Edition du 21-04-2021

PLFSS 2015 : « le médicament lourdement pénalisé » selon le Leem

Publié le mercredi 1 octobre 2014

A la suite de la présentation de l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2015, le Leem, qui fédère les entreprises du médicament opérant en France, juge ce dernier « profondément inéquitable et symptomatique de l’incapacité des pouvoirs publics à sortir d’une vision court-termiste des enjeux de santé ».

Dans un communiqué, le Leem constate que « le médicament demeure, après trois années très lourdes en termes de régulation, le contributeur essentiel aux économies de santé. Avec un montant de 900 millions d’euros de baisses de prix, auquel s’ajoute une accumulation de mesures de régulation, la part demandée au médicament dans le champ des dépenses d’assurance maladie reste particulièrement lourde (plus de 50 % des efforts, alors que le médicament ne représente que 15 % des dépenses) ».

Le Leem estime ainsi que « le Gouvernement fait aujourd’hui le choix de la facilité en recourant à l’expédient de mesures purement comptables » en dépit des « propositions faites par les industriels dans le cadre du Comité interministériel d’interface mis en place au printemps dernier (développement de l’automédication, réorganisation du parcours de soins, déploiement des nouvelles technologies de santé…). »

« L’intention gouvernementale de fixer, pour la première fois, un taux d’évolution des dépenses de médicament négatif, ne permettrait en aucun cas à notre pays d’accueillir les innovations thérapeutiques à venir », estime Patrick Errard, Président du Leem.

« En pénalisant aussi fortement, pour la quatrième année consécutive, l’industrie pharmaceutique, les pouvoirs publics détériorent durablement les capacités de recherche et d’innovation de notre pays et affaiblissent un outil de production source d’investissement et d’emplois », juge l’organisation. Elle souligne que « ce projet de loi va à l’encontre de tous les rapports d’experts (Gallois, Lauvergeon, Rocard-Juppé, Attali), qui soulignent le caractère stratégique pour la France des industries de santé, et il s’inscrit en contradiction avec les ambitions stratégiques portées par le Gouvernement ».

Par ailleurs, le Leem se déclare « tout particulièrement vigilant à la refonte des mécanismes de régulation financière, notamment au travers de son système dit de « clause de sauvegarde » (taux K), et rappelle son attachement à la lisibilité et à la prévisibilité de la politique de maîtrise des dépenses de médicaments dans un cadre pluriannuel ».

Le Leem estime que « par son annualité, le PLFSS ne favorise pas une réflexion de fond sur la résolution des problématiques de financements, et ne constitue pas un outil pertinent pour une réforme structurelle du système de santé ». « Il ne permet pas non plus aux industriels de disposer d’une visibilité à moyen et long terme, pourtant indispensable aux investissements en santé », poursuit-il.

Enfin, l’organisation estime que les arbitrages rendus dans le cadre du PLFSS menacent la politique d’accès à l’innovation. « Il faut que nos concitoyens sachent que de considérables avancées thérapeutiques se profilent à court et moyen terme, permettant de traiter des maladies jusqu’alors incurables et qui affectent des milliers de patients, analyse Patrick Errard. Cette évolution doit inviter les pouvoirs publics à engager enfin, et de façon approfondie, les réformes de structures seules à même de dégager les gains d’efficience indispensables pour garantir la pérennité de notre système de santé et sa capacité à accueillir le progrès médical. Elle nous invite aussi à refonder les principes conventionnels de fixation des prix et des niveaux de prise en charge qui, durant des années, ont conféré à la France un temps d’avance en matière d’accès à l’innovation dans un cadre totalement maîtrisé ».

Source : Leem








MyPharma Editions

COVID-19 : Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté

Publié le 21 avril 2021
COVID-19 : Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses générant d’importants besoins médicaux, a annoncé qu’elle se focaliserait maintenant sur des discussions bilatérales, pays par pays, pour fournir son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19, VLA2001, et, en conséquence, ne donnerait plus la priorité aux discussions de fourniture centralisée actuellement en cours avec la Commission Européenne.

Inventiva : Martine Zimmermann nommée administratrice indépendante au Conseil d’Administration

Publié le 21 avril 2021
Inventiva : Martine Zimmermann nommée administratrice indépendante au Conseil d’Administration

Inventiva a annoncé la nomination de Martine Zimmermann comme administratrice indépendante de son Conseil d’Administration. A ce titre, elle remplacera Nawal Ouzren, qui a démissionné du Conseil d’Administration pour se consacrer pleinement à la croissance de Sensorion. La nomination de Martine Zimmerman sera soumise aux actionnaires pour ratification lors de la prochaine Assemblée Générale d’Inventiva.

Pierre Fabre et ValenzaBio : accord de licence et de commercialisation sur un anticorps anti-IGF-1R

Publié le 20 avril 2021
Pierre Fabre et ValenzaBio : accord de licence et de commercialisation sur un anticorps anti-IGF-1R

La société biopharmaceutique américaine ValenzaBio et le groupe pharmaceutique français Pierre Fabre ont annoncé la signature d’un accord de licence sur un anticorps antagoniste du récepteur du facteur de croissance de type 1 apparenté à l’insuline (IGF-1R), pour le traitement de l’orbitopathie dysthyroïdienne (TED), une maladie endocrinienne pour laquelle il n’existe actuellement pas de traitement spécifique.

Erytech : fin du recrutement de la 1ère cohorte d’une étude de Phase 1 avec eryaspase en 1ère ligne du cancer du pancréas

Publié le 19 avril 2021
Erytech : fin du recrutement de la 1ère cohorte d'une étude de Phase 1 avec eryaspase en 1ère ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé la fin du recrutement de la première cohorte, et le passage à la prochaine et potentiellement dernière dose dans une étude clinique de Phase 1, rESPECT, conduite par un investigateur (IST), avec son produit phare eryaspase dans le traitement de première ligne du cancer du pancréas.

Celyad Oncology : le Dr Charles Morris nommé au poste de Chief Medical Officer

Publié le 19 avril 2021
Celyad Oncology : le Dr Charles Morris nommé au poste de Chief Medical Officer

Celyad Oncology, une société de biotechnologie de stade clinique focalisée sur la découverte et le développement de thérapies cellulaires CAR T à base de lymphocytes T (Chimeric Antigen Receptor) pour le traitement du cancer, a annoncé la nomination du Dr Charles Morris au poste de Chief Medical Officer. Le Dr Morris conduira et assurera la direction stratégique de toutes les activités médicales, réglementaires ainsi que pour le développement clinique.

Sanofi : une seconde indication de Sarclisa® approuvée dans l’UE pour le traitement du myélome multiple en rechute

Publié le 19 avril 2021
Sanofi : une seconde indication de Sarclisa® approuvée dans l’UE pour le traitement du myélome multiple en rechute

Sanofi a annoncé que la Commission européenne (CE) a approuvé Sarclisa® (isatuximab) en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone (association Kd), pour le traitement des adultes atteints d’un myélome multiple en rechute ayant reçu un à trois traitements antérieurs. Il s’agit de la deuxième approbation de la CE concernant Sarclisa en association avec un traitement standard en moins de 12 mois.

Excelya : Peter Windisch nommé au poste de directeur de la technologie

Publié le 16 avril 2021
Excelya : Peter Windisch nommé au poste de directeur de la technologie

Excelya, l’organisme de recherche contractuelle (ORC) européen, a annoncé la nomination de Peter Windisch au poste de directeur de la technologie (CTO). En tant que CTO, Peter Windisch s’appuiera sur les données et les capacités technologiques de la société afin d’optimiser l’offre client. Il sera membre du Comité exécutif et exercera son activité depuis l’Allemagne.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents