Edition du 26-02-2021

Industrie pharmaceutique : le Leem plaide pour « une simplification et un allègement de la fiscalité sectorielle »

Publié le jeudi 10 mars 2016

Industrie pharmaceutique : le Leem plaide pour "une simplification et un allègement de la fiscalité sectorielle"Le Leem vient de publier les résultats de la 4ème étude sur la fiscalité du secteur du médicament en France et en Europe réalisée par le cabinet PwC Société d’Avocat. L’organisation dénonce le mouvement de « désattractivité » fiscale du pays et plaide pour une simplification et un allègement de la fiscalité sectorielle.

« Le mouvement de « désattractivité » fiscale du pays déjà dénoncé par le Leem dans les études précédentes se confirme dans l’enquête 2015 qui voit le phénomène s’accentuer », indiquent les Entreprises du Médicament dans un communiqué. Selon l’étude, parmi les sept pays inclus dans l’étude (France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Irlande, Espagne, Suisse), la France affiche ainsi le taux d’impôt global systématiquement le plus élevé, quel que soit le modèle et le profil d’entreprises retenus (Entrepreneur /Producteur-distributeur/ Distributeur)[1].

« Avec une contribution globale de près d’1,7 milliard d’euros en 2016, l’industrie du médicament supporte la moitié des efforts d’économies sur les dépenses de l’Assurance maladie, alors que le médicament ne représente que 15 % des dépenses. Mais à cette pression, il faut ajouter le poids d’une fiscalité spécifique qui continue à s’accroître, jusqu’à atteindre 5,8 % du chiffre d’affaires taxable en 2014 [2] » souligne Philippe Lamoureux, Directeur général du Leem.

la 4ème étude sur la fiscalité du secteur du médicament en France et en Europe

Infographie Leem

Un écart qui se creuse avec les pays européens

Le Leem souligne que l’étude, qui compare la charge globale d’impôts (charges générales et charges spécifiques aux entreprises du médicament), « démontre que l’écart déjà sensible avec nos voisins européens en 2014 s’est encore creusé cette année, en particulier avec le Royaume-Uni et l’Espagne en raison principalement de la baisse du taux d’impôt sur les sociétés mise en œuvre dans ces deux pays ».

Les écarts les plus sensibles concernent les entités de Distribution (69 points d’écart entre la France et l’Irlande, 57 points avec le Royaume-Uni et 54 points avec la Suisse) et les entités de Production – Distribution (58 points d’écart entre la France et l’Irlande, 44 points avec le Royaume-Uni et 41 points avec la Suisse).

Pour l’entité Entrepreneur, l’écart reste très significatif (41 points d’écart entre la France et l’Irlande, 33 points avec le Royaume-Uni, 28 points avec la Suisse), même s’il est légèrement plus réduit, grâce au régime fiscal français applicable aux redevances de brevets.

« Une simplification et un allègement de la fiscalité sectorielle »

« L’enquête 2015 met en lumière la très forte instabilité des règles fiscales françaises qui constitue un signal négatif à l’égard des investisseurs étrangers. La profonde réforme de la « clause de sauvegarde », introduite par la Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2015, contribue largement à la « désattractivité » fiscale de la France », estime ainsi le Leem . « Cette contribution, extrêmement complexe, présente un caractère imprévisible de nature à entrainer de lourdes difficultés d’ordre budgétaire et comptable pour les entreprises », poursuit l’organisation.

Le Leem appelle les pouvoirs publics à restaurer la lisibilité de la politique fiscale de la France notamment au travers de la simplification du dispositif de la « clause de sauvegarde ». Si l’organisation souligne « l’intérêt des régimes fiscaux incitatifs français que sont le Crédit d’Impôt Recherche et le taux réduit d’imposition applicable aux revenus des droits de propriété industrielle (Régime de l’article 39 terdecies du Code général des impôts) », elle estime que « ceux-ci ne suffisent pas à compenser le poids excessif de la fiscalité spécifique du secteur » et que ces dispositifs incitatifs sont désormais concurrencés par les dispositions fiscales souvent plus incitatives d’autres pays d’Europe.

« Dans un contexte mondial où la fiscalité est l’un des grands paramètres de la compétitivité, le poids excessif de la fiscalité spécifique pesant sur le secteur constitue un handicap supplémentaire. Il est donc crucial d’engager enfin un chantier d’allègement de la fiscalité, pour replacer la France dans la compétition internationale», déclare Philippe Lamoureux.

[1] Étude réalisée sur la base de trois modèles d’entreprises :  1/ Entrepreneur (société mère) : entreprise détenant des actifs incorporels (brevets, marques) et ayant une activité de R&D, une activité de production et une activité de distribution ; 2/  Producteur-Distributeur : Filiale ayant une activité de production, une activité de distribution et une activité de R&D effectuée pour le compte de l’entrepreneur principal (pas d’actifs incorporels détenus)  ; 3/ Distributeur : Filiale ayant une activité de distribution et une activité de R&D effectuée pour le compte de la maison mère (pas d’actifs incorporels détenus) .

[2] Poids des prélèvements spécifiques dans le chiffre d’affaires  pris en charge (remboursable ville et hôpital)

Source : Leem








MyPharma Editions

COVID-19 : Sanofi va aider Johnson & Johnson à fabriquer son vaccin

Publié le 24 février 2021
COVID-19 : Sanofi va aider Johnson & Johnson à fabriquer son vaccin

Sanofi vient de conclure un accord avec deux entreprises pharmaceutiques Janssen du groupe Johnson & Johnson, aux termes duquel le groupe pharmaceutique français contribuera à la fabrication du vaccin contre la COVID-19 de Janssen afin de remédier à la pandémie et de satisfaire à la demande mondiale de vaccins.

Valbiotis : 1ère visite du 1er patient dans l’étude clinique de Phase II HEART sur TOTUM-070

Publié le 23 février 2021
Valbiotis : 1ère visite du 1er patient dans l’étude clinique de Phase II HEART sur TOTUM-070

Valbiotis, entreprise de Recherche et Développement engagée dans l’innovation scientifique, pour la prévention et la lutte contre les maladies métaboliques, a annoncé la première visite du premier patient dans l’étude clinique de Phase II HEART qui évaluera TOTUM-070, substance active innovante pour la réduction du taux sanguin de LDL cholestérol, facteur de risque des maladies cardiovasculaires.

Daiichi Sankyo : Ken Takeshita, MD, nommé responsable mondial R&D

Publié le 23 février 2021
Daiichi Sankyo : Ken Takeshita, MD, nommé responsable mondial R&D

Daiichi Sankyo a annoncé que Ken Takeshita, MD, sera le nouveau responsable mondial de la recherche et du développement à partir du 1er avril 2021. À cette date, le Dr Junichi Koga prendra officiellement sa retraite, après une brillante et assidue carrière, dont plus de 12 ans passés chez Daiichi Sankyo.

COVID-19 : Sanofi et GSK débutent une nouvelle étude de phase II sur leur candidat-vaccin à protéine recombinante avec adjuvant

Publié le 22 février 2021
COVID-19 : Sanofi et GSK débutent une nouvelle étude de phase II sur leur candidat-vaccin à protéine recombinante avec adjuvant

Sanofi et GSK ont annoncé le lancement d’une nouvelle étude de phase II avec 720 volontaires âgés de plus de 18 ans visant à sélectionner la dose d’antigènes la plus appropriée pour l’évaluation de phase III de leur candidat-vaccin adjuvanté à protéine recombinante contre la COVID-19.

GSK lance l’étude clinique de phase III concernant son candidat vaccin anti-VRS pour les personnes âgées

Publié le 22 février 2021

Le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé le démarrage d’un programme d’essais cliniques de phase III de son candidat vaccin contre le Virus Respiratoire Syncytial (VRS), chez les adultes de plus de 60 ans.

Crossject, lauréate du plan de relance, obtient une aide de 1,5 M€

Publié le 22 février 2021

Crossject, « specialty pharma » qui développe et commercialisera prochainement un portefeuille de médicaments dédiés aux situations d’urgence, a annoncé être lauréate du plan de relance et obtient à ce titre une aide de 1,5 M€.

DBV Technologies : Michele F. Robertson nommée Directrice Juridique Groupe

Publié le 22 février 2021
DBV Technologies : Michele F. Robertson nommée Directrice Juridique Groupe

DBV Technologies a annoncé la nomination de Michele F. Robertson au poste de Directrice Juridique Groupe, à compter d’aujourd’hui. En sa qualité d’avocate expérimentée, Michele F. Robertson, en tant que Directrice Juridique Groupe, rapportera directement à Daniel Tassé, Directeur Général, et sera membre du Comité exécutif.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents