Edition du 20-10-2020

Maladie d’Alzheimer : les industriels du médicament se mobilisent

Publié le mercredi 21 septembre 2011

La recherche sur la maladie d’Alzheimer, grande cause de dépendance chez les personnes âgées, s’est intensifiée dans le monde : on dénombrait, en avril 2011, 72 molécules en développement dans le portefeuille des industriels du médicament. Six  font l’objet de tests précliniques, 32 d’essais cliniques de phase I, 28 d’essais cliniques de phase II et 10 d’essais cliniques de phase III.
La maladie d’Alzheimer résulte de la rencontre de deux processus pathologiques différents qui se conjuguent pour provoquer la dégénérescence des neurones : la pathologie amyloïde (due au dysfonctionnement d’une protéine du cerveau, la protéine APP) et la pathologie Tau (due à une dégénérescence d’une autre protéine du cerveau, la protéine Tau).
Les industriels de la pharmacie ont intensifié leurs recherches pour découvrir des médicaments qui permettraient de stopper la dégénérescence neuronale en intervenant sur la formation des plaques amyloïdes entre les neurones et sur l’agrégation de protéines Tau anormales à l’intérieur des neurones. Au total, 72 molécules sont dans le pipeline des industriels dont 90% visent le peptide amyloïde.
D’autres molécules neuroprotectrices (y compris l’insuline nasale) sont testées afin de tenter de retarder voire de prévenir la mort neuronale. De nombreuses sociétés de biotechnologie sont impliquées dans la recherche sur la maladie d’Alzheimer. Leurs efforts se concentrent, pour la plupart, sur la découverte de biomarqueurs et sur la mise au point de tests de diagnostic précoce.
Sur les 72 molécules testées, 6 font l’objet de tests précliniques, 32 d’essais cliniques de phase I, 28 d’essais cliniques de phase II et 10 d’essais cliniques de phase III.

En France, un plan mobilisateur
Le plan Alzheimer, lancé en 2008, totalise 44 mesures, financées par une enveloppe de 1,6 milliard d’euros jusqu’en 2012 et destinées à accélérer la recherche et améliorer la prise en charge de la maladie. 15 mesures et un budget de 200 millions d’euros sont dédiés au volet recherche du plan.
La Fondation nationale de coopération scientifique, dans laquelle les industriels se sont largement investis, a incontestablement « boosté » la recherche et la mise en œuvre de partenariats publics-privés essentiels à la mise au point de médicaments innovants.
 104 projets de recherche sont en cours, financés à hauteur de 72 millions d’euros, couvrant les domaines de la recherche fondamentale, clinique et thérapeutique ainsi que les nouvelles technologies et les sciences humaines et sociales.
Parmi ces projets, une trentaine vise à comprendre les mécanismes à l’origine de la maladie dont une dizaine sur le peptide amyloïde et la protéine Tau. 35 sont des programmes de recherche clinique et translationnelle qui ont notamment pour objectifs de mettre au point des outils de diagnostic et de prise en charge précoces.

Une cohorte nationale MEMENTO a été officiellement lancée. Celle-ci suivra pendant 5 ans 2 300 patients présentant des signes cliniques – notamment des troubles de mémoire – pouvant évoquer une forme débutante de la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée. MEMENTO cherche à la fois à mieux comprendre la maladie afin d’accélérer le développement de nouveaux traitements, mais aussi à constituer une plateforme nationale pour le développement de projets de recherche, y compris dans l’imagerie.

Une épidémie mondiale
Le nombre de personnes souffrant d’une maladie d’Alzheimer ou d’une démence apparentée devrait doubler dans le monde en 20 ans, passant de 35,6 millions aujourd’hui à 65,7 millions en 2030. Le coût actuel de prise en charge de ces affections en Europe est évalué à près de 100 milliards d’euros, sans compter la charge sociale et affective qui incombe aux aidants.
Le nombre de patients atteints par ces affections est estimé en France à 850 000 (1,8 million en 2025), dont seulement la moitié serait aujourd’hui identifiée dans le circuit sanitaire (300 000 bénéficient d’une prise en charge au titre des affections de longue durée).

Source : Leem








MyPharma Editions

Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Publié le 20 octobre 2020
Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Lyonbiopôle, le pôle de compétitivité santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le Cluster i-Care Auvergne-Rhône-Alpes, créé en 2011 et spécialisé dans les technologies médicales, unissent leurs forces et lancent le i-Care LAB, lab santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Son ambition : favoriser la création de nouvelles solutions pour accélérer la transformation des industries de santé.

Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Publié le 20 octobre 2020
Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes et métaboliques rares, a annoncé que le premier sujet de son essai clinique de phase 1 a reçu une administration d’AZP-3601, actuellement en développement pour le traitement de l’hypoparathyroïdie, une maladie endocrinienne rare et potentiellement invalidante. AZP-3601 est un analogue de la parathormone (PTH) qui cible une conformation spécifique du récepteur de la PTH, induisant ainsi une augmentation prolongée de la calcémie (taux de calcium dans le sang).

Noxxon : inclusion de trois centres cliniques supplémentaires pour son essai évaluant NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Publié le 20 octobre 2020
Noxxon : inclusion de trois centres cliniques supplémentaires pour son essai évaluant NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Noxxon Pharma, société de biotechnologie développant principalement des traitements contre le cancer en ciblant le microenvironnement tumoral (MET), a annoncé le début de sa collaboration avec trois sites cliniques additionnels dans le but d’accroître ses capacités de recrutement pour l’étude de phase 1/2 évaluant le NOX-A12 en association avec la radiothérapie dans le cancer du cerveau. Avec l’inclusion de ces nouveaux centres cliniques, la société entend assurer la finalisation rapide de l’étude malgré les conditions difficiles actuelles imposées par la pandémie de COVID-19.

Bone Therapeutics a traité 50% des patients dans son étude pivot de phase III évaluant le JTA-004 dans l’arthrose du genou

Publié le 20 octobre 2020
Bone Therapeutics a traité 50% des patients dans son étude pivot de phase III évaluant le JTA-004 dans l’arthrose du genou

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires innovantes répondant aux besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies graves, a annoncé avoir traité la moitié des patients prévus dans son étude de Phase III évaluant le viscosupplément amélioré, JTA-004, chez des patients souffrant d’arthrose du genou.

Sanofi : avis favorable du CHMP pour Dupixent® dans la dermatite atopique sévère de l’enfant âgé de 6 à 11 ans

Publié le 19 octobre 2020
Sanofi : avis favorable du CHMP pour Dupixent® dans la dermatite atopique sévère de l’enfant âgé de 6 à 11 ans

Sanofi et son partenaire Regeneron ont annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments a rendu un avis favorable à la demande d’extension des indications de Dupixent® (dupilumab) et recommandé son approbation, dans l’Union européenne, pour le traitement de la dermatite atopique sévère de l’enfant âgé de 6 à 11 ans candidat à un traitement systémique.

Cancer du sein métastatique : Unicancer et Pfizer signent un partenariat scientifique portant sur la description de la prise en charge grâce aux données de vie réelle

Publié le 19 octobre 2020
Cancer du sein métastatique : Unicancer et Pfizer signent un partenariat scientifique portant sur la description de la prise en charge grâce aux données de vie réelle

Unicancer et Pfizer ont annoncé la signature d’un partenariat d’une durée de trois ans visant à mieux comprendre les modes de prise en charge des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique grâce aux données de vie réelle issues du Programme « ESME Cancer du sein métastatique ».

Valneva : statut PRIME de l’Agence européenne des médicaments pour son candidat vaccin contre le chikungunya

Publié le 16 octobre 2020
Valneva : statut PRIME de l’Agence européenne des médicaments pour son candidat vaccin contre le chikungunya

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies générant d’importants besoins médicaux, a annoncé avoir reçu le statut “PRIority Medicines” (PRIME) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour son candidat vaccin de Phase 3 à injection unique contre le chikungunya. Ce nouveau statut obtenu auprès de l’EMA vient compléter le statut « Fast Track » obtenu auprès de l’agence de santé américaine Food and Drug Administration (FDA) en décembre 2018.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents