Edition du 15-07-2018

Accueil » Cancer » Médecine » Recherche

Cancer colorectal: découverte d’un gène protecteur

Publié le mardi 13 décembre 2011

Une équipe du Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon, vient de démontrer qu’un gène (nommé « DCC » pour Deleted Colorectal Cancer) protège contre le développement de tumeurs colorectales, en induisant la mort des cellules cancéreuses. Les chercheurs lyonnais ont mis au point un modèle animal porteur d’une mutation sur le gène DCC. Les souris porteuses de la mutation développent des tumeurs car ce gène ne peut plus induire la mort des cellules cancéreuses. Cette découverte pourrait aboutir plus largement à la mise au point d’un nouveau traitement anti-cancéreux ciblé visant à réactiver la mort des cellules cancéreuses. Les résultats de cette étude sont publiés dans une Lettre de la revue Nature datée du 11 décembre 2011.
 
L’équipe de Patrick Mehlen, directeur du Laboratoire d’Excellence DEVweCAN au Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon (CNRS/Inserm/Centre Léon Bérard/Université Claude Bernard 1) étudie le processus de mort cellulaire – apoptose – et plus particulièrement le mécanisme qui permet aux cellules de comprendre qu’elles doivent s’engager dans un processus d’autodestruction lorsqu’elles deviennent anormales. L’équipe de Patrick Mehlen a proposé que ce mécanisme passe par des sentinelles localisées à la surface des cellules et qui scrutent leur environnement. Les chercheurs ont nommé ces sentinelles des « récepteurs à dépendance ».

L’action des récepteurs à dépendance
Les chercheurs se sont penchés sur le concept de ces « récepteurs à dépendance ». Dans le cas où un récepteur cellulaire est associé à son ligand, le message classique indique que « tout va bien » et conduit à la survie de la cellule. Par contre, lorsque le récepteur est privé de son ligand, il peut envoyer un message qui conduit à la mort de la cellule, un mécanisme également appelé « apoptose ». Appliqué à la recherche contre le cancer, l’absence de ligand pourrait induire la mort de cellules cancéreuses qui prolifèrent de manière anarchique.
 
Dans cette étude, l’équipe de Patrick Mehlen montre que le gène DCC (pour Deleted Cancer Colorectal), qui code pour un « récepteur à dépendance », protège l’organisme de l’apparition de cancer en provoquant la mort des cellules qui deviennent cancéreuses. Les chercheurs ont utilisé un modèle de souris où le gène DCC est génétiquement modifié. La mutation de ce « récepteur à dépendance » empêche l’induction de l’apoptose. Lorsque que le gène DCC est éteint par mutation, la souris, développe spontanément des cancers du côlon.
 
« L’organisme est naturellement protégé du développement de cancers grâce à la présence de ce gène suppresseur de tumeur. Malheureusement, certaines cellules cancéreuses échappent à ce contrôle en bloquant ce mécanisme de « récepteurs à dépendance ». On sait ainsi que le gène DCC est éteint dans la majorité des cancers chez l’homme », explique Patrick Mehlen.
 
Le travail des chercheurs pourrait déboucher dans un futur proche sur un nouveau traitement ciblé visant à réactiver la mort des cellules cancéreuses pour détruire les cancers, tels que le cancer du sein, du poumon… »Notre groupe a d’ailleurs développé plusieurs candidats médicaments qui réactivent la mort cellulaire induite par le récepteur DCC dans des modèles animaux et nous espérons être capable de tester ces candidats médicaments en essai clinique chez l’homme d’ici 3 ans », conclut Patrick Mehlen.
 
Patrick Mehlen bénéficiera du support du Prix Liliane Bettencourt Schueller en Sciences de la Vie dont il vient d’être lauréat. Le prix sera remis le 15 décembre 2011.
 

Sources : Inserm
 
DCC constrains tumour progression via its dependence receptor activity
Marie Castets (1), Laura Broutier (1), Yann Molin (1), Marie Brevet (2), Guillaume Chazot (1), Nicolas Gadot (2), Armelle Paquet (2), Laetitia Mazelin (1), Loraine Jarrosson-Wuilleme (1), Jean-Yves Scoazec (2), AgnesBernet (1) & Patrick Mehlen (1)
 
(1) Apoptosis, Cancer and Development Laboratory – Equipe labellisée ‘La Ligue’, LabEx DEVweCAN, Centre de Cancérologie de Lyon, INSERM U1052-CNRS UMR5286, Université de Lyon, Centre Léon Bérard, 69008 Lyon, France.
(2) Endocrine Differentiation Laboratory, Centre de Cancérologie de Lyon, INSERM U1052-CNRS UMR5286, Université de Lyon, Hospices Civils de Lyon, Hôpital Edouard Herriot, Anatomie Pathologique, 69437 Lyon, France.
Nature, 11 décembre 2011doi:10.1038/nature10708








MyPharma Editions

Sanofi double sa participation dans deux fonds dédiés à l’innovation

Publié le 13 juillet 2018

Dans le cadre du Conseil Stratégique des Industries de Santé (CSIS), réuni le 10 juillet à Paris sous l’égide du Premier ministre, Sanofi a annoncé le renforcement de son engagement en faveur de l’innovation, en doublant sa participation dans deux fonds d’investissement dédiés aux sciences de la vie.

GSK inaugure une nouvelle unité de production sur son site d’Evreux en France

Publié le 13 juillet 2018
GSK inaugure une nouvelle unité de production sur son site d’Evreux en France

A l’occasion de son 50ème anniversaire, le site GSK d’Evreux (27) vient d’inaugurer une unité de production dédiée aux nouveaux médicaments inhalés à visée respiratoire Ellipta. Cette nouvelle unité de production Ellipta, fruit d’un investissement de 90 millions d’euros sur 3 ans, permettra au site d’Evreux de renforcer ses capacités de production actuelles de 16 millions d’unités par an.

Takeda : résultats positifs de Phase 3 sur NINLARO® dans le myélome multiple

Publié le 13 juillet 2018
Takeda : résultats positifs de Phase 3 sur NINLARO® dans le myélome multiple

Takeda vient d’annoncer que l’étude randomisée de Phase 3 TOURMALINE-MM3 a satisfait à son critère d’évaluation principal, démontrant que le médicament oral à agent unique NINLARO® (ixazomib), en tant que traitement d’entretien, a permis une amélioration statistiquement significative de la survie sans progression de la maladie par rapport au placebo.

Sciences de la Vie : Median Technologies récompensée par deux prix

Publié le 13 juillet 2018
Sciences de la Vie : Median Technologies récompensée par deux prix

Median Technologies, la société de solutions et de services d’imagerie innovants basée à Sophia Antipolis, a reçu le 11 Juillet le trophée Futur40 et le prix spécial de la croissance dans la catégorie Santé-Sciences de la Vie décernés par Forbes, PMEfinance-EuropeEntrepreneurs, et leurs partenaires Euronext, MorningStar, RSM, F2iC et Paris Europlace.

Pierre-Jean Renault rejoint Neuraxpharm France en tant que nouveau Directeur Général

Publié le 12 juillet 2018
Pierre-Jean Renault rejoint Neuraxpharm France en tant que nouveau Directeur Général

Neuraxpharm France, société récemment créée par suite de l’acquisition du Laboratoire Biodim par la multinationale pharmaceutique NuPharm Group, vient d’accueillir Pierre-Jean Renault annonçant son intégration en tant que nouveau Directeur Général. NuPharm Group est un leader dans le secteur pharmaceutique européen spécialisé dans le traitement des troubles du Système Nerveux Central (SNC).

Onxeo : nouveaux résultats précliniques d’AsiDNA™ en association avec les inhibiteurs de PARP

Publié le 12 juillet 2018
Onxeo : nouveaux résultats précliniques d’AsiDNA™ en association avec les inhibiteurs de PARP

Onxeo, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de médicaments innovants en oncologie, notamment contre les cancers rares ou résistants, a annoncé les résultats positifs de nouvelles études précliniques d’AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réparation de l’ADN tumoral, en association avec des inhibiteurs de PARP (poly (ADP-ribose) polymerase).

Inventiva : conclusions positives des deux DSMB pour les études de phase IIb avec le lanifibranor

Publié le 12 juillet 2018
Inventiva : conclusions positives des deux DSMB pour les études de phase IIb avec le lanifibranor

Inventiva, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement de traitements innovants contre la stéatohépatite non alcoolique (NASH), la sclérodermie systémique (SSc) et les mucopolysaccharidoses (MPS), a annoncé que le Data Safety Monitoring Board (DSMB) de la FAAST (For A Systemic Sclerosis Treatment) a tenu sa troisième et dernière réunion avant la fin de l’étude sur le lanifibranor dans la SSc.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions