Edition du 11-08-2022

Merck Serono confirme la fermeture de son site de Genève

Publié le mardi 19 juin 2012

Merck Serono, la division pharmaceutique du groupe allemand Merck, a annoncé aujourd’hui son projet définitif concernant le plan de restructuration de ses activités en Suisse. La fermeture des sites de Genève et de Coinsins est confirmée. Merck Serono conservera une présence stratégique en Suisse avec près d’un millier d’employés à Aubonne, Corsier-sur-Vevey et Zug.

Merck Serono a confirmé mardi le regroupement des ses activités de direction générale en Europe sur un seul site à Darmstadt (Allemagne), où se trouve le siège du groupe Merck, et le regroupement des activités de R&D sur trois plateformes réparties en Europe (Darmstadt), aux Etats-Unis (Boston) et en Asie (Pékin).

Ainsi, sur les 1 250 postes du site de Genève, environ 750 postes seront transférés vers d’autres sites (y compris 130 postes dans le canton de Vaud). Par ailleurs, environ 500 postes seront supprimés afin d’éliminer les doublons de fonctions. Enfin, environ 80 postes seront supprimés sur l’ensemble des sites situés dans le canton de Vaud (Aubonne, Coinsins et Corsier-sur-Vevey). Les opérations de production actuellement basées à Coinsins seront transférées à Aubonne.

Merck Serono précise que les employés seront informés de leur situation individuelle d’ici la fin du mois de juillet 2012. Les transferts et réductions d’effectifs auront pour la plupart lieu au cours du deuxième semestre 2012. La fermeture du site de Genève est prévue mi-2013, et celle du site de Coinsins en 2014.

« Une présence importante et stratégique en Suisse »
Malgré ces mesures de restructuration, Merck Serono a annoncé qu’il conservera « une présence importante et stratégique en Suisse ». En effet, ses sites de production biotechnologiques situés à Aubonne et Corsier-sur-Vevey continueront à produire les médicaments phares de la société pour le monde entier. De plus, l’unité médicaments biosimilaires de Merck Serono, une nouvelle activité stratégique pour l’avenir de la société, sera elle aussi basée dans le canton de Vaud. Enfin, les opérations commerciales basées à Zug continueront à servir les médecins et les patients en Suisse. Au total, Merck Serono continuera d’employer près d’un millier de personnes en Suisse.

« La restructuration des activités de Merck Serono en Suisse fait partie d’un programme plus large, touchant toutes les régions du monde et tous les secteurs d’activité du groupe Merck, nécessité par les bouleversements sans précédent du marché et de l’environnement concurrentiel auxquels le groupe est confronté, » a déclaré Stefan Oschmann, Membre du Comité Exécutif de Merck et Directeur Général de Merck Serono. « Cette restructuration implique des mesures difficiles, mais néanmoins nécessaires pour préserver l’avenir de Merck Serono. Nous allons continuer à faire tout notre possible pour en atténuer l’impact et soutenir les employés pendant cette période de transition difficile. »

Des mesures de transition
Le groupe indique qu’un programme d’aide à la création d’entreprises a été mis en place le 24 avril 2012 qui comprend diverses formes de soutien, telles qu’un investissement en capital, une licence de propriété intellectuelle et/ou une cession de matériel selon les besoins de l’initiative envisagée. Merck Serono s’est engagé à y consacrer jusqu’à 30 millions d’euros. « Plusieurs projets sont actuellement en cours d’évaluation et les employés ont la possibilité de soumettre des projets jusqu’au 30 septembre 2012 », précise le laboratoire.

Merck Serono indique qu’il a pris en compte plusieurs propositions concernant l’amélioration des mesures initialement prévues dans le projet de plan social. A titre d’exemples, l’âge de l’éligibilité à la préretraite a été abaissé de 58 ans à 56 ans et les employés qui démissionneraient avant la date prévisible de fin de leur contrat garderont, sous certaines conditions, le droit de percevoir une partie de leur indemnité de licenciement.

En ce qui concerne les employés qui accepteront une proposition de transfert à l’étranger, une série de mesures est prévue pour faciliter leur installation et celle de leur famille dans leur nouveau pays de résidence.

Source : Merck Serono








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents