Edition du 21-07-2019

Benzodiazépines: l’ANSM rappelle les règles de bon usage

Publié le mardi 18 décembre 2012

Benzodiazépines: l'ANSM rappelle les règles de bon usageDans un point d’information, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle les règles de bon usage des benzodiazépines. Des médicaments, utilisés pour traiter l’anxiété et l’insomnie, et dont l’agence vient d’analyser à nouveau l’existence d’un lien entre leur consommation et le risque de démence, dont la maladie d’Alzheimer.

« L’étude « Benzodem » confirme l’existence, dans la population française vivant à domicile, d’une association entre la prise de benzodiazépines et le risque de démence chez les personnes âgées de plus de 65 ans », indique l’ANSM. « Ces données restent à finaliser mais suggèrent un signal qui englobe non seulement les benzodiazépines mais plus largement l’ensemble des médicaments psychotropes. Les données disponibles ne permettent pas d’établir une relation entre la dose, la durée et l’effet », souligne l’agence.

Si « ces études épidémiologiques observationnelles ne peuvent pas mettre en évidence avec une certitude suffisante un lien de causalité entre la prise des benzodiazépines et la survenue d’une démence, cette association, bien que de faible intensité, vient s’ajouter aux autres risques déjà identifiés », poursuit-elle.

L’ANSM rappelle que les différentes études menées dans le champ de l’utilisation des benzodiazépines montrent que leur consommation en France reste l’une des plus élevées en Europe. « Ce niveau de consommation et l’utilisation de ces médicaments sur des durées plus longues que celles indiquées dans le cadre de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) représentent un problème de santé publique identifié depuis de nombreuses années, en raison, notamment, des risques d’abus, de dépendance, de chutes et de troubles de la mémoire et du comportement », estime l’ANSM.

L’agence a souhaité donc rappeler les règles de bon usage des benzodiazépine. Elle rappelle que la prescription de benzodiazépines à visée anxiolytique et hypnotique ne doit être envisagée qu’après échec d’autres approches médicamenteuses. Elle doit également « être la plus courte possible » : quatre semaines au maximum pour les hypnotiques (somnifères) et douze semaines pour les anxiolytiques.

Enfin, la prescription doit être régulièrement réévaluées par les médecins quant à son efficacité et ses effets indésirables et le patient mieux informé quant aux risques comme la dépendance et accompagné dans l’arrêt de sa consommation.

L’ANSM rappelle toutefois que les benzodiazépines ont démontré leur utilité thérapeutique en particulier en tant qu’anxiolytique et hypnotique lorsqu’elles sont correctement utilisées.

La France demeure l’un des pays les plus consommateurs de benzodiazépines, avec une utilisation qui atteint 30% chez les plus de 65 ans contre 20% en Espagne ou encore 15% en Australie.

Source : ANSM








MyPharma Editions

Transgene : feu vert pour un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni dans le cancer colorectal avec métastases hépatiques

Publié le 19 juillet 2019
Transgene : feu vert pour un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni dans le cancer colorectal avec métastases hépatiques

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé qu’elle a reçu l’autorisation de l’autorité de santé britannique, la Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA) de procéder à un essai clinique de Phase 1/2a de TG6002 administré par voie intra-artérielle hépatique (IAH) chez des patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) avec des métastases au foie non opérables.

Lysogene crée un Conseil Scientifique consultatif composé d’experts internationaux en thérapie génique du SNC

Publié le 19 juillet 2019
Lysogene crée un Conseil Scientifique consultatif composé d'experts internationaux en thérapie génique du SNC

Lysogene, société biopharmaceutique pionnière spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé la création d’un Conseil Scientifique consultatif (SAB pour Scientific Advisory Board) composé d’experts de renom international dans la découverte et le développement de thérapies géniques.

Advicenne signe un accord de financement de 20 M€ avec la BEI pour soutenir ses futurs développements

Publié le 19 juillet 2019
Advicenne signe un accord de financement de 20 M€ avec la BEI pour soutenir ses futurs développements

Advicenne, société pharmaceutique de spécialité développant et commercialisant des produits thérapeutiques pour le traitement de maladies orphelines, annonce aujourd’hui avoir signé un accord de prêt d’un montant de 20 M€ avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la banque de l’Union européenne (UE), dans le cadre du Plan d’Investissement pour l’Europe, ou Plan Juncker.

WeHealth Digital Medicine et l’entreprise française Lucine vont développer des thérapies numériques

Publié le 18 juillet 2019
WeHealth Digital Medicine et l’entreprise française Lucine vont développer des thérapies numériques

WeHealth Digital Medicine, l’activité e-santé du groupe Servier, et Lucine, entreprise innovante française pionnière dans les thérapies numériques (DTx1- Digital Therapeutics), ont annoncé la signature d’un partenariat de co-développement et une licence de distribution. Il s’agit du tout premier partenariat de e-santé entre deux sociétés françaises dans le domaine des DTx.

Roche s’allie à Matrice (Ecole 42) pour développer des solutions technologiques en santé

Publié le 17 juillet 2019
Roche s'allie à Matrice (Ecole 42) pour développer des solutions technologiques en santé

Matrice, le programme d’entrepreneuriat issu de l’École 42, a lancé la « Matrice Santé & Numérique », en collaboration avec Roche, 1er investisseur mondial en R&D dans le monde de la santé. Son ambition ? Faire collaborer des étudiants issus d’univers différents et complémentaires (informatique, juridique, design, sciences, commerce) pour répondre aux besoins d’usage en santé grâce aux nouvelles technologies.

Pherecydes Pharma et BIOASTER vont explorer l’utilisation de la phagothérapie dans les infections compliquées des voies urinaires

Publié le 17 juillet 2019
Pherecydes Pharma et BIOASTER vont explorer l'utilisation de la phagothérapie dans les infections compliquées des voies urinaires

Pherecydes Pharma et BIOASTER, l’Institut Français de Recherche en Microbiologie et sur les Maladies Infectieuses, ont annoncé la signature d’un accord de collaboration. Ce projet, appelé PhagUTI, représente une occasion unique pour les partenaires de capitaliser sur l’expertise de BIOASTER dans les modèles précliniques et la vaste expérience de Pherecydes Pharma en matière de sélection, de caractérisation et de production de bactériophages.

Medesis Pharma et Transgene collaborent pour explorer l’apport de la plateforme Aonys® aux virothérapies oncolytiques

Publié le 16 juillet 2019
Medesis Pharma et Transgene collaborent pour explorer l'apport de la plateforme Aonys® aux virothérapies oncolytiques

Medesis Pharma a annoncé la signature avec Transgene d’un accord de recherche collaborative afin d’appliquer la technologie Aonys® au traitement des tumeurs par les virus oncolytiques. Cette collaboration permet de tester une approche innovante de modulation du micro-environnement tumoral, permettant d’augmenter l’activité et le domaine d’emploi des virus oncolytiques.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents