Edition du 04-07-2022

Environnement chimique : alerte sur la reproduction et le développement de l’enfant

Publié le mercredi 19 novembre 2008

Dans l’ensemble des pays industrialisés, les affections qui altèrent la fertilité masculine sont en augmentation. Sur le banc des suspects : des substances chimiques qui agissent comme des perturbateurs endocriniens. Un colloque organisé le 25 novembre par la secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, doit permettre un partage d’expériences entre scientifiques européens.

 

Les statistiques sont là pour alimenter l’inquiétude et le débat. Toutes les études montrent une augmentation des allergies chez les enfants, et une augmentation du nombre de nouveaux cas de cancers tant chez l’homme que chez la femme, qui a pratiquement doublé en 25 ans.
Dans ce tableau préoccupant, le débat est vif pour savoir quelle est la part revenant aux évolutions démographiques et des techniques médicales de diagnostic et celle revenant aux modifications de l’environnement dans les pathologies infantiles, et dans ce que d’aucuns appelle l’épidémie de certains cancers (sein, prostate, thyroïde, testicule, lymphomes,…).

Le concept de « perturbation endocrinienne »
Depuis 50 ans, la production spermatique des hommes aurait diminué de moitié environ, l’incidence du cancer du testicule a augmenté de près de 5%, les malformations génitales des garçons ont également augmenté. Dans les espèces sauvages, la reproduction des poissons et des amphibiens est perturbée. Depuis le début des années 1990, tant aux Etats-Unis qu’en Europe, le concept de « perturbation endocrinienne » alimente un vif débat sur la détérioration de la santé reproductive humaine, aussi bien dans la communauté scientifique qu’au niveau du public, des média, des instances réglementaires et politiques. Une des particularités les plus marquantes de ce débat est qu’il mêle dans la communauté scientifique des disciplines qui, auparavant, se rencontraient peu : cliniciens, biologistes, endocrinologues, épidémiologistes, toxicologues, ecotoxicologues et autres spécialistes de la faune sauvage.

Deux types de perturbateurs endocriniens
Selon leur origine, deux types de perturbateurs endocriniens sont distingués : les substances produites naturellement par des organismes biologiques (notamment certaines plantes et champignons) et les substances de synthèse, notamment des molécules pharmaceutiques et vétérinaires (distilbène, pilules contraceptives, traitements hormonaux de cancers, promoteurs de croissance etc.), agricoles (DDT et autres pesticides organochlorés) et industrielles (des agents plastifiants, des retardateurs de flammes bromésii, la dioxineiii-iv et certains métaux lourds dont le plomb, le mercure et le manganèse).

125 perturbateurs endocriniens certains
Dans le cadre de sa stratégie communautaire concernant les perturbateurs endocriniens, l’Europe a établi en 2007 une liste de 320 substances (identifiées parmi 600 substances étudiées) susceptibles de perturber le système endocrinien humain. 125 d’entres elles sont qualifiées de perturbateurs endocriniens certains. Cette liste comprend plusieurs familles de substances chimiques dont les phtalates, les phyto-oestrogènes, la dioxine, certains pesticides et métaux lourds, des composés bromés, etc

C’est pourquoi, pour faire le point des connaissances sur les implications des chercheurs et des décideurs, sur les perspectives et les possibilités d’actions devant ces enjeux humains et environnementaux, l´Afsset et l´IReSP organisent cette journée placée sous la présidence française de l´UE. Des scientifiques venus spécialement du monde entier se retrouveront ainsi pour présenter les derniers résultats de leurs programmes de recherche.

 

Pour plus d’informations, consulter le programme du colloque








MyPharma Editions

Sensorion : approbation en Australie de l’essai clinique de preuve de concept du SENS-401

Publié le 1 juillet 2022
Sensorion : approbation en Australie de l’essai clinique de preuve de concept du SENS-401

Sensorion, société biotechnologique pionnière au stade clinique dédiée au développement de thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir les pertes d’audition, vient d’annoncer que le lancement d’une étude clinique de preuve de concept (POC) du SENS-401 (Arazasetron) chez les patients devant bénéficier d’un implant cochléaire a été approuvé par les autorités réglementaires en Australie.

Pierre Fabre et la Fondation EspeRare administrent un traitement expérimental à leur 1er patient dans le cadre de l’essai EDELIFE portant sur la XLHED

Publié le 1 juillet 2022
Pierre Fabre et la Fondation EspeRare administrent un traitement expérimental à leur 1er patient dans le cadre de l'essai EDELIFE portant sur la XLHED

La Fondation EspeRare et le groupe Pierre Fabre ont annoncé aujourd’hui que, dans le cadre de l’essai clinique EDELIFE, le premier patient avait reçu les trois injections prévues. Cet essai pivot est le premier en son genre, car le traitement est administré au bébé atteint de XLHED (dysplasie ectodermique hypohidrotique liée au chromosome X) alors qu’il se trouve encore dans l’utérus de sa mère. L’objectif de cet essai est de confirmer l’efficacité et l’innocuité d’ER004 pour le traitement prénatal des garçons atteints de XLHED.

Onxeo : la demande initiale d’IND pour AsiDNA a reçu l’approbation « Study May Proceed » de la part de la FDA

Publié le 1 juillet 2022
Onxeo : la demande initiale d’IND pour AsiDNA a reçu l’approbation « Study May Proceed » de la part de la FDA

Onxeo, société de biotechnologie au stade clinique spécialisée dans le développement de médicaments innovants ciblant les mécanismes de réponse aux dommages de l’ADN tumoral (DDR) pour lutter contre les cancers rares ou résistants, a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé la demande initiale d’Investigational New Drug (IND) pour AsiDNA, son candidat médicament « first-in-class ». Il s’agit de la première IND déposée par Onxeo depuis l’arrivée de l’équipe américaine en avril 2022.

Cellectis dévoile dans Nature Communications de nouvelles cellules CAR T universelles immuno-évasives dotées d’une persistance potentiellement améliorée

Publié le 1 juillet 2022
Cellectis dévoile dans Nature Communications de nouvelles cellules CAR T universelles immuno-évasives dotées d'une persistance potentiellement améliorée

Cellectis, société de biotechnologie de stade clinique, qui utilise sa technologie pionnière d’édition de génome TALEN® pour développer de potentielles thérapies innovantes pour le traitement de maladies graves, vient de publier des données de recherche sur ses nouvelles cellules CAR T universelles aux propriétés immuno-évasives dans Nature Communications, suite à sa présentation orale à l’American Society of Cell and Gene Therapy (ASGCT) le 16 mai dernier.

NèreS élit son nouveau conseil d’Administration et renouvelle son bureau

Publié le 30 juin 2022
NèreS élit son nouveau conseil d’Administration et renouvelle son bureau

Lors de son Assemblée générale annuelle, NèreS (ex. AFIPA), organisation professionnelle qui représente les laboratoires pharmaceutiques produisant et commercialisant des produits de santé et de prévention de premier recours disponibles en pharmacie sans ordonnance (médicaments, dispositifs médicaux et compléments alimentaires), a élu son nouveau Conseil d’administration pour les deux prochaines années. A cette occasion, Vincent COTARD a été reconduit comme Président de NèreS à l’unanimité.

Thérapies cellulaires : Galapagos acquiert CellPoint et AboundBio

Publié le 30 juin 2022
Thérapies cellulaires : Galapagos acquiert CellPoint et AboundBio

Galapagos, CellPoint et AboundBio ont annoncé aujourd’hui avoir conclu un accord définitif avec Galapagos, propulsant Galapagos dans la thérapie cellulaire de nouvelle génération tout en élargissant considérablement son portefeuille de recherche et ses capacités.

Amolyt Pharma : Mark Sumeray nommé au poste de Chief Medical Officer

Publié le 30 juin 2022
Amolyt Pharma : Mark Sumeray nommé au poste de Chief Medical Officer

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes rares, a annoncé le recrutement de Mark Sumeray, M.D., MS, FRCS, figure du secteur des biotechnologies, au poste de Chief Medical Officer. Mark Sumeray occupait la fonction de Chief Medical Officer d’Amryt Pharmaceuticals, depuis septembre 2016.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents