Edition du 16-02-2019

Grippe H1N1 : l’OMS fait le point sur la mutation du virus détectée en Norvège

Publié le mardi 24 novembre 2009

Grippe H1N1 : l'OMS fait le point sur la mutation du virus détectée en NorvègeL’Institut norvégien de la santé publique a informé vendredi dernier l’OMS d’une mutation détectée pour 3 virus H1N1. Ces virus ont été isolés chez les deux premiers cas mortels de grippe pandémique en Norvège et chez un patient présentant une forme grave de la grippe.

Les chercheurs norvégiens ont analysé les échantillons de plus de 70 patients atteints d’une forme clinique de la maladie et n’ont pas trouvé d’autres cas de cette mutation. Ce résultat semble indiquer qu’elle n’est pas répandue dans le pays. Selon l’OMS, le virus porteur de cette mutation reste sensible aux médicaments antiviraux, oseltamivir et zanamivir, et les études montrent que les vaccins actuellement disponibles contre la grippe pandémique ont un effet protecteur.

À l’échelle mondiale, la surveillance en laboratoire des virus grippaux a détecté une mutation semblable des virus dans d’autres pays, la première de ces détections ayant eu lieu en avril. En dehors de la Norvège, on l’a observée au Brésil, en Chine, aux États-Unis, au Japon, au Mexique et en Ukraine.

Bien que les informations sur tous ces cas soient incomplètes, on a retrouvé cette même mutation chez certains cas mortels et aussi certains cas bénins. Dans de nombreux cas mortels du monde entier, cette mutation n’a pas été mise en évidence. L’importance de ces observations pour la santé publique n’est donc pas encore claire.

Il semble que les mutations surviennent sporadiquement et spontanément. À ce jour, on n’a pas établi de liens entre le petit nombre de patients infectés par le virus mutant et la mutation ne semble pas se propager.

L’OMS évalue l’importance de cette mutation
Les chercheurs du réseau OMS de laboratoires travaillant sur la grippe sont en train d’évaluer l’importance de cette mutation. Il faut surveiller en permanence les modifications génétiques du virus, mais il est difficile d’évaluer l’importance de ces changements. De nombreuses mutations n’altèrent pas les caractéristiques fondamentales du virus ou de la maladie qu’il provoque. Pour cette raison, l’OMS se sert des données cliniques et épidémiologiques pour évaluer le risque.

Bien que de nouvelles investigations soient en cours, rien n’indique actuellement que ces mutations entraînent une augmentation inhabituelle du nombre des cas d’infection par le virus H1N1 ou un accroissement du nombre des cas mortels.  Selon l’OMS, les laboratoires du Réseau mondial de surveillance de la grippe « surveillent attentivement les virus grippaux dans le monde entier et restent vigilants pour détecter tout nouveau changement qui pourrait être importants pour la santé publique ».

Source : OMS








MyPharma Editions

Lysogene : 1er patient traité dans l’essai de phase 2/3 évaluant une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA

Publié le 15 février 2019

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), et Sarepta Therapeutics, , société leader dans la médecine de précision génétique pour les maladies rares, ont annoncé le traitement du premier patient dans l’étude clinique internationale de Phase 2/3 (AAVance), évaluant LYS-SAF302, une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

Publié le 14 février 2019
Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

A l’occasion du premier comité de suivi de Ma Santé 2022 à la fin de l’année 2018, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a nommé Dominique Pon responsable stratégique et Laura Létourneau déléguée opérationnelle d’une task force

Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Publié le 14 février 2019
Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Onxeo a annoncé la présentation des résultats de cinq études précliniques démontrant le profil différencié d’AsiDNA™, inhibiteur first-in-class de la réponse aux dommages de l’ADN, renforçant son potentiel en clinique et mettant en évidence son mécanisme d’action unique, lors du prochain Congrès annuel de l’AACR (American Association for Cancer Research), qui se tiendra du 29 mars au 3 avril 2019 à Atlanta (Géorgie), États-Unis.

WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

Publié le 13 février 2019
WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

WeHealth by Servier, la direction e-santé du groupe Servier, et l’AgeLab, rattaché au Massachusetts Institute of Technology (MIT), ont annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat qui vise à définir les nouvelles opportunités du marché des objets connectés à domicile.

Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

Publié le 13 février 2019
Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

L’ANSM vient de publier un point sur les derniers avis et recommandations du Comité des médicaments pédiatriques (PDCO) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui s’est réuni du 11-14 décembre 2018. Le PDCO a rendu au cours de cette session 6 avis favorables révisés de PIPs, dans les indications suivantes :

Cancer du poumon : 900 000 € dédié au Projet Pimiento piloté par Sophia Genetics et l’INRIA

Publié le 13 février 2019
Cancer du poumon : 900 000 € dédié au Projet Pimiento piloté par Sophia Genetics et l'INRIA

Sophia Genetics a annoncé sa collaboration avec l’INRIA qui s’est vu attribué une enveloppe de 900 000 € par le Fonds de dotation MSD’AVENIR en vue de soutenir le projet PIMIENTO : projet de recherche dans le domaine du cancer du poumon non à petites cellules.

Samsung Bioepis et C-Bridge Capital vont développer et commercialiser des biosimilaires de nouvelle génération en Chine

Publié le 12 février 2019
Samsung Bioepis et C-Bridge Capital vont développer et commercialiser des biosimilaires de nouvelle génération en Chine

Samsung Bioepis a annoncé son expansion en Chine continentale grâce à un accord de licence avec C-Bridge Capital. Cet accord couvre plusieurs candidats biosimilaires de Samsung Bioepis, dont les candidats biosimilaires SB11 et SB12 de troisième génération, qui référencent le LUCENTIS® (ranibizumab) et le SOLIRIS® (eculizumab), respectivement, ainsi que le SB3, un candidat biosimilaire référençant l’HERCEPTIN® 3 (trastuzumab).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions