Edition du 06-12-2022

89% des Français convaincus par les avancées conjointes de la médecine et de la technologie

Publié le mardi 19 mai 2015

Une enquête réalisée par Odoxa pour la MNH, France Inter et Le Figaro, a sondé les Français sur leur rapport aux avancées scientifiques dans la médecine. Ainsi, 89% des Français sont convaincus qu’un jour la science et la technologie permettront de guérir des maladies graves comme le sida ou le cancer.

Après le décès d’un second patient greffé d’un coeur artificiel Carmat, 80% des personnes interrogées estiment qu’il « ne faut surtout pas retarder de nouvelles  implantations sur des patients « car il en va de leur survie et du progrès de la santé » contre seulement 18% estimant à l’inverse que « ces décès devraient inciter à différer les futures décisions d’implantation d’un cœur artificiel sur de nouveaux patients ».

Par ailleurs, 90% des Français sont convaincus  «qu’un jour la science et la technologie permettront à des patients de vivre pendant des années sans difficulté avec des organes vitaux greffés comme un coeur». Néanmoins, les Français ne croient pas que les progrès technologiques «permettront de créer à l’avenir un homme bionique mi-homme mi-machine» (56% contre 43% n’y croient pas).

En matière d’avancées scientifiques, 91% des Français considèrent que le risque zéro n’existe pas et 86% d’entre eux jugent que la société ne peut pas progresser sans prendre certains risques. Les Français estiment également que ces avancées ont eu un impact positif depuis 20 ans sur la société Française (81% ; +3 points depuis 2011) et estiment que grâce à la science les générations futures vivront mieux que celles d’aujourd’hui (67% ; +11 points).

En revanche, les Français n’acceptent pas l’idée que la souffrance animale puisse être légitime ou un corollaire inévitable à ces progrès scientifiques. 62% de nos concitoyens estiment ainsi que la législation sur l’expérimentation animale devrait être « renforcée afin de limiter la souffrance animale, comme pour la vivisection par exemple » alors que seulement 36% estiment au contraire qu’elle devrait être « allégée afin de permettre plus de tests sur les animaux avant l’expérimentation sur les hommes ».

* Le Carnet de santé des Français du mois de mai, est une enquête réalisée par Odoxa pour la MNH, France Inter et Le Figaro, les 7 et 8 mai 2015, sur un échantillon de 1 008 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.








MyPharma Editions

GSK France : le Comité de Direction se renouvelle avec 3 nominations depuis la rentrée de septembre

Publié le 5 décembre 2022
GSK France : le Comité de Direction se renouvelle avec 3 nominations depuis la rentrée de septembre

Avec l’intégration de 3 nouveaux membres depuis le mois de septembre – Rachida Saraka, Sara Leclerc et Jean-Marie Cotro – le Comité de Direction de GSK France compte aujourd’hui 14 membres, dont 8 femmes et 6 hommes.

Biogen : l’EMA va examiner la demande d’AMM de tofersen dans le traitement d’une forme génétique rare de SLA 

Publié le 5 décembre 2022
Biogen : l’EMA va examiner la demande d’AMM de tofersen dans le traitement d’une forme génétique rare de SLA 

Biogen annonce que l’Agence européenne du médicament (EMA) a accepté d’examiner la demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de tofersen, candidat médicament pour le traitement chez l’adulte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) liée au gène SOD1 (superoxide dismutase 1). La SLA- SOD1 est une maladie progressive dont l’issue toujours mortelle touche moins d’un millier de personnes en Europe.2 Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement pour les personnes atteintes de SLA-SOD1.3

Chikungunya : Valneva annonce des données positives à 12 mois sur la persistance des anticorps avec son candidat vaccin à injection unique

Publié le 5 décembre 2022

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé aujourd’hui des données positives sur la persistance des anticorps douze mois après la vaccination avec une seule dose de son candidat vaccin contre le chikungunya, VLA1553.

Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Publié le 2 décembre 2022
Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Genopole, biocluster qui regroupe 77 entreprises de biotechnologies et 19 laboratoires académiques, lance un appel à candidatures pour son programme Shaker, tremplin pour les porteurs d’innovations biotech accueillis dès l’idée pour valider scientifiquement leur projet et le transformer en startup. 

Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Publié le 2 décembre 2022
Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Quest for change, réseau de cinq incubateurs d’excellence (Innovact, Quai Alpha, Rimbaud’Tech, SEMIA et The Pool) labellisés par la région, implanté sur six territoires du Grand Est, vient d’annoncer la création de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé. Il bénéficie de l’appui et du soutien de nombreux partenaires institutionnels en France, en Suisse, en Allemagne et à Boston (Etats-Unis), ainsi que de l’écosystème de l’innovation du Grand Est, avec en premier lieu BioValley France et SATT Conectus, partenaires du Consortium DeepEst.

Livraison de médicaments à domicile : Sanofi apporte 1 million d’euros à Livmed’s, la start-up FrenchTech

Publié le 1 décembre 2022

Sanofi vient d’annoncer sa participation comme investisseur principal à la deuxième levée de fonds de Livmed’s, à hauteur de 1 million d’euros. Start-up de la FrenchTech accompagnée par l’accélérateur Future4care, Livmed’s a conçu et développé une application mobile de service de livraison de médicaments et produits de santé pour les patients à domicile 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Publié le 1 décembre 2022
Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva ont annoncé aujourd’hui des données sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes six mois après une vaccination avec trois doses (aux mois 0, 2 et 6) ou deux doses (aux mois 0 et 6) de leur candidat vaccin contre la maladie de Lyme, VLA15. Ces données sont les premières obtenues sur la persistance des anticorps dans des populations pédiatriques pour ce candidat vaccin.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents