avec ABX464, la phase I chez des volontaires sain. Sur la base des données de sûreté et de pharmacocinétique, ABX464 a pu débuter il y a plusieurs semaines une étude clinique de phase IIa. L’objectif de cette étude est de déterminer la dose optimale et la fréquence d’administration ».

Le Professeur Hartmut J. Ehrlich, M.D., PDG d’ABIVAX, conclut que « nous sommes enthousiasmés par les donnée obtenues jusqu’à présent sur ABX464 car elles suggèrent que ce produit est sûr et pourrait être administré moins fréquemment que les traitements standards. Cela pourrait améliorer l’efficacité et l’observance du traitement, contribuer à la réduction des dépenses de santé et permettre un meilleur accès aux soins ».

Source : ABIVAX








MyPharma Editions

Pénuries de médicaments : le Leem présente son plan d’actions

Publié le 19 février 2019
Pénuries de médicaments : le Leem présente son plan d’actions

Le Leem a présenté, mardi 19 février, un plan d’actions pour réduire les ruptures d’approvisionnement des médicaments les plus indispensables pour les patients. Ce plan d’actions s’inscrit dans la lignée des recommandations de la mission d’information du Sénat sur les pénuries de médicaments et de vaccins dont les conclusions ont été rendues le 2 octobre 2018. Elaboré avec les industriels du médicament, ce plan concerne l’ensemble des acteurs de la chaîne. Il se décline en 6 axes opérationnels.

Ceva : changements au sein de la direction industrielle et supply chain et de la direction de l’innovation et de la R&D

Publié le 19 février 2019
Ceva : changements au sein de la direction industrielle et supply chain et de la direction de l'innovation et de la R&D

Alors que Ceva Santé Animale finalise son nouveau plan stratégique 2020-2025, le laboratoire biopharmaceutique vétérinaire a récemment annoncé des changements importants au sein de son équipe de direction.

L’ANSM rend un avis favorable pour une ATU de cohorte pour le larotrectinib

Publié le 18 février 2019
L’ANSM rend un avis favorable pour une ATU de cohorte pour le larotrectinib

La Commission d’évaluation initiale du rapport entre les bénéfices et les risques de l’ANSM s’est prononcée le 31 janvier 2019 en faveur de la demande d’Autorisation temporaire d’utilisation de cohorte (ATUc) pour le larotrectinib, dans l’indication du Traitement des patients adultes et pédiatriques atteints de tumeurs solides localement avancées ou métastatiques présentant une fusion NTRK (Neurotrophic Tyrosine Receptor Kinase) réfractaires aux traitements standards ou en l’absence d’alternative thérapeutique appropriée.

Oncologie : Sanofi et NH TherAGuIX s’associent pour la production d’une nanoparticule innovante

Publié le 18 février 2019
Oncologie : Sanofi et NH TherAGuIX s’associent pour la production d'une nanoparticule innovante

AGuIX® est une nanoparticule innovante qui est issue de la découverte de NH TherAGuIX, une start-up française basée à Lyon et créée en 2015 par deux chercheurs, Géraldine Le Duc et Olivier Tillement. Ce médicament radiosensibilisant est en cours de développement clinique dans le traitement des tumeurs solides par radiothérapie, avec une entrée en Phase 2 prochaine sur l’indication des métastases cérébrales.

Lysogene : 1er patient traité dans l’essai de phase 2/3 évaluant une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA

Publié le 15 février 2019
Lysogene : 1er patient traité dans l’essai de phase 2/3 évaluant une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), et Sarepta Therapeutics, , société leader dans la médecine de précision génétique pour les maladies rares, ont annoncé le traitement du premier patient dans l’étude clinique internationale de Phase 2/3 (AAVance), évaluant LYS-SAF302, une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

Publié le 14 février 2019
Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

A l’occasion du premier comité de suivi de Ma Santé 2022 à la fin de l’année 2018, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a nommé Dominique Pon responsable stratégique et Laura Létourneau déléguée opérationnelle d’une task force

Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Publié le 14 février 2019
Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Onxeo a annoncé la présentation des résultats de cinq études précliniques démontrant le profil différencié d’AsiDNA™, inhibiteur first-in-class de la réponse aux dommages de l’ADN, renforçant son potentiel en clinique et mettant en évidence son mécanisme d’action unique, lors du prochain Congrès annuel de l’AACR (American Association for Cancer Research), qui se tiendra du 29 mars au 3 avril 2019 à Atlanta (Géorgie), États-Unis.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions