Edition du 10-12-2018

Médicaments vétérinaires: l’Anses publie un 1er bilan détaillé des effets indésirables

Publié le lundi 12 novembre 2012

À travers l’Agence nationale du médicament vétérinaire, l’Anses a pour mission l’évaluation et la gestion du risque pour le médicament vétérinaire en France. Elle est notamment chargée de la mise en œuvre du dispositif de pharmacovigilance vétérinaire, visant à recueillir les signalements d’effets indésirables liés à l’utilisation des médicaments vétérinaires. Complémentaires des données fournies à l’appui des demandes d’autorisation de mise sur le marché (AMM), ces données de suivi post-AMM sont essentielles pour adapter les mesures de gestion des risques permettant une utilisation sûre des médicaments.

Le bilan 2011 du dispositif de pharmacovigilance vétérinaire montre que le système mis en place permet une remontée efficace des signalements, plaçant la France dans le peloton de tête des pays européens pour le nombre de déclarations faites au niveau communautaire. Par ailleurs, plusieurs mesures de gestion ont été prises sur la base de ces signalements, pour réduire les risques liés aux médicaments vétérinaires en cause.

Enfin, compte tenu du faible nombre de déclarations émanant de certaines filières (porcine et avicole notamment) et de l’importance de maintenir la motivation des déclarants, deux thématiques vont à présent être développées : la communication vis-à-vis des vétérinaires en matière de pharmacovigilance vétérinaire et la promotion des déclarations dans les filières hors-sol

À travers l’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV), l’Anses a pour mission l’évaluation et la gestion du risque pour le médicament vétérinaire en France. Elle est notamment chargée de la mise en œuvre du dispositif de pharmacovigilance vis-à-vis des médicaments vétérinaires. En 2011, l’Anses-ANMV a enregistré dans sa base nationale 2836 cas d’effets indésirables chez les animaux, dont 43 % ont été jugés comme étant des effets indésirables dits « graves », c’est-à-dire provoquant des symptômes permanents ou prolongés, se traduisant par une anomalie ou une malformation congénitale ou provoquant un handicap ou une incapacité importante chez l’animal traité, susceptibles de mettre la vie de l’animal en danger ou qui entraînent la mort.

Plus de 90 % des déclarations reçues proviennent des vétérinaires. Celles transmises par les propriétaires d’animaux et les éleveurs représentent près de 9%. La très grande majorité des effets indésirables déclarés en 2011 concernent les animaux domestiques avec 81 % des déclarations pour les chiens et les chats. Les effets indésirables concernant les bovins représentent 11 % des déclarations. Pour les autres espèces, les déclarations représentent moins de 3 % par espèce.

La part des différentes classes thérapeutiques impliquées varie en fonction des espèces considérées. Chez les animaux domestiques, la classe thérapeutique faisant l’objet du plus grand nombre de déclarations est celle des antiparasitaires (36 % chez les chiens et 43 % chez les chats). Chez les bovins, ce sont les vaccins qui sont le plus souvent cités (33 % en dehors des vaccins contre la fièvre catarrhale ovine, FCO). Cette observation reflète une exposition beaucoup plus importante de ces populations animales à ces types de produits et/ou une réactivité plus élevée des déclarants par rapport à des effets survenant suite à des traitements individuels et pour la majorité préventifs.

L’analyse des résultats enregistrés

Pour les médicaments ayant fait l’objet du plus grand nombre de déclarations de cas graves, une analyse approfondie a été réalisée. Ainsi, parmi les 28 médicaments impliqués dans au moins 10 déclarations de cas graves, 20 sont exclusivement autorisés pour les animaux de compagnie. En termes de classes thérapeutiques, 14 sont des vaccins, 5 des sédatifs ou anesthésiques et 4 des antiparasitaires.

Le nombre de déclarations d’effets indésirables n’est qu’un des éléments d’appréciation du risque potentiel que représente l’utilisation d’un médicament. Il est en effet indispensable de rapporter ce nombre brut de cas au nombre total d’animaux traités sur la période considérée (incidence) et de considérer la gravité des effets indésirables observés. Le calcul de l’incidence des effets indésirables de ces 28 médicaments montre que pour 25 d’entre eux, l’incidence reste très rare (inférieure à un cas pour 10 000) et que dans aucun cas l’incidence n’atteint un cas pour 100 animaux traités. L’incidence restant un paramètre relatif compte tenu de ses modalités de calcul, la surveillance d’un médicament vétérinaire prend également en compte d’autres facteurs tels que le type de signes cliniques observés au regard du profil pharmaco-toxicologique des substances actives contenues dans les médicaments, la gravité des effets indésirables rapportés et leur évolution dans le temps (notamment leur persistance).

Les conséquences en termes de gestion des risques

Les données émanant de la pharmacovigilance peuvent conduire à des modifications des autorisations des médicaments vétérinaires, voire à des suspensions ou à des retraits de ces AMM, lorsque le rapport bénéfice/risque du médicament concerné devient défavorable. Selon qu’il s’agisse d’AMM délivrées dans le cadre d’une procédure nationale ou dans le cadre d’une procédure européenne, ces décisions de gestion sont prises soit par la Commission Européenne, soit par l’Anses-ANMV.

En 2011, suite à une augmentation de l’incidence des réactions anaphylactiques chez les bovins consécutives à l’administration du vaccin HIPRABOVIS PNEUMOS, l’Anses-ANMV a suspendu l’AMM de ce vaccin en avril 2011. Cette décision nationale a ensuite entraînée une décision harmonisée de suspension au niveau européen.

Par ailleurs, suite aux suspicions de manque d’efficacité des vaccins contre la maladie hémorragique du lapin (RHDV), des travaux scientifiques associant notamment le laboratoire Anses de Ploufragan ont mis en évidence un nouveau variant génétique du virus nécessitant d’adapter les vaccins existants et/ou de développer un nouveau vaccin.

Enfin, malgré les mises en garde figurant depuis 2007 sur les notices et l’étiquetage des produits, les accidents chez le chat liés à l’utilisation de perméthrine (un antiparasitaire destiné au chien), continuent à se produire. L’Anses rappelle ainsi à la vigilance les propriétaires d’animaux domestiques.

Le bilan 2011 du dispositif de pharmacovigilance vétérinaire montre que le système mis en place en France est efficace et permet de mettre en évidence de nouveaux signaux qui, une fois expertisés, complètent les informations disponibles sur les médicaments vétérinaires autorisés et permettent ainsi d’assurer une surveillance post AMM. Toutefois ces résultats montrent, également, un faible nombre de déclarations dans certaines filières, notamment les filières aviaires et porcines. Aussi deux thématiques vont, à présent, être prioritairement développées par l’Anses-ANMV : la promotion des déclarations dans les filières hors-sol et la communication en matière de pharmacovigilance vétérinaire, par exemple en informant les vétérinaires lorsque des effets indésirables inattendus surviennent, ainsi que cela a été fait lors de l’été 2012 suite à l’enregistrement de plusieurs cas de réactions indésirables liés à deux médicaments respectivement utilisés chez les bovins et chez les chiens et chats.

Source : Anses








MyPharma Editions

Genomic Vision : de nouveaux résultats préliminaires pour son test d’intégration du HPV dans le génome humain

Publié le 10 décembre 2018
Genomic Vision : de nouveaux résultats préliminaires pour son test d’intégration du HPV dans le génome humain

Genomic Vision, société spécialisée dans le développement de tests de diagnostic in-vitro (IVD) pour la détection précoce des cancers et des maladies héréditaires et d’applications pour les laboratoires de recherche (LSR), a annoncé qu’elle a présenté de nouveaux résultats préliminaires prometteurs lors du congrès Eurogin 2018, manifestation scientifique internationale dédiée au virus HPV (Papilloma Virus Humain) qui s’est déroulée à Lisbonne, du 2 au 5 décembre 2018.

Thérapie génique du Syndrome de Crigler-Najjar : un 1er patient traité dans un essai européen mené par Généthon

Publié le 10 décembre 2018
Thérapie génique du Syndrome de Crigler-Najjar : un 1er patient traité dans un essai européen mené par Généthon

Généthon, le laboratoire de l’AFM-Téléthon, a annoncé le traitement du premier patient atteint du Syndrome de Crigler-Najjar, une maladie rare du foie, en France, dans le cadre de l’essai clinique européen de thérapie génique de phase I/II –CareCN- dont il est le promoteur.

Valneva et Hookipa signent un accord de collaboration et de fabrication

Publié le 7 décembre 2018
Valneva et Hookipa signent un accord de collaboration et de fabrication

Valneva, la société de biotechnologie spécialisée dans le développement et la commercialisation de vaccins contre les maladies infectieuses, a annoncé la signature d’un accord de collaboration et de fabrication d’une durée de trois ans par sa filiale suédoise et Hookipa Pharma.

Sensorion annonce une publication dans Hearing Research

Publié le 7 décembre 2018
Sensorion annonce une publication dans Hearing Research

Sensorion, société de biopharmaceutique spécialisée dans le développement de traitements contre les maladies de l’oreille interne, a annoncé la publication d’un article de recherche, effectué en collaboration avec le centre de recherche médicale de l’Université du Connecticut (UConn Health). Cet article porte sur la pertinence et l’intérêt clinique de l’usage de la prestine en tant que biomarqueur dans les cas de perte d’audition impliquant la mort de cellules ciliées sensorielles.

Knopp Biosciences : Mark Kreston nommé au poste de directeur commercial

Publié le 7 décembre 2018
Knopp Biosciences : Mark Kreston nommé au poste de directeur commercial

Knopp Biosciences, une entreprise américaine de découverte et de développement de médicaments pour les maladies inflammatoires et neurologiques, a annoncé la nomination de Mark Kreston, un vétéran de l’industrie pharmaceutique, au poste de directeur commercial.

Abivax : feu vert pour la poursuite de l’étude d’extension de l’essai de phase 2a dans la rectocolite hémorragique

Publié le 6 décembre 2018
Abivax : feu vert pour la poursuite de l’étude d’extension de l’essai de phase 2a dans la rectocolite hémorragique

Abivax, société de biotechnologie ciblant le système immunitaire pour développer un traitement contre les maladies inflammatoires/auto-immunes, les maladies infectieuses ainsi que le cancer, a annoncé la recommandation par le Comité de Surveillance et de Suivi des Données (Data Safety Monitoring Board, DSMB) pour poursuivre son essai clinique d’extension de « maintenance » en ouvert de 12 mois, ABX464-102, faisant suite à l’essai d’induction de Phase 2a randomisé et contrôlé par placebo, ABX464-101.

Médicaments innovants : l’ANSM s’engage dans « l’accès plus rapide et plus sûr » pour les patients

Publié le 6 décembre 2018
Médicaments innovants : l’ANSM s’engage dans "l’accès plus rapide et plus sûr" pour les patients

Dans un communiqué, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) fait le point sur les mesures mises en place pour renforcer son expertise dédiée aux essais précoces et réduire ses délais d’autorisation afin de donner un accès rapide aux innovations sur le territoire français à des patients dans l’attente d’un traitement pour lesquels aucune alternative médicamenteuse satisfaisante n’a pu être trouvée.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions