Edition du 30-11-2022

Médicaments : les dépenses se stabilisent en 2011 selon l’Assurance maladie

Publié le jeudi 6 décembre 2012

Les médicaments, 1er poste des soins de ville, ont affiché pour la 1ère fois en 2011, une stabilité des dépenses avec un taux de croissance limité à +0,2%, a indiqué jeudi la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). Selon elle, près d’1 milliard € d’économie a été réalisé grâce aux actions mises en oeuvre.

Ainsi, les montants remboursés, pour l’ensemble des régimes de l’Assurance Maladie, atteignent 22,84 mds € pour 2,64 milliards de boîtes. Hors rétrocession hospitalière, c’est-à-dire pour les seuls médicaments délivrés en officines de ville, les remboursements s’élèvent à 21,3 Mds € (-0,2% par rapport à 2010).

Ce résultat illustre la baisse continue de la croissance du poste « médicaments », dont le taux annuel oscillait entre +7 et +9% au début des années 2000, pour atteindre environ +2% en 2009 et 2010 et -0,2% en 2011 (données hors rétrocession hospitalière).

« Les efforts conjugués des autorités sanitaires et la combinaison des actions engagées dans ce domaine expliquent cette maîtrise progressive des dépenses de médicaments : baisses de prix, promotion des génériques et du bon usage des médicaments, maîtrise médicalisée, mise en place du CAPI (contrat d’amélioration des pratiques individuelles) et de la rémunération sur objectifs de santé publique… », analyse la CNAMTS. Ainsi, en 2011, près d’1 milliard € d’économie a été réalisé grâce aux actions mises en oeuvre.

Deux principaux facteurs de ralentissement en 2011

– L’année 2011 se caractérise par une baisse des volumes de médicaments remboursés1 : -0,8 % par rapport à 2010. Un grand nombre de classes thérapeutiques, parmi les plus importantes, est concerné par ce ralentissement ou cette diminution de la consommation : anti-hypertenseurs, anti-ostéoporotiques, anti-inflammatoires locaux, psychotropes, antidépresseurs…

– En 2011, le report des prescriptions vers des produits coûteux (phénomène dit d’effet de structure) a ralenti. Il demeure cependant soutenu (+3,6 pt) et constitue le principal facteur de croissance des dépenses.

« Cependant, si la France connaît une baisse des volumes consommés, sa structure de consommation demeure plus défavorable que celle de nos voisins européens : moindre utilisation des médicaments génériques au profit de produits plus coûteux », constate la CNAMTS.

Le poids des médicaments de spécialités et prescriptions hospitalières

En 2011, les dépenses liées aux médicaments dits de spécialités destinés aux pathologies lourdes et graves, constituent, à l’instar des années précédentes, un important facteur de hausse des dépenses : +3,2% soit +249 M€ par rapport à 2010. Cependant, la dynamique de ces médicaments ralentit nettement par rapport à l’année 2010 (+6,9%).

Les traitements des épisodes aigus et des maladies chroniques enregistrent quant à eux une diminution notable des montants remboursés : respectivement -103 M€ et -138 M€ (baisses de prix, génériques, ralentissement des volumes).

Les montants liés aux prescriptions hospitalières (y compris les médicaments avec initiation à l’hôpital renouvelés en ville) augmentent de près de 327 M€ en 2011, tandis que les montants de prescriptions initiées par les médecins libéraux de ville diminuent de 294 M€.

Selon l’Assurance maldie, « des marges significatives d’amélioration à la fois en termes de santé publique et d’efficience demeurent en matière de consommation de médicaments ». Elle rappelle ainsi que la France demeure en tête des dépenses de médicaments par habitant et en 2ème position pour les volumes consommés parmi les 8 principaux pays européens et pour 8 classes thérapeutiques majeures (2).

1 Données corrigées de l’effet des conditionnements trimestriels : un conditionnement trimestriel compte pour 3 boites. Dépenses de médicaments de ville en 2011 – Assurance Maladie – 6 décembre 2012 2

2 Calcul CNAMTS sur données IMS Health – ventes de médicaments aux officines en 2007 et 2011 – 8 classes EphRA – 8 pays européens : Allemagne, Espagne, Finlande, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni








MyPharma Editions

Sanofi : des résultats positifs de phase II/III confirment le potentiel de l’acoziborole dans le traitement de la maladie du sommeil

Publié le 30 novembre 2022
Sanofi : des résultats positifs de phase II/III confirment le potentiel de l’acoziborole dans le traitement de la maladie du sommeil

Dans un article publié dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases, la Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) et Sanofi rapportent avoir observé des taux de succès thérapeutique allant jusqu’à 95 % dans le cadre d’une étude de phase II/III portant sur la sécurité et l’efficacité d’une dose unique d’acoziborole, un médicament expérimental qui pourrait transformer le traitement de la maladie du sommeil. Cet essai clinique a été mené par la DNDi et ses partenaires en République démocratique du Congo (RDC) et en Guinée.

Découverte de médicaments : Qubit Pharmaceuticals crée avec NVIDIA « la plateforme de calcul la plus puissante au monde »

Publié le 30 novembre 2022

Qubit Pharmaceuticals, société deeptech spécialisée dans la simulation et la modélisation moléculaire grâce à l’utilisation de la physique quantique, a annoncé la création d’une plateforme visant à accélérer la découverte de médicaments par calcul hybride, classique et quantique sur le NVIDIA Quantum Optimized Device Architecture (QODA). Qubit Pharmaceuticals exploite l’un des supers ordinateurs GPU les plus puissants en France dédié à la recherche médicale avec pour objectif de construire un portefeuille de candidats médicaments dans les domaines de l’oncologie, des maladies inflammatoires et des antiviraux.

Sensorion : désignation de médicament orphelin de la FDA pour OTOF-GT pour le traitement de la perte auditive liée au gène de l’otoferline

Publié le 30 novembre 2022
Sensorion : désignation de médicament orphelin de la FDA pour OTOF-GT pour le traitement de la perte auditive liée au gène de l’otoferline

Sensorion, société biotechnologique pionnière au stade clinique dédiée au développement de thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir les pertes d’audition, annonce que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé la désignation médicament orphelin (ODD) au programme le plus avancé de thérapie génique de la Société, OTOF-GT, une thérapie génique pour le traitement de la perte auditive liée au gène de l’otoferline.

Pherecydes Pharma : recommandation positive du DSMB pour la poursuite de son étude clinique de phase II PhagoDAIR

Publié le 30 novembre 2022
Pherecydes Pharma : recommandation positive du DSMB pour la poursuite de son étude clinique de phase II PhagoDAIR

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes aux antibiotiques et/ou compliquées, a annoncé que la société a reçu une recommandation unanime du Data Safety Monitoring Board (DSMB), pour la poursuite sans modification de l’étude clinique de phase II PhagoDAIR dans les infections ostéoarticulaires sur prothèses causées par le Staphylococcus aureus (S. aureus).

EverImmune : le Pr Laurence Zitvogel nommé à la présidence de son conseil scientifique

Publié le 29 novembre 2022
EverImmune : le Pr Laurence Zitvogel nommé à la présidence de son conseil scientifique

EverImmune, société de biotechnologie au stade clinique spécialisée dans le développement de produits biothérapeutiques vivants comme adjuvants à l’immunothérapie du cancer, a annoncé la mise en place de son conseil scientifique, présidé par le Pr Laurence Zitvogel, co-fondatrice de la société et directrice de recherche en immuno-oncologie à l’Institut Gustave Roussy.

Genomic Vision : son application de pointe TeloSizer® mise au service de la recherche sur le cancer

Publié le 29 novembre 2022
Genomic Vision : son application de pointe TeloSizer® mise au service de la recherche sur le cancer

Genomic Vision, société de biotechnologie cotée sur Euronext qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, a annoncé une collaboration avec le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), organisme public de recherche, afin de lancer un programme de recherche d’une durée de quatre ans avec le Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM) pour le développement de tests compagnons utilisant l’application TeloSizer® de Genomic Vision.

Inventiva : un nouveau brevet élargissant la protection de la propriété intellectuelle de lanifibranor aux États-Unis

Publié le 29 novembre 2022
Inventiva : un nouveau brevet élargissant la protection de la propriété intellectuelle de lanifibranor aux États-Unis

Inventiva, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique de petites molécules administrées par voie orale pour le traitement de patients atteints de stéatohépatite non alcoolique (NASH) et d’autres maladies avec un besoin médical non satisfait significatif, a annoncé aujourd’hui que le United States Patent and Trademark Office (USPTO) a délivré un brevet (U.S. Patent No. 11,504,380) qui protège l’utilisation de lanifibranor pour le traitement de patients cirrhotiques dont la maladie risque de progresser du stade compensé au stade décompensé. Ce brevet expirera le 8 novembre 2039.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents