Edition du 24-05-2018

Le Leem propose un « pacte industriel » aux pouvoirs publics pour juguler la baisse des effectifs

Publié le jeudi 4 octobre 2012

Le Leem a dévoilé jeudi le contenu de deux études prospectives sur l’avenir de la production des médicaments en France. Selon l’organisation professionnelle, les emplois de production présentent un risque pour la période 2015 – 2020. Le Leem réclame ainsi aux pouvoirs publics la mise en place d’actions politiques et industrielles afin de juguler la possible réduction des effectifs de production.

La première étude, menée par le cabinet Roland Berger, dresse l’état des lieux de la production des médicaments en France et explore les leviers de relance. La France présente plusieurs atouts : un tissu de 224 sites de production couvrant de nombreuses technologies, une capacité à gérer la complexité industrielle, un transfert de compétences réussi vers les sous-traitants, une position de leader sur les vaccins et la présence de quelques sites dans le champ prometteur des biotechs (insulines et produits dérivés du sang), une contribution importante à la balance commerciale (en moyenne, plus de 6 milliards d’excédents par an)…

Dans le même temps, cette industrie recèle des points de fragilité :

– un positionnement sur des spécialités sous forme sèche, en phase de maturité (2/3 des références produites en France correspondent à des médicaments sur le marché depuis 18 ans en moyenne), à perspectives de croissance limitées, faisant peser un enjeu de maintien de la production actuelle et de renouvellement du portefeuille sur le territoire (aucun des nouveaux médicaments enregistrés au niveau européen en 2011 n’est produit en France) ;

– un contexte structurel de surcapacité de production mettant particulièrement sous pression les sous-traitants industriels ;

– des conditions de réussite internes et externes restant à réunir pour orienter l’activité vers les productions d’avenir.

 « Un emploi industriel menacé, sauf mesures volontaristes »

Le cabinet Arthur D. Little a, pour sa part, réalisé une étude prospective sur l’emploi dans la production pharmaceutique en France à 10 ans. Elle s’appuie sur les résultats provisoires du Contrat d’étude prospective (CEP) des industries de santé.

L’étude révèle que les emplois de production dans le secteur du médicament à usage humain présentent un risque pour les années à venir. Du fait, notamment, de la pression sur les prix et sur la prise en charge des médicaments, du renforcement de la pénétration des génériques, de l’effet d’attraction industrielle des pays émergents, ou encore de l’évolution des modèles organisationnels de la R&D. En conséquence, l’évolution des effectifs de production à horizon 2015 et 2020 a été évaluée en fonction de deux scenarii différents :

– Dans le scénario « contraint », les auteurs de l’étude estiment que la baisse des emplois de production « aura plutôt tendance à s’accélérer de 2015 à 2020 dans une sorte d’emballement délétère de la perte de compétitivité du territoire, comme le connaissent d’autres industries ».

– A l’inverse, dans le scénario « volontariste », ils projettent que « la baisse restera limitée et se stabilisera de 2015 à 2020, signant la réussite des sites du territoire à endiguer une baisse programmée des volumes vendus sur le marché intérieur, et à se repositionner sur de nouveaux volumes de production ».

 Le Leem plaide pour un « pacte industriel »

Pour le Leem, seule la mise en place d’actions politiques et industrielles favorisant l’attractivité de la France sur la scène mondiale sera à même de juguler la réduction des effectifs de production. « C’est ce volontarisme qui nous a permis, ces dernières années, de contrarier les scenarii les plus pessimistes sur l’évolution de l’emploi dans notre industrie », estime son président, Christian Lajoux. « Seule une démarche volontariste et collaborative entre les industriels, le régulateur et les pouvoirs publics pourra garantir le maintien de la production pharmaceutique sur le territoire national. » L’organisation professionnelle appelle l’ensemble des acteurs du système, tant industriels que politiques et institutionnels, à un « choc de conscience », et à la mise en oeuvre, au travers d’un « pacte industriel », de mesures concrètes permettant à la fois de conforter la production pharmaceutique existante et de soutenir la production de solutions de santé d’avenir.

Enfin, Le Leem appelle les pouvoirs publics au dialogue et estime que ces mesures doivent être envisagées à court terme. « Ce dialogue, qui se poursuit depuis 2005 au sein du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), doit permettre d’établir une stratégie sectorielle permettant de concilier les contraintes budgétaires sur les systèmes de santé et l’enjeu lié à la valeur économique et sociétale de la production pharmaceutique en France », plaide le Leem.

Source : Leem








MyPharma Editions

Oncologie : l’Institut Curie et Intel partenaires afin d’accélérer le séquençage du génome et son interprétation

Publié le 24 mai 2018

L’Institut Curie et Intel lancent une collaboration pionnière pour développer, et utiliser des outils, des pipelines et des techniques innovantes en bioinformatique et améliorer l’utilisation du profilage moléculaire dans les contextes de recherche et d’oncologie clinique.

Substituts nicotiniques : deux traitements sont désormais remboursables

Publié le 23 mai 2018
Substituts nicotiniques : deux traitements sont désormais remboursables

Le ministère des Solidarités et de la Santé, suite à la publication au Journal officiel de deux arrêtés modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux, vient de confirmer la prise en charge par l’Assurance maladie de deux traitements de substitution nicotinique.

ASCO 2018: GamaMabs Pharma présente des résultats de son essai dans les cancers gynécologiques de stade avancé

Publié le 23 mai 2018
ASCO 2018: GamaMabs Pharma présente des résultats de son essai dans les cancers gynécologiques de stade avancé

GamaMabs Pharma, société française d’immuno-oncologie, a annoncé la présentation de données cliniques de l’étude C101 de phase Ia/Ib de son anticorps GM102 à l’occasion du congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), le 4 juin à Chicago, aux États-Unis.

Cellectis : accélération du développement clinique d’UCART123 en LAM

Publié le 23 mai 2018
Cellectis : accélération du développement clinique d’UCART123 en LAM

Cellectis, société spécialisée dans le développement d’immunothérapies fondées sur des cellules CAR-T allogéniques ingénierées (UCART), a annoncé l’approbation d’un amendement au protocole de l’essai clinique de Phase I pour UCART123, un produit candidat exclusivement détenu par Cellectis, évalué chez des patients atteints de leucémie aiguë myéloblastique (LAM).

Sanofi : les résultats positifs de deux essais de phase III sur Dupixent® publiés dans le NEJM

Publié le 22 mai 2018
Sanofi : les résultats positifs de deux essais de phase III sur Dupixent® publiés dans le NEJM

Sanofi vient d’annoncer que le New England Journal of Medicine (NEJM) a publié les résultats détaillés de deux essais cliniques de phase III consacrés à l’utilisation expérimentale de Dupixent® (dupilumab) dans le traitement de l’asthme modéré à sévère.

TxCell fera plusieurs présentations lors de la 1ère conférence scientifique dédiée aux Tregs

Publié le 22 mai 2018
TxCell fera plusieurs présentations lors de la 1ère conférence scientifique dédiée aux Tregs

TxCell, société qui développe des immunothérapies cellulaires basées sur des cellules T régulatrices (Tregs) pour l’inflammation, l’auto-immunité et la transplantation, a annoncé qu’elle présentera à plusieurs reprises au premier Treg Directed Therapies Summit, qui se tiendra à Boston, aux États-Unis, du 22 au 24 mai 2018.

Sensorion : le Professeur Christine Petit prend la tête du Conseil scientifique

Publié le 22 mai 2018
Sensorion : le Professeur Christine Petit prend la tête du Conseil scientifique

Sensorion, la société de biotechnologie basée à Montpellier et spécialisée dans le développement de traitements contre les maladies de l’oreille interne, a annoncé la nomination du Professeur Christine Petit, docteur en médecine et docteur es-sciences en tant que Présidente de son Conseil Scientifique.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions