Edition du 16-05-2021

Officine : les pharmaciens n’ont pas le moral

Publié le lundi 22 mars 2010

Selon une enquête réalisée par l’Institut Ipsos à l’occasion de l’ouverture de Pharmagora, le salon des pharmaciens à la porte de Versailles les 27,28 et 29 mars prochains, les pharmaciens se montrent très pessimistes pour l’avenir. Près de 20% d’entre eux considèrent qu’il y a une forte probabilité qu’ils soient obligés de cesser ou de céder leur activité d’ici les 5 prochaines années.

Pour l’année 2010, leurs perspectives sont très sombres : près de 4 pharmaciens sur 10 sont pessimistes sur le maintien de l’emploi dans leur pharmacie (39%) et sur leur situation face à la concurrence (38%). Ils se montrent surtout très majoritairement inquiets de l’évolution de leur marge bénéficiaire (87%), de la valeur patrimoniale de leur pharmacie (70%), de la croissance de leur activité (68%) et de la situation de leur trésorerie. Leur état d’esprit s’en ressent : ils éprouvent de l’inquiétude (58%), voire de la colère (31%) même si beaucoup restent motivés (48%).

La crainte des grandes surfaces

Près d’un pharmacien sur deux estime que les grandes surfaces vont bientôt pouvoir vendre des médicaments. Leur très fort pessimisme se nourrit très certainement pour une part des craintes qu’ils éprouvent vis-à-vis des grandes surfaces. 48% d’entre eux sont persuadés que d’ici 5 ans, la grande distribution aura l’autorisation de vendre des médicaments non remboursés (contre 45% qui pensent le contraire et 7% qui ne se prononcent pas).

Le refus des clients du générique en augmentation

La majorité des pharmaciens a le sentiment que la proportion de clients refusant le générique s’accroît d’une façon ou d’une autre. Les « nouveaux » comportements des clients participent aussi pour une part au malaise des pharmaciens. 58% d’entre eux affirment qu’ils sont de plus en plus confrontés à des clients leur présentant une ordonnance avec la mention « non substituable » (contre 35% qui estiment que la situation reste stable et 7% qu’ils le font de moins en moins). Le refus du générique en pharmacie semble aussi prendre de plus en plus d’importance: 43% des pharmaciens affirment que la proportion de clients refusant le générique qui leur est proposé est en augmentation (contre 14% qui estiment qu’il y en a de moins en moins et 43% qu’il n’y en a ni plus, ni moins qu’avant). Enfin, 30% des pharmaciens affirment que de plus en plus de clients exigent des médicaments qu’ils ont eux-mêmes choisis (contre seulement 5% qui considèrent qu’il y en a de moins en moins et 65% que leur proportion reste stable).

 Les pharmaciens considèrent que les réformes mises en place ces dernières années vont les obliger à repenser leur profession. Plus de 8 pharmaciens sur 10 pensent qu’il va leur falloir modifier leur façon de penser leur métier et de gérer leur activité (83%). D’ailleurs, une majorité affirme bien comprendre ce vers quoi évolue leur métier (63%). Ils se montrent plus partagés sur la nécessité des réformes mises en place même si presque 6 pharmaciens sur 10 considèrent qu’elles étaient nécessaires pour la pérennité de la profession (58%). En revanche, seule une minorité estime que ces réformes vont leur ouvrir de nouvelles opportunités de croissance (31%).

Face à ces perspectives, 68% des pharmaciens estiment qu’il y a une probabilité importante pour qu’ils développent dans les 5 prochaines années de nouveaux services (comme le matériel ou l’aide à la personne). De même, 52% pensent qu’ils risquent d’être obligés de se spécialiser dans un domaine d’activité (herboristerie, puériculture, diététique…).

Des pharmaciens peu informés sur les dispositions prévues par la loi HPST et partagés quant à son utilité : si 9 pharmaciens sur 10 disent connaître la loi (90%), en réalité, seulement 27% d’entre eux avouent savoir assez précisément ce qu’elle propose. Les pharmaciens la connaissent donc mal. Une courte majorité d’entre eux considère toutefois qu’elle permettra de replacer les missions du pharmacien au coeur du système de santé (54% contre 40% qui soutiennent l’opinion inverse et 6% qui ne se prononcent pas).

 Ce sondage a été réalisé auprès de 700 pharmaciens constituant un échantillon représentatif de cette population en termes de sexe, d’âge, de taille d’officine et de région, interrogés par téléphone du 11 au 15 janvier 2010. Les résultats de cette étude – véritable radioscopie de la profession – seront révélés sur le salon.

Source : Pharmagora








MyPharma Editions

Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Publié le 14 mai 2021
Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Genomic Vision, société de biotechnologie qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, vient d’annoncer avoir terminé avec succès le premier volet d’un accord de recherche en trois parties pour la caractérisation génétique des banques de cellules de Sanofi.

Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Publié le 12 mai 2021
Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Cellectis, une société biopharmaceutique de phase clinique spécialisée dans le développement d’immunothérapies fondées sur les cellules CAR-T allogéniques ingéniérées (UCART) et Sanofi, ont annoncé la signature d’un partenariat et d’un contrat d’approvisionnement concernant l’alemtuzumab, un anticorps monoclonal anti-CD52, qui sera utilisé dans le cadre du régime de lymphodéplétion dans certains essais cliniques propriétaires de Cellectis évaluant les cellules UCART.

Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Publié le 12 mai 2021
Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Ipsen a annoncé aujourd’hui avoir exercé son option de collaboration avec Exelixis dans l’étude pivotale de Phase III COSMIC-311. L’étude COSMIC-311 évalue Cabometyx® (cabozantinib) 60 mg par rapport à un placebo chez des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (DTC) réfractaire à l’iode radioactif ayant progressé après un à deux traitements antérieurs ciblant le récepteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGFR)2.

Genfit : mise à jour du portefeuille de produits et lancement de nouveaux programmes cliniques

Publié le 12 mai 2021
Genfit : mise à jour du portefeuille de produits et lancement de nouveaux programmes cliniques

Genfit , société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, vient d’annoncer un recentrage de ses activités de R&D sur l’Acute on Chronic Liver Failure (ACLF) et les maladies cholestatiques.

Nanobiotix s’associe à Lianbio pour le développement et la commercialisation de NBTXR3 en Chine et sur plusieurs marchés asiatiques

Publié le 12 mai 2021
Nanobiotix s'associe à Lianbio pour le développement et la commercialisation de NBTXR3 en Chine et sur plusieurs marchés asiatiques

Nanobiotix, société française de biotechnologie, pionnière des approches fondées sur la physique pour élargir les possibilités de traitement des patients atteints de cancer, a annoncé un partenariat avec LianBio, société de biotechnologie dédiée à la mise à disposition de médicaments innovants pour les patients de Chine et sur les principaux marchés asiatiques, afin de développer et de commercialiser le principal produit-candidat de Nanobiotix, NBTXR3, potentiel premier produit de la catégorie des radio-enhancers, en Chine élargie (Chine continentale, Hong Kong, Taïwan et Macao), en Corée du Sud, à Singapour et en Thaïlande.

Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Publié le 11 mai 2021
Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes et/ou compliquées, a annoncé l’accord des autorités de Hong-Kong pour la délivrance d’un brevet pour ses phages anti-Pseudomonas Aeruginosa sur ce territoire.

Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Publié le 11 mai 2021
Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Iktos, société spécialisée dans l’intelligence artificielle pour la conception de nouveaux médicaments, et Facio Therapies, société de découverte et développement de médicaments axée sur la mise au point de traitements pour la dystrophie facio-scapulo-humérale (FSH), ont annoncé leur entrée en collaboration pour appliquer la technologie d’intelligence artificielle (IA) de modélisation générative d’Iktos dans l’un des programmes de découverte de médicaments de Facio.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents