Edition du 10-08-2022

Antibiorésistance : les entreprises du médicament lèvent près d’1 milliard de dollars pour soutenir la recherche clinique

Publié le mercredi 15 juillet 2020

Antibiorésistance : les entreprises du médicament lèvent près d'1 milliard de dollars pour soutenir la recherche clinique Plus de 20 sociétés pharmaceutiques de premier plan viennent d’annoncer le lancement du Fonds d’action contre l’antibiorésistance (www.AMRactionfund.com), un partenariat d’une ampleur sans précédent qui vise à mettre à la disposition des patients de 2 à 4 nouveaux antibiotiques d’ici 2030.

Ces traitements sont nécessaires de toute urgence pour faire face à l’augmentation rapide des infections résistantes aux antibiotiques – également appelées résistance aux antimicrobiens, ou RAM. Les entreprises du médicament ont levé près d’1 milliard de dollars pour soutenir la recherche clinique d’antibiotiques innovants contre les bactéries les plus résistantes et les infections potentiellement mortelles. Grâce à ce Fonds d’action contre l’antibiorésistance, les entreprises pharmaceutiques joindront leurs forces à celles d’organisations philanthropiques, de banques de développement et d’organisations multilatérales pour renforcer et accélérer le développement des antibiotiques. Le Fonds se concentrera sur les besoins urgents de santé publique. Il fournira les ressources financières indispensables, ainsi qu’un soutien technique important qui permettront d’aider les sociétés de biotechnologies à proposer de nouveaux antibiotiques aux patients.
Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance, une initiative de l’organisme international représentant l’industrie pharmaceutique (Fédération internationale de l’industrie du médicament, IFPMA), a été annoncé lors de lancements virtuels simultanés à Berlin (Allemagne) et à Washington (Etats-Unis). Le troisième aura lieu à Tokyo (Japon) le 10 juillet.

L’antibiorésistance menace de provoquer une crise mondiale qui pourrait dépasser la crise sanitaire de la COVID-19 en termes de décès et de coûts économiques. Alors que le nombre de décès dus à la COVID-19 poursuit sa tragique progression, 700 000 personnes meurent chaque année victimes de l’antibiorésistance. Dans certains des scénarios les plus alarmants, l’antibiorésistance pourrait entraîner le décès de 10 millions de personnes chaque année d’ici 2050.

« Contrairement à la crise de la COVID-19, la crise imputable à l’antibiorésistance est prévisible et évitable. Nous devons agir ensemble pour reconstruire le pipeline et veiller à ce que les antibiotiques les plus prometteurs et les plus innovants parviennent du laboratoire pharmaceutique aux patients », déclare Thomas Cueni, directeur général de l’IFPMA, l’un des organisateurs du nouveau fonds. Il ajoute : « Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance est l’une des initiatives de collaboration les plus importantes et les plus ambitieuses jamais entreprises par l’industrie pharmaceutique pour répondre à une menace mondiale contre la santé publique ».

Le monde a un besoin urgent de nouveaux antibiotiques, mais il y en a peu dans le pipeline en raison d’un paradoxe : malgré les coûts sociétaux énormes de l’antibiorésistance, il n’existe actuellement aucun marché viable pour de nouveaux antibiotiques. Les nouveaux antibiotiques sont, en effet, utilisés avec parcimonie afin de préserver leur efficacité, si bien que ces dernières années, un certain nombre de sociétés de biotechnologies, axées sur les antibiotiques, ont fait faillite ou ont abandonné ce champ faute de pérennité du marché, ce qui a entraîné la perte d’un savoir-faire utile et de ressources précieuses. Il en résulte un énorme besoin de nouveaux antibiotiques pour tous les patients, mais aussi un important besoin de financement pour assurer le développement de nouveaux antibiotiques, notamment dans les derniers stades de la recherche clinique, afin d’éviter cette « vallée de la mort » bien connue des biotechs séparant la découverte de l’accès des patients.

« Dans le cadre du Fonds d’action contre l’antibiorésistance, l’industrie pharmaceutique investit près d’1 milliard de dollars pour revivifier un pipeline d’antibiotiques au bord de l’effondrement. Une situation potentiellement dévastatrice qui pourrait affecter des millions de personnes dans le monde », indique David Ricks, président et DG d’Eli Lilly and Company et président d’IFPMA. « Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance apportera son soutien à des candidats antibiotiques innovants, aux dernières étapes les plus difficiles de leur développement, ce qui laissera aux gouvernements le temps de mettre en œuvre les réformes politiques nécessaires à la mise en place d’une filière antibiotiques durable ».

Bien que le Fonds d’action contre l’antibiorésistance marque une étape majeure dans la prise en compte des défis de l’antibiorésistance, les décideurs politiques du monde entier doivent adopter des réformes économiques, y compris une réforme des remboursements et prendre de nouvelles mesures incitatives pour revitaliser le marché des antibiotiques et stimuler les investissements pérennes en recherche et développement d’antibiotiques. Sans attendre ces réformes structurelles, l’industrie pharmaceutique s’est d’ores et déjà engagée à mettre en place les mesures nécessaires au renforcement du pipeline actuel d’antibiotiques.

« Ce fonds d’investissement lancé en un temps record démontre la faculté d’anticipation et d’adaptation des entreprises du médicament. Ce consortium d’un genre nouveau associant entreprises, banques et organisations internationales autour d’une même cause est une préfiguration du monde d’après, un monde de collaborations et de partenariats à inventer pour répondre aux défis majeurs qu’aura à affronter l’humanité. Le Leem ne peut que soutenir et encourager cette initiative qui donne du sens à la mission des entreprises du médicament. » ajoute Philippe Lamoureux, directeur général du Leem, l’organisation française des entreprises du médicament et vice-président du conseil d’administration de l’IFPMA.

Grâce à cet investissement provenant de sociétés pharmaceutiques de premier plan, le Fonds d’action contre l’antibiorésistance sera la plus grande entreprise collective jamais créée pour lutter contre cette menace.

Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance compte :

•    investir dans de petites sociétés de biotechnologies axées sur le développement de traitements antibactériens innovants qui répondent aux besoins de santé publique les plus prioritaires, permettent un changement significatif de la pratique clinique et sauvent des vies.

•    fournir un soutien technique aux sociétés choisies, en leur donnant accès à l’expertise et aux ressources des grandes sociétés pharmaceutiques, pour renforcer le développement d’antibiotiques, en favoriser l’accès et une utilisation appropriée.

•    réunir une large alliance d’acteurs industriels et non industriels, notamment des organismes philanthropiques, des banques de développement et des organisations multilatérales, et se mobiliser pour inciter les gouvernements à créer des conditions de marché autorisant des investissements durables dans la filière antibiotiques.

Le Fonds d’action contre l’antibiorésistance prévoit d’investir plus d’1 milliard de dollars avec le soutien de futurs partenaires afin de combler les déficits de financement des phases de développement d’antibiotiques. Le Fonds devrait être opérationnel au cours du quatrième trimestre 2020.

Pour de plus amples détails sur le Fonds d’action contre l’antibiorésistance, accédez à www.AMRactionfund.com.

______________________________

Sociétés et fondations pharmaceutiques soutenant le Fonds d’action contre la RAM :
Almirall, Amgen, Bayer, Boehringer Ingelheim, Chugai, Daiichi-Sankyo, Eisai, Eli Lilly & Company, GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson, LEO Pharma, Lundbeck, Menarini, Merck, MSD, Novartis, Novo Nordisk, Pfizer, Roche, Shionogi, Takeda, Teva, UCB

Source : Leem








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents