Edition du 25-09-2018

PLFSS 2017 : le Leem s’inquiète de la mise en œuvre des nouveaux mécanismes de régulation

Publié le mardi 4 octobre 2016

PLFSS 2017 : le Leem s’inquiète de la mise en œuvre des nouveaux mécanismes de régulationAlors que le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2017 va être examiné en Conseil des ministres, le Leem a interpellé mardi les pouvoirs publics sur les nouveaux mécanismes de régulation du médicament qui, selon l’organisation, « risquent de freiner l’accès à l’innovation ».

« Après quatre années de régulation comptable et malgré le retour de l’innovation, le médicament est de nouveau contraint d’assurer près de 50 % des mesures d’économies », dénonce ainsi le Leem dans un communiqué. « En effet, pour la troisième année consécutive, les économies demandées au médicament atteignent près de la moitié des économies dans le champ de l’Ondam (1,7 milliard d’euros, en incluant les remises) », souligne l’organisation représentative des industriels du secteur pharmaceutique.

les économies demandées au médicament

Source : dossier de presse PLFSS 2017, ministère de la Santé

Si l’organisation « se félicite du retour des équilibres budgétaires de la sécurité sociale », elle met en garde contre « l’excès d’autosatisfaction ». « Le satisfecit général sur le déficit de la Sécurité sociale est à nuancer, insiste Patrick Errard, président du Leem. Nous invitons la puissance publique à plus de réalisme. Cet équilibre budgétaire est précaire et l’installation, par le PLFSS, de nouveaux mécanismes de régulation spécifiques visant les produits innovants, démontre de façon préoccupante un manque de confiance du gouvernement dans l’efficacité de la régulation conventionnelle. »

Le Leem met également en avant le montant de la contribution des entreprises du médicament au redressement des comptes de l’Assurance maladie. « Ces trois dernières années, sur les 10 milliards d’euros d’économies réalisés par le gouvernement (plan triennal de l’Ondam 2015 – 2017), 5 milliards d’euros viennent des contributions des industriels du médicament », souligne le l’organisation.

Ainsi, selon le Leem, le médicament est aujourd’hui « le poste le mieux maîtrisé de l’ensemble des dépenses de santé ». Une maîtrise qui aurait un coût : « baisse des investissements industriels – 4,5 % entre 2010 et 2013), érosion de la place de la France dans la recherche pharmaceutique mondiale, stagnation de l’activité de production, multiplication des difficultés d’entreprise qui se traduisent par des plans de sauvegarde de l’emploi (11 PSE depuis le début de l’année et déjà 1953 postes supprimés en 2016 contre 1560 en 2015), diminution des effectifs, attractivité du marché érodée par un taux d’imposition général élevé et un taux d’imposition spécifique le plus élevé d’Europe… »

« Des mécanismes de régulation qui tournent le dos à l’innovation »

« Dernier d’une mandature particulièrement pénalisante à l’égard du secteur pharmaceutique, ce PLFSS installe des nouveaux mécanismes de régulation (nouvelles règles sur les autorisations temporaires d’utilisation (ATU), scission du taux L[i] en deux (ville et hôpital), prolongation du taux W[ii]…) qui risquent de freiner l’accès aux traitements innovants », poursuit le Leem.

« Si la récente vague d’arrivée des innovations thérapeutiques sur le marché appelle à un financement approprié et à des mesures de régulation adaptées, elle ne peut se faire au travers d’une enveloppe budgétaire fermée, expression d’une vision comptable court-termiste », indique l’organisation professionnelle.

Le Leem indique ainsi qu’il portera « une attention toute particulière » à deux articles du prochain PLFSS. Concernant la réforme du dispositif des ATU et post-ATU (article 51), le Leem estime que « ce système, à la fois attractif et fragile, pallie aujourd’hui les délais d’accès au marché particulièrement longs en France (408 jours contre 180 prévus par la directive européenne) ». « La fragilisation des ATU serait avant tout une mauvaise nouvelle pour les patients français », poursuit-il.

En ce qui concerne la réforme des règles de fixation unilatérales du prix des produits de santé par le CEPS , le Leem estime que l’article 52  du PLFSS « traduit une vision étatiste des relations entre la puissance publique et les industriels, en contradiction avec la politique conventionnelle qui régit les relations Etat-Industrie depuis 1995 ».

Dans son communiqué, l’organisation appelle ainsi à « une réforme structurelle du système de soins » qui passe notamment par « un renforcement de la politique conventionnelle » qu’elle estime « mise à mal ces dernières semaines tant par la lettre d’orientation ministérielle adressée au président du CEPS qui remet profondément en cause l’Accord-cadre LEEM/CEPS que par l’article 52 du PLFSS qui modifie les règles de fixation des prix des produits de santé ».

Le Leem estime par ailleurs que « le PLFSS n’est qu’un mécanisme de régulation annuelle des comptes de l’Assurance maladie, en aucun cas il ne porte une vision de santé publique » et qu’il s’avère « totalement inadapté pour porter l’indispensable projet de réforme nécessaire à la modernisation de notre système de soins ».

L’organisation estime enfin que « l’Etat et ses satellites n’ont pas le monopole de la détermination de l’avenir de notre système de soins. Industriels, professionnels de santé et patients sont également porteurs de projets. Leur parole est légitime et doit être écoutée comme telle ».

Source : LEEM

[i] Le taux L est une clause de sauvegarde au titre de laquelle les laboratoires reversent un pourcentage de leur chiffre d’affaires au-delà d’une certaine marge de progression. Le PLFSS prévoit pour 2017 un taux ville fixé à 0 % et le taux hôpital à 2%.

[ii] Le taux W est un mécanisme de financement spécifique à la charge des entreprises exploitant une spécialité pharmaceutique dans le domaine de l’hépatite C. L’objectif de ce dispositif est de faire contribuer les entreprises concernées dès lors qu’un certain niveau de chiffre d’affaires est dépassé.








MyPharma Editions

Inventiva crée un groupe de travail indépendant sur la NASH

Publié le 25 septembre 2018
Inventiva crée un groupe de travail indépendant sur la NASH

Inventiva a annoncé la création de l’initiative panNASH(TM)*, un groupe de travail sous forme de comité composé d’experts internationaux indépendants, qui visera à promouvoir la visibilité et la compréhension de la stéatohépatite non alcoolique (NASH), à partager leur expertise en la matière et à établir la meilleure approche dans le traitement de cette maladie.

Bayer présente le site « Mon Corps ma Contraception »

Publié le 25 septembre 2018
Bayer présente le site "Mon Corps ma Contraception"

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Contraception, Bayer présente une approche différente choisie pour apporter des informations de qualité tout en adoptant un ton frais et parfois décalé et en valorisant les nouveaux canaux digitaux.

Lancement du Pfizer Healthcare Hub en France

Publié le 25 septembre 2018
Lancement du Pfizer Healthcare Hub en France

Pfizer, en partenariat avec l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (ICM) et son incubateur iPEPS, a annoncé la création du Pfizer Healthcare Hub France chez Station F. Ce programme vise à accélérer le développement de solutions digitales de santé en conjuguant les expertises de Pfizer et celles de start-ups engagées à ses côtés.

Advicenne : arrivée de deux profils très séniors

Publié le 25 septembre 2018
Advicenne : arrivée de deux profils très séniors

Advicenne, société pharmaceutique spécialiste du développement de produits thérapeutiques adaptés à l’enfant et à l’adulte pour le traitement de maladies orphelines néphrologiques et neurologiques, a annoncé la nomination de Charlotte Sibley en tant qu’administratrice indépendante au Conseil d’Administration, et de Paul Michalet au poste de Directeur Général Délégué Finance et Administration.

Genfit : évolution organisationnelle en vue d’une année 2019 charnière

Publié le 25 septembre 2018
Genfit : évolution organisationnelle en vue d’une année 2019 charnière

Genfit, société biopharmaceutique focalisée sur la découverte et le développement de solutions thérapeutiques et diagnostiques visant les maladies du foie, a annoncé un certain nombre d’évolutions organisationnelles destinées à accompagner sa transformation d’une société de R&D en biotechnologies à une société biopharmaceutique intégrée.

Transgene lance myvac™ , une immunothérapie individualisée contre les tumeurs solides

Publié le 25 septembre 2018
Transgene lance myvac™ , une immunothérapie individualisée contre les tumeurs solides

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies contre les cancers et les maladies infectieuses, lance myvac™ , une immunothérapie individualisée contre le cancer reposant sur un vecteur viral, qui entrera en clinique dès 2019.

AbbVie : avis favorable du CHMP pour Venclyxto® en association avec le rituximab

Publié le 24 septembre 2018
AbbVie : avis favorable du CHMP pour Venclyxto® en association avec le rituximab

AbbVie, la société biopharmaceutique américaine, vient d’annoncer que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis favorable concernant le traitement Venclyxto® (vénétoclax) en association avec le rituximab pour les patients présentant une leucémie lymphoïde chronique en rechute/réfractaire (LLC R/R) ayant déjà reçu au moins une ligne de traitement.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions