Edition du 18-08-2018

Accueil » Médecine » Recherche

Paludisme : deux nouvelles molécules bloquent le développement de P. falciparum

Publié le jeudi 27 septembre 2012

Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS, en collaboration avec l’Imperial College de Londres, ont synthétisé deux composés capables d’enrayer rapidement et de manière irréversible la croissance de P. falciparum1 durant toutes les phases sanguines de son cycle de vie.

Ces derniers agissent en inhibant l’action d’une classe d’enzymes indispensable au développement du parasite, les méthylases d’histones. Ce travail fait l’objet d’une publication le 24 septembre dans la revue PNAS et vient d’être présenté au 23ème Molecular Parasitology Meeting, à Woods Hole, Massachusetts, USA.

Selon les estimations de l’OMS, le paludisme tue entre 1 et 3 millions de personnes par an. Les zones tropicales défavorisées d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine sont les plus touchées par la maladie. Aucun vaccin n’est aujourd’hui disponible. Plusieurs molécules anti-paludiques sont actuellement utilisées à des fins préventives et thérapeutiques. Cependant, compte tenu des résistances de plus en plus nombreuses observées ces dernières années, le contrôle du paludisme nécessite la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques et le développement de de molécules inhibitrices.

Les recherches menées par Artur Scherf, chef de l’Unité de Biologie des Interactions Hôte- Parasite de l’Institut Pasteur, CNRS URA 2581, vont dans ce sens : après l’identification de deux molécules (BIX-01294 et TM2-115), les chercheurs ont pu tester leur grande efficacité in vitro avec succès sur P. falciparum, et in vivo sur P. berghei, parasite provoquant le paludisme chez le rongeur.

Les résultats obtenus par les chercheurs sont significatifs : lorsqu’elles sont introduites dans le milieu de culture de P. falciparum, BIX-01294 et TM2-115 entraînent toutes les deux, rapidement et de manière irréversible, la mort du parasite. Après seulement 12h d’incubation, BIX- 01294 provoque la disparition totale de P. falciparum. In vivo sur une espèce modèle de souris, les chercheurs ont également constaté une nette diminution de la présence de P. berghei après l’administration de TM2-115.

Le mode d’action de BIX-01294 et TM2-115 est similaire. Ces dernières entraînent une réduction significative d’une forme de l’histone H3 (H3K4me3), laquelle participe à la régulation de l’expression des gènes de P. falciparum et P. berghei. Les travaux des chercheurs suggèrent donc que H3, et plus généralement les methylases d’histones, sont une nouvelle classe de cible thérapeutique pour la mise au point de traitements efficaces. Les chercheurs soulignent également le potentiel représenté par l’inhibiteur BIX-01294 pour agir durant les autres phases du cycle de vie de P. falciparum, et des autres espèces du genre plasmodium qui infectent l’homme.

Ces travaux ont notamment bénéficié du soutien de la Fondation Pasteur de New York et de la Fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que d’un financement de l’European Research Council.
1 Plasmodium falciparum est l’espèce la plus pathogène des parasites qui transmettent le paludisme. Elle est responsable de l’ensemble des cas mortels.

Source : Institut Pasteur / CNRS

Small-molecule histone methyltransferase inhibitors display rapid antimalarial activity aginst all blood stage forms in Plasmodium falciparum, Proceedings of the National Academy of Sciences, September 23, 2012.
Nicholas A. Malmquist1,2, Thomas A. Moss3, Salah Mecheri1,2, Artur Scherf1,2, Matthew J. Fuchter3
1 Unité de Biologie des Interactions Hote-Parasite, Institut Pasteur, France
2 Unité de Recherche Associée 2581, Centre National de la Recherche Scientifique, France
3 Department of Chemistry, Imperial College, Royaume-Uni








MyPharma Editions

Scientist.com parmi les dix sociétés privées à la croissance la plus rapide en Amérique

Publié le 17 août 2018

Scientist.com, la place de marché de services externalisés de recherche scientifique, a annoncé qu’elle avait été classée n° 9 dans la liste 2018 du magazine Inc. des 5 000 entreprises privées à la croissance la plus rapide en Amérique.

SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l’immunothérapie polyclonale de dernière génération

Publié le 17 août 2018
SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l'immunothérapie polyclonale de dernière génération

SAB Biotherapeutics a annoncé que son immunothérapie anti-Ebola (SAB-139) permettait de bénéficier d’« une protection à 100% contre une dose mortelle du virus Ebola », suite à une étude récente réalisée sur des animaux et dont les résultats ont été publiés dans la revue The Journal of Infectious Diseases.

Samsung Bioepis va initier l’essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Publié le 13 août 2018
Samsung Bioepis va initier l'essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Samsung Bioepis vient d’annoncer le lancement d’une étude de Phase 1 visant à évaluer SB26 chez des volontaires en bonne santé. SB26, également appelé TAK-671, est une protéine de fusion ulinastatine-Fc (UTI-Fc) destinée à traiter la pancréatite aiguë sévère. Des études de sécurité BPL non cliniques réalisées sur des singes et des rats ont appuyé des études antérieures sur l’homme avec SB26.

Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Publié le 10 août 2018
Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Merz, la société allemande spécialisée dans le domaine de l’esthétique médicale et des neurotoxines, a annoncé la nomination de Bob Rhatigan en tant que CEO pour les Amériques. Pour développer son leadership concernant ses activités en Amérique du Nord chez Merz, M. Rhatigan sera désormais responsable de l’Amérique latine et surpervisera la stratégie commerciale mondiale de cette nouvelle région des Amériques.

Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Publié le 9 août 2018
Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Genomic Vision vient de signer un contrat de licence avec European Equity Partners (EEP), une société d’investissement privée au Royaume-Uni spécialisée dans les investissements dans le secteur des sciences de la vie, pour l’utilisation de la technologie du peignage moléculaire dans le domaine de la biotransformation.

Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Publié le 7 août 2018
Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Celyad, la société biopharmaceutique spécialisée dans le développement des thérapies cellulaires CAR-T, a annoncé la nomination de Philippo Petti en qualité de « Chief Financial Officer », succédant à Patrick Jeanmart.

L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

Publié le 6 août 2018
L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé dans un point d’information avoir élaboré trois Recommandations Temporaires d’Utilisation (RTU) dans le traitement adjuvant du mélanome pour Opdivo (nivolumab), Keytruda (pembrolizumab) et l’association Mekinist-Tafinlar (trametinib-dabrafenib).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions