Edition du 22-09-2020

Santé : l’écart entre pays riches et pauvres se réduit

Publié le jeudi 16 mai 2013

Selon les Statistiques sanitaires mondiales 2013 de l’OMS, le monde a fait des progrès spectaculaires pour améliorer la santé dans les pays les plus pauvres et les écarts ont diminué ces deux dernières décennies entre les pays ayant la meilleure et la pire situation sanitaire.

À l’approche de la date butoir de 2015 fixée pour les OMD, les Statistiques sanitaires mondiales de cette année témoignent des progrès considérables accomplis dans la réduction de la mortalité des enfants, de la mortalité maternelle, dans l’amélioration de la nutrition et dans la diminution de la mortalité et de la morbidité imputables à l’infection à VIH, à la tuberculose et au paludisme.

Cette année, les Statistiques sanitaires mondiales comparent les progrès accomplis par les pays ayant la meilleure situation sanitaire et par ceux dans une situation moins favorable entre l’année de référence des OMD, 1990, et deux décennies plus tard.

Elles montrent qu’en chiffres absolus, les pays classés dans la catégorie des 25% ayant la situation la plus mauvaise ont fait des progrès impressionnants dans le domaine de la santé.

Par exemple, l’écart absolu pour la mortalité des enfants entre les pays en tête et en queue de classement a été ramené de 171 à 107 décès pour 1000 naissances vivantes entre 1990 et 2011. Certains pays qui figuraient parmi ceux ayant les plus forts taux de mortalité des enfants en 1990, comme le Bangladesh, le Bhoutan, Madagascar, le Népal, la République démocratique populaire lao, le Rwanda, le Sénégal et Timor-Leste, ont amélioré la survie des enfants à un tel point qu’ils sont sortis de ce groupe.

Toutefois, bien que 27 pays aient déjà atteints la cible fixée par les OMD, le rythme actuel des progrès ne sera pas suffisant pour parvenir d’ici 2015 à la cible mondiale d’une réduction de deux tiers du taux de mortalité des enfants par rapport à 1990.

En 1990, les pays ayant les plus forts taux de mortalité chez les femmes enceintes et parturientes recensaient en moyenne un surcroît de 915 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes par rapport aux pays ayant les taux les plus faibles. En 2010, cet écart s’était réduit à 512 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. Malheureusement, le rythme de la baisse à l’échelle mondiale (3%) devra doubler pour parvenir à la cible des OMD de réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle.

L’écart entre les pays ayant les taux les plus forts et les plus faibles de nouvelles infections à VIH a été ramené de 360 à 261 cas pour 100 000 habitants entre 1990 et 2011. Alors que le nombre des nouvelles infections à VIH a été multiplié par six dans les pays ayant les taux les plus faibles, le groupe des pays ayant les taux les plus élevés a réduit de 27% le nombre des nouvelles infections.

Dans le monde, le nombre des décès dus à la tuberculose a diminué de plus de 40% depuis 1990 et la tendance indique que cette baisse atteindra 50% d’ici 2015. L’écart s’est réduit entre les groupes de pays en tête et en queue de classement, passant de 62 à 41 décès par tuberculose pour 100 000 habitants entre 1990 et 2011. Les progrès ont été cependant inégaux, avec une réduction de seulement 34% dans les pays ayant les plus forts taux de mortalité par tuberculose, contre 70% dans les pays ayant les taux les plus faibles.

Parmi les principales tendances rapportées cette année, il y a:

• Les naissances prématurées: Chaque année, environ 15 millions d’enfants naissent prématurément (avant 37 semaines de grossesse) et un million d’entre eux meurent. Les naissances prématurées sont le premier facteur de décès des nouveau-nés dans le monde et la deuxième cause de mortalité (après la pneumonie) pour l’ensemble des enfants âgés de moins de 5 ans.

• Le diabète: Près de 10% des adultes dans le monde ont du diabète, mis en évidence par une hyperglycémie à jeun (≥126 mg/dl). Les diabétiques courent un risque accru d’accident vasculaire cérébral et ont une probabilité 10 fois plus forte que les non diabétiques de devoir subir une amputation d’un membre inférieur.

• L’accès aux médicaments: De nombreux pays à revenus faible ou intermédiaire sont confrontés à une pénurie de médicaments dans le secteur public, ce qui force les populations à se tourner vers le secteur privé où les prix peuvent être jusqu’à 16 fois plus élevés. Dans ces pays, en moyenne seulement 57% (et parfois pas plus de 3%) des médicaments génériques sélectionnés sont disponibles dans le secteur public.

Consulter les statistiques sanitaires mondiales 2013 de l’OMS








MyPharma Editions

Advanced BioDesign : le Pr. Pierre Tambourin rejoint son conseil scientifique

Publié le 22 septembre 2020
Advanced BioDesign : le Pr. Pierre Tambourin rejoint son conseil scientifique

Advanced BioDesign, société française de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies innovantes contre les cancers résistants, vient d’annoncer que le professeur Pierre Tambourin rejoint la société en tant que membre du conseil scientifique.

Nicox : approbation de la demande d’autorisation d’étude clinique pour ZERVIATE en Chine

Publié le 22 septembre 2020
Nicox : approbation de la demande d’autorisation d’étude clinique pour ZERVIATE en Chine

Nicox, la société spécialisée en ophtalmologie, a annoncé que son partenaire Ocumension Therapeutics a reçu l’approbation des autorités réglementaires chinoises (Center for Drug Evaluation of the National Medical Products Administration) pour mener des études cliniques de phase 3 sur ZERVIATE™ (solution ophtalmique de cétirizine), 0,24% pour le traitement du prurit oculaire associé aux conjonctivites allergiques.

Neuraxpharm acquiert Buccolam® auprès de Takeda

Publié le 22 septembre 2020
Neuraxpharm acquiert Buccolam® auprès de Takeda

Le groupe Neuraxpharm, société pharmaceutique européenne de premier plan, spécialisée dans le système nerveux central (SNC), a annoncé l’acquisition du médicament de prescription, Buccolam® (midazolam, solution buccale) auprès du laboratoire japonais, Takeda. L’accord entre Neuraxpharm et Takeda comprend les droits mondiaux de Buccolam®. La transaction devrait se conclure d’ici fin 2020, conformément aux conditions légales et réglementaires habituelles.

Ceva Santé animale : Jean-Marcel Ciet nommé Chief Digital Officer

Publié le 21 septembre 2020
Ceva Santé animale : Jean-Marcel Ciet nommé Chief Digital Officer

Pour piloter sa nouvelle direction “Digital & Smart Solutions Accelerator”, Ceva Santé Animale, 5e laboratoire vétérinaire au monde et 1er français, vient de nommer Jean-Marcel Ciet, 33 ans, en qualité de Chief Digital Officer. Il rejoint à ce titre le Comité exécutif pour mener la transformation digitale interne et externe du Groupe.

LEO Pharma vend un portefeuille de quatre produits à Cheplapharm

Publié le 21 septembre 2020
LEO Pharma vend un portefeuille de quatre produits à Cheplapharm

LEO Pharma vient d’annoncer la vente d’un portefeuille de quatre produits non-stratégiques à la société Cheplapharm, une entreprise pharmaceutique familiale basée en Allemagne, pour un montant de 300 millions d’euros. Cet accord représente une étape importante dans le déploiement de la stratégie de LEO Pharma pour 2030, qui renforce l’orientation de la société vers de nouvelles solutions innovantes.

Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Publié le 18 septembre 2020
Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Servier et Precision BioSciences, une société biotechnologique développant des traitements par correction génique in vivo et à base de cellules CAR T allogéniques avec sa plateforme d’édition de génomes ARCUS®, ont annoncé que les sociétés avaient ajouté deux cibles supplémentaires pour le cancer hématologique au-delà de la protéine CD19 ainsi que deux cibles de tumeurs solides à son accord de développement et de licence commerciale concernant son traitement à base de cellules CAR T.

COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu’à 300 millions de doses de leur vaccin à l’UE

Publié le 18 septembre 2020
COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu'à 300 millions de doses de leur vaccin à l'UE

Sanofi et GSK ont signé le 18 septembre 2020 un accord définitif avec la Commission européenne (CE) en vue de la fourniture de jusqu’à 300 millions de doses d’un vaccin contre la COVID-19, dès lors que celui-ci sera approuvé. Le candidat-vaccin repose sur la technologie à base de protéine recombinante que Sanofi a employée pour produire un vaccin contre la grippe et sur l’adjuvant développé par GSK.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents