Edition du 07-03-2021

Accueil » Diabète » Industrie » Médecine » Produits

Sanofi : résultats positifs pour Lantus® et Apidra® dans le diabète de type 2

Publié le lundi 27 juin 2011

Logo sanofiSanofi annonce les résultats d’une étude en ouvert de 60 semaines comparant trois traitements intensifiés par insuline en complément à un traitement oral dans le diabète non contrôlé de type 2. Ces résultats montrent que le recours à deux traitements incluant Lantus® (insuline glargine [origine ADNr] solution injectable) et Apidra® (insuline glulisine [origine ADNr] solution injectable) a permis de réduire la glycémie par rapport à l’insuline premix, moyennant un moins grand nombre d’épisodes hypoglycémiques et une amélioration de la qualité de vie spécifique au diabète.

« L’optimisation de la dose d’insuline par l’association de glargine et d’une injection unique de glulisine au moment des repas a permis à un plus grand nombre de patients d’atteindre les taux cibles d’HbA1c par rapport à une dose d’insuline premix deux fois par jour et de présenter moins d’épisodes hypoglycémiques », a indiqué le Docteur Matthew Riddle, Directeur du Département de diabétologie de l’Oregon Health and Science University et chercheur principal de l’une des analyses de données présentées à ces séances. « Ces résultats confirment la validité de l’approche graduelle par ajout d’une insuline au moment des repas lorsque l’insuline basale associée à des agents oraux ne suffit pas à maintenir le contrôle de la glycémie. »

Trois analyses de ces données sont présentées ou publiées aux 71e Séances scientifiques de l’American Diabetes Association qui se déroulent à San Diego, en Californie.


L’étude “All to Target”
L’étude a été conçue pour évaluer l’effet de trois traitements intensifiés par insuline sur le contrôle de la glycémie avec comme objectifs principaux : 1) de démontrer la supériorité de Lantus complété par 3 injections maximales d’Apidra au moment des repas, par rapport à une insuline premix, mesurée par le taux d’HbA1c <7 % à la semaine 60 et 2) de démontrer la non-infériorité de Lantus complété par une injection maximale d’Apidra au moment des repas, par rapport à une insuline premix, sur la base d’une réduction du taux d’HbA1c entre le début de l’étude et la semaine 60.

Les investigateurs ont comparé l’ajout de Novolog® (insuline Aspart) deux fois par jour Mix 70/30 (premix ; n=192) à un traitement par Lantus® complété par une dose maximale prandiale d’Apidra® (GLARG + 0-1 ; n=189) et à un traitement par Lantus® complété graduellement par 3 injections maximales d’Apidra® (GLARG+0-3 ; n=191) chez 572 patients atteints de diabète de type 2 non contrôlé par un traitement oral.

Les patients inclus dans l’étude étaient âgés en moyenne de 54 ans avec un indice de masse corporelle de 33,2 kg/m2. Leur diagnostic de diabète de type 2 remontait en moyenne à 9 ans et ils ne parvenaient pas à contrôler leur glycémie malgré la prise de deux à trois agents oraux. Le taux d’HbA1c de référence dans cette étude s’établissait à 9,4 % après une phase de pré-inclusion de quatre semaines. L’insuline a été titrée de manière à obtenir un taux de glucose à jeun et préprandial <100 mg/dl dans tous les groupes de traitement.

Les résultats de l’étude ont montré la non-infériorité de Lantus® complété par une dose maximale d’Apidra® par rapport à deux injections d’insuline premix, alors que dans le groupe Lantus® complété par 3 injections maximales d’Apidra®, la supériorité par rapport à l’insuline premix n’a pas pu être mise en évidence.

Sur la base des critères d’évaluation secondaires, la combinaison de Lantus® et d’Apidra® a permis à une proportion significativement plus importante de patients d’atteindre le taux cible d’HbA1c avec un taux statistiquement inférieur d’épisodes hypoglycémiques et des diminutions significativement plus importantes de la glycémie plasmatique à jeun, bien que la supériorité par rapport à l’insuline premix n’ait pas été démontrée. Le traitement consistant en une dose unique d’Apidra® en complément de Lantus® a permis une réduction plus importante du taux d’HbA1c entre le début de l’étude et la semaine 60 (-2,30% contre -1,97%, p=0,036 NS), et un besoin retardé et moindre d’intensifier la dose d’insuline par rapport au traitement par insuline premix deux fois par jour.

Le pourcentage de patients ayant présenté des événements indésirables liés au traitement a été comparable dans tous les groupes de traitement. Les effets indésirables liés au traitement les plus fréquents (pourcentage de patients ayant présenté ces effets) par classes de systèmes d’organes sont les suivants : infections et infestations (infection des voies respiratoires supérieures, sinusite, rhinopharyngite ; 41,9 %), affections musculo squelettiques et systémiques (douleurs dans les extrémités, dorsalgie, douleurs musculosquelettiques ; 22,5 %) affections du système nerveux (hypoasthénie, vertiges, paresthésie ; 17,0 %) et affections gastro-intestinales (nausées, douleurs abdominales, dyspepsie ; 16,8 %).

Les résultats de l’étude sont présentés dans le cadre des Séances scientifiques de l’American Diabetes Association au moyen de trois documents séparés (abstracts).

1. Comparaison de 3 traitements intensifiés par insuline en complément à un traitement oral dans le diabète de type 2 : comparaison entre un traitement par insuline premix Aspart deux fois par jour, un traitement par insuline glargine plus 1 injection prandiale d’insuline glulisine et un traitement par insuline glargine complété graduellement par une insuline glulisine (Riddle et al.) [Abstract no 0409-PP] :
Dans cette analyse, une proportion significativement plus importante de patients traités par insuline glargine a atteint le taux cible d’HbA1c <7 % à la semaine 60, par rapport aux patients traités par insuline premix, moyennant un moins grand nombre d’épisodes hypoglycémiques.

2. Évolution de la glycémie à jeun de l’hypoglycémie et du poids pendant la titration systématique de la dose d’insuline : comparaison entre insuline premix Aspart deux fois par jour, insuline glargine + 1 injection prandiale d’insuline glulisine et l’ajout graduel d’insuline glulisine à une insuline glargine dans le diabète de type 2 non contrôlé par des agents oraux (Rosenstock et al.) [Abstract no 0073-OR] :
Dans cette analyse, le poids des patients a augmenté parallèlement à la dose d’insuline. Toutefois, les épisodes hypoglycémiques ont été moins fréquents et les diminutions de la glycémie plasmatique à jeun ont été plus importantes chez les patients traités par Lantus® et Apidra® que chez les patients traités par insuline premix, quelle que soit la dose ou la durée du traitement.

3. Résultats rapportés par les patients traités par insuline premix Aspart deux fois par jour, par insuline glargine plus une injection prandiale d’insuline glusiline ou par une insuline glargine avec ajout graduel d’insuline glusiline dans le diabète de type 2 non contrôlé par des agents oraux (Polonsky et al.) [Abstract no 2316-PO] :
Dans cette analyse, les résultats rapportés par les patients ont été mesurés au début de l’étude puis aux semaines 6, 12, 24, 36, 48 et 60 afin d’évaluer la qualité de vie générale, la qualité de vie spécifique au diabète (DQoL), la peur des épisodes d’hypoglycémie et l’ajustement à la maladie. Même si les trois traitements par insuline n’influencent pas de manière différentielle la qualité de vie générale ou l’ajustement à la maladie, les traitements par insuline glargine se sont soldés par une plus grande amélioration de la DQoL que le traitement par l’insuline premix, avec une moins grande peur des épisodes hypoglycémiques.

Source : Sanofi








MyPharma Editions

C4Diagnostics : Thomas Tran nommé au poste de Managing Director

Publié le 5 mars 2021
C4Diagnostics : Thomas Tran nommé au poste de Managing Director

C4Diagnostics, société de biotechnologie qui développe des tests de diagnostic in vitro (DIV) innovants pour les maladies infectieuses, a annoncé la nomination de Thomas Tran, MBA, au poste de Managing Director. Ses 20 ans de carrière dans l’industrie du diagnostic in vitro sont un atout clé pour structurer les activités de C4Diagnostics, dans un contexte où la société accélère son développement et déploie son portefeuille de produits et de services.

Accure Therapeutics inclut le 1er patient dans son essai de phase II sur la névrite optique aiguë avec son candidat médicament ACT-01

Publié le 5 mars 2021
Accure Therapeutics inclut le 1er patient dans son essai de phase II sur la névrite optique aiguë avec son candidat médicament ACT-01

Accure Therapeutics, entreprise espagnole de R&D translationnelle dans le domaine du système nerveux central (SNC), vient d’annoncer avoir inclut le premier patient de son essai clinique de phase II (ACUITY), portant sur des personnes atteintes de névrite optique aiguë (NOA).

Nicox : feu vert pour le démarrage en Chine de l’étude en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470

Publié le 5 mars 2021
Nicox : feu vert pour le démarrage en Chine de l’étude en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie,vient d’annoncer que son partenaire Ocumension Therapeutics a reçu l’approbation des autorités réglementaires chinoises (Center for Drug Evaluation of the National Medical Products Administration) pour conduire la partie chinoise de l’étude clinique en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470 pour la réduction de la pression intraoculaire (PIO) chez […]

Genfit : Jean-François Tiné rejoint le Conseil d’Administration

Publié le 5 mars 2021
Genfit : Jean-François Tiné rejoint le Conseil d’Administration

Genfit, société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, a annoncé la cooptation de Jean-François Tiné en qualité d’administrateur indépendant.

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents