Edition du 29-06-2022

Nanomédecine : un marché de 129 milliards de dollars en 2016

Publié le jeudi 13 février 2014

Le Comité Biotechnologies du Leem vient de publier l’étude « Applications des nanotechnologies à la médecine : compétitivité et attractivité de la France à l’horizon 2025 » qui donne une photographie globale et prospective du secteur de la nanomédecine en France et dans le monde. Un marché qui pourrait atteindre jusqu’à 129 milliards de dollars en 2016.

L’étude souligne ainsi la part importante de la France dans ce secteur clé de l’innovation « dans le domaine du cancer, avec des traitements plus ciblés et plus efficaces, ainsi que dans les maladies des os et du cartilage, avec la reconstruction des tissus endommagés lors de fractures ». Les « nano » interviennent également dans le domaine des maladies cardiovasculaires ou neurologiques, avec la reconstruction du muscle cardiaque après un infarctus ou la restauration de tissus après un accident vasculaire cérébral.

Selon l’étude, 230 produits de santé constitués d’éléments « nano » forment aujourd’hui l’arsenal thérapeutique, qui se décompose en 184 médicaments, vaccins thérapeutiques et dispositifs médicaux, 18 produits de médecine régénérative, 8 produits d’imagerie, 9 produits de diagnostic in vitro et 11 vaccins prophylactiques.

49 produits ont une autorisation de mise sur la marché (on en comptait 36 en 2008) et 122 médicaments de santé humaine sont actuellement en développement clinique (32% en phase II, 3% en phase II/III et 11% en phase III). La grande majorité des produits (70) sont développés dans le domaine du cancer et plus spécifiquement pour améliorer la délivrance des chimiothérapies et réduire leur toxicité.

Nanomédecine : « la France reste un acteur majeur »

L’étude rappelle que la France possède une recherche académique de pointe concentrée autour de deux pôles de visibilité mondiale, le Minatec (Grenoble) et l’Institut Galien (Chatenay-Malabry), puissants aimants d’entreprises de nanomédecine : 30 en 2013 contre 12 en 2008, une augmentation de + 150%. Elle soutient, via les deux vagues, des investissements d’avenir issus du Grand Emprunt (2010 et 2011), 8 projets de nanotechnologies appliquées à la médecine.

L’étude émet cependant quelques réserves. « Pendant la période 2008-2013, nos concurrents européens, l’Allemagne et l’Angleterre, ont avancé à pas de géant, l’Angleterre augmentant de + 211% le nombre d’entreprises de nanomédecine sur son territoire, passant de 9 à 28, et l’Allemagne de + 432%, passant de 19 à 101 entreprises ». Une progression qui s’expliquerait par une fluidité des collaborations académiques-industriels dans les deux pays et un investissement massif des Länder et de l’Etat fédéral allemand dans la nanomédecine, érigée en priorité nationale.

Comme dans les autres champs d’innovation où la France se positionne comme un acteur reconnu mondialement (immunologie, thérapie cellulaire…), l’étude du Leem pointe certaines faiblesses du secteur des nanotechnologies en France :  « pas de priorité clairement affichée, des investissements émiettés, une culture française qui ne favorise pas suffisamment l’échange et le partenariat entre chercheurs et industriels ».

L’étude du Comité Biotechnologies du Leem met en avant plusieurs propositions. Elle prône ainsi le développement de l’interdisciplinarité en augmentant les collaborations entre PME et grands groupes pharmaceutiques et en favoriser et développer les parcours mixtes académique /industriel et les transferts de technologie. Autre axe, la promotion des atouts français en capitalisant sur les forces présentes : nano-électronique et systèmes de délivrance. L’étude recommande également le maintien et le renforcement les investissements publics pour pérenniser le secteur. Enfin, elle propose de enforcer et de simplifier les structures publiques de transfert de technologie et de soutien à l’innovation.

Des recommandations, qui rappelle l’étude, s’inscrivent dans la ligne des propositions de la Plateforme européenne de nanomédecine (ou ETP-N). Cette dernière, dans le cadre d’Horizon 2020 (le programme de recherche et d’innovation de l’Union européenne) vient de réaliser une cartographie des acteurs du secteur de la nanomédecine et un livre blanc, avec deux axes stratégiques phares : créer un « translation hub » à destination des petites sociétés de nanomédecine. Ce hub permettrait à la fois une sélection et un accompagnement des projets et créer un système de soutien financier dédié, combiné à la mise en place d’un laboratoire de caractérisation des nanoparticules et dispositifs médicaux utilisant des nanotechnologies (contrôles qualité chimique, biologique, toxicologique, etc) à l’image du Nanotechnolgoy Characterization Laboratory créé aux Etats-Unis en 2004 au sein du National Cancer Institute. Ce laboratoire a caractérisé près de 300 nanoproduits  en 10 ans.

 L’intégralité de l’étude « Applications des nanotechnologies à la médecine – Compétitivité et Attractivité de la France Horizon 2025 » est téléchargeable à partir du lien suivant : http://www.leem.org/applications-des-nanotechnologies-medecine

Source : Leem








MyPharma Editions

Janssen : avis positif du CHMP pour Imbruvica® en association de durée fixe dans la LLC précédemment non traitée

Publié le 29 juin 2022
Janssen : avis positif du CHMP pour Imbruvica® en association de durée fixe dans la LLC précédemment non traitée

Les sociétés Janssen Pharmaceutical de Johnson & Johnson ont annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis positif recommandant l’approbation d’une nouvelle option thérapeutique avec IMBRUVICA® (ibrutinib) en association fixe par voie orale avec le vénétoclax (I+V) chez les adultes atteints de leucémie lymphoïde chronique (LLC) précédemment non traitée.

Ipsen : revue prioritaire par la FDA de la demande d’approbation du palovarotène dans la fibrodysplasie ossifiante progressive

Publié le 29 juin 2022
Ipsen : revue prioritaire par la FDA de la demande d’approbation du palovarotène dans la fibrodysplasie ossifiante progressive

Ipsen a annoncé que les autorités de santé américaines (FDA) ont accordé une revue prioritaire à la demande d’approbation du médicament expérimental palovarotène pour le traitement des patients atteints de fibrodysplasie ossifiante progressive (FOP), une maladie génétique ultra-rare.

Cellectis : Axel-Sven Malkomes et Donald A Bergstrom nommés à son conseil d’administration

Publié le 29 juin 2022
Cellectis : Axel-Sven Malkomes et Donald A Bergstrom nommés à son conseil d'administration

Cellectis, société de biotechnologie de stade clinique, qui utilise sa technologie pionnière d’édition de génome TALEN® pour développer de potentielles thérapies innovantes pour le traitement de maladies graves, a annoncé que lors de son Assemblée Générale Mixte, Axel-Sven Malkomes et Donald A. Bergstrom, M.D., Ph.D., ont été nommés administrateurs du conseil d’administration de la société, avec effet immédiat.

Immuno-oncologie : Domain Therapeutics reçoit un paiement d’étape de plusieurs millions d’euros de Merck pour le développement clinique de M1069

Publié le 28 juin 2022
Immuno-oncologie : Domain Therapeutics reçoit un paiement d’étape de plusieurs millions d’euros de Merck pour le développement clinique de M1069

Domain Therapeutics, société biopharmaceutique spécialisée dans la découverte et le développement de médicaments innovants ciblant les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) en immuno-oncologie (IO), a annoncé aujourd’hui avoir obtenu un paiement d’étape de plusieurs millions d’euros de la part de Merck dans le cadre du contrat de collaboration et de licence de 240 millions d’euros (261 millions US $) signé en 2017.

Transgene et BioInvent : conclusion d’un accord de collaboration avec MSD pour évaluer BT-001 en combinaison avec KEYTRUDA®

Publié le 28 juin 2022
Transgene et BioInvent : conclusion d’un accord de collaboration avec MSD pour évaluer BT-001 en combinaison avec KEYTRUDA®

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, et BioInvent, société de biotechnologie dédiée à la découverte et au développement d’anticorps immunomodulateurs innovants contre le cancer, ont annoncé la conclusion d’un accord de collaboration clinique et de mise à disposition de KEYTRUDA® (pembrolizumab) avec MSD, une marque déposée de Merck & Co, Inc. à Rahway (États-Unis).

Teva : résultats provisoires prometteurs de son étude PEARL concernant l’impact d’AJOVY®

Publié le 28 juin 2022
Teva : résultats provisoires prometteurs de son étude PEARL concernant l’impact d’AJOVY®

Teva vient d’annoncer des résultats provisoires prometteurs de son étude Pan-European Real World (PEARL), présentée pour la première fois au congrès de l’Académie européenne de neurologie (AEN) à Vienne, en Autriche. D’une durée de deux ans, l’étude d’observation prospective Pan-European Real World (PEARL) sur AJOVY® (frémanezumab) se penche sur son efficacité chez les patients avec une migraine chronique ou épisodique.

Takeda : publication des résultats de Phase 2 du fazirsiran chez les patients présentant une déficience en alpha-1-antitrypsine dans le NEJM

Publié le 28 juin 2022
Takeda : publication des résultats de Phase 2 du fazirsiran chez les patients présentant une déficience en alpha-1-antitrypsine dans le NEJM

Takeda et Arrowhead ont annoncé la publication des résultats d’une étude clinique de Phase 2 (AROAAT-2002) portant sur le fazirsiran (TAK-999/ARO-AAT) expérimental dans le traitement des maladies du foie associées au déficit en alpha-1-antitrypsine (AATD), dans le New England Journal of Medicine (NEJM), ainsi qu’une présentation orale dans le cadre du International Liver Congress™ 2022 – la réunion annuelle de l’Association européenne pour l’étude du foie (EASL).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents