Edition du 26-11-2022

Médicaments: « 500 milliards de dollars de coûts évitables dans 186 pays » selon IMS Health

Publié le mardi 18 décembre 2012

Médicaments: « 500 milliards de dollars de coûts évitables dans 186 pays » selon IMS HealthSelon une étude réalisée par IMS Health, les économies réalisables directement par un meilleur usage du médicament, s’élèveraient à un chiffre symbolique de 500 milliards de dollars cumulés pour un ensemble de 186 pays, grâce à une série de mesures en faveur d’un usage responsable du médicament.

En octobre dernier, le dernier sommet des ministres de la santé organisé aux Pays-Bas était consacré à ce sujet majeur. Le travail réalisé par l’Institut IMS, en charge d’estimer les bénéfices potentiels pour un ensemble de 186 pays. « Ce montant représente 8 % du coût total des dépenses de santé dans les pays considérés, précise Robert Chu, président d’IMS Health France. Et l’étude ne prend pas en compte la contribution supplémentaire indirecte à la santé publique et à l’économie apportée par des personnes en meilleure santé. »

Améliorer l’observance : plus de 50 % d’économies

Six leviers essentiels ont été identifiés permettant d’assurer un meilleur usage du médicament. Le premier et le plus important est d’agir sur la non-observance, dont le coût cumulé dans les pays considérés représente 269 Mds de dollars, soit plus de 50 % des coûts évitables.

En second lieu, améliorer la rapidité du recours au médicament, grâce notamment à des « guidelines » de prescription, offre une opportunité de 62 milliards supplémentaires.

Le troisième facteur concerne directement le mésusage et en particulier l’abus des antibiotiques, qui concerne davantage les pays émergents ; il permettrait une économie de 54 Mds de dollars.

Quatrième point, agir pour une meilleure prévention des erreurs médicamenteuses éviterait 42 milliards de coûts supplémentaires. Une économie de 30 milliards est également possible grâce à un usage optimisé des médicaments génériques.

Et enfin, une meilleure gestion des polymédications, particulièrement chez les patients âgés, conduirait à 18 Mds de dollars d’économies.

 « Reproduire les expériences exemplaires de certains pays »

« Les données portant sur l’observance des traitements sont issues d’études de cas, souligne le Pr Claude Le Pen, Professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine et consultant IMS Health. Il n’est pas étonnant de parvenir à ce montant élevé car une prescription non observée c’est de l’argent gâché et une pathologie qui n’est pas guérie. » Les auteurs notent que les motifs de non-observance sont assez universels et non liés à des cultures ou des pays en particulier.

Les expériences de certains pays sont exemplaires. Le Brésil a mis en place une surveillance de l’usage des traitements antituberculeux grâce à des programmes médicosociaux ce qui a permis de diminuer le taux d’arrêt de traitement de 14% (en 1999) à 7% (en 2010) et de réduire la mortalité de 23,4% en 10 ans. Au Danemark, l’éducation délivrée par les pharmaciens à des patients asthmatiques sur le bon usage des inhalateurs a conduit à une amélioration de 80 à 90% des erreurs d’inhalation.

« Les expériences qui fonctionnent sont celles qui mobilisent plusieurs professionnels de santé, les autorités de tutelles, etc., avec un consensus sur les objectifs et les moyens, observe Claude Le Pen. Les pharmaciens ont un grand rôle à jouer, à la fois dans l’éducation thérapeutique et l’apprivoisement des techniques par les patients, en particulier pour les traitements compliqués et/ou au long cours. »

Cinq recommandations de l’étude
Ce rôle renforcé du pharmacien, appelé à jouer un rôle majeur en particulier dans le respect de l’observance et la gestion des polymédications, est la première recommandation issue de l’étude de l’Institut IMS.

La deuxième concerne la réalisation d’audits, de suivis médicalisés pour les patients âgés, en vue d’une meilleure gestion des polymédications.

En troisième lieu, un suivi obligatoire de l’usage des antibiotiques doit être effectué. A cet égard, « l’expérience française de réduction de l’usage des antibiotiques intéresse le monde entier, note Claude Le Pen. Ce qui montre que les mesures fonctionnent mieux lorsque l’intérêt de santé publique et l’intérêt économique convergent, plutôt qu’en donnant l’impression que des économies sont réalisées sur la santé des individus. Il faut cependant des efforts répétés et soutenus car les habitudes sont ancrées. »

La quatrième recommandation est l’instauration d’une culture, d’abord, puis de dispositifs ensuite, de remontée des erreurs sans sanctions.

Enfin, il convient de mettre en place des programmes de « disease management » pour des maladies chroniques ciblées, en travaillant notamment sur le « timing », l’optimisation de la gestion des prescriptions dans le temps. « La convention officinale récemment signée en France contient des éléments allant dans ce sens », note Stéphane Sclison, Directeur de la Stratégie d’IMS Health France.

Source : IMS Health








MyPharma Editions

Recherche clinique : une embellie observée en 2021, mais déjà fortement menacée

Publié le 24 novembre 2022
Recherche clinique : une embellie observée en 2021, mais déjà fortement menacée

Chaque année, le Leem dresse un état des lieux des essais cliniques initiés par les industriels sur le sol français et permet de positionner la France au sein de la compétition internationale. Cette 12e édition de l’enquête « Attractivité de la France pour la recherche clinique », menée sur l’année 2021, rapporte des résultats encourageants.

MedinCell et la BEI signent un nouveau contrat de prêt de 40 millions d’euros pour soutenir le développement de traitements innovants

Publié le 24 novembre 2022
MedinCell et la BEI signent un nouveau contrat de prêt de 40 millions d'euros pour soutenir le développement de traitements innovants

Le nouveau prêt signé entre la Banque européenne d’investissement (BEI), soutenue par le Plan d’investissement pour l’Europe, et la société pharmaceutique MedinCell est destiné à soutenir le développement son portefeuille de traitements innovants. Celui-ci est déjà composé de plusieurs produits injectables à action prolongée au stade préclinique et clinique. Un premier traitement utilisant la technologie de MedinCell, BEPO®, devrait arriver sur le marché américain au premier semestre 2023.

La start-up française Posos choisie comme sujet d’étude pour évaluer l’impact des outils de détection et de correction de la iatrogénie aux urgences

Publié le 23 novembre 2022
La start-up française Posos choisie comme sujet d'étude pour évaluer l'impact des outils de détection et de correction de la iatrogénie aux urgences

La medtech française Posos, qui propose un outil d’aide à la décision médicale permettant de personnaliser la prise en charge médicamenteuse, a été sélectionnée par le Ministère de la santé comme sujet d’étude pour évaluer l’impact médico-économique de la détection de la iatrogénie (risques dans les prescriptions médicales) aux urgences. Partager la publication « La start-up […]

Leem : nominations au Codeem et à la Commission Accès des patients au progrès thérapeutique

Publié le 23 novembre 2022
Leem : nominations au Codeem et à la Commission Accès des patients au progrès thérapeutique

Le Conseil d’administration du Leem a procédé, le 22 novembre 2022, à la nomination de Delphine Aguiléra Caron (Présidente de Janssen France) au sein du Collège des Industriels du Codeem. Elle y représentera le Conseil d’administration du Leem jusqu’en 2024, fin du mandat actuel du Codeem.

Abbott et Novo Nordisk créent une alliance dans la prise en charge du diabète

Publié le 23 novembre 2022

Abbott et Novo Nordisk, leaders dans la mesure en continu du glucose et dans le traitement du diabète, annoncent que les stylos à insuline connectés réutilisables NovoPen® 6 et NovoPen Echo® Plus sont désormais interopérables avec l’application FreeStyle LibreLink d’Abbott. Cette interopérabilité de technologies de santé connectée est le fruit d’un travail en commun visant […]

Acticor Biotech : premier essai clinique évaluant le glenzocimab dans l’infarctus du myocarde

Publié le 23 novembre 2022
Acticor Biotech : premier essai clinique évaluant le glenzocimab dans l’infarctus du myocarde

Grâce à un partenariat entre l’Université de Birmingham et Acticor Biotech, des patients victimes d’une crise cardiaque seront traités pour la première fois avec glenzocimab, une nouvelle classe de médicaments prometteurs. Ce nouveau médicament susceptible d’améliorer les conditions de vie à long terme des patients victimes d’un infarctus du myocarde va être testé au Royaume-Uni.

Medesis Pharma : création d‘un Conseil Scientifique Permanent d’experts en maladies neurodégénératives

Publié le 22 novembre 2022
Medesis Pharma : création d‘un Conseil Scientifique Permanent d'experts en maladies neurodégénératives

Medesis Pharma, société de biotechnologie pharmaceutique développant des candidats médicaments à partir de sa technologie propriétaire d’administration de principes actifs en nano micelles par voie buccale, Aonys, a annoncé la création d‘un Conseil Scientifique Consultatif Permanent afin d’accompagner la Société dans ses programmes de recherches et programmes cliniques dédiés aux maladies neurodégénératives.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents