Edition du 10-08-2022

Maladie de Parkinson : Bayer développe deux thérapies inédites

Publié le jeudi 24 juin 2021

Maladie de Parkinson : Bayer développe deux thérapies inéditesBayer vient d’annoncer que sa filiale BlueRock Therapeutics a administré la première dose de neurones dopaminergiques issus de cellules souches pluripotentes à un patient atteint de la maladie de Parkinson, dans le cadre de son étude clinique ouverte de phase 1. En parallèle un programme de thérapie génique visant à développer des traitements avancés pour la maladie de Parkinson est également développé par la société Asklepios BioPharmaceutical. (AskBio), spécialisée dans les thérapies géniques à base de virus adéno-associés (AAV) et appartenant à Bayer. Le recrutement et l’évaluation des patients est en cours dans le cadre d’une étude clinique de phase 1b.

« Le potentiel des candidats cliniques de BlueRock et d’AskBio pour le traitement de la maladie de Parkinson pourrait être majeur », déclare Wolfram Carius, Directeur de l’activité Thérapie génique et cellulaire de Bayer. « Pour la première fois, nous pourrions être en mesure de stopper et d’inverser le cours de cette maladie dégénérative, pour laquelle il existe besoin médical majeur. Nous n’en sommes qu’aux premiers stades des essais cliniques, mais nous sommes déterminés à faire évoluer la science afin d’améliorer la vie des patients qui attendent des traitements innovants depuis bien trop longtemps. »

La maladie de Parkinson est le trouble moteur neurodégénératif le plus fréquent, puisqu’il touche plus de 10 millions de personnes à travers le monde. Il est dû à une détérioration des cellules nerveuses du cerveau, qui entraîne une baisse du taux de dopamine (un neurotransmetteur qui contribue notamment à la mémoire et à la motricité). La maladie se manifeste généralement par un tremblement dans une main. Parmi les autres symptômes, citons une raideur, des crampes et une dyskinésie (mouvements involontaires et incontrôlés du visage, des bras, des jambes ou du tronc). Des substituts de dopamine, tels que le Levodopa, sont couramment utilisés en vue d’atténuer les symptômes de la maladie, mais leur efficacité s’estompe au fur et à mesure que la maladie progresse et il n’existe actuellement aucun traitement de fond. En ciblant la cause profonde de la maladie, les thérapies cellulaire et génique visent à aller au-delà du traitement symptomatique.

À l’aide de neurones dopaminergiques naturels, BlueRock a pour objectif de réinnerver les régions atteintes du cerveau et d’inverser le processus dégénératif, ce qui pourrait permettre de rétablir les fonctions motrices. L’essai clinique de BlueRock sera réalisé sur dix patients aux États-Unis et au Canada. Dans le cadre de cette étude, les patients subiront une transplantation chirurgicale de cellules dopaminergiques dans le putamen, une partie profonde du cerveau touchée par la maladie de Parkinson. L’objectif principal de l’étude de phase 1 (NCT04802733) est d’évaluer l’innocuité et la tolérance de la transplantation cellulaire DA01 au bout d’un an. Les objectifs secondaires de l’étude consistent à vérifier la survie des cellules transplantées et les effets moteurs un an et deux ans après la transplantation, à évaluer l’innocuité et la tolérance de la transplantation au bout de deux ans, et à déterminer la faisabilité de la transplantation.

L’approche d’AskBio s’appuie sur un (virus adéno-associé) AAV qui achemine le gène du facteur neurotrophique dérivé des cellules gliales (GDNF) jusqu’aux neurones présents dans le putamen, induisant ainsi l’expression et la sécrétion de la protéine GDNF dans les régions du cerveau touchées par la maladie de Parkinson. Des expériences à long terme sur la méthode AAV-GDNF montrent que l’expression prolongée du GDNF peut favoriser la régénération des neurones du mésencéphale et une récupération importante des fonctions motrices chez les rongeurs et des modèles primates non humains. Le recrutement et l’évaluation des patients est en cours aux États-Unis dans le cadre de l’étude clinique de phase 1b d’AskBio, qui vise à évaluer l’innocuité et l’efficacité préliminaire de la thérapie. Au total, 10 patients ont été recrutés depuis le début de l’étude de phase 1b (NCT04167540) en août 2020.

Source et visuel : Bayer








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents