Edition du 05-03-2021

Automédication : l’Afipa dénonce un « procès récurrent contre le prix des médicaments »

Publié le vendredi 12 septembre 2014

L’Afipa, l’association professionnelle qui représente les industriels des produits de santé disponibles en pharmacie sans ordonnance, a réagi dans un communiqué au rapport de l’Inspection générale des finances et « au décalage important » observé entre ces conclusions et les différentes études de l’association sur le niveau de prix des médicaments d’automédication.

En premier lieu, l’Afipa indique que selon les résultats du deuxième Observatoire européen sur l’automédication réalisé par Celtipharm, « la France a un niveau moyen de prix d’une spécialité en automédication nettement inférieur (4,5 €) à la moyenne européenne (6,2 €) ».

« Ainsi, sur un échantillon de 8 pays (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Suède, Royaume-Uni), la France affiche les prix moyens les plus bas derrière le Royaume-Uni. En Allemagne où les dépenses moyennes en automédication (58 €) sont presque le double de celles des Français (32,4 €), le prix moyen d’un médicament d’automédication est de 8 € soit pratiquement le double du prix moyen français (4.5 €) », poursuit-elle.  « De même, la comparaison – dans chacun des pays concernés – des prix de spécialités de même présentation et de même posologie auprès de pharmaciens d’officine permet de constater que la France est soit le pays le moins cher soit l’avant-dernier pays le moins cher ».

A la suite des annonces récentes du Gouvernement sur une possible remise en cause du monopole officinal, l’Afipa a souhaité souligner « que – pour les pays européens dans lesquels les médicaments d’automédication peuvent être vendus à l’extérieur du circuit officinal -, les prix de ces spécialités demeurent quand même supérieurs à ceux pratiqués en France en officine. C’est le cas par exemple de l’Italie, qui en dépit de l’ouverture de la vente des médicaments d’automédication aux parapharmacies et supermarchés, enregistre en 2013 un prix moyen de 5.9 € en GMS (contre 4.5 € en France en pharmacie) ».

Une baisse constate des prix des médicaments d’automédication
« Contrairement aux affirmations des pouvoirs publics, les prix des médicaments d’automédication n’ont cessé de baisser en euros constants depuis 6 ans », poursuit association. Elle indique que « l’augmentation de l’indice des prix à la consommation a été de 8.6 points sur la période (base 100 en 2008), l’index des prix des médicaments non remboursables augmentait seulement de 6 points, soit une baisse de 2,6 points ». « Par ailleurs, le taux de TVA, qui est passé successivement de 5.5% à 7% puis à 10% (au 1er janvier 2014) sur les médicaments non remboursables a eu un impact significatif sur les prix publics », ajoute-t-elle.

Dans le même temps, les écarts de prix entre officines se réduisent comme le montrent régulièrement les différentes études publiées par l’Afipa. « Ces constats prouvent ainsi que la concurrence entre les laboratoires pharmaceutiques et les pharmacies d’officine joue pleinement son rôle dans le secteur de l’automédication responsable », estime l’association.

Pour Pascal Brossard, Président de l’Afipa : « Les affirmations récentes et données erronées mettent en péril le développement d’un marché déjà largement fragilisé. A l’image de nombreux autres pays modernes, l’automédication responsable, comme première étape du parcours de soins, doit s’inscrire dans une vraie stratégie de santé publique et s’imposer comme une solution de santé incontournable. Par conséquent, le développement de cette pratique ne peut s’imaginer sans l’appui du pharmacien d’officine et de son équipe qui assurent un rôle essentiel en termes de conseil, de suivi dans le dossier pharmaceutique ou encore de traçabilité. L’Afipa regrette ainsi que les pouvoirs publics – sous couvert de considérations purement politiciennes – menacent l’organisation de notre système de soins et l’essor d’un marché qui représente pourtant une alternative sûre et crédible aux enjeux économiques actuels. »

Le site de l’Afipa








MyPharma Editions

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

Publié le 4 mars 2021
GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements ciblant des facteurs clés de progression des maladies neurodégénératives auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP), a annoncé que le Comité de surveillance et de suivi (Drug Safety Monitoring Board, ou DSMB) a autorisé la poursuite, comme prévu et sans modification, de l’étude de Phase 2 évaluant le temelimab chez des patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents