Edition du 23-01-2022

Antibiotiques : l’autoprescription stimule l’épidémie de superbactéries en Europe

Publié le vendredi 16 novembre 2012

À l’occasion de la Journée européenne d’information sur les antibiotiques 2012, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rappelle les conséquences de l’usage excessif et abusif des antibiotiques. Ainsi, chaque année, plus de 80 000 personnes contractent une tuberculose résistante aux antibiotiques. Certains pays européens développés ont récemment signalé des cas de gonorrhée résistante aux céphalosporines, extrêmement difficiles à soigner.

« Depuis leur découverte il y a plus de 70 ans, les antibiotiques ont permis à la plupart d’entre nous de rester en vie en guérissant les infections bactériennes qui, autrement, auraient pu être fatales. Le recours aux antibiotiques, et aux vaccins, a permis de rallonger la durée de vie de 20 ans en moyenne », explique Mme Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe. « Si nous voulons conserver ce miracle médical, nous devons parfaitement comprendre quand les antibiotiques agissent et quand ils n’agissent pas, et prendre par conséquent les mesures qui s’imposent. Tous le monde est concerné, de ceux qui élaborent les politiques et les stratégies, à ceux qui mènent des activités de recherche et produisent et fournissent les antibiotiques, en passant par ceux qui les prescrivent et les utilisent. »

Si les conséquences de l’usage excessif et abusif des antibiotiques font l’objet d’une plus forte prise de conscience au niveau mondial, c’est beaucoup moins le cas dans les pays où ces substances ne sont pas autant réglementées et peuvent être obtenues en vente libre, sans ordonnance : soit dans deux pays sur trois de la partie orientale de la Région européenne de l’OMS. Selon une enquête menée par l’OMS au niveau mondial, plus de la moitié de tous les médicaments, dont les antibiotiques, sont prescrits, délivrés ou vendus de façon inappropriée, et près de la moitié des patients ne prennent pas correctement leurs médicaments. De telles pratiques entraînent un développement de la résistance aux antibiotiques, et donc une diminution du nombre d’antibiotiques efficaces. En outre, il est alarmant de constater qu’aucune nouvelle classe d’antibiotiques n’a été découverte au cours de ces 25 dernières années et ce, malgré les efforts de recherche dans ce domaine.

Le problème n’entraîne pas seulement d’énormes conséquences sur la santé, mais aussi un important impact économique tant pour les individus que pour la société. En effet, les infections résistantes peuvent être jusqu’à 100 fois plus coûteuses à traiter. On observe déjà des infections incurables ou difficiles à traiter dans la Région européenne. Chaque année, plus de 80 000 personnes contractent une tuberculose résistante aux antibiotiques. Certains pays européens développés ont récemment signalé des cas de gonorrhée résistante aux céphalosporines, d’ailleurs extrêmement difficiles à soigner.

La résistance aux carbapénèmes
Dans ce domaine, l’une des principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur la Région est la propagation des bactéries de plus en plus résistantes aux antibiotiques de la famille des carbapénèmes. Ces substances constituent le seul remède à plusieurs maladies graves, comme celles provoquées par la bactérie multirésistante Escherichia coli. Les souches virulentes d’E. coli peuvent causer des gastroentérites, des infections des voies urinaires et des affections plus graves, comme la méningite, le syndrome hémolytique et urémique, la septicémie et la pneumonie. Au cours de ces deux dernières années, la résistance aux carbapénèmes est apparue dans plusieurs pays de l’Union européenne (UE), compromettant ainsi la capacité de traitement des patients. On assiste en outre à une aggravation de la situation en raison de la transmission facile de ces bactéries résistantes d’un patient à l’autre, et de leur introduction croissante en Europe à partir de pays où ces bactéries sont répandues.

Le recensement et la cartographie de l’usage des antibiotiques et de la résistance constituent un élément clé du Plan d’action stratégique européen sur la résistance aux antibiotiques, approuvé par tous les États membres de la Région en 2011. Le 30 octobre 2012, l’OMS/Europe a signé un accord avec l’Institut national néerlandais pour la santé publique et l’environnement (RIVM) et l’European Society of Clinical Microbiology and Infectious Diseases (ESCMID) en vue d’étudier, d’endiguer et de prévenir l’émergence et la propagation de la résistance aux antibiotiques dans les pays de la Région, qui ne sont pas membres de l’UE. Cette initiative complète la surveillance menée dans les pays de l’UE par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) par l’intermédiaire du Réseau européen de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (EARS-Net). Un réseau de surveillance harmonisé et coordonné dans tous les pays de la Région européenne est essentiel pour protéger la santé face à une menace transfrontalière.

L’ECDC coordonne la Journée européenne d’information sur les antibiotiques depuis 2008. Cette année, l’OMS collabore avec l’ECDC en vue de faire participer l’ensemble des 53 États membres de la Région européenne à cet événement. Pour la première fois, les pays d’Europe orientale et d’Asie centrale se joignent à l’UE pour mener des activités qui favorisent l’usage prudent des antibiotiques.

Source : OMS








MyPharma Editions

Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Publié le 21 janvier 2022
Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Le groupe Ipsen vient d’annoncer la nomination de Karen Witts en tant que membre indépendant du Conseil d’administration.

Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d’euros pour soutenir la production et la recherche en France

Publié le 20 janvier 2022
Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d'euros pour soutenir la production et la recherche en France

Pfizer vient d’annoncer son intention d’investir plus de 520 millions d’euros dans le cadre d’un plan d’investissement sur cinq ans en France dans le secteur de la science et de la santé, en renforçant notamment les capacités de production sur le territoire et en stimulant la recherche et l’innovation dans plusieurs aires thérapeutiques.

Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Publié le 20 janvier 2022
Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé les résultats d’une étude préliminaire menée en laboratoire qui démontre que les anticorps provenant du sérum de personnes vaccinées avec trois doses du candidat vaccin inactivé de Valneva contre la COVID-19, VLA2001, neutralisaient le variant Omicron.

AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

Publié le 20 janvier 2022
AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation de l’ANSM pour initier une étude de phase II (AB20006) chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère.

Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Publié le 20 janvier 2022
Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Sanofi a annoncé qu’un deuxième essai de phase III évaluant Dupixent® (dupilumab) chez des adultes présentant un prurigo nodulaire non contrôlé, une maladie chronique de la peau portant une signature inflammatoire de type 2, a atteint son critère d’évaluation primaire et ses principaux critères d’évaluation secondaires, et montré une diminution significative des démangeaisons et lésions cutanées comparativement à un placebo, après 24 semaines de traitement expérimental.

Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Publié le 19 janvier 2022
Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Transgene, société de biotechnologie qui développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, et PersonGen BioTherapeutics, société chinoise de biotechnologie qui développe des thérapies cellulaires CAR-T innovantes contre les cancers solides et hématologiques, ont annoncé une collaboration stratégique visant à évaluer la faisabilité et l’efficacité d’une combinaison thérapeutique associant l’injection de cellules CAR-T TAA06 de PersonGen à un virus oncolytique, issu de la plateforme Invir.IO™ de Transgene, administré par voie intraveineuse.

Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Publié le 19 janvier 2022
Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Biogen vient d’annoncer une nouvelle collaboration avec TheraPanacea, centrée sur plusieurs aires thérapeutiques en neurosciences et renforçant les liens existants entre les deux sociétés. L’objectif est de s’appuyer sur le machine learning (ML) et l’intelligence artificielle (IA) afin de tirer profit de l’imagerie médicale et d’autres sources de données cliniquement pertinentes

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents