Edition du 28-02-2021

Accueil » Et aussi » Médecine » Recherche

Décupler la puissance d’un antibiotique pour traiter la tuberculose

Publié le mardi 5 mai 2009

Décupler la puissance d’un antibiotique pour traiter la tuberculoseUne équipe de chercheurs de l’Inserm, de l’Institut Pasteur de Bruxelles et du CNRS, a élaboré un médicament qui rend le bacille de la tuberculose hyper-sensible au traitement antibiotique déjà existant. Les premiers essais chez la souris montrent que cette approche pourrait permettre de réduire d’au moins trois fois la quantité d’un des antibiotiques utilisé pour lutter contre la pathologie.

A terme, cette stratégie a pour objectif d’éliminer les effets secondaires toxiques du traitement antibiotique et ainsi, d’augmenter son observance par les malades, clé de la guérison.  Ces travaux viennent d’être publiés dans l’édition avancée en ligne de Nature Medicine.

 « Une croissance importante du nombre de cas »
Mycobacterium tuberculosis est l’agent causal de la tuberculose. Annuellement, près de 10 millions de personnes déclarent cette maladie et plus d’un million et demi en meurent dans le monde (OMS, 2009). La Chine et l’Inde hébergent deux tiers des malades, et l’Afrique est très affectée car le Sida favorise le développement de la tuberculose. Les populations paupérisées des pays occidentaux ne sont pas non plus épargnées. Ainsi, plusieurs pays de l’Union Européenne connaissent une croissance importante du nombre de cas. La mondialisation des transports, les flux des populations migrantes, le tourisme favorisent même l’émergence de cas au sein des populations les plus nanties.

½ million de cas de tuberculose multirésistante déclarés par an
Cette maladie requiert un traitement antibio-thérapeutique long et souvent rendu pénible par les nombreux effets indésirables des médicaments. Ces contraintes poussent de nombreux malades à un mauvais suivi de leur médication, voire à son abandon prématuré. De cet épisode peuvent alors émerger des bactéries devenues résistantes au traitement. La rechute est rapide et la personne doit être traitée par une seconde ligne d’antibiotiques difficiles à doser car encore plus toxiques. Les chances de succès s’amenuisent fortement. Actuellement, ½ million de cas de tuberculose multirésistante sont déclarés chaque année, aboutissant au décès d’un quart des malades concernés. Dans certains pays de l’ex-bloc soviétique, la multirésistance concerne 22% des nouveaux cas de tuberculose.

Une intervention thérapeutique de lutte contre la tuberculose est proposée ce mois-ci dans Nature Medicine par le consortium de recherche pluridisciplinaire, composé des équipes lilloises d’Alain Baulard (Unité Inserm 629 «Mécanismes moléculaires de la pathogénie bactérienne» dirigée par Camille Locht), de Nicolas Willand (Unité Inserm 761 « Biostructures et découverte de médicament » dirigée par Benoit Déprez), de Vincent Villeret (équipe CNRS UMR81611, « Approches structurales et fonctionnelles de la pathogenèse ») et du groupe Bruxellois de Pablo Bifani (Institut Pasteur de Bruxelles, Pathologie moléculaire de la tuberculose).

Ces travaux ont débuté il y a près de 10 ans avec la découverte par Alain Baulard, chargé de recherche à l’Inserm, et son équipe, d’un gène de Mycobacterium tuberculosis contrôlant le niveau de sensibilité du bacille à plusieurs antibiotiques utilisés pour traiter les patients atteints de tuberculose multirésistante. Les chercheurs ont alors émis l’hypothèse que s’ils parvenaient à développer un médicament capable de lever ce contrôle, ils rendraient la bactérie plus sensible au traitement. L’objectif était en fait, une fois ces antibiotiques devenus plus efficaces, de les utiliser à plus faible dose afin d’entraîner moins d’effets toxiques et de favoriser ainsi un bon suivi thérapeutique par les malades, un facteur essentiel à la réussite du traitement.

En associant la chimie médicinale aux techniques de génie génétique, de radiocristallographie et de biophysique, le consortium de recherche a conçu, synthétisé et testé une molécule capable de modifier la sensibilité du bacille à plusieurs antibiotiques antituberculeux, dont l’éthionamide, utilisés dans le traitement des tuberculoses multirésistantes. Après plusieurs étapes d’optimisation in vitro, l’administration de cette molécule à des souris atteintes de tuberculose a permis de diminuer par trois la dose d’éthionamide nécessaire à leur guérison. À cette dose, l’antibiotique ne présente plus d’effet toxique, ce qui devrait favoriser l’observance du futur traitement par les malades.

C’est la première fois qu’une telle stratégie est proposée pour lutter contre une maladie infectieuse. Le consortium s’attelle maintenant à contrôler ou améliorer certaines propriétés de ces composés prometteurs, telles que leur stabilité dans l’organisme, leur solubilité, et leur compatibilité avec les autres antibiotiques du traitement. Bien que de nombreuses étapes restent à franchir avant d’autoriser les premiers essais chez l’homme, ceux-ci pourraient être envisagés pour 2012.

Pour en savoir plus
Source “Synthetic EthR inhibitors boost antituberculous activity of ethionamide” Nature Medicine, AOP, http://dx.doi.org/10.1038/nm.1950 ; Nicolas Willand, Bertrand Dirié, Xavier Carette, Pablo Bifani, Amit Singhal, Matthieu Desroses, Florence Leroux, Eve Willery, Vanessa Mathys, Rebecca Déprez-Poulain, Guy Delcroix, Frédéric Frénois, Marc Aumercier, Camille Locht, Vincent Villeret, Benoit Déprez & Alain R Baulard

Source : communiqué Inserm








MyPharma Editions

GSK : résultats d’évaluation de l’anticorps monoclonal Otilimab dans le traitement de la COVID-19

Publié le 26 février 2021
GSK : résultats d'évaluation de l'anticorps monoclonal Otilimab dans le traitement de la COVID-19

Le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé les résultats de l’étude de phase 2 OSCAR (Otilimab in Severe COVID-19 Related Disease) sur l’otilimab, un anticorps monoclonal anti-facteur de stimulation des colonies de granulocytes et de macrophages (anti GM-CSF).

Pierre Fabre et Puma Biotechnology amendent leur accord de licence NERLYNX® pour y inclure la Chine

Publié le 26 février 2021
Pierre Fabre et Puma Biotechnology amendent leur accord de licence NERLYNX® pour y inclure la Chine

Puma Biotechnology et Pierre Fabre ont convenu d’étendre les termes de l’accord de licence 2019 qui confère à Pierre Fabre les droits exclusifs de développement et de commercialisation de NERLYNX® (nératinib) en Europe, en Turquie, au Moyen-Orient et en Afrique. L’accord modifié étend les droits commerciaux de Pierre Fabre concernant NERLYNX à la Chine, qui comprend la Chine continentale, Taïwan, Hong Kong et Macao.

Median renforce son équipe de management iBiopsy®

Publié le 26 février 2021
Median renforce son équipe de management iBiopsy®

Median Technologies vient d’annoncer la nomination de Thomas Bonnefont au poste nouvellement créé de Chief Operating and Commercial Officer pour la Business Unit iBiopsy®, ainsi que la nomination de Mike Doherty au poste de Sr. Strategy Advisor, Product Development iBiopsy®. Ils rejoignent l’un et l’autre l’équipe de direction de Median. Mike Doherty est basé aux États-Unis.

L’Anses et l’ANSM lancent un projet de rapprochement à Lyon

Publié le 26 février 2021
L’Anses et l’ANSM lancent un projet de rapprochement à Lyon

Afin de rapprocher certaines de leurs activités au bénéfice d’une meilleure protection de la santé, pour l’Homme, les animaux et l’environnement, les deux agences ont décidé de regrouper dans un même bâtiment à Lyon-Gerland le laboratoire lyonnais de l’Anses et une partie de la direction des contrôles de l’ANSM. Au terme du concours d’architecte, le projet du cabinet Pargade Architectes a été retenu à l’unanimité du jury. Le démarrage des travaux est prévu en 2022, pour une livraison en 2024.

COVID-19 : Sanofi va aider Johnson & Johnson à fabriquer son vaccin

Publié le 24 février 2021
COVID-19 : Sanofi va aider Johnson & Johnson à fabriquer son vaccin

Sanofi vient de conclure un accord avec deux entreprises pharmaceutiques Janssen du groupe Johnson & Johnson, aux termes duquel le groupe pharmaceutique français contribuera à la fabrication du vaccin contre la COVID-19 de Janssen afin de remédier à la pandémie et de satisfaire à la demande mondiale de vaccins.

Valbiotis : 1ère visite du 1er patient dans l’étude clinique de Phase II HEART sur TOTUM-070

Publié le 23 février 2021
Valbiotis : 1ère visite du 1er patient dans l’étude clinique de Phase II HEART sur TOTUM-070

Valbiotis, entreprise de Recherche et Développement engagée dans l’innovation scientifique, pour la prévention et la lutte contre les maladies métaboliques, a annoncé la première visite du premier patient dans l’étude clinique de Phase II HEART qui évaluera TOTUM-070, substance active innovante pour la réduction du taux sanguin de LDL cholestérol, facteur de risque des maladies cardiovasculaires.

Daiichi Sankyo : Ken Takeshita, MD, nommé responsable mondial R&D

Publié le 23 février 2021
Daiichi Sankyo : Ken Takeshita, MD, nommé responsable mondial R&D

Daiichi Sankyo a annoncé que Ken Takeshita, MD, sera le nouveau responsable mondial de la recherche et du développement à partir du 1er avril 2021. À cette date, le Dr Junichi Koga prendra officiellement sa retraite, après une brillante et assidue carrière, dont plus de 12 ans passés chez Daiichi Sankyo.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents