Edition du 03-10-2022

Une campagne de sensibilisation sur les infections à chlamydia

Publié le vendredi 7 septembre 2012

Le Ministère des Affaires sociales et de la Santé et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) lancent la première campagne web de sensibilisation dédiée à l’infection à chlamydia. Elle est articulée autour du site Info-ist.fr qui s’enrichit à cette occasion d’un questionnaire permettant à chacun d’évaluer son risque d’être infecté et d’obtenir des conseils personnalisés.

Diffusée sur Internet entre le 3 septembre et le 15 octobre, elle aura pour objectif d’informer les jeunes et tout particulièrement les 18-24 ans sur l’existence de cette IST, son absence de symptôme et l’importance du dépistage.

L’infection à chlamydia est la première infection sexuellement transmissible (IST) chez les jeunes 1. Elle se présente sans aucun symptôme dans la majorité des cas, il est donc possible d’être infecté sans le savoir. Le dépistage est la seule solution efficace pour dépister et prendre en charge cette IST qui, non soignée, peut avoir des conséquences graves, allant jusqu’à la stérilité.

L’infection à chlamydia, une IST discrète, aux conséquences parfois graves

Cette infection sexuellement transmissible est causée par la bactérie chlamydia trachomatis. Elle se transmet lors de rapports sexuels non protégés et concerne aussi bien les femmes que les hommes. Si elle peut se manifester par des brûlures, de la fièvre ou des douleurs au bas-ventre, elle reste dans la majorité des cas asymptomatique: 64% des femmes et 68 % des hommes ayant eu un dépistage positif en 2009 n’avaient identifié aucun signe visible 2.

Cette absence de symptôme entraîne une découverte souvent tardive de l’infection qui peut dormir pendant des mois, voire des années avant de se compliquer, dans certains cas, en douleurs chroniques, grossesse extrautérine et stérilité tubaire (trompes de Fallope bouchées).

« L’infection à chlamydia est la principale cause de stérilité tubaire dans les pays industrialisés » souligne Thanh Le Luong, directrice de l’Inpes. Cependant, si l’infection à chlamydia entraîne davantage de complications chez les femmes, le risque d’infection et de transmission est tout aussi important chez les hommes. Il est important que les deux partenaires se fassent dépister, afin d’éviter tout risque de re-contamination.

Le dépistage, seul moyen efficace pour détecter et soigner l’infection

Outre l’utilisation du préservatif, qui reste l’unique moyen de prévention face aux IST, le dépistage représente à ce jour la seule solution efficace pour détecter et prendre en charge cette IST. Le dépistage est d’autant plus important que l’infection à chlamydia se soigne facilement.

Le test de dépistage permet de vérifier la présence ou non de la bactérie chlamydiae trachomatis au sein de l’organisme. Il consiste en un prélèvement local, urinaire ou vaginal, qui est ensuite analysé en laboratoire. Ce prélèvement peut être effectué dans le cadre d’une consultation de contrôle chez un médecin généraliste ou spécialiste (gynécologue ou urologue), au laboratoire d’analyse médicale ou dans l’un des centres de dépistage gratuits, accessibles sans rendez-vous :

• les centres d’information, de dépistage et de diagnostic des IST (CIDDIST),
• les centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG),
• les centres de planification et d’éducation familiale (CPEF).

Le test de dépistage de cette IST ne doit pas être confondu avec le frottis du col de l’utérus, réalisé tous les trois ans par les femmes dès 25 ans et destiné à dépister le cancer du col de l’utérus. Une infection à chlamydia ne se voyant pas sur le frottis, il est important de faire au moins une fois un dépistage spécifique.

Une campagne de sensibilisation pour inciter les jeunes à se faire dépister

L’infection à chlamydia touche principalement les jeunes âgés de 18 à 24 ans : 3,6% des femmes et 2,4% des hommes de cette tranche d’âge sont infectés3. C’est pourquoi cette première campagne dédiée à l’infection à chlamydia souhaite tout particulièrement sensibiliser ce jeune public : informations sur le mode de transmission, caractère silencieux des symptômes, complications à long terme, moyens de protection et possibilités de dépistage et de traiter.

Lancée par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), cette campagne web intitulée « connaissez-vous chlamydia ? Nous pouvons tous être porteurs sans le savoir » s’appuie sur deux films viraux et des bannières Internet illustrant par un ton humoristique l’absence de symptômes de la maladie.

Diffusée entre le 3 septembre et le 15 octobre, cette campagne s’articule autour du site Info-ist.fr. A l’occasion de la campagne, ce site, créé par l’Inpes, s’enrichit d’un questionnaire permettant à chacun d’évaluer son risque d’être infecté et d’obtenir des conseils personnalisés notamment sur les modalités de dépistage les plus adaptées à sa situation.

Info-ist.fr

1 Rapport ECDC Guidance, « Chlamydia control in Europe » (étude menée auprès des jeunes européens de 15 à 25 ans sexuellement actifs), 30 juin 2009. 2 V. Goulet, E. Laurent, C. Semaille, Augmentation du dépistage et des diagnostics d’infections à Chlamydia trachomatis en France : analyse des données Rénachla (2007-2009), BEH 26-27-28, juillet 2011

Source : INPES








MyPharma Editions

Pheon Therapeutics lève 68 millions de dollars pour développer de nouveaux conjugués anticorps-médicaments

Publié le 3 octobre 2022
Pheon Therapeutics lève 68 millions de dollars pour développer de nouveaux conjugués anticorps-médicaments

Pheon Therapeutics, spécialiste majeur des conjugués anticorps-médicaments (ADC) développant des ADC (conjugués anticorps-médicaments) de nouvelle génération pour un large éventail de cancers difficiles à traiter, a annoncé avoir obtenu un financement de 68 millions de dollars (68,3 M€) de série A en mars 2022. Cet investissement permettra à Pheon de faire progresser son programme phare ADC jusqu’à la preuve de concept clinique et d’établir un pipeline de nouveaux ADC.

Valbiotis : résultats complémentaires positifs de l’étude clinique HEART sur TOTUM•070 contre l’hypercholestérolémie

Publié le 3 octobre 2022
Valbiotis : résultats complémentaires positifs de l’étude clinique HEART sur TOTUM•070 contre l’hypercholestérolémie

Valbiotis : résultats complémentaires positifs de l’étude clinique HEART sur TOTUM•070 contre l’hypercholestérolémieValbiotis, entreprise de Recherche et Développement engagée dans l’innovation scientifique, pour la prévention et la lutte contre les maladies métaboliques et cardiovasculaires, présente les résultats complémentaires positifs de l’étude clinique de Phase II HEART avec TOTUM•070 contre l’hypercholestérolémie.

Poxel : désignation de médicament orphelin de la FDA pour le PXL770 dans le traitement de la polykystose rénale autosomique dominante

Publié le 3 octobre 2022
Poxel : désignation de médicament orphelin de la FDA pour le PXL770 dans le traitement de la polykystose rénale autosomique dominante

Poxel, société biopharmaceutique au stade clinique développant des traitements innovants pour les maladies chroniques graves à physiopathologie métabolique, dont la stéatohépatite non alcoolique (NASH) et les maladies métaboliques rares, a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) a accordé la désignation de médicament orphelin (ODD) au PXL770 pour le traitement des patients atteints de polykystose rénale autosomique dominante (ADPKD).

AstraZeneca : Auriane Cano-Chancel prend la tête de l’oncologie en France

Publié le 30 septembre 2022
AstraZeneca : Auriane Cano-Chancel prend la tête de l’oncologie en France

AstraZeneca a annoncé la nomination d’Auriane Cano-Chancel, au poste de Head of Oncology d’AstraZeneca France ; elle remplace Dana Vigier, nommée Vice-Président Commercial Global de la Franchise Lynparza & DDR (cancers séno-gynécologiques).

Ostéoporose : Sandoz annonce des résultats positifs pour les essais de phase I/III de son médicament biosimilaire dénosumab

Publié le 30 septembre 2022
Ostéoporose : Sandoz annonce des résultats positifs pour les essais de phase I/III de son médicament biosimilaire dénosumab

Sandoz, leader mondial dans le domaine des médicaments génériques et biosimilaires, vient d’annoncer de nouvelles avancées concernant ses médicaments biosimilaires en développement, avec la publication de résultats positifs pour l’essai clinique intégré de phase I/III ROSALIA portant sur son traitement dénosumab. Partager la publication « Ostéoporose : Sandoz annonce des résultats positifs pour les essais de […]

Nuvisan reçoit une subvention de 9,6 millions de dollars de la Fondation Bill & Melinda Gates pour découvrir de nouveaux médicaments contraceptifs non hormonaux

Publié le 29 septembre 2022
Nuvisan reçoit une subvention de 9,6 millions de dollars de la Fondation Bill & Melinda Gates pour découvrir de nouveaux médicaments contraceptifs non hormonaux

Nuvisan, société de recherche sous contrat pour la découverte et le développement de médicaments, a annoncé avoir reçu une subvention de la Fondation Bill & Melinda Gates (Seattle, Washington, USA, « la fondation ») pour un programme intégré de découverte et de développement précoce de nouveaux médicaments contraceptifs non hormonaux.

Sanofi : Dupixent® approuvé par la FDA pour le traitement du prurigo nodulaire

Publié le 29 septembre 2022
Sanofi : Dupixent® approuvé par la FDA pour le traitement du prurigo nodulaire

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé Dupixent® (dupilumab) pour le traitement du prurigo nodulaire de l’adulte. Dupixent devient le premier et le seul médicament indiqué expressément pour le traitement du prurigo nodulaire aux États-Unis.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents