Edition du 04-03-2021

Médecins : la sécu dénonce les dépassements d’honoraires abusifs

Publié le mardi 17 mai 2011

Une étude de l’Assurance Maladie souligne le poids de l’exercice en secteur 2 pour les médecins spécialistes – prédominant dans certaines spécialités – et la progression continue des dépassements d’honoraires enregistrés depuis 1985. Selon les chiffres publiés ce mardi, le montant total des dépassements s’est élevé ainsi à 2,5 milliards d’euros en 2010.

 Selon l’Assurance Maladie, en 2010, 1 médecin sur 4 en moyenne exerce en secteur à honoraires libres et facture des compléments d’honoraires aux tarifs conventionnels. Cette proportion est nettement plus élevée parmi les médecins spécialistes avec plus de 4 médecins sur 10. On observe, en outre, d’importantes variations selon les spécialités considérées : une très large majorité des chirurgiens libéraux (85%) exerce en secteur 2, loin devant les autres spécialités. Cette proportion dépasse plus de 50% pour les ORL, ophtalmologues ou gynécologues tandis qu’elle est inférieure à 20% parmi les radiologues, pneumologues ou cardiologues, majoritairement installés en secteur 1.

De manière globale, la part de médecins installés en secteur 2 s’est stabilisée dans les années 2000, avec une évolution contrastée entre médecins généralistes et spécialistes : si la proportion de généralistes en secteur 2 a diminué entre 2000 et 2010, elle a au contraire augmenté parmi les spécialistes (+ 4 points). Sur cette période, les progressions les plus rapides s’observent pour des spécialités telles que la chirurgie (+ 6 pts) ou l’anesthésie (+ 8pts). Enfin, les flux récents d’installations révèlent un renforcement à venir du secteur 2 avec plus de 6 médecins spécialistes sur 10 s’installant dans ce secteur en 2010. A nouveau, ce taux est nettement plus élevé pour certaines spécialités : 66% des installations en secteur 2 pour les anesthésistes, 84% pour les ORL, 66% pour les gynécologues chirurgicaux et obstétriciens.

Spécialistes : un taux de dépassement multiplié par 2 entre 1990 et 2010
Depuis 1985, le niveau des dépassements d’honoraires des médecins spécialistes n’a cessé de progresser : par rapport au tarif opposable, le dépassement moyen facturé est ainsi passé de 25% à 54% entre 1990 et 2010. Cette augmentation, particulièrement marquée entre 1995 et 2005, a enregistré un ralentissement depuis lors. Le montant total des honoraires remboursables (hors dépassements) s’est élevé en 2010 à 18,4 milliards d’euros, les dépassements à 2,5 milliards d’euros. Ceux-ci représentent donc 12% du total des honoraires perçus par l’ensemble des médecins (20,9 milliards d’euros), mais 17% des honoraires des spécialistes et 32% des honoraires des chirurgiens (500 millions d’euros sur 1,6 milliard).

Sur les dix dernières années, pour l’ensemble des spécialistes, les honoraires par médecin ont augmenté de +3% par an pour les médecins de secteur 1 et de +3,8% pour les médecins de secteur 2 ; cet écart vient d’une progression de +6,4% par an du dépassement moyen, l’évolution des honoraires remboursables par médecin étant proche de celle du secteur 1 (+2,7%). Sur la même période, l’évolution du PIB par habitant a été de +2,4% en moyenne.

On observe par ailleurs une forte hétérogénéité, au sein d’une même spécialité, selon les zones géographiques et les praticiens. La proportion de spécialistes exerçant en secteur 2 est ainsi très variable selon les départements, tout comme les taux de dépassements enregistrés. Les niveaux les plus élevés concernent principalement les départements de la région parisienne, des Alpes Maritimes, du Rhône et de l’Alsace. Ces départements se caractérisent à la fois par des fortes proportions de médecins à honoraires libres et de niveaux de dépassements très élevés. De la même manière, les taux de dépassements sont très disparates d’un praticien à l’autre avec des pratiques tarifaires très éloignées, d’un extrême à l’autre.

 Selon l‘Assurance Maladie, » les données récentes sur l’installation des jeunes médecins spécialistes montrent en outre une accentuation à venir de ce phénomèn »e et « une réforme structurelle du système apparaît ainsi nécessaire pour infléchir ce mouvement sur le long terme et enrayer cette hausse tendancielle des dépassements d’honoraires et des effectifs du secteur 2e. 

Une réforme structurelle
Dans un communiqué, l‘Assurance maladie estime en effet que « si la lutte contre les dépassements abusifs est indispensable, elle ne concerne qu’une minorité de médecins et ne solutionne pas de manière globale les problèmes d’accès aux soins que pose un développement excessif du secteur 2 ». Face à ces enjeux majeurs pour l’avenir du système de santé,  elle appelle « l’ensemble des parties prenantes – Etat, Assurance Maladie, représentants des médecins libéraux, organismes complémentaires « – à aborder sur le fond les conditions d’une réforme structurelle.  L’Assurance Maladie souhaite ainsi la mise en oeuvre du secteur optionnel, conformément au protocole d’accord signé le 15 octobre 2009, avec un engagement commun des représentants des médecins libéraux et des organismes complémentaires. « Il faut en effet éviter que se poursuive l’évolution actuelle qui conduit, progressivement, à imposer des niveaux de dépassements de plus en plus élevés pour un nombre croissant d’assurés », estime-t-elle enfin.

 Source : Assurance Maladie








MyPharma Editions

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

LFB : l’EMA valide le dépôt de la demande d’AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Publié le 2 mars 2021
LFB : l'EMA valide le dépôt de la demande d'AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Le LFB, le groupe biopharmaceutique qui développe, fabrique et commercialise des médicaments dérivés du sang et des protéines recombinantes pour la prise en charge des patients atteints de pathologies graves et souvent rares, vient d’annoncer que l’Agence européenne des médicaments (EMA), l’autorité réglementaire européenne, a validé le dépôt de la demande d’autorisation de mise sur le marché d’eptacog beta, un facteur de coagulation VIIa recombinant (rFVIIa).

Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Publié le 2 mars 2021
Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Abionyx Pharma vient d’annoncer les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare qui sont publiés en exclusivité dans la revue scientifique « Annals of Internal Medicine », la revue de médecine interne la plus citée et la mieux classée dans la catégorie Médecine.

Industrie pharmaceutique : accord sur les salaires minima pour l’année 2021

Publié le 2 mars 2021

A l’issue de deux réunions de négociations les 7 janvier et 18 février dernier, le Leem a proposé à la signature un accord collectif revalorisant l’ensemble des salaires minima conventionnels de 0,8 % au 1er janvier 2021.

Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Publié le 2 mars 2021
Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique qui vise à moduler le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, le cancer et les maladies virales, a annoncé la nomination du Dr Sophie Biguenet en tant que Directrice Médicale à compter du 1er mars 2021.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents