Edition du 10-05-2021

Santé : l’écart entre pays riches et pauvres se réduit

Publié le jeudi 16 mai 2013

Selon les Statistiques sanitaires mondiales 2013 de l’OMS, le monde a fait des progrès spectaculaires pour améliorer la santé dans les pays les plus pauvres et les écarts ont diminué ces deux dernières décennies entre les pays ayant la meilleure et la pire situation sanitaire.

À l’approche de la date butoir de 2015 fixée pour les OMD, les Statistiques sanitaires mondiales de cette année témoignent des progrès considérables accomplis dans la réduction de la mortalité des enfants, de la mortalité maternelle, dans l’amélioration de la nutrition et dans la diminution de la mortalité et de la morbidité imputables à l’infection à VIH, à la tuberculose et au paludisme.

Cette année, les Statistiques sanitaires mondiales comparent les progrès accomplis par les pays ayant la meilleure situation sanitaire et par ceux dans une situation moins favorable entre l’année de référence des OMD, 1990, et deux décennies plus tard.

Elles montrent qu’en chiffres absolus, les pays classés dans la catégorie des 25% ayant la situation la plus mauvaise ont fait des progrès impressionnants dans le domaine de la santé.

Par exemple, l’écart absolu pour la mortalité des enfants entre les pays en tête et en queue de classement a été ramené de 171 à 107 décès pour 1000 naissances vivantes entre 1990 et 2011. Certains pays qui figuraient parmi ceux ayant les plus forts taux de mortalité des enfants en 1990, comme le Bangladesh, le Bhoutan, Madagascar, le Népal, la République démocratique populaire lao, le Rwanda, le Sénégal et Timor-Leste, ont amélioré la survie des enfants à un tel point qu’ils sont sortis de ce groupe.

Toutefois, bien que 27 pays aient déjà atteints la cible fixée par les OMD, le rythme actuel des progrès ne sera pas suffisant pour parvenir d’ici 2015 à la cible mondiale d’une réduction de deux tiers du taux de mortalité des enfants par rapport à 1990.

En 1990, les pays ayant les plus forts taux de mortalité chez les femmes enceintes et parturientes recensaient en moyenne un surcroît de 915 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes par rapport aux pays ayant les taux les plus faibles. En 2010, cet écart s’était réduit à 512 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. Malheureusement, le rythme de la baisse à l’échelle mondiale (3%) devra doubler pour parvenir à la cible des OMD de réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle.

L’écart entre les pays ayant les taux les plus forts et les plus faibles de nouvelles infections à VIH a été ramené de 360 à 261 cas pour 100 000 habitants entre 1990 et 2011. Alors que le nombre des nouvelles infections à VIH a été multiplié par six dans les pays ayant les taux les plus faibles, le groupe des pays ayant les taux les plus élevés a réduit de 27% le nombre des nouvelles infections.

Dans le monde, le nombre des décès dus à la tuberculose a diminué de plus de 40% depuis 1990 et la tendance indique que cette baisse atteindra 50% d’ici 2015. L’écart s’est réduit entre les groupes de pays en tête et en queue de classement, passant de 62 à 41 décès par tuberculose pour 100 000 habitants entre 1990 et 2011. Les progrès ont été cependant inégaux, avec une réduction de seulement 34% dans les pays ayant les plus forts taux de mortalité par tuberculose, contre 70% dans les pays ayant les taux les plus faibles.

Parmi les principales tendances rapportées cette année, il y a:

• Les naissances prématurées: Chaque année, environ 15 millions d’enfants naissent prématurément (avant 37 semaines de grossesse) et un million d’entre eux meurent. Les naissances prématurées sont le premier facteur de décès des nouveau-nés dans le monde et la deuxième cause de mortalité (après la pneumonie) pour l’ensemble des enfants âgés de moins de 5 ans.

• Le diabète: Près de 10% des adultes dans le monde ont du diabète, mis en évidence par une hyperglycémie à jeun (≥126 mg/dl). Les diabétiques courent un risque accru d’accident vasculaire cérébral et ont une probabilité 10 fois plus forte que les non diabétiques de devoir subir une amputation d’un membre inférieur.

• L’accès aux médicaments: De nombreux pays à revenus faible ou intermédiaire sont confrontés à une pénurie de médicaments dans le secteur public, ce qui force les populations à se tourner vers le secteur privé où les prix peuvent être jusqu’à 16 fois plus élevés. Dans ces pays, en moyenne seulement 57% (et parfois pas plus de 3%) des médicaments génériques sélectionnés sont disponibles dans le secteur public.

Consulter les statistiques sanitaires mondiales 2013 de l’OMS








MyPharma Editions

COVID-19 : la Commission propose une stratégie de l’UE en matière de traitements

Publié le 10 mai 2021
COVID-19 : la Commission propose une stratégie de l'UE en matière de traitements

La Commission européenne vient de proposer, en complément de la stratégie de l’UE pour les vaccins, une stratégie en matière de traitements contre la COVID-19. Objectif : encourager la mise au point et la disponibilité de traitements plus que nécessaires pour lutter contre cette maladie, y compris dans le traitement de la «COVID longue». La stratégie proposée couvre l’ensemble du cycle de vie des médicaments: de la recherche, du développement et de la fabrication à la passation de marchés et au déploiement.

Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d’UPSA

Publié le 6 mai 2021
Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d'UPSA

Le groupe Taisho Pharmaceutical vient d’annoncer la nomination d’Isabelle Van Rycke en tant que présidente et CEO du laboratoire UPSA à compter du 10 mai 2021.

GSK : Benlysta approuvé dans l’UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

Publié le 6 mai 2021
GSK : Benlysta approuvé dans l'UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

GlaxoSmithKline (GSK) vient d’annoncer que la Commission européenne a approuvé l’utilisation de BENLYSTA (bélimumab) par voie intraveineuse et sous-cutanée, pour le traitement des patients adultes atteints de glomérulonéphrite lupique (GNL) active, en association avec des immunosuppresseurs.

Immunologie : Sanofi noue une collaboration de trois ans avec Stanford Medicine pour intensifier sa recherche

Publié le 6 mai 2021
Immunologie : Sanofi noue une collaboration de trois ans avec Stanford Medicine pour intensifier sa recherche

Sanofi vient de conclure une collaboration de trois ans avec la Faculté de médecine de l’Université de Stanford. Ensemble, et grâce à des échanges scientifiques ouverts, les deux organisations et leurs chercheurs s’emploieront à approfondir les connaissances en immunologie et inflammation.

Gustave Roussy rejoint le consortium WIN pour la médecine personnalisée du cancer

Publié le 5 mai 2021
Gustave Roussy rejoint le consortium WIN pour la médecine personnalisée du cancer

Gustave Roussy et le consortium WIN (Worldwide Innovative Networking) pour la médecine personnalisée du cancer s’associent pour faire progresser la recherche et l’innovation en cancérologie.

GamaMabs Pharma : acquisition par Exelixis de son programme d’anticorps humanisés first-in-class pour l’oncologie

Publié le 5 mai 2021
GamaMabs Pharma : acquisition par Exelixis de son programme d'anticorps humanisés first-in-class pour l'oncologie

GamaMabs Pharma, société de biotechnologie française spécialisée dans le développement d’anticorps thérapeutiques en oncologie, annonce aujourd’hui la signature d’un accord avec Exelixis, Inc. (Nasdaq: EXEL) pour l’acquisition de tous les droits, titres et intérêts de la technologie d’anticorps AMHR2 de GamaMabs (lors de la réalisation de l’achat et selon certaines conditions prévues au contrat).

Nicox : partenariat avec Laboratorios Grin pour ZERVIATE au Mexique

Publié le 5 mai 2021
Nicox : partenariat avec Laboratorios Grin pour ZERVIATE au Mexique

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie, a annoncé la signature d’un accord de concession de licence exclusif avec Laboratorios Grin, une filiale à 100% de Lupin, pour l’enregistrement et la commercialisation au Mexique de ZERVIATETM (solution ophtalmique de cétirizine), 0,24% pour le traitement du prurit oculaire associé aux conjonctivites allergiques.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents