Edition du 27-01-2022

Maladie d’Alzheimer : un partenariat public-privé d’envergure pour une détection précoce

Publié le mercredi 20 juillet 2011

L’Institut Pasteur, le CEA, le CNRS et l’Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle ont signé un partenariat afin de développer de nouveaux outils pour le diagnostic précoce de cette maladie.

 La maladie d’Alzheimer (MA) affecte 860 000 personnes en France et ce nombre devrait s’élever à plus de 2 millions en 2040. Lancé le 1er février 2008, le plan Alzheimer 2008-2012 détermine « 3 axes pour agir » : santé, recherche, solidarité. La mesure N° 33 de l’axe II de ce plan prévoit le « développement des liens entre la recherche publique et l’industrie ».
L’Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle, l’Institut Pasteur, le CEA et le Centre de Recherche de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM, CNRS/Inserm/UPMC) s’inscrivent dans cette démarche et viennent de signer un accord de partenariat afin de développer de nouveaux outils d’imagerie médicale pour le diagnostic précoce de la maladie. En effet, disposer de marqueurs biologiques et cliniques permettant de détecter la maladie d’Alzheimer avant l’apparition des signes de démence (phase prodromale) et avant la perte des fonctions cognitives – synonyme de perte d’autonomie – est une priorité, pour les malades comme pour leurs proches.
 
Deux types de lésions du tissu cérébral coexistent dans la maladie d’Alzheimer : les plaques amyloïdes (ou plaques séniles), qui sont des dépôts extracellulaires de peptides béta-amyloïdes, et la dégénérescence neurofibrillaire, caractérisée par des amas intracellulaires de protéine Tau. Ces lésions constituent véritablement une signature moléculaire de la maladie.

En réunissant leurs expertises, l’Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle, l’Institut Pasteur, le CEA et le Centre de Recherches de l’ICM (CNRS/Inserm/UPMC) espèrent développer de nouveaux outils de neuro-imagerie permettant de détecter avec un haut niveau de fiabilité les phases précoces de la maladie, et ce bien avant l’apparition des 1ers symptômes.

De nouvelles sondes spécifiques de la maladie d’Alzheimer seront construites à partir d’anticorps dirigés contre les plaques amyloïdes et les lésions neurofibrillaires. Ces sondes, capables de passer la barrière hémato-encéphalique (BHE), seront couplées à un agent de contraste pour permettre une meilleure visualisation par IRM. Au-delà de l’amélioration du diagnostic précoce, ces outils pourraient aussi permettre de mieux évaluer la progression de la maladie, ainsi que les effets de nouvelles thérapies en cours de développement.

Franchir la barrière hémato-encéphalique, un défi scientifique majeur
Pour visualiser les lésions du tissu cérébral et surtout quantifier l’atteinte, les techniques de neuro-imagerie de choix sont des techniques de médecine nucléaire (tomographie par émission de positons et scintigraphie) qui reposent sur l’injection de traceurs radioactifs. Les doses injectées sont faibles, ce qui limite l’exposition des patients à la radioactivité. Le programme scientifique du consortium Roche – Institut Pasteur – CEA – Centre de Recherche de l’ICM est fondé sur l’utilisation de la technique d’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM).

Ainsi, comme l’explique Pierre Lafaye, coordinateur du programme qui travaille à l’Institut Pasteur, « les anticorps sont de grosses protéines, elles ne franchissent pas la barrière hémato-encéphalique (BHE) qui protège le cerveau des agents extérieurs. Cette barrière explique en partie les difficultés à mettre au point des traitements efficaces contre les maladies neuro-dégénératives. L’une des étapes clés de la réussite du programme est de parvenir à franchir la BHE. Nous allons coupler un produit de contraste à des fragments d’anticorps de lama suffisamment petits pour la traverser. Ainsi, il sera possible de visualiser les dépôts de peptides béta-amyloïdes et les amas de protéine Tau dans le tissu cérébral de modèles animaux, puis dans celui d’échantillons humains post-mortem », poursuit-il.

Le lama, un animal utile à la recherche contre la maladie d’Alzheimer ?
Le lama est un animal de la famille des camélidés (chameaux, dromadaires) qui fabrique des anticorps naturellement capables de passer la BHE. L’équipe de Pierre Lafaye (Institut Pasteur) possède une expertise unique en biologie moléculaire et ingénierie des anticorps. Elle va mettre au point des fragments d’anticorps spécifiques, possédant les mêmes propriétés que les anticorps de lama et dirigés contre les plaques amyloïdes et les amas de protéine Tau.

A chaque étape du programme, des compétences de haut niveau
L’Institut Pasteur apporte son expertise dans la production et la purification de protéines recombinantes et d’anticorps monoclonaux et dans le couplage de ces anticorps à différents agents de contraste.
L’équipe du Centre de Recherche de l’ICM, experte dans le domaine des maladies neuro-dégénératives, mettra à disposition ses plateformes de microscopie et d’histologie pour la réalisation des analyses morphologiques des tissus neuronaux marqués par les anticorps.
Le CEA et l’Inserm se sont associés pour créer MIRCen, centre de recherche préclinique intégré mettant ses capacités et ressources exceptionnelles d’imagerie au service de la compréhension de maladies graves, telles que les maladies du système nerveux. Grâce à l’imagerie, les chercheurs de MIRCen évaluent de nouvelles stratégies thérapeutiques. Ici, ils vont utiliser l’IRM pour évaluer et visualiser grâce à l’IRM la capacité des fragments d’anticorps à traverser la BHE et à se fixer sur leurs cibles, c’est-à-dire les lésions du tissu cérébral.
Roche apportera notamment son expertise en modélisation animale de la MA, en détection et mesure de biomarqueurs, en pharmacocinétique et pharmacodynamique et en immunotoxicologie.

Arrêter l’évolution de la maladie
La maladie d’Alzheimer fait partie des priorités de Roche, qui s’engage à la fois sur le front du diagnostic et du traitement. A l’origine du programme du consortium, Roche avait lancé en novembre 2009 un appel à projets sous l’égide du ministère de la recherche et de l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan). En effet, de nouvelles techniques d’imagerie non invasives pour les patients sont nécessaires, afin de visualiser avec une haute résolution les lésions du tissu cérébral, pour une détection plus précoce et une meilleure prise en charge. Les médicaments actuellement disponibles permettent de lutter contre certains effets de la maladie mais ne freinent pas son évolution. Ces techniques pourraient également être utilisées pour mesurer les effets de nouveaux traitements destinés à ralentir le cours de la maladie.

Source : Roche








MyPharma Editions

Nanobiotix : publication de nouvelles données précliniques sur la combinaison de NBTXR3 avec les immunothérapies par anti-PD-1 et anti-CTLA-4

Publié le 27 janvier 2022
Nanobiotix : publication de nouvelles données précliniques sur la combinaison de NBTXR3 avec les immunothérapies par anti-PD-1 et anti-CTLA-4

Nanobiotix, société française de biotechnologie en phase de développement clinique avancé, pionnière des approches fondées sur la physique pour élargir les possibilités de traitement des patients atteints de cancer, a annoncé la publication, dans l’International Journal of Nanobiotechnology, de nouvelles données précliniques du radioenhancer NBTXR3 en immunothérapie. NBTXR3 est un traitement potentiel de toutes les tumeurs solides, seul ou en combinaison avec différents agents anti-cancéreux.

Advanced BioDesign : avis favorable de l’ANSM pour son étude clinique ODYSSEY dans la leucémie aiguë myéloïde

Publié le 26 janvier 2022
Advanced BioDesign : avis favorable de l’ANSM pour son étude clinique ODYSSEY dans la leucémie aiguë myéloïde

Advanced BioDesign, société française de biotechnologie spécialisée dans le développement d’une nouvelle famille de thérapies ciblées en oncologie, a annoncé avoir reçu un avis favorable de la part de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) et du CPP (Comité de Protection des Personnes) pour le démarrage de sa première phase d’essai clinique pour son candidat médicament ABD-3001 (formulation clinique du DIMATE), dans la leucémie aiguë myéloïde (LAM) et chez les patients atteints du syndrome myélodysplasique (SMD).

Leem : deux nouvelles administratrices entrent au Conseil d’administration

Publié le 26 janvier 2022
Leem : deux nouvelles administratrices entrent au Conseil d'administration

Leem : deux nouvelles administratrices entrent au Conseil d’administrationLe Conseil d’administration du Leem (Les Entreprises du Médicament) a coopté, le 18 janvier 2022, deux nouvelles administratrices : Emmanuelle Valentin, Directrice Générale de Sanofi Genzyme France, dans la famille des Grands Laboratoires Français, en remplacement de Nathalie Le Meur et Marina Vasiliou, Présidente Directrice Générale de Biogen France, dans la famille des Laboratoires Américains, en remplacement de Martin Dubuc.

COVID-19 : Valneva lance la phase de rappel de l’étude Cov-Compare avec son candidat vaccin inactivé

Publié le 26 janvier 2022
COVID-19 : Valneva lance la phase de rappel de l’étude Cov-Compare avec son candidat vaccin inactivé

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé le début des vaccinations de rappel chez les participants adultes de son essai pivot de Phase 3, Cov-Compare. Cette phase de rappel a pour but de fournir des données supplémentaires sur les rappels homologues ainsi que des premières données sur les rappels hétérologues, afin de compléter les précédentes données positives sur les rappels générées lors de la Phase 1/2.

Néovacs signe deux licences exclusives mondiales dans les domaines de l’asthme et des allergies alimentaires

Publié le 26 janvier 2022
Néovacs signe deux licences exclusives mondiales dans les domaines de l’asthme et des allergies alimentaires

Néovacs a annoncé la signature de deux contrats de licence exclusive mondiale négociés avec la filiale privée de l’Inserm (Inserm Transfert), au nom de ses partenaires académiques historiques, l’Inserm et l’Institut Pasteur, sur des familles de brevets stratégiques.

OSE Immunotherapeutics : accord de délivrance d’un brevet portant sur l’utilisation de Tedopi® au Japon

Publié le 26 janvier 2022
OSE Immunotherapeutics : accord de délivrance d’un brevet portant sur l’utilisation de Tedopi® au Japon

OSE Immunotherapeutics a annoncé que l’Office Japonais des Brevets a émis un accord de délivrance d’un nouveau brevet protégeant l’utilisation de Tedopi®, une combinaison de néo-épitopes, après échec d’un traitement par checkpoint inhibiteur immunitaire chez des patients HLA-A2 positifs atteints d’un cancer. Ce brevet renforcera la propriété intellectuelle internationale de Tedopi® et assurera une nouvelle protection du produit jusqu’en 2037.

Ipsen : Santé Canada approuve Sohonos™ qui devient le premier traitement approuvé contre la fibrodysplasie ossifiante progressive

Publié le 25 janvier 2022
Ipsen : Santé Canada approuve Sohonos™ qui devient le premier traitement approuvé contre la fibrodysplasie ossifiante progressive

Ipsen vient d’annoncer l’approbation par Santé Canada de Sohonos (capsules de palovarotène), un agoniste sélectif du récepteur gamma de l’acide rétinoïque (RARγ) administré par voie orale, indiqué pour diminuer la formation d’ossification hétérotopique (OH ; formation d’os) chez l’adulte et l’enfant (filles de 8 ans et plus, garçons de 10 ans et plus) atteints de fibrodysplasie ossifiante progressive (FOP).1 Sohonos a été approuvé comme traitement de fond et des poussées chez les patients atteints de FOP.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents