Edition du 24-01-2021

106 millions d’enfants vaccinés en 2008, un record selon l’OMS

Publié le mercredi 21 octobre 2009

106 millions d’enfants vaccinés en 2008, un record selon l’OMS - Photo OMSInversant une tendance à la baisse, les taux de vaccination n’ont jamais été aussi élevés que maintenant et le développement des vaccins est en plein essor, d’après la nouvelle évaluation publiée aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF et la Banque mondiale. Selon le rapport, au cours des huit dernières années le marché mondial des vaccins a triplé de volume et rapporte plus de $17 milliards de dollars.

Le rapport Vaccins et vaccination : la situation dans le monde établit qu’aujourd’hui le nombre des nourrissons vaccinés est plus élevé que jamais, avec un record de 106 millions d’enfants en 2008, d’après les dernières données. Parallèlement, les auteurs appellent les pays donateurs à combler les lacunes du financement qui laissent des millions d’enfants exposés au risque de maladie, notamment dans les pays et les communautés les plus pauvres, où les maladies évitables font le plus de victimes.

La grippe A(H1N1) souligne le dynamisme du développement des vaccins
La publication des nouvelles données sur le succès des efforts mondiaux de vaccination intervient au moment où de nombreux pays mènent des campagnes de vaccination contre la grippe A(H1N1), ce qui souligne le rôle irremplaçable des vaccins dans la prévention des maladies transmissibles et les difficultés pour en faire bénéficier les communautés les plus vulnérables.

« La pandémie grippale attire l’attention sur les promesses et le dynamisme du développement des vaccins aujourd’hui, a déclaré le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. Elle nous rappelle cependant une fois encore les obstacles qu’il faut surmonter pour que les populations des pays les plus démunis puissent bénéficier des progrès de la science. Nous devons combler le fossé entre les riches et les pauvres, entre ceux qui reçoivent les vaccinations indispensables et ceux qui ne les ont pas. »

Les hauts responsables d’organisations internationales préviennent que, selon les estimations, 24 millions d’enfants parmi les plus exposés ne bénéficient toujours pas de certains vaccins indispensables, désormais courants dans les pays riches. Il faudra au moins 1 milliard de dollars de plus par an pour garantir l’administration des vaccins nouveaux et de ceux qui existent déjà à tous les enfants des 72 pays les plus pauvres.

Le rapport affirme que l’inversion de la tendance est, pour une grande part, due aux efforts des pays en développement, qui ont mis à profit l’aide apportée par l’Alliance GAVI, un partenariat qui finance la vaccination et auquel participent l’OMS, l’UNICEF, la Banque mondiale et la Fondation Bill et Melinda Gates. Depuis 2000, il a favorisé l’introduction de vaccins nouveaux ou sous-employés qui couvrent désormais plus de 200 millions d’enfants dans les pays en développement.

Un nombre record de 120 vaccins
Les experts annoncent qu’il existe désormais au moins 120 vaccins, un nombre record, contre des maladies mortelles. Ces dernières années, les chercheurs des milieux universitaires et des laboratoires pharmaceutiques, nombre d’entre eux travaillant dans le cadre de partenariats public-privé institués avec l’aide de gouvernements et d’actions caritatives, ont mis au point de nouveaux vaccins contre des maladies mortelles, telles que la méningite à méningocoques, les diarrhées à rotavirus, les infections à pneumocoques et le papillomavirus humain (HPV). En outre, plus de 80 produits nouveaux sont parvenus à un stade avancé des essais cliniques et ciblent plus d’une trentaine de maladies pour lesquelles il n’existe encore aucun vaccin. Dans le même temps, un grand nombre de vaccins candidats, visant certaines maladies comme le VIH/sida, le paludisme, la tuberculose et la dengue, sont désormais à l’étude.

Le marché mondial des vaccins a triplé de volume en 8 ans
Le rapport observe également qu’au cours des huit dernières années, le marché mondial des vaccins a triplé de volume et rapporte plus de US $17 milliards. La demande croissante de vaccins, par l’intermédiaire des institutions des Nations Unies qui les fournissent, et un renouveau de la découverte et du développement dans ce domaine ont suscité un regain d’intérêt de la part de l’industrie pour ces produits. Fait notable, les fabricants des pays en développement répondent désormais à 86 % de la demande mondiale en vaccins traditionnels, comme ceux contre la rougeole, la coqueluche, le tétanos ou la diphtérie.

« Nous avons été témoins d’une évolution spectaculaire de la disponibilité des vaccins, même dans les pays les plus démunis, s’est félicité M. Grame Wheeler, directeur général de la Banque mondiale. Toutefois, la communauté internationale et les pays eux-mêmes doivent veiller à ce que les populations les plus vulnérables, notamment les enfants, bénéficient véritablement de toutes les technologies, qu’elles soient nouvelles ou qu’elles existent déjà depuis un moment. »

De plus en plus, les partenariats de financement, à l’instar de GAVI, ne peuvent apporter qu’une solution partielle au problème du coût d’administration des vaccins à ceux qui en ont besoin. Les pays à revenu intermédiaire ne remplissent pas les conditions requises pour recevoir l’aide de l’Alliance GAVI, bien que 30 millions d’enfants et 2 milliards de personnes y vivent, dont un grand nombre avec moins de US $2 par jour. Même à prix très réduits, le coût des nouveaux vaccins contre les infections à pneumocoques, les diarrhées à rotavirus et le HPV est, pour chacun d’entre eux, plus élevé que le coût de tous les autres vaccins traditionnels réunis.

Pour plus d’informations : Rapport Vaccins et vaccination : la situation dans le monde [pdf 236 kb]

source : OMS








MyPharma Editions

Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

Publié le 23 janvier 2021
Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

La Haute autorité de Santé (HAS) a préconisé samedi dans un communiqué d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin à ARN messager (vaccins de Pfizer et de Moderna). Objectif de la mesure : “protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d’hospitalisation ou de décès”.

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents