Edition du 11-08-2022

Emploi Santé : quelles rémunérations en 2012 ?

Publié le jeudi 16 février 2012

Dans sa récente étude de rémunération, le cabinet de recrutement Hays Santé décrypte les évolutions des recruteurs : profils les plus recherchés, culture d’entreprise, périodes d’essai, nouveaux salaires… Afin de trouver « le bon collaborateur », les processus de recrutement du secteur de la santé demeurent plus longs et toujours plus pointus. Pour mieux préparer vos entretiens d’embauche, le point de vue de Hays Santé en détails.

Les changements sur les pratiques de recrutement
« Depuis notre précédente étude, ce secteur poursuit sa professionnalisation. Les processus de recrutement demeurent plus longs et toujours plus pointus, dans le but de trouver le bon collaborateur. De plus, d’autres critères viennent se greffer à ceux déjà existants imposés par nos clients, à savoir leur capacité d’adaptation et leur sensibilité à la culture d’entreprise (partage de ses valeurs). Les entreprises exigent une réelle implication des candidats au développement de l’entreprise. Le renouvellement des périodes d’essai des candidats devient de plus en plus systématique. »

Evolution des politiques de rémunération
 » Les rémunérations, quels que soient la fonction et le domaine (privé ou public) se sont stabilisées ou ont été tirées vers le bas. Nous relevions l’année dernière les différentes voies empruntées par les candidats de façon à pouvoir justifier des salaires plus conséquents. Aujourd’hui, les grilles de salaires que l’on retrouve dans les conventions collectives sont de plus en plus respectées et visent à réduire le pouvoir des candidats. Afin de garder une certaine attractivité auprès des futurs collaborateurs, des aménagements des plannings de travail voient le jour, notamment pour pallier la diminution du nombre de « volontaires » au travail de nuit qui, malgré un salaire plus élevé, désirent se consacrer davantage à leur vie de famille. »

Quelle vision pour l’avenir ?
« Le vieillissement de la population engendre l’émergence de nouveaux besoins et une adaptation des offres de soins en fonction des pathologies. Sous l’impulsion des tutelles, on peut constater une spécialisation de l’offre de soins en pôle d’excellence. La concentration d’établissements multi-activités dans les grandes agglomérations ne fait plus l’unanimité. Comme nous le disions dans la première partie, la réduction de la durée moyenne des séjours en hôpital a aussi un impact sur l’offre de soins. Elle a favorisé l’émergence des EHPAD, des USLD, ou encore de l’HAD et des SSIAD, moins coûteux qu’un séjour hospitalier. L’instabilité économique actuelle rend la visibilité à court et moyen termes assez opaque pour les acteurs du secteur. De par sa restructuration en cours, les clients se trouvent en situation d’attentisme, les contraignant à patienter jusqu’au rééquilibrage financier du secteur afin de pouvoir se projeter.

Profils les plus recherchés
Nous restons sur un secteur qui évolue en sous-effectif sur tous les postes, quel que soit le niveau hiérarchique. Ce que la dernière analyse de nos consultants a montré est toujours d’actualité. Certains candidats font preuve d’une grande volatilité du fait des offres qui peuvent exister dans leur zone de recherche, comme le personnel soignant : Infirmiers et Aides-soignants entre autres. D’autres profils sont plus rares, comme les profils d’encadrement (Responsables d’unités de soins, Chefs de bloc opératoire…), voire pénuriques (Médecins, Chirurgiens). Quant aux dirigeants, leurs profils ont évolué depuis une dizaine d’années, puisque nos clients nous parlent plus de candidats ayant une fibre financière (directions d’établissement, d’exploitation et des opérations). Les profils médicaux spécialisés sont très demandés. Que ce soit dans le public ou dans le privé, les demandes sont là. Cependant, la préférence des jeunes diplômés se porte vers le statut de salarié. Le secteur privé est très demandeur de Praticiens libéraux qui deviennent difficile à trouver. Les clients privilégient la recherche de candidats déjà expérimentés, opérationnels très rapidement. Cependant, à moyen et long termes, le secteur se verra touché par l’effet de vieillissement de population, un important besoin en remplacement de personnel est par conséquent à prévoir. »

FOCUS FORMATIONS, COMPETENCES ET CRITERES :
« Pour le personnel soignant, un diplôme d’Etat valide un niveau d’études suffisant. Ceci étant, et comme mentionné précédemment, les clients recherchent à présent des candidats de plus en plus expérimentés et faisant preuve de stabilité dans leur carrière. Le parcours des candidats est donc un facteur de différenciation lors du processus de recrutement. Pour les métiers de direction, les clients demandent une formation plus complète que pour le personnel soignant : ils ne se limitent plus aux seules connaissances paramédicales ou médicales et recherchent une pluridisciplinarité chez les candidats. En effet, des compétences commerciales et financières solides, ainsi qu’un bon relationnel (capacité de s’adapter aux différents interlocuteurs) sont nécessaires pour remplir ces nouvelles fonctions de gestion de centre de profit. A titre d’exemple, des Directeurs provenant du secteur industriel ou hôtelier sont des profils dont l’intégration est facilitée sur le médico-social en raison de similarités en termes de management, de qualité et de gestion. »
> Grille de salaire :

Source : étude de rémunération Hays Santé 2012

> Consultez les offres d’emploi Hays Santé ou de Hays Life Science








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents