Edition du 16-05-2021

Accueil » E-santé

Enquête Ipsos : médecins et patients portent un regard croisé sur la e-santé

Publié le jeudi 30 octobre 2008

Ce baromètre  présente les « regards croisés » que médecins et patients français portent sur les enjeux de la santé et les nouvelles technologies de l’information. Si les divergences de points de vue entre professionnels et grand-public s’accentuent sur les  dépenses de santé, les pratiques liées à la « e-santé » se développent lentement.

 

L’étude réalisée du 8 au 18 septembre 2008 auprès d’un échantillon national représentatif de 1 400 personnes, a cherché à  mieux identifier les évolutions des pratiques e-santé des Français. Parmi ses principaux enseignements : citoyens et médecins ne partagent pas les mêmes points de vue sur les enjeux de santé.
 En effet, dans près de la moitié des cas, le grand public estime que c’est à la Sécurité Sociale, aux mutuelles ou aux assurances privées de prendre en charge l’ensemble de leurs dépenses de santé. Les médecins manifestent une opinion contraire dans trois quarts des cas. Chez les personnes prêtes à consacrer une partie de leur budget personnel à la santé, cette part représenterait 10 à 20% de leur budget global. Parmi les domaines dans lesquels ils sont prêts à dépenser à titre personnel : le bienêtre, le sevrage tabagique, la prévention et le maintien à domicile.
Néanmoins, Médecins et patient se rejoignent quant à leur inquiétude sur  l’augmentation des dépenses globales de santé, même si le grand public l’est un peu moins que l’an dernier. Par ailleurs  tous s’inquiètent du fait que la solidarité soit de moins en moins le principe fondamental du système de santé.

 

Internet et la santé
Pour 76% des médecins et 60% des Français interrogés, la prise en charge des personnes dépendantes doit se faire en priorité à domicile. Seulement 12% de médecins considèrent qu’elle doit se faire à l’hôpital. Dans le domaine de l’hospitalisation à domicile, les nouvelles technologies sont amenées à jouer un rôle essentiel pour 85% du grand public et 76% des médecins.

Encore aujourd’hui largement circonscrit à la recherche d’informations d’ordre médical, l’usage d’Internet par le grand public a peu évolué depuis l’an dernier. Elle reste marginale dans le cadre de la relation entre le patient et le thérapeute (communication par email avec un médecin, diagnostic à distance). Seul changement notable : les Français sont plus nombreux qu’en 2007 – un tiers d’entre eux cette année – à utiliser Internet pour situer géographiquement un professionnel de santé.
Quant aux médecins, ils utilisent pour 70 à 72 % d’entre eux Internet pour se tenir informés des publications et obtenir des informations permettant d’enrichir leur diagnostic. Et de plus en plus pour obtenir des informations relatives aux patients et pour communiquer avec eux.

 

Un site dédié à la santé et au bien-être
Un Français sur deux se dit intéressé par la consultation d’un site dédié, où il pourrait à la fois trouver des informations d’ordre général sur la santé et accéder à un espace personnel relatif à son propre état de santé. Les trois quarts des personnes intéressées par ce site sont favorables à l’idée de pouvoir accéder à leur bilan de santé personnel en ligne.
L’intérêt d’y trouver des rubriques contenant des informations sur la santé en général, permettant de prendre rendez-vous avec son médecin ou de consulter son bilan de santé personnel, est plus marqué chez les jeunes de 15-34 ans et chez les internautes réguliers.

 
Les chiffres clés du baromètre 2008 Ipsos sur la e-santé

  • 44% des médecins et 56% du grand public s’inquiètent des conditions de vieillissement de la population
  • 76% des médecins et 85% du grand public pensent que les nouvelles technologies vont devenir essentielles dans le domaine de l’hospitalisation à domicile
  • 33% du grand public a recours à Internet pour situer géographiquement un professionnel de santé
  • 46% du grand public acceptant de consacrer une partie de son budget personnel à la santé estiment qu’il est utile de le faire pour favoriser le maintien à domicile
  • 61% des médecins confient utiliser Internet pour « alléger leurs tâches administratives » en 2008, contre 56% en 2007
  • 36% des médecins ont recours à Internet pour « obtenir des informations relatives à leurs patients » en 2008, contre 29% en 2007







MyPharma Editions

Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Publié le 14 mai 2021
Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Genomic Vision, société de biotechnologie qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, vient d’annoncer avoir terminé avec succès le premier volet d’un accord de recherche en trois parties pour la caractérisation génétique des banques de cellules de Sanofi.

Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Publié le 12 mai 2021
Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Cellectis, une société biopharmaceutique de phase clinique spécialisée dans le développement d’immunothérapies fondées sur les cellules CAR-T allogéniques ingéniérées (UCART) et Sanofi, ont annoncé la signature d’un partenariat et d’un contrat d’approvisionnement concernant l’alemtuzumab, un anticorps monoclonal anti-CD52, qui sera utilisé dans le cadre du régime de lymphodéplétion dans certains essais cliniques propriétaires de Cellectis évaluant les cellules UCART.

Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Publié le 12 mai 2021
Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Ipsen a annoncé aujourd’hui avoir exercé son option de collaboration avec Exelixis dans l’étude pivotale de Phase III COSMIC-311. L’étude COSMIC-311 évalue Cabometyx® (cabozantinib) 60 mg par rapport à un placebo chez des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (DTC) réfractaire à l’iode radioactif ayant progressé après un à deux traitements antérieurs ciblant le récepteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGFR)2.

Genfit : mise à jour du portefeuille de produits et lancement de nouveaux programmes cliniques

Publié le 12 mai 2021
Genfit : mise à jour du portefeuille de produits et lancement de nouveaux programmes cliniques

Genfit , société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, vient d’annoncer un recentrage de ses activités de R&D sur l’Acute on Chronic Liver Failure (ACLF) et les maladies cholestatiques.

Nanobiotix s’associe à Lianbio pour le développement et la commercialisation de NBTXR3 en Chine et sur plusieurs marchés asiatiques

Publié le 12 mai 2021
Nanobiotix s'associe à Lianbio pour le développement et la commercialisation de NBTXR3 en Chine et sur plusieurs marchés asiatiques

Nanobiotix, société française de biotechnologie, pionnière des approches fondées sur la physique pour élargir les possibilités de traitement des patients atteints de cancer, a annoncé un partenariat avec LianBio, société de biotechnologie dédiée à la mise à disposition de médicaments innovants pour les patients de Chine et sur les principaux marchés asiatiques, afin de développer et de commercialiser le principal produit-candidat de Nanobiotix, NBTXR3, potentiel premier produit de la catégorie des radio-enhancers, en Chine élargie (Chine continentale, Hong Kong, Taïwan et Macao), en Corée du Sud, à Singapour et en Thaïlande.

Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Publié le 11 mai 2021
Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes et/ou compliquées, a annoncé l’accord des autorités de Hong-Kong pour la délivrance d’un brevet pour ses phages anti-Pseudomonas Aeruginosa sur ce territoire.

Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Publié le 11 mai 2021
Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Iktos, société spécialisée dans l’intelligence artificielle pour la conception de nouveaux médicaments, et Facio Therapies, société de découverte et développement de médicaments axée sur la mise au point de traitements pour la dystrophie facio-scapulo-humérale (FSH), ont annoncé leur entrée en collaboration pour appliquer la technologie d’intelligence artificielle (IA) de modélisation générative d’Iktos dans l’un des programmes de découverte de médicaments de Facio.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents