Edition du 16-05-2021

Accueil » A la Une » Industrie » Stratégie

Interview – Christian Lajoux: « on peut critiquer les industriels du médicament, à condition que ces critiques soient légitimes »

Publié le jeudi 11 mars 2010

Une bataille sans fin, une course contre la montre face à la mutation ou à l’émergence des maladies : c’est celle que les industriels du médicament livrent auprès des soignants, des chercheurs, des patients et évidemment des politiques. Christian Lajoux, président du Leem (les Entreprises du médicament), publie Le médicament, enjeu du XXIème siècle (1) , un livre plaidoyer pour le grand public, destiné, selon ses mots, à tordre le cou aux idées reçues sur le médicament.

 MyPharma : Christian Lajoux, vous écrivez que « le médicament a bon dos » et que l’ « industrie pharmaceutique voudrait être aimée », mais vous affirmez qu’il faudrait tout d’abord qu’on la respecte. Pourquoi, selon vous, n’est-elle pas respectée -et par qui ?-, et que voulez-vous dire quand vous évoquez le « bon dos » du médicament?

Christian Lajoux: « Je ne dis pas « circulez, il n’y a rien à voir ». Oui, on peut nous critiquer, mais à condition que ces critiques soient légitimes. Par exemple, je reconnais que nous aurions pu être plus pédagogues pour obtenir de l’opinion que le rôle des industriels du médicament soit mieux identifié et mieux reconnu dans le progrès thérapeutique. Du point de vue économique, les industriels ont longtemps été accusés sinon de créer, du moins de creuser le déficit de la Sécurité sociale: aujourd’hui, notre rôle est mieux reconnu car en termes d’efficience, le médicament reste l’investissement le moins cher puisqu’il permet d’éviter nombre d’hospitalisations ou d’arrêts de travail ».

MyPharma : Mais votre image reste néanmoins controversée…

Ch. L. : « Nous sommes, nous les industriels du médicament, régulièrement victimes de propos injustes et d’ailleurs calomnieux de la part d’une petite minorité de personnes que je qualifierai de « professionnels du dénigrement ». Ces mêmes personnes ont accès aux plateaux de télévision, ce qui n’est pas notre cas. Je peux même dire que nous sommes blacklistés. Ce qui est d’ailleurs un paradoxe car le caractère stratégique de notre activité est aujourd’hui reconnu, au même titre que les industries de l’énergie ou de l’aéronautique. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle j’ai écrit ce livre: il est destiné au grand public au sens où il peut apparaître comme un mode d’emploi à destination du citoyen ».

 MyPharma : Vous abordez le thème -délicat- de la confiance et des médicaments. Peut-on en effet leur faire confiance et -question pour le moins sensible après le difficile épisode de la grippe A/H1N1- faut-il encore se faire vacciner?

Ch. L. : « Le grand perdant dans l’histoire de la grippe A, c’est la vaccination. Il est facile de raconter l’histoire après la bataille. Je voudrais d’ailleurs faire observer que tous les lobbys anti-vaccins ont eu la parole, ce qui n’a pas contribué à la sérénité du débat et encore moins à l’efficacité de la campagne. Sur le fait de savoir s’il faut se faire vacciner, je dirais « oui » et sans hésiter. Pourquoi? Parce que rien ne prouve que les crises sanitaires sont derrière nous, surtout si la vaccination reste la grande perdante ».

MyPharma : Vous expliquez que, progressivement mais inéluctablement, la pharmacie chimique cèdera la pas devant les biotechnologies. Cette révolution scientifique et thérapeutique est mal connue du grand public. Quelles promesses recèle-t-elle selon vous, notamment dans le domaine du progrès thérapeutique?

Ch.L. : « Nous vivons et réalisons actuellement d’énormes progrès, notamment dans la mise en place d’une médecine beaucoup plus individualisée. C’est la fin de la médecine de masse et des « blockbusters »: nous entrons dans l’ère du « sur-mesure », notamment en ce qui concerne le cancer. Pour ce qui est des biotechnologies, je voudrais souligner que l’avenir du médicament n’est pas dans le « tout-biotech »: dès à présent, les biotechnologies trouvent des applications dans les médicaments chimiques. Il n’y a donc pas de frontière entre les biotechs et les médicaments chimiques, mais plutôt un métissage ».

MyPharma : En matière d’environnement et de biodiversité, les efforts des industriels de la pharmacie restent timides ou peu visibles. Pourquoi?

Ch.L. : « Timides, non. Depuis longtemps, les industriels du médicament ont « fait de l’environnement » sans le savoir. J’en veux pour preuve les contrôles extrêmements stricts de qualité, les inspections de sites et, pour tout dire, des pratiques environnementales d’un excellent niveau. Mais il nous reste à faire des progrès, par exemple, dans le domaine des transports car nous sommes de gros utilisateurs. La sensibilisation de nos personnels sur le problème des résidus de molécules pharmaceutiques dans l’eau, certes dans de très faibles concentrations, est aussi l’une de nos priorités. Il est vrai que nos mesures ne sont pas encore très spectaculaires, mais on avance » !

 Hervé Karleskind

(1) Le Cherche-Midi éditeur, 17 euros








MyPharma Editions

Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Publié le 14 mai 2021
Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Genomic Vision, société de biotechnologie qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, vient d’annoncer avoir terminé avec succès le premier volet d’un accord de recherche en trois parties pour la caractérisation génétique des banques de cellules de Sanofi.

Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Publié le 12 mai 2021
Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Cellectis, une société biopharmaceutique de phase clinique spécialisée dans le développement d’immunothérapies fondées sur les cellules CAR-T allogéniques ingéniérées (UCART) et Sanofi, ont annoncé la signature d’un partenariat et d’un contrat d’approvisionnement concernant l’alemtuzumab, un anticorps monoclonal anti-CD52, qui sera utilisé dans le cadre du régime de lymphodéplétion dans certains essais cliniques propriétaires de Cellectis évaluant les cellules UCART.

Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Publié le 12 mai 2021
Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Ipsen a annoncé aujourd’hui avoir exercé son option de collaboration avec Exelixis dans l’étude pivotale de Phase III COSMIC-311. L’étude COSMIC-311 évalue Cabometyx® (cabozantinib) 60 mg par rapport à un placebo chez des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (DTC) réfractaire à l’iode radioactif ayant progressé après un à deux traitements antérieurs ciblant le récepteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGFR)2.

Genfit : mise à jour du portefeuille de produits et lancement de nouveaux programmes cliniques

Publié le 12 mai 2021
Genfit : mise à jour du portefeuille de produits et lancement de nouveaux programmes cliniques

Genfit , société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, vient d’annoncer un recentrage de ses activités de R&D sur l’Acute on Chronic Liver Failure (ACLF) et les maladies cholestatiques.

Nanobiotix s’associe à Lianbio pour le développement et la commercialisation de NBTXR3 en Chine et sur plusieurs marchés asiatiques

Publié le 12 mai 2021
Nanobiotix s'associe à Lianbio pour le développement et la commercialisation de NBTXR3 en Chine et sur plusieurs marchés asiatiques

Nanobiotix, société française de biotechnologie, pionnière des approches fondées sur la physique pour élargir les possibilités de traitement des patients atteints de cancer, a annoncé un partenariat avec LianBio, société de biotechnologie dédiée à la mise à disposition de médicaments innovants pour les patients de Chine et sur les principaux marchés asiatiques, afin de développer et de commercialiser le principal produit-candidat de Nanobiotix, NBTXR3, potentiel premier produit de la catégorie des radio-enhancers, en Chine élargie (Chine continentale, Hong Kong, Taïwan et Macao), en Corée du Sud, à Singapour et en Thaïlande.

Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Publié le 11 mai 2021
Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes et/ou compliquées, a annoncé l’accord des autorités de Hong-Kong pour la délivrance d’un brevet pour ses phages anti-Pseudomonas Aeruginosa sur ce territoire.

Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Publié le 11 mai 2021
Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Iktos, société spécialisée dans l’intelligence artificielle pour la conception de nouveaux médicaments, et Facio Therapies, société de découverte et développement de médicaments axée sur la mise au point de traitements pour la dystrophie facio-scapulo-humérale (FSH), ont annoncé leur entrée en collaboration pour appliquer la technologie d’intelligence artificielle (IA) de modélisation générative d’Iktos dans l’un des programmes de découverte de médicaments de Facio.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents