Edition du 18-05-2021

Accueil » Cancer » Recherche

Cancer en stade avancé : le profilage tumoral complet promet de nouvelles options thérapeutiques

Publié le mardi 23 avril 2019

Cancer en stade avancé : le profilage tumoral complet promet de nouvelles options thérapeutiquesLes résultats de WINTHER, première étude du Consortium WIN**, publiés hier dans la revue Nature Medicine*, dans un article intitulé Genomic and transcriptomic profiling expands precision cancer medicine: the WINTHER trial, démontrent que le profilage de l’ARN en plus de celui de l’ADN permet à un plus grand nombre de patients atteints d’un cancer avancé de recevoir des thérapies personnalisées, par rapport aux tests standard des mutations de l’ADN seuls.

L’essai WINTHER***, NCT01856296, dirigé par les chercheurs du Vall d’Hebron Institute of Oncology – VHIO (Espagne), du Chaim Sheba Medical Center (Israël) (Raanan Berger), de Gustave Roussy (France) (Jean-Charles Soria), du Centre Léon Bérard (France) (Pierre Saintigny), du Segal Cancer Centre, McGill University (Canada) (Wilson H. Miller), de l’UT MD Anderson Cancer Center (États-Unis) (Jordi Rodon et Apostolia-Maria Tsimberidou) et de l’University of California San Diego, Moores Cancer Center (États-Unis) (Razelle Kurzrock), avait pour objectif d’offrir un traitement de précision à un plus grand nombre de patients atteints de cancer à tumeurs solides de stade avancé ayant progressé sous thérapies standards.

Pour la première fois dans la clinique, l’essai WINTHER a appliqué une analyse transcriptomique (tests de l’expression de l’ARN) afin de personnaliser la médecine en oncologie pour un plus grand nombre de patients, en fonction du niveau d’expression de l’ARN dans les tumeurs par rapport aux tissus normaux.
303 patients ont pris part à l’essai WINTHER; 107 d’entre eux ont été traités conformément aux recommandations formulées par un comité de spécialistes du cancer de cinq pays différents. Ces patients avaient déjà reçu plusieurs traitements, et un quart d’entre eux avait déjà reçu cinq lignes thérapeutiques ou plus. Parmi les 107 patients traités, 69 ont reçu un traitement choisi sur la base d’un profilage de l’ADN, et 38 sur la base d’un profilage de l’ARN. Au total, l’essai WINTHER est parvenu à trouver une thérapie personnalisée pour 35% des patients atteints d’un cancer en stade avancé.

« La stratégie utilisée par l’essai WINTHER a débouché sur une proportion plus élevée de patients traités que dans de nombreux autres essais de médecine de précision. Les précédentes études avaient identifié des traitements potentiels pour 5% à 25 % des patients sur la seule base d’un profilage de l’ADN. Les conclusions de l’essai WINTHER représentent donc une avancée de taille vers la mise en application d’une médecine de précision en oncologie », déclare Richard L. Schilsky, président du Consortium WIN et directeur médical de l’ASCO.

Durant cet essai, les altérations cibles de l’ADN de la tumeur ont tout d’abord été évaluées. Les patients ne pouvant pas bénéficier d’un traitement ciblé sur la base des altérations de l’ADN etaient orientés vers un traitement personnalisé déterminé en fonction des différences d’expression génique entre la tumeur et le tissu normal. Ces différences ont été analysées à l’aide d’un algorithme breveté, mis au point par le Consortium WIN. Les comparaisons avec les tissus normaux se sont avérées essentielles en raison d’une expression fortement variable de l’ARN suivant le patient et le type de tissus normaux. Les chercheurs de WINTHER ont démontré que l’expression de l’ARN peut être utilisée pour augmenter les options thérapeutiques pour les patients, et que la biopsie des tissus normaux est sans danger et bien acceptée par les patients.

Les patients ayant reçu une thérapie personnalisée et optimisée selon leurs propres altérations d’ADN, ou une thérapie conforme à la recommandation de l’algorithme dans le cadre d’un traitement basé sur l’ARN, ont mieux répondu au traitement. Les patients avec un indice de performance favorable et un matching optimal à la therapie ont atteint une survie globale médiane nettement supérieure (25,8 mois, contre 4,5 mois pour les autres). Une corrélation a également été constatée entre le degré de matching et la survie sans progression, indépendamment du nombre de thérapies antérieures. « Nos conclusions montrent avant toute chose que les patients répondent mieux lorsqu’ils sont traités avec un médicament ou un protocole correspondant mieux au profil moléculaire de leur tumeur », souligne Razelle Kurzrock, co-responsable de l’essai WINTHER et directeur de l’UCSD Moores Center for Personalized Cancer Therapy.

« L’évaluation de l’ARN est un ajout important au profilage de l’ADN et l’identification de traitements de précision. WINTHER ouvre ainsi l’ère de la médecine personnalisée en oncologie », conclut Josep Tabernero, vice-président du Consortium WIN, directeur de la VHIO et président de l’ESMO.

https://doi.org/10.1038/s41591-019-0424-4

** À propos du Consortium WIN: Le Consortium WIN est un organisme à but non-lucratif dont le siège est situé à Paris, en France. Nous sommes un réseau mondial regroupant des acteurs de la lutte contre le cancer répartis dans quatre continents pour élaborer des concepts et des essais cliniques de pointe améliorant la survie pour les patients atteints d’un cancer. Parmi les membres du Consortium WIN figurent 28 centres anti-cancer de renommée internationale, ainsi que huit grandes sociétés pharmaceutiques et technologiques, des organisations de défense des patients représentant des acteurs du secteur de la médecine de précision, www.winconsortium.org

*** WINTHER a reçu un financement dans le cadre du septième programme-cadre de l’Union européenne (FP7/2007-2013 conformément à l’accord de subvention n°306125), la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer (France), Pfizer Oncology, Lilly France SAS, et Novartis Pharmaceuticals Corporation.








MyPharma Editions

COVID-19 : OSE Immunotherapeutics obtient un nouveau financement public de 10,7 millions d’euros pour le développement de son vaccin multi-cibles et multi-variants

Publié le 18 mai 2021
COVID-19 : OSE Immunotherapeutics obtient un nouveau financement public de 10,7 millions d’euros pour le développement de son vaccin multi-cibles et multi-variants

OSE Immunotherapeutics a annoncé avoir obtenu un financement public de 10,7 millions d’euros dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt « Capacity Building », opéré pour le compte de l’état par Bpifrance dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) et du plan France Relance afin de soutenir le programme de développement de CoVepiT, son vaccin multi-variants contre la COVID-19 en cours de Phase 1 clinique.

Advicenne : la FDA accepte le protocole modifié de l’étude de phase III pour son traitement de l’acidose tubulaire rénale distale (ATRd)

Publié le 18 mai 2021
Advicenne : la FDA accepte le protocole modifié de l'étude de phase III pour son traitement de l'acidose tubulaire rénale distale (ATRd)

Advicenne, société pharmaceutique spécialisée dans le développement et la commercialisation de traitements innovants pour les personnes souffrant de maladies rénales rares, a annoncé l’acceptation par la Food and Drug Administration (FDA – autorité de santé américaine) du protocole modifié de l’essai pivot de phase III mené aux États-Unis avec ADV7103 (Sibnayal™) dans l’acidose tubulaire rénale distale primaire (ATRd).

COVID-19 : l’essai de phase II du candidat-vaccin de Sanofi et GSK induit une forte réponse immunitaire chez les adultes

Publié le 17 mai 2021
COVID-19 : l’essai de phase II du candidat-vaccin de Sanofi et GSK induit une forte réponse immunitaire chez les adultes

Dans le cadre d’une étude de phase II menée auprès de 722 volontaires, le candidat-vaccin recombinant avec adjuvant contre la COVID-19 de Sanofi et GSK a induit la production de concentrations élevées d’anticorps neutralisants chez les adultes, toutes tranches d’âge confondues, à des niveaux comparables à ceux observés chez des personnes qui s’étaient rétablies d’une infection COVID-19. Une étude pivot internationale de phase III devrait débuter dans les prochaines semaines.

GenSight Biologics : Françoise de Craecker nommée à son Conseil d’administration

Publié le 17 mai 2021
GenSight Biologics : Françoise de Craecker nommée à son Conseil d’administration

GenSight Biologics, société biopharmaceutique dédiée au développement et à la commercialisation de thérapies géniques innovantes pour le traitement des maladies neurodégénératives de la rétine et du système nerveux central, a annoncé la nomination de Françoise de Craecker à son Conseil d’administration, en remplacement de Natalie Mount. Mme de Craecker rejoint le Conseil en qualité d’administrateur indépendant.

Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Publié le 14 mai 2021
Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Genomic Vision, société de biotechnologie qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, vient d’annoncer avoir terminé avec succès le premier volet d’un accord de recherche en trois parties pour la caractérisation génétique des banques de cellules de Sanofi.

Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Publié le 12 mai 2021
Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Cellectis, une société biopharmaceutique de phase clinique spécialisée dans le développement d’immunothérapies fondées sur les cellules CAR-T allogéniques ingéniérées (UCART) et Sanofi, ont annoncé la signature d’un partenariat et d’un contrat d’approvisionnement concernant l’alemtuzumab, un anticorps monoclonal anti-CD52, qui sera utilisé dans le cadre du régime de lymphodéplétion dans certains essais cliniques propriétaires de Cellectis évaluant les cellules UCART.

Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Publié le 12 mai 2021
Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Ipsen a annoncé aujourd’hui avoir exercé son option de collaboration avec Exelixis dans l’étude pivotale de Phase III COSMIC-311. L’étude COSMIC-311 évalue Cabometyx® (cabozantinib) 60 mg par rapport à un placebo chez des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (DTC) réfractaire à l’iode radioactif ayant progressé après un à deux traitements antérieurs ciblant le récepteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGFR)2.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents