Edition du 23-01-2021

Accueil » Cancer » Et aussi » Médecine » Recherche

L’INCa lance un programme de recherche sur le cancer de la prostate

Publié le vendredi 16 octobre 2009

L’INCa lance un programme de recherche sur le cancer de la prostateL’Association pour la recherche sur le cancer (ARC), l’Institut National du Cancer (INCa) et la Ligue Nationale Contre le Cancer (LNCC) s’associent pour lancer un programme d’actions intégrées de recherche sur le cancer de la prostate.

L’Institut National du Cancer lance chaque année un programme d’actions intégrées de recherche (PAIR), programme transversal et novateur par sa démarche, qui cible une pathologie soulevant des questions de santé publique et auxquelles toutes les disciplines scientifiques sont invitées à répondre. Il s’agit là du quatrième programme d’actions intégrées de Recherche qui porte cette année sur le cancer de la prostate. Pour la première fois, l’ARC, l’INCa et la Ligue contre le cancer, ont souhaité œuvrer ensemble au développement d’un Appel à Projet commun de recherche sur cette thématique.

Le plus fréquent de tous les cancers en France
En effet, le cancer de la prostate est aujourd’hui le plus fréquent de tous les cancers en France avec 62 245 nouveaux cas en 2005 et 10 000 décès. Son incidence a augmenté de +8,5 % par an entre 2000 et 2005. Sur la même période, son taux de mortalité a décru de 2,5 %. Cette évolution épidémiologique est en particulier due au développement du dépistage individuel. Il représente toutefois encore 10 % des causes de décès par cancer (4ème rang des cancers avec 9 202 décès par an) et le 1er cancer chez l’homme.

Les grandes études randomisées (européennes et nord-américaines) montrent que le dépistage « organisé » (protocole de dépistage) réduit significativement le taux de cancers « non curables » lors du diagnostic mais génère aussi beaucoup de biopsies prostatiques inutiles et de diagnostic de cancers à faibles risques évolutifs « indolents » avec un possible sur-traitement et ses conséquences fonctionnelles sur la sexualité et la continence urinaire.

Dans ce contexte, l’ARC et la Ligue Nationale Contre le Cancer se sont associés à l’INCa pour soutenir et développer des recherches pluridisciplinaires sur ce cancer incluant les domaines de la recherche fondamentale, clinique, et translationnelle, de l’épidémiologie, des sciences humaines et sociales. Ce programme concerne plus particulièrement les formes précoces de cancer de la prostate et vise à mieux comprendre le développement de ce cancer, le rôle du vieillissement et des interactions gène/environnement, le rôle du microenvironnement tumoral (stroma, infection, immunité, hormones, récepteurs…). Il doit également permettre de développer l’épidémiologie ainsi que la connaissance sur les disparités économiques et sociales et les inégalités dans la prise en charge.

L’appel à projets doit renforcer les partenariats pluridisciplinaires dans les champs des techniques et stratégies de diagnostic précoce, des thérapeutiques, de la prévention et de la prise en charge des séquelles thérapeutiques. La constitution d’équipes incluant des fondamentalistes et des chercheurs cliniciens, épidémiologistes et en santé publique sera particulièrement encouragée.
Chacun des trois partenaires contribuera de manière équivalente au financement des projets qui seront sélectionnés par un jury international (budget global estimé : 6 à 7 millions d’euros.)
La date limite de dépôt des dossiers de candidatures est fixée au 14 décembre 2009. Les résultats devraient être publiés en avril 2010.

L’INCa a déjà lancé trois PAIR, en 2007 sur les formes précoces du cancer colorectal pour accompagner le lancement de la campagne de dépistage, en 2008 sur les lymphomes en raison de l’augmentation de leur incidence et en 2009 sur l’hépatocarcinome, en partenariat avec l’ARC et l’ANRS.
Le texte du Programme d’actions intégrées de Recherche sur le cancer de la prostate ainsi que le règlement de candidature sont consultables sur le site www.e-cancer.fr, www.arc-cancer.net, www.ligue-cancer.net








MyPharma Editions

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Publié le 19 janvier 2021
Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l'étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Servier a annoncé les résultats actualisés de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil) + bevacizumab et capécitabine + bevacizumab (C-B) en première ligne pour les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique non résécable (mCRC) et non éligibles pour un traitement intensif.1 Ces données ont été présentées lors d’une présentation orale au Symposium sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO 2021 (ASCO-GI).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents