Edition du 22-04-2021

Antibiorésistance : les entreprises du médicament lèvent près d’1 milliard de dollars pour soutenir la recherche clinique

Publié le mercredi 15 juillet 2020

Antibiorésistance : les entreprises du médicament lèvent près d'1 milliard de dollars pour soutenir la recherche clinique Plus de 20 sociétés pharmaceutiques de premier plan viennent d’annoncer le lancement du Fonds d’action contre l’antibiorésistance (www.AMRactionfund.com), un partenariat d’une ampleur sans précédent qui vise à mettre à la disposition des patients de 2 à 4 nouveaux antibiotiques d’ici 2030.

Ces traitements sont nécessaires de toute urgence pour faire face à l’augmentation rapide des infections résistantes aux antibiotiques – également appelées résistance aux antimicrobiens, ou RAM. Les entreprises du médicament ont levé près d’1 milliard de dollars pour soutenir la recherche clinique d’antibiotiques innovants contre les bactéries les plus résistantes et les infections potentiellement mortelles. Grâce à ce Fonds d’action contre l’antibiorésistance, les entreprises pharmaceutiques joindront leurs forces à celles d’organisations philanthropiques, de banques de développement et d’organisations multilatérales pour renforcer et accélérer le développement des antibiotiques. Le Fonds se concentrera sur les besoins urgents de santé publique. Il fournira les ressources financières indispensables, ainsi qu’un soutien technique important qui permettront d’aider les sociétés de biotechnologies à proposer de nouveaux antibiotiques aux patients.
Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance, une initiative de l’organisme international représentant l’industrie pharmaceutique (Fédération internationale de l’industrie du médicament, IFPMA), a été annoncé lors de lancements virtuels simultanés à Berlin (Allemagne) et à Washington (Etats-Unis). Le troisième aura lieu à Tokyo (Japon) le 10 juillet.

L’antibiorésistance menace de provoquer une crise mondiale qui pourrait dépasser la crise sanitaire de la COVID-19 en termes de décès et de coûts économiques. Alors que le nombre de décès dus à la COVID-19 poursuit sa tragique progression, 700 000 personnes meurent chaque année victimes de l’antibiorésistance. Dans certains des scénarios les plus alarmants, l’antibiorésistance pourrait entraîner le décès de 10 millions de personnes chaque année d’ici 2050.

« Contrairement à la crise de la COVID-19, la crise imputable à l’antibiorésistance est prévisible et évitable. Nous devons agir ensemble pour reconstruire le pipeline et veiller à ce que les antibiotiques les plus prometteurs et les plus innovants parviennent du laboratoire pharmaceutique aux patients », déclare Thomas Cueni, directeur général de l’IFPMA, l’un des organisateurs du nouveau fonds. Il ajoute : « Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance est l’une des initiatives de collaboration les plus importantes et les plus ambitieuses jamais entreprises par l’industrie pharmaceutique pour répondre à une menace mondiale contre la santé publique ».

Le monde a un besoin urgent de nouveaux antibiotiques, mais il y en a peu dans le pipeline en raison d’un paradoxe : malgré les coûts sociétaux énormes de l’antibiorésistance, il n’existe actuellement aucun marché viable pour de nouveaux antibiotiques. Les nouveaux antibiotiques sont, en effet, utilisés avec parcimonie afin de préserver leur efficacité, si bien que ces dernières années, un certain nombre de sociétés de biotechnologies, axées sur les antibiotiques, ont fait faillite ou ont abandonné ce champ faute de pérennité du marché, ce qui a entraîné la perte d’un savoir-faire utile et de ressources précieuses. Il en résulte un énorme besoin de nouveaux antibiotiques pour tous les patients, mais aussi un important besoin de financement pour assurer le développement de nouveaux antibiotiques, notamment dans les derniers stades de la recherche clinique, afin d’éviter cette « vallée de la mort » bien connue des biotechs séparant la découverte de l’accès des patients.

« Dans le cadre du Fonds d’action contre l’antibiorésistance, l’industrie pharmaceutique investit près d’1 milliard de dollars pour revivifier un pipeline d’antibiotiques au bord de l’effondrement. Une situation potentiellement dévastatrice qui pourrait affecter des millions de personnes dans le monde », indique David Ricks, président et DG d’Eli Lilly and Company et président d’IFPMA. « Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance apportera son soutien à des candidats antibiotiques innovants, aux dernières étapes les plus difficiles de leur développement, ce qui laissera aux gouvernements le temps de mettre en œuvre les réformes politiques nécessaires à la mise en place d’une filière antibiotiques durable ».

Bien que le Fonds d’action contre l’antibiorésistance marque une étape majeure dans la prise en compte des défis de l’antibiorésistance, les décideurs politiques du monde entier doivent adopter des réformes économiques, y compris une réforme des remboursements et prendre de nouvelles mesures incitatives pour revitaliser le marché des antibiotiques et stimuler les investissements pérennes en recherche et développement d’antibiotiques. Sans attendre ces réformes structurelles, l’industrie pharmaceutique s’est d’ores et déjà engagée à mettre en place les mesures nécessaires au renforcement du pipeline actuel d’antibiotiques.

« Ce fonds d’investissement lancé en un temps record démontre la faculté d’anticipation et d’adaptation des entreprises du médicament. Ce consortium d’un genre nouveau associant entreprises, banques et organisations internationales autour d’une même cause est une préfiguration du monde d’après, un monde de collaborations et de partenariats à inventer pour répondre aux défis majeurs qu’aura à affronter l’humanité. Le Leem ne peut que soutenir et encourager cette initiative qui donne du sens à la mission des entreprises du médicament. » ajoute Philippe Lamoureux, directeur général du Leem, l’organisation française des entreprises du médicament et vice-président du conseil d’administration de l’IFPMA.

Grâce à cet investissement provenant de sociétés pharmaceutiques de premier plan, le Fonds d’action contre l’antibiorésistance sera la plus grande entreprise collective jamais créée pour lutter contre cette menace.

Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance compte :

•    investir dans de petites sociétés de biotechnologies axées sur le développement de traitements antibactériens innovants qui répondent aux besoins de santé publique les plus prioritaires, permettent un changement significatif de la pratique clinique et sauvent des vies.

•    fournir un soutien technique aux sociétés choisies, en leur donnant accès à l’expertise et aux ressources des grandes sociétés pharmaceutiques, pour renforcer le développement d’antibiotiques, en favoriser l’accès et une utilisation appropriée.

•    réunir une large alliance d’acteurs industriels et non industriels, notamment des organismes philanthropiques, des banques de développement et des organisations multilatérales, et se mobiliser pour inciter les gouvernements à créer des conditions de marché autorisant des investissements durables dans la filière antibiotiques.

Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance prévoit d’investir plus d’1 milliard de dollars avec le soutien de futurs partenaires afin de combler les déficits de financement des phases de développement d’antibiotiques. Le Fonds devrait être opérationnel au cours du quatrième trimestre 2020.

Pour de plus amples détails sur le Fonds d’action contre l’antibiorésistance, accédez à www.AMRactionfund.com.

______________________________

Sociétés et fondations pharmaceutiques soutenant le Fonds d’action contre la RAM :
Almirall, Amgen, Bayer, Boehringer Ingelheim, Chugai, Daiichi-Sankyo, Eisai, Eli Lilly & Company, GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson, LEO Pharma, Lundbeck, Menarini, Merck, MSD, Novartis, Novo Nordisk, Pfizer, Roche, Shionogi, Takeda, Teva, UCB

Source : Leem








MyPharma Editions

Myopathie de Duchenne : Généthon annonce le traitement d’un 1er patient dans le cadre de son essai clinique

Publié le 21 avril 2021
Myopathie de Duchenne : Généthon annonce le traitement d’un 1er patient dans le cadre de son essai clinique

Un premier patient a été traité à I-motion, la plateforme d’essais cliniques pédiatriques pour les maladies neuromusculaires situé à l’hôpital Trousseau, à Paris, dans le cadre de l’essai de thérapie génique mené par Généthon dans la myopathie de Duchenne.

COVID-19 : Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté

Publié le 21 avril 2021
COVID-19 : Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses générant d’importants besoins médicaux, a annoncé qu’elle se focaliserait maintenant sur des discussions bilatérales, pays par pays, pour fournir son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19, VLA2001, et, en conséquence, ne donnerait plus la priorité aux discussions de fourniture centralisée actuellement en cours avec la Commission Européenne.

Inventiva : Martine Zimmermann nommée administratrice indépendante au Conseil d’Administration

Publié le 21 avril 2021
Inventiva : Martine Zimmermann nommée administratrice indépendante au Conseil d’Administration

Inventiva a annoncé la nomination de Martine Zimmermann comme administratrice indépendante de son Conseil d’Administration. A ce titre, elle remplacera Nawal Ouzren, qui a démissionné du Conseil d’Administration pour se consacrer pleinement à la croissance de Sensorion. La nomination de Martine Zimmerman sera soumise aux actionnaires pour ratification lors de la prochaine Assemblée Générale d’Inventiva.

Pierre Fabre et ValenzaBio : accord de licence et de commercialisation sur un anticorps anti-IGF-1R

Publié le 20 avril 2021
Pierre Fabre et ValenzaBio : accord de licence et de commercialisation sur un anticorps anti-IGF-1R

La société biopharmaceutique américaine ValenzaBio et le groupe pharmaceutique français Pierre Fabre ont annoncé la signature d’un accord de licence sur un anticorps antagoniste du récepteur du facteur de croissance de type 1 apparenté à l’insuline (IGF-1R), pour le traitement de l’orbitopathie dysthyroïdienne (TED), une maladie endocrinienne pour laquelle il n’existe actuellement pas de traitement spécifique.

Erytech : fin du recrutement de la 1ère cohorte d’une étude de Phase 1 avec eryaspase en 1ère ligne du cancer du pancréas

Publié le 19 avril 2021
Erytech : fin du recrutement de la 1ère cohorte d'une étude de Phase 1 avec eryaspase en 1ère ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé la fin du recrutement de la première cohorte, et le passage à la prochaine et potentiellement dernière dose dans une étude clinique de Phase 1, rESPECT, conduite par un investigateur (IST), avec son produit phare eryaspase dans le traitement de première ligne du cancer du pancréas.

Celyad Oncology : le Dr Charles Morris nommé au poste de Chief Medical Officer

Publié le 19 avril 2021
Celyad Oncology : le Dr Charles Morris nommé au poste de Chief Medical Officer

Celyad Oncology, une société de biotechnologie de stade clinique focalisée sur la découverte et le développement de thérapies cellulaires CAR T à base de lymphocytes T (Chimeric Antigen Receptor) pour le traitement du cancer, a annoncé la nomination du Dr Charles Morris au poste de Chief Medical Officer. Le Dr Morris conduira et assurera la direction stratégique de toutes les activités médicales, réglementaires ainsi que pour le développement clinique.

Sanofi : une seconde indication de Sarclisa® approuvée dans l’UE pour le traitement du myélome multiple en rechute

Publié le 19 avril 2021
Sanofi : une seconde indication de Sarclisa® approuvée dans l’UE pour le traitement du myélome multiple en rechute

Sanofi a annoncé que la Commission européenne (CE) a approuvé Sarclisa® (isatuximab) en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone (association Kd), pour le traitement des adultes atteints d’un myélome multiple en rechute ayant reçu un à trois traitements antérieurs. Il s’agit de la deuxième approbation de la CE concernant Sarclisa en association avec un traitement standard en moins de 12 mois.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents