Edition du 04-03-2021

Innovation : le secteur biopharmaceutique « peut mieux faire », selon l’Economist Intelligence Unit

Publié le mercredi 13 juillet 2011

Une nouvelle enquête menée par l’Economist Intelligence Unit et parrainée par Quintiles met en évidence le besoin urgent d’innovation dans le secteur de la biopharmaceutique. Cette enquête a été réalisée au moment où la filière biopharmaceutique se retrouve « au bord du précipice » en ce qui concerne les expirations de brevets : au cours de cette année et de l’année prochaine, sept des quinze médicaments les plus vendus au monde, représentant près de 50 milliards USD de ventes en 2009, tomberont dans le domaine public.

Afin d’étudier les stratégies déployées par les entreprises dans cet environnement difficile, l’Economist Intelligence Unit a mené une enquête mondiale auprès de 282 cadres supérieurs issus du secteur des sciences de la vie.* Les résultats montrent que l’innovation joue un rôle primordial dans le lancement de nouveaux produits sur le marché destinés à traiter les maladies de façon plus efficace.

« Notre recherche montre qu’il n’existe aucun modèle unique qui puisse s’appliquer à toutes les entreprises, mais que les champions de l’innovation, qui sont ouverts à acquérir des connaissances auprès de nombreuses sources différentes, ont généré près de deux fois plus de produits et nouvelles entités moléculaires (NME) que les autres sociétés au cours des trois dernières années », a déclaré Katherine Dorr Abreu, rédactrice en chef de l’Economist Intelligence Unit.

Fait troublant, toutefois, l’enquête a également indiqué que les cadres supérieurs interrogés restaient partagés sur la qualité de leurs programmes d’innovation existants ; moins de la moitié d’entre eux ont déclaré que leur modèle de R & D était capable de répondre aux besoins de leur entreprise et seulement environ la moitié d’entre eux ont affirmé que le changement de leurs processus d’innovation constituait une priorité de premier ordre.

« Les résultats de cette intéressante enquête soulignent le besoin urgent d’une innovation axée sur les données au moment où les entreprises naviguent à travers les défis représentés par la « New Health » (nouvelle santé) », a déclaré Paula Brown Stafford, présidente du service du développement clinique de Quintiles. « Les meilleures innovations proviendront des entreprises qui adopteront une approche créative envers les nouvelles technologies pour transformer leurs données et informations en connaissances, rechercheront des partenariats ouverts pour renforcer leur expertise et prendront de meilleures décisions, plus rapidement ».

Intitulé « L’innovation comme un enjeu stratégique du secteur de la biopharmaceutique » (The innovation imperative in biopharma), ce rapport indique que :

– les cadres supérieurs restent partagés sur la qualité de leurs programmes d’innovation existants : Seuls 47 % des cadres supérieurs ont déclaré que leur modèle de R & D était capable de répondre aux besoins de leur entreprise ; 49 % d’entre eux ont évalué la stratégie globale de leur entreprise en matière d’innovation comme étant, au mieux, modérément efficace.

– Seule la moitié d’entre eux environ font du changement au niveau des processus d’innovation une priorité de premier ordre : Malgré les efforts déployés par la quasi-totalité des entreprises envers l’amélioration de l’innovation, 54 % d’entre elles uniquement, y compris celles qui avouent disposer de stratégies d’innovation médiocres ou inefficaces, considèrent l’innovation en général comme une priorité de premier ordre.

– La culture est le principal obstacle à l’amélioration de l’innovation parmi les entreprises les plus retardataires : Les principaux obstacles à l’innovation cités par les répondants sont les coûts (notamment pour les petites entreprises), les temps de mise au point en matière de R & D et la réglementation. Parmi les entreprises enregistrant les pires résultats dans le domaine de l’innovation, l’attachement culturel aux pratiques existantes est cité comme leur problème principal.

– Les champions de l’innovation dans le domaine des sciences de la vie créent une culture favorable, sont plus engagés dans l’innovation ouverte et font un meilleur usage des données. Parmi les entreprises interrogées considérant leurs programmes d’innovation comme étant « très efficaces », une sur cinq lance généralement environ deux fois plus de nouveaux produits que les autres. Ces entreprises se comportent également de façon différente sur plusieurs plans. Tout d’abord, elles s’efforcent de créer un environnement adéquat, recherchant des moyens appropriés pour récompenser les efforts sans pénaliser les échecs. Ensuite, elles se montrent davantage engagées dans une politique d’innovation ouverte, faisant preuve d’une perspective plus souple en matière de propriété intellectuelle (PI) : 63 % des plus grands innovateurs affirment qu’ils utilisent avec succès l’innovation ouverte, près de deux fois la moyenne globale. Enfin, elles font plus amplement usage des données à leur disposition, tant en interne qu’en externe, afin de soutenir leurs efforts (67 %).

En conclusion : ce secteur peut mieux faire

Pour les entreprises œuvrant dans le secteur des sciences de la vie, l’amélioration de l’innovation est essentielle. Mais des coûts élevés, une réglementation complexe et des longs délais de mise au point conspirent pour rendre cela difficile. Pour celles qui sont prêtes à s’améliorer, cependant, des enseignements importants peuvent être tirés des habitudes des innovateurs affichant les meilleurs taux de réussite :

– Reconsidérez votre environnement d’innovation : il est essentiel de créer une culture motivante. Les entreprises doivent faire en sorte que leurs conditions de travail et leurs systèmes de récompense encouragent vraiment les individus à prendre des risques et à investir suffisamment d’efforts dans l’innovation.

– Cherchez à développer des partenariats plus ouverts : les entreprises de premier plan se tournent vers l’innovation plus ouverte. Bien que la propriété intellectuelle reste toujours importante, une focalisation excessive sur ce domaine peut porter préjudice à une entreprise en empêchant l’innovation fructueuse.

– Exploitez à fond votre PI : un trop grand nombre d’entreprises ne disposent pas des procédés nécessaires pour tirer pleinement profit de leurs propres recherches. Le retour sur investissement peut être amélioré en exploitant plus à fond les découvertes qui ne doivent pas être limitées aux sciences de la vie.

– Étudiez les possibilités de faire un meilleur usage de vos données : les outils de traitement de données disponibles pour faciliter les efforts de R & D connaissent actuellement une amélioration rapide. Dans un tel contexte, il est impératif de faire preuve d’un effort concentré pour examiner et réorganiser les processus en vue d’intégrer la nouvelle technologie de manière plus efficace.

Pour relever les défis surgissant de toutes parts, les entreprises du secteur des sciences de la vie doivent s’employer à bien plus qu’à réduire leurs coûts : elles doivent réinventer la façon dont elles innovent, a conclu l’enquête.

*À propos de l’enquête :
Un total de 282 cadres supérieurs provenant du secteur des sciences de la vie ont participé à l’enquête du mois d’avril 2011, y compris, entre autres, des répondants travaillant pour le compte d’entreprises pharmaceutiques (39 %), du secteur de la biotechnologie (21 %), de fabricants de dispositifs médicaux (22 %) et de prestataires de services (14 %). Les répondants étaient des cadres assez haut placés, 58 % d’entre eux appartenant à la catégorie C ou assumant une fonction hiérarchique supérieure. Sur le plan géographique, 32 % des personnes interrogées étaient issues de la région Asie-Pacifique, 31 % de l’Amérique du Nord et 26 % de l’Europe occidentale, les autres participants provenant du reste du monde. Les répondants à l’enquête provenaient d’entreprises de toutes tailles : 43 % des dirigeants interrogés travaillaient pour des sociétés réalisant plus d’un milliard USD de recettes annuelles et 24 % d’entre eux pour des entreprises enregistrant des revenus annuels de plus de cinq milliards USD. Pour compléter les résultats de l’enquête, huit entretiens en profondeur ont menés auprès de cadres supérieurs de l’industrie, en parallèle à une recherche documentaire approfondie.

Consulter l’enquête : http://www.quintiles.com/elements/media/files/economist-intelligence-unit.pdf

Source : Quintiles








MyPharma Editions

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

LFB : l’EMA valide le dépôt de la demande d’AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Publié le 2 mars 2021
LFB : l'EMA valide le dépôt de la demande d'AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Le LFB, le groupe biopharmaceutique qui développe, fabrique et commercialise des médicaments dérivés du sang et des protéines recombinantes pour la prise en charge des patients atteints de pathologies graves et souvent rares, vient d’annoncer que l’Agence européenne des médicaments (EMA), l’autorité réglementaire européenne, a validé le dépôt de la demande d’autorisation de mise sur le marché d’eptacog beta, un facteur de coagulation VIIa recombinant (rFVIIa).

Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Publié le 2 mars 2021
Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Abionyx Pharma vient d’annoncer les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare qui sont publiés en exclusivité dans la revue scientifique « Annals of Internal Medicine », la revue de médecine interne la plus citée et la mieux classée dans la catégorie Médecine.

Industrie pharmaceutique : accord sur les salaires minima pour l’année 2021

Publié le 2 mars 2021

A l’issue de deux réunions de négociations les 7 janvier et 18 février dernier, le Leem a proposé à la signature un accord collectif revalorisant l’ensemble des salaires minima conventionnels de 0,8 % au 1er janvier 2021.

Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Publié le 2 mars 2021
Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique qui vise à moduler le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, le cancer et les maladies virales, a annoncé la nomination du Dr Sophie Biguenet en tant que Directrice Médicale à compter du 1er mars 2021.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents