Edition du 21-01-2021

Dossier pharmaceutique: moins de 20% des Français disent le connaître

Publié le mercredi 16 novembre 2011

Selon un sondage réalisé par Viavoice pour le Collectif Interassociatif sur la Santé (CISS), moins de 20% des Français déclarent connaître le « dossier pharmaceutique ». Plus surprenant, note le CISS, moins de 10% déclarent en posséder un, ce qui tendrait à montrer que beaucoup de détenteurs de DP n’en ont pas conscience.

Les détenteurs de dossiers pharmaceutiques sont à 65 % des femmes et à 33 % des habitants de communes rurales. A l’inverse, on recense moins d’hommes (35 %) et d’habitants de grandes agglomérations (parisienne notamment avec 13 %). Ces mêmes détenteurs sont 9 sur 10 à déclarer avoir confiance en l’utilisation qui en est faite par les pharmaciens, 8 sur 10 estiment leurs données personnelles sécurisées ; et 85% pensent que le DP présente un intérêt pour leur santé personnelle, notamment en tant qu’outil efficace pour lutter contre les interactions médicamenteuses qui est reconnu à 74%.
 
Au niveau des « non-détenteurs » : ils le sont principalement, à 73%, « parce qu’on ne leur a pas proposé »… « c’est-à-dire par manque d’information », souligne le CISS.  Un manque d’information corrélée par le fait que, parmi les « détenteurs de DP », seuls 55% ont le sentiment d’être « bien informés » sur celui-ci et 54% que « le pharmacien leur a fourni les informations nécessaires ».
Ainsi, des idées fausses sont également associées au DP telle que le contrôle des remboursements par l’Assurance maladie cité par près de 70% des sondés ou encore la présence d’informations médicales autres que celles portant exclusivement sur le médicament.

Le CISS souligne également que 42% des détenteurs déclarent avoir pris connaissance par hasard de leur dossier pharmaceutique, et non pas au moment de son ouverture par le recueil de leur « consentement éclairé » comme le prévoient les textes. Pour autant, les détenteurs d’un dossier pharmaceutique, qu’ils aient consenti expressément ou pas à l’ouverture de leur DP, choisissent de conserver cet outil : 87% des personnes qui déclarent avoir subi une ouverture de DP sans leur accord le conservent malgré tout. « Une constatation sûrement liée au fort niveau de confiance exprimé à la fois envers l’outil DP et envers le pharmacien », estime le CISS.

 Cette appréciation bienveillante du DP incite les personnes à être plutôt enclines à un élargissement des modalités de consultation et du contenu de leur dossier pharmaceutique :

 – 69% souhaiteraient pouvoir accéder seules en direct à leur DP ;
– 58% voudraient que d’autres professionnels de santé, au-delà du pharmacien, puissent y accéder ;
– 52% envisageraient que davantage d’informations de santé, au-delà des médicaments, y soient intégrées.

La complémentarité entre DP et DMP
Ce dernier point doit être interprété dans la perspective de la montée en puissance du DMP, qui constitue le dossier dans lequel les usagers doivent pouvoir retrouver l’ensemble de leurs informations de santé qu’ils souhaitent et que le DP devra venir alimenter sur la partie « médicaments ». ‘On voit bien que la complémentarité entre DP et DMP est naturellement pressentie par les usagers, et déjà attendue’, souligne le CISS.

 En conclusion,  le Collectif Interassociatif sur la Santé  souligne que cette étude sur le Dossier pharmaceutique montre l »’importance d’un accompagnement par les professionnels de santé concernés, en l’occurrence le pharmacien, pour permettre le développement serein et efficace de cet outil. Transposée au Dossier Médical Personnel, cette analyse souligne la responsabilité des médecins dans la réussite du DMP par leur implication dans son développement (…) ».

 Enfin le CISS estime que « la coordination du déploiement du DP et du DMP est primordiale, lequel doit s’accompagner d’une communication forte des pouvoirs publics sur l’intérêt à la fois collectif et individuel des dossiers de santé ».

——————————————————————————–
(1) Sondage réalisé par Viavoice pour le CISS, au téléphone du jeudi 8 septembre au mercredi 21 septembre 2011, auprès :

– d’un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (représentativité assurée par la méthode des quotas),

– d’un échantillon de 401 détenteurs de dossier pharmaceutique (représentativité assurée par la méthode des quotas après un redressement réalisé sur la base du profil des 81 détenteurs de dossiers pharmaceutiques recensés dans l’échantillon national représentatif).

 Source : CISS








MyPharma Editions

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Publié le 19 janvier 2021
Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l'étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Servier a annoncé les résultats actualisés de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil) + bevacizumab et capécitabine + bevacizumab (C-B) en première ligne pour les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique non résécable (mCRC) et non éligibles pour un traitement intensif.1 Ces données ont été présentées lors d’une présentation orale au Symposium sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO 2021 (ASCO-GI).

Orphelia Pharma et Ethypharm signent un contrat de licence pour le développement et la commercialisation de Kigabeq® en Chine

Publié le 19 janvier 2021
Orphelia Pharma et Ethypharm signent un contrat de licence pour le développement et la commercialisation de Kigabeq® en Chine

Ethypharm et Orphelia Pharma ont annoncé la signature d’un accord exclusif pour le développement, l’enregistrement et la commercialisation en République Populaire de Chine de Kigabeq® (vigabatrine) indiqué dans le traitement de première intention des spasmes infantiles (syndrome de West).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents