Edition du 26-09-2020

Antibiotiques : l’autoprescription stimule l’épidémie de superbactéries en Europe

Publié le vendredi 16 novembre 2012

À l’occasion de la Journée européenne d’information sur les antibiotiques 2012, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rappelle les conséquences de l’usage excessif et abusif des antibiotiques. Ainsi, chaque année, plus de 80 000 personnes contractent une tuberculose résistante aux antibiotiques. Certains pays européens développés ont récemment signalé des cas de gonorrhée résistante aux céphalosporines, extrêmement difficiles à soigner.

« Depuis leur découverte il y a plus de 70 ans, les antibiotiques ont permis à la plupart d’entre nous de rester en vie en guérissant les infections bactériennes qui, autrement, auraient pu être fatales. Le recours aux antibiotiques, et aux vaccins, a permis de rallonger la durée de vie de 20 ans en moyenne », explique Mme Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe. « Si nous voulons conserver ce miracle médical, nous devons parfaitement comprendre quand les antibiotiques agissent et quand ils n’agissent pas, et prendre par conséquent les mesures qui s’imposent. Tous le monde est concerné, de ceux qui élaborent les politiques et les stratégies, à ceux qui mènent des activités de recherche et produisent et fournissent les antibiotiques, en passant par ceux qui les prescrivent et les utilisent. »

Si les conséquences de l’usage excessif et abusif des antibiotiques font l’objet d’une plus forte prise de conscience au niveau mondial, c’est beaucoup moins le cas dans les pays où ces substances ne sont pas autant réglementées et peuvent être obtenues en vente libre, sans ordonnance : soit dans deux pays sur trois de la partie orientale de la Région européenne de l’OMS. Selon une enquête menée par l’OMS au niveau mondial, plus de la moitié de tous les médicaments, dont les antibiotiques, sont prescrits, délivrés ou vendus de façon inappropriée, et près de la moitié des patients ne prennent pas correctement leurs médicaments. De telles pratiques entraînent un développement de la résistance aux antibiotiques, et donc une diminution du nombre d’antibiotiques efficaces. En outre, il est alarmant de constater qu’aucune nouvelle classe d’antibiotiques n’a été découverte au cours de ces 25 dernières années et ce, malgré les efforts de recherche dans ce domaine.

Le problème n’entraîne pas seulement d’énormes conséquences sur la santé, mais aussi un important impact économique tant pour les individus que pour la société. En effet, les infections résistantes peuvent être jusqu’à 100 fois plus coûteuses à traiter. On observe déjà des infections incurables ou difficiles à traiter dans la Région européenne. Chaque année, plus de 80 000 personnes contractent une tuberculose résistante aux antibiotiques. Certains pays européens développés ont récemment signalé des cas de gonorrhée résistante aux céphalosporines, d’ailleurs extrêmement difficiles à soigner.

La résistance aux carbapénèmes
Dans ce domaine, l’une des principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur la Région est la propagation des bactéries de plus en plus résistantes aux antibiotiques de la famille des carbapénèmes. Ces substances constituent le seul remède à plusieurs maladies graves, comme celles provoquées par la bactérie multirésistante Escherichia coli. Les souches virulentes d’E. coli peuvent causer des gastroentérites, des infections des voies urinaires et des affections plus graves, comme la méningite, le syndrome hémolytique et urémique, la septicémie et la pneumonie. Au cours de ces deux dernières années, la résistance aux carbapénèmes est apparue dans plusieurs pays de l’Union européenne (UE), compromettant ainsi la capacité de traitement des patients. On assiste en outre à une aggravation de la situation en raison de la transmission facile de ces bactéries résistantes d’un patient à l’autre, et de leur introduction croissante en Europe à partir de pays où ces bactéries sont répandues.

Le recensement et la cartographie de l’usage des antibiotiques et de la résistance constituent un élément clé du Plan d’action stratégique européen sur la résistance aux antibiotiques, approuvé par tous les États membres de la Région en 2011. Le 30 octobre 2012, l’OMS/Europe a signé un accord avec l’Institut national néerlandais pour la santé publique et l’environnement (RIVM) et l’European Society of Clinical Microbiology and Infectious Diseases (ESCMID) en vue d’étudier, d’endiguer et de prévenir l’émergence et la propagation de la résistance aux antibiotiques dans les pays de la Région, qui ne sont pas membres de l’UE. Cette initiative complète la surveillance menée dans les pays de l’UE par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) par l’intermédiaire du Réseau européen de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (EARS-Net). Un réseau de surveillance harmonisé et coordonné dans tous les pays de la Région européenne est essentiel pour protéger la santé face à une menace transfrontalière.

L’ECDC coordonne la Journée européenne d’information sur les antibiotiques depuis 2008. Cette année, l’OMS collabore avec l’ECDC en vue de faire participer l’ensemble des 53 États membres de la Région européenne à cet événement. Pour la première fois, les pays d’Europe orientale et d’Asie centrale se joignent à l’UE pour mener des activités qui favorisent l’usage prudent des antibiotiques.

Source : OMS








MyPharma Editions

Gustave Roussy dans le Top 5 mondial des meilleurs hôpitaux en cancérologie

Publié le 25 septembre 2020
Gustave Roussy dans le Top 5 mondial des meilleurs hôpitaux en cancérologie

Gustave Roussy est le 5e meilleur hôpital spécialisé en cancérologie au monde et 1er hors Etats-Unis d’après le magazine Newsweek. Ce classement souligne la reconnaissance internationale de l’excellence des soins et de la puissance de la recherche déployées par l’Institut. C’est aussi l’assurance pour les patients de savoir qu’ils peuvent bénéficier, en France, des meilleurs soins et d’une recherche clinique des plus performantes.

Genfit : 1ère visite du 1er patient pour son essai clinique de Phase 3 ELATIVE évaluant elafibranor dans la PBC

Publié le 25 septembre 2020
Genfit : 1ère visite du 1er patient pour son essai clinique de Phase 3 ELATIVE évaluant elafibranor dans la PBC

Genfit, société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, a annoncé avoir réalisé la première visite du premier patient pour ELATIVE, l’essai clinique pivot international de Phase 3 évaluant elafibranor dans la Cholangite Biliaire Primitive (PBC).

Ipsen : Philippe Lopes-Fernandes nommé Vice-Président Exécutif, Chief Business Officer

Publié le 25 septembre 2020
Ipsen : Philippe Lopes-Fernandes nommé Vice-Président Exécutif, Chief Business Officer

Ipsen vient d’annoncer la nomination de Philippe Lopes-Fernandes en qualité de Vice-Président Exécutif, Chief Business Officer, à compter du 1er octobre 2020. Basé à Cambridge (Massachusetts, États-Unis), il sera responsable de toute l’activité business développement et gestion des partenariats. Il reportera directement à David Loew, Directeur général d’Ipsen, et sera membre de l’Executive Leadership Team.

Vivet Therapeutics et Pfizer concluent un accord de fabrication relatif à une thérapie génique expérimentale pour la maladie de Wilson

Publié le 24 septembre 2020
Vivet Therapeutics et Pfizer concluent un accord de fabrication relatif à une thérapie génique expérimentale pour la maladie de Wilson

Vivet Therapeutics, une société de biotechnologie de thérapie génique spécialisée dans le développement de traitements pour des maladies hépatiques héréditaires, et Pfizer ont annoncé un accord de fabrication, en vertu duquel Pfizer fournira l’approvisionnement clinique pour un essai clinique de Phase I/II évaluant la thérapie génique expérimentale propriétaire de Vivet, le VTX-801, pour le traitement de la maladie de Wilson, un trouble hépatique rare et potentiellement mortel. L’essai devrait commencer début 2021. Les termes de l’accord n’ont pas été divulgués.

Theradiag annonce la création d’un nouvel établissement à Tours

Publié le 24 septembre 2020
Theradiag annonce la création d’un nouvel établissement à Tours

Dans la continuité de son partenariat avec l’Université de Tours annoncé en juillet concernant un accord spécifique de licence exclusive portant sur la fabrication de protéines virales du Covid-19 et un accord de collaboration globale, Theradiag, société spécialisée dans le diagnostic in vitro et le théranostic, a souhaité s’établir localement en Région Centre Val de Loire et a donc créé un établissement secondaire à Tours.

Carbogen Amcis annonce des investissements majeurs dont plus de 45 millions d’euros dans le Puy-de-Dôme

Publié le 24 septembre 2020
Carbogen Amcis annonce des investissements majeurs dont plus de 45 millions d'euros dans le Puy-de-Dôme

La société suisse Carbogen Amcis, spécialisée dans le développement des procédés chimiques à destination de l’industrie pharmaceutique ainsi que dans la production de principes actifs (PA) et de médicaments, a annoncé début septembre de nouveaux plans d’expansion en Suisse et en France.

Nutraceutiques : Nutri&Co réalise une levée de fonds de 4 millions d’euros

Publié le 24 septembre 2020
Nutraceutiques : Nutri&Co réalise une levée de fonds de 4 millions d’euros

Fondée en 2017, cette jeune société française spécialisée dans le domaine des compléments alimentaires vient de réaliser une levée de fonds de près de 4 millions d’euros auprès de la société d’investissement Creadev. En proposant aux consommateurs des produits de qualité supérieure, Nutri&Co affiche son ambition de devenir une des marques leaders du secteur européen des nutraceutiques. Un marché évalué à près de 16 milliards d’euros.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents