Edition du 11-07-2020

4ème Observatoire des investissements productifs pharmaceutiques et biotechnologiques en France

Publié le mercredi 21 juin 2017

4ème Observatoire des investissements productifs pharmaceutiques et biotechnologiques en FranceLa 4ème édition de l’Observatoire des investissements productifs pharmaceutiques et biotechnologiques, réalisée par KPMG pour le Leem et Polepharma, propose une cartographie détaillée et prospective de l’appareil productif des médicaments en France. Cet observatoire 2016 dresse notamment un bilan contrasté des investissements productifs sur le territoire.

Malgré une stabilité des investissements sur les sites de production chimique depuis 2010 (410 m€ en moyenne par an), les investissements sur les sites de production de médicaments biologiques enregistrent une baisse de 20 % entre 2010 et 2015. Cette diminution des investissements est le reflet du faible taux de nouveaux médicaments biologiques produits en France. Ainsi, entre 2012 et 2016, sur les 76 autorisations de mise sur le marché (AMM) délivrées par l’Agence européenne du médicament (EMA) pour des médicaments biologiques, seuls 5 médicaments sont produits en France, contre 21 en Allemagne, ou 12 en Italie.

L’insuffisante attractivité de la France pour la production de nouveaux médicaments est également constatée, dans une moindre mesure, pour les médicaments chimiques. Sur les 206 médicaments chimiques autorisés par l’EMA entre 2012 et 2016, 16 sont produits en France, contre 65 en Allemagne, ou encore 57 au Royaume-Uni.

Des signaux d’alerte pour l’avenir d’un secteur stratégique pour la France

« Ces résultats constituent des signaux d’alerte pour l’avenir d’un secteur stratégique pour la France tant sur le plan économique que social », estiment le Leem et Polepharma dans un communiqué commun. En 2016, la production pharmaceutique a ainsi dégagé un excédent commercial de 7,6 milliards d’euros alors que la balance commerciale française était déficitaire. L’industrie du médicament représente 98 690 emplois directs, dont 43 666 dans les métiers de la production sur 271 sites industriels sur tout le territoire français. Elle consacre 10 % de son chiffre d’affaires annuel à la R&D en France, devant l’aéronautique (8%) et l’automobile (5%).

« En dépit des atouts de l’industrie pharmaceutique française mondialement reconnus en termes de savoir-faire, d’équipements et de productivité, le secteur sort aujourd’hui fragilisé d’un quinquennat marqué par l’instabilité des décisions politiques, l’empilement des normes administratives, la sur-transposition de directives européennes en droit interne et le poids disproportionné des mesures de régulation pesant sur le médicament et de la fiscalité », poursuit le communiqué.

« Désireux de faire reconnaître par le nouveau gouvernement la dimension stratégique d’une filière industrielle d’avenir pour l’économie française », le Leem et Polepharma demandent ainsi aux pouvoirs publics, pour relancer la politique industrielle du médicament en France, la mise en place de mesures d’urgence autour des orientations suivantes : « améliorer les processus d’accès à l’innovation qui se sont dégradés ces dernières années, mettre en œuvre une régulation économique attractive, adaptée aux enjeux de l’innovation, soutenir la promotion d’un nouveau modèle industriel et accompagner la transformation des métiers pour faire évoluer la filière médicaments vers le modèle des biotechnologies ».

« Des initiatives ont été proposées par Polepharma et les industriels du médicament pour renforcer l’attractivité de la France, notamment par la création d’un label européen indiquant le lieu de production des médicaments et par l’application de l’article 18 de l’accord-cadre CEPS-Leem prévoyant que les investissements de R&D et de production réalisés sur le territoire de l’Union Européenne sont pris en compte dans la fixation et la révision des prix des médicaments », indiquent-ils enfin.

« La France dispose aujourd’hui avec Polepharma du premier cluster de développement et de production pharmaceutique en Europe, acteur et symbole de la dynamique forte que peut impulser l’action conjointe des acteurs privés et publics à une échelle locale et régionale. Le parcours de cette pépite créatrice d’emplois doit donc encourager les décideurs à prendre les résultats de notre étude comme un appel à la mobilisation, forts d’un constat préoccupant mais confiants dans le potentiel d’un engagement réel et concret. », déclare Stéphane Thiroloix, président de Polepharma.

« Pourvoyeuse de progrès thérapeutiques, de dynamisme économique et d’emploi, la production pharmaceutique française est aujourd’hui à la croisée des chemins, analyse Patrick Errard, président du Leem. Faute d’investissements productifs significatifs, notre outil industriel menace d’être distancé par ses voisins européens qui, à l’aide de politiques volontaristes, ont renoué avec la croissance. Une politique volontariste et ambitieuse s’avère aujourd’hui indispensable pour attirer en France la production de nouvelles molécules issues de la chimie et des biotechnologies et renforcer nos exportations. »

L’étude est disponible en téléchargement sur le site du Leem.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source et Infographie : Leem








MyPharma Editions

Vaccins : la BEI et la Commission européenne apportent un soutien financier de 75 millions d’euros à CureVac

Publié le 10 juillet 2020
Vaccins : la BEI et la Commission européenne apportent un soutien financier de 75 millions d'euros à CureVac

La Banque européenne d’investissement (BEI) et CureVac, une société biopharmaceutique clinique qui développe une nouvelle classe de médicaments transformateurs basés sur l’ARNm optimisé, ont conclu un accord de prêt de 75 millions d’euros afin de soutenir le développement en cours dans cette société de vaccins contre les maladies infectieuses, notamment son candidat vaccin CVnCoV visant à prévenir les infections par le SARS-CoV-2.

Transgene et Hypertrust Patient Data Care déploient la 1ère solution de blockchain appliquée à des essais cliniques de traitements personnalisés

Publié le 9 juillet 2020
Transgene et Hypertrust Patient Data Care déploient la 1ère solution de blockchain appliquée à des essais cliniques de traitements personnalisés

Transgene et Hypertrust Patient Data Care annoncent le lancement opérationnel de la première solution de blockchain dédiée aux essais cliniques de traitements personnalisés. Cette solution « cloud » repose sur le produit d’Hypertrust X-Chain for Clinical Trials. Elle permet de surveiller et d’orchestrer l’ensemble des processus liés à la conception et à la fabrication du vaccin thérapeutique individualisé TG4050 de Transgene.

Maladie d’Alzheimer : Biogen finalise la soumission à la FDA de la demande d’AMM de l’aducanumab

Publié le 9 juillet 2020
Maladie d’Alzheimer : Biogen finalise la soumission à la FDA de la demande d’AMM de l’aducanumab

Biogen et Eisai ont annoncé que Biogen a finalisé la soumission d’une demande d’Autorisation de Mise sur le Marché (licence de produit biologique – BLA) à la Food and Drug Administration (FDA) pour l’aducanumab, un médicament candidat dans la maladie d’Alzheimer. Cette soumission fait suite aux discussions menées par Biogen avec la FDA et inclut les données cliniques des études de phase 3 EMERGE et ENGAGE, et de l’étude de phase 1b PRIME.

Valbiotis : feu vert pour l’étude internationale de Phase II/III avec TOTUM-63 pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2

Publié le 8 juillet 2020
Valbiotis : feu vert pour l'étude internationale de Phase II/III avec TOTUM-63 pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2

Valbiotis, entreprise de Recherche et Développement engagée dans l’innovation scientifique, pour la prévention et la lutte contre les maladies métaboliques, a annoncé avoir reçu l’avis favorable du CPP et l’autorisation de l’ANSM de lancer l’étude clinique internationale de Phase II/III REVERSE-IT avec TOTUM-63, pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2.

Genopole : Gilles Lasserre nommé directeur général

Publié le 8 juillet 2020
Genopole : Gilles Lasserre nommé directeur général

Mardi 7 juillet, l’assemblée générale du Groupement d’intérêt public (GIP) Genopole a nommé Gilles Lasserre, nouveau directeur général de Genopole. M. Lasserre entrera en fonction le 1er septembre succédant à Anne Jouvenceau, directrice générale adjointe qui a occupé le poste en intérim depuis le départ de Jean-Marc Grognet, en février 2020.

Advanced BioDesign et le LIH s’associent pour découvrir de nouvelles stratégies thérapeutiques face aux résistances tumorales

Publié le 7 juillet 2020
Advanced BioDesign et le LIH s’associent pour découvrir de nouvelles stratégies thérapeutiques face aux résistances tumorales

Advanced BioDesign, société française de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies innovantes contre les cancers résistants, et le Luxembourg Institute of Health (LIH), un institut de recherche public de pointe dans le domaine des sciences biomédicales, viennent d’annoncer la mise en place d’un programme collaboratif.

Maladie de Parkinson : Servier et l’Université Autonome de Barcelone collaborent pour accélérer la recherche

Publié le 7 juillet 2020
Maladie de Parkinson : Servier et l’Université Autonome de Barcelone collaborent pour accélérer la recherche

Servier et l’Université Autonome de Barcelone (UAB) ont signé un accord de partenariat pour accélérer la recherche contre la maladie de Parkinson, en s’appuyant sur une nouvelle méthode de criblage (screening) de « petites » molécules, développée par le professeur Salvador Ventura (PhD), chef de groupe à l’Institut de biotechnologie et de biomédecine (IBB) et au département de biochimie et de biologie moléculaire de l’UAB.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents