Edition du 16-02-2019

Médecins : l’exercice libéral n’a plus la côte

Publié le mardi 23 novembre 2010

Le Conseil national de l’ordre a réalisé son atlas annuel de la démographie dont Le Figaro publie les grandes lignes. Parmi les sujets d’inquiétude, le vieillissement de la profession, les fortes disparités géographiques et le nombre croissant de remplaçants qui refusent de s’installer. Au 1er janvier, La France comptait 193.943 médecins en «exercice régulier», c’est-à-dire travaillant effectivement dans l’Hexagone et non remplaçants.

Le nouvel « atlas de la démographie médicale en France » dénombre un total de 261.378 médecins au 1er janvier 2010, dont 216.450 en activité. Soit une augmentation de 93,1% en trente ans. Ainsi, la densité médicale atteint désormais, dans l’absolu, 324 médecins pour 100.000 habitants contre 206 en 1979. En retenant les chiffres de médecins en activité régulière dans un même lieu (sans les médecins remplaçants ou temporairement sans activité), l’atlas 2010 fait état de 193.943 médecins, soit une densité moyenne nationale de 308,8 médecins pour 100.000 habitants.

Pour autant, cette moyenne recouvre de fortes disparités: la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) est la mieux lotie avec 374 médecins pour 100.000 habitants, dépassant l’Ile-de-France (370) et les autres régions du sud, le Languedoc-Roussillon (339), Midi-Pyrénées (327) et l’Aquitaine (322).  Dans le bas du tableau figure la Picardie (239), la région Centre (244) et la Haute-Normandie (248). « Un constat d’échec des mesures d’incitation à l’installation dans les déserts médicaux, comme le «bonus» de 20% sur le montant des consultations accordé par l’Assurance-maladie aux médecins exerçant en groupe dans ces zones », note Le Figaro.
Concernant les médecins spécialistes, les disparités sont encore plus fortes. « On constate que la densité des spécialistes est deux fois plus importante en Ile-de-France (222) qu’en Picardie (111) », note le Conseil de l’Ordre.   Si les actifs ont augmenté de 1,2%, par rapport au 1er janvier 2009, le nombre de médecins retraités (44.928) a crû de 6,6%, ce qui illustre le vieillissement de cette catégorie professionnelle.

Autre fait préoccupant, la progression du nombre de remplaçants, surtout parmi les généralistes, catégorie où il atteint 10 006 médecins. Parmi ces remplaçants, figurent des jeunes bien sûr, mais pas seulement: « 10% ont même obtenu leur diplôme il y a au moins vingt ans », relève le Figaro. Une donnée qui  signifie qu’ils sont de plus en plus nombreux à choisir de devenir «remplaçants professionnels» plutôt que de s’installer, voire à désirer échapper à la lourdeur de la gestion d’un cabinet.

Le Figaro rappelle ainsi que le rapport que l’ancienne ministre de la Santé, Élisabeth Hubert, remettra vendredi à Nicolas Sarkozy vise justement à répondre au malaise des «médecins de proximité».

Source : http://www.lefigaro.fr/








MyPharma Editions

Lysogene : 1er patient traité dans l’essai de phase 2/3 évaluant une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA

Publié le 15 février 2019

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), et Sarepta Therapeutics, , société leader dans la médecine de précision génétique pour les maladies rares, ont annoncé le traitement du premier patient dans l’étude clinique internationale de Phase 2/3 (AAVance), évaluant LYS-SAF302, une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

Publié le 14 février 2019
Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

A l’occasion du premier comité de suivi de Ma Santé 2022 à la fin de l’année 2018, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a nommé Dominique Pon responsable stratégique et Laura Létourneau déléguée opérationnelle d’une task force

Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Publié le 14 février 2019
Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Onxeo a annoncé la présentation des résultats de cinq études précliniques démontrant le profil différencié d’AsiDNA™, inhibiteur first-in-class de la réponse aux dommages de l’ADN, renforçant son potentiel en clinique et mettant en évidence son mécanisme d’action unique, lors du prochain Congrès annuel de l’AACR (American Association for Cancer Research), qui se tiendra du 29 mars au 3 avril 2019 à Atlanta (Géorgie), États-Unis.

WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

Publié le 13 février 2019
WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

WeHealth by Servier, la direction e-santé du groupe Servier, et l’AgeLab, rattaché au Massachusetts Institute of Technology (MIT), ont annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat qui vise à définir les nouvelles opportunités du marché des objets connectés à domicile.

Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

Publié le 13 février 2019
Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

L’ANSM vient de publier un point sur les derniers avis et recommandations du Comité des médicaments pédiatriques (PDCO) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui s’est réuni du 11-14 décembre 2018. Le PDCO a rendu au cours de cette session 6 avis favorables révisés de PIPs, dans les indications suivantes :

Cancer du poumon : 900 000 € dédié au Projet Pimiento piloté par Sophia Genetics et l’INRIA

Publié le 13 février 2019
Cancer du poumon : 900 000 € dédié au Projet Pimiento piloté par Sophia Genetics et l'INRIA

Sophia Genetics a annoncé sa collaboration avec l’INRIA qui s’est vu attribué une enveloppe de 900 000 € par le Fonds de dotation MSD’AVENIR en vue de soutenir le projet PIMIENTO : projet de recherche dans le domaine du cancer du poumon non à petites cellules.

Samsung Bioepis et C-Bridge Capital vont développer et commercialiser des biosimilaires de nouvelle génération en Chine

Publié le 12 février 2019
Samsung Bioepis et C-Bridge Capital vont développer et commercialiser des biosimilaires de nouvelle génération en Chine

Samsung Bioepis a annoncé son expansion en Chine continentale grâce à un accord de licence avec C-Bridge Capital. Cet accord couvre plusieurs candidats biosimilaires de Samsung Bioepis, dont les candidats biosimilaires SB11 et SB12 de troisième génération, qui référencent le LUCENTIS® (ranibizumab) et le SOLIRIS® (eculizumab), respectivement, ainsi que le SB3, un candidat biosimilaire référençant l’HERCEPTIN® 3 (trastuzumab).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions