Edition du 26-03-2019

Accès aux Médicaments : le classement 2016 des laboratoires pharmaceutiques

Publié le mardi 15 novembre 2016

Médicaments Pixabay CC0 Public DomainL’Indice d’Accès aux Médicaments (Access to Medicines Index) 2016, publié lundi, établit un classement des 20 principaux laboratoires pharmaceutiques en fonction des efforts qu’ils accomplissent afin d’améliorer l’accès aux médicaments dans les pays à faibles et moyens revenus. GSK arrive en tête du classement pour la 5ème fois suivi par un groupe compact comprenant Johnson & Johnson, Novartis et Merck KGaA.

Cet indice est publié tous les deux ans par l’Access to Medicine Foundation, un organisme indépendant à but non lucratif financé par la Fondation Bill et Melinda Gates, le Ministère Néerlandais des Affaires Étrangères et le Département pour le Développement International du Royaume-Uni.

Cet indice classe les laboratoires « en fonction de leurs efforts d’amélioration de l’accès aux médicaments, l’évaluation portant sur sept domaines comportementaux. Il identifie les meilleures pratiques, met en lumière les domaines faisant l’objet d’améliorations et ceux dans lesquels des actions importantes restent nécessaires », précise l’Access to Medicine Foundation.

 

2016 Access to Medicine Index - Overall ranking of companies measured (PRNewsFoto/Access to Medicine Index)

2016 Access to Medicine Index – Overall ranking of companies measured (PRNewsFoto/Access to Medicine Index)

 

 

 
Concernant les quatre laboratoires du groupe de tête, l’Access to Medicine Foundation estime qu’ils « partagent certaines caractéristiques. Ils disposent des programmes d’accès les plus aboutis et de stratégies d’accès aux médicaments bien organisées soutenant le développement d’activités sur les marchés émergents, là où les besoins en accès aux médicaments sont élevés. Ce sont également eux qui montrent le plus qu’ils répondent à des besoins hautement prioritaires identifiés de façon indépendante ».

L’indice indique que mes laboratoires dont le classement a le plus amélioré sont AstraZeneca et Takeda ; ces deux laboratoires ont considérablement développé et renouvelé leurs stratégies d’accès. AstraZeneca a ainsi gagné huit places dans le Top 10 et est arrivé en 7ème position, tandis que Takeda a gagné cinq places, arrivant en 15ème position. Après avoir été dépassés par leurs confrères, Novo Nordisk, Roche et Gilead ont quant à eux enregistré la plus forte chute dans le classement.

Les laboratoires commercialisent 850 produits pour les 51 maladies représentant le plus lourd fardeau dans les pays à faibles et moyens revenus, et en développent 420 autres. Cela inclut plus de 100 produits dont le développement a commencé en 2014 et 151 produits à faible incitation commerciale, mais dont le besoin est urgent, principalement pour les populations pauvres.

La mise en place de modèles de R&D collaboratifs
La majorité (67%) des projets de recherche concernant des produits à haute priorité et à faible incitation commerciale sont menés par les laboratoires dans le cadre d’un partenariat, révèle l’indice.

« Nous avons trouvé que les modèles de R&D collaboratifs incitent l’industrie à développer des médicaments dont le besoin est urgent et qui autrement n’auraient pas été pris en compte en raison de leur faible débouché sur le marché », explique Jayasree K. Iyer, Directeur exécutif de l’Access to Medicine Foundation. « L’approche de partenariat fonctionne. »

Depuis 2014, sept laboratoires ont publié des promesses nouvelles ou élargies selon lesquelles ils renonceront à leurs droits de brevet pour certains produits dans certaines régions. Davantage de produits contre le VIH/SIDA sont couverts par des licences volontaires, qui s’appliquent dans plus de pays qu’auparavant. Et, pour la première fois, ces licences sont utilisées pour élargir l’accès aux médicaments pour une maladie autre que le VIH/SIDA : l’hépatite C. Dans le monde, de 130 à 150 millions de personnes souffrent d’une hépatite C chronique.

Cependant, un produit ne peut être commercialisé dans un pays que s’il a été enregistré dans celui-ci. L’indice révèle que, pour leurs produits les plus récents, les laboratoires ne déposent une demande d’enregistrement que dans 25 % des pays identifiés par l’indice comme étant les plus prioritaires.

Rendre ces produits plus abordables économiquement

L’Indice révèle que les systèmes de tarification qui prennent en compte la capacité de payer sont appliqués à un tiers des produits concernés. Cet état de fait n’a pas changé depuis le dernier indice publié il y a deux ans. Seuls 5% des produits (44 sur 850) se voient appliquer ces stratégies de tarification dans les pays identifiés par l’indice comme étant les plus prioritaires, avec au moins un facteur socio-économique pris en compte. La plupart de ces produits sont des produits de GSK, d’AstraZeneca et de Sanofi.

L’indice révèle par ailleurs les autres éléments suivants :

– Un quart des laboratoires (5) mettent en place de nouveaux modèles d’affaire dont le but est d’atteindre les populations à faibles et moyens revenus.

– Les maladies faisant l’objet d’une attention particulière dans le cadre des activités des laboratoires visant à favoriser l’accès aux médicaments sont les cardiopathies, les infections des voies respiratoires inférieures et le VIH/SIDA. La R&D se concentre toujours sur cinq maladies, la priorité étant donnée aux infections des voies respiratoires inférieures, suivies du diabète, du paludisme, de l’hépatite virale et du VIH/SIDA.

– La plupart des laboratoires travaillent au renforcement des systèmes de santé dans les pays à faibles et moyens revenus. Six d’entre eux adaptent en permanence ces activités aux priorités identifiées par les acteurs locaux, notamment les gouvernements.

« Cela fait maintenant 10 ans que nous évaluons ces 20 laboratoires. Nous savons ce qui fonctionne, et où. Des bonnes pratiques sont désormais en place : là où des mécanismes visant à encourager l’implication de l’industrie pharmaceutique, tels que la mise en commun de brevets, la mise en place de modèles de R&D collaboratifs, des initiatives multipartites et des engagements internationaux par rapport à certaines maladies existent, nous constatons que l’industrie répond présente », a déclaré Jayasree K. Iyer. « L’accès aux médicaments constitue une responsabilité collective et toutes les parties concernées – de l’industrie pharmaceutique aux gouvernements en passant par la communauté sanitaire mondiale – doivent se mettre au défi de favoriser le développement de ces efforts afin de s’assurer qu’ils concernent de plus en plus de produits, dans de plus en plus de pays, le but étant que ceux qui en ont besoin puissent accéder aux produits pharmaceutiques. »

Source : Indice d’Accès aux Médicaments








MyPharma Editions

Maladies neurologiques : l’AFM-Téléthon reçoit le prix « Pioneer in Technology Development »

Publié le 26 mars 2019
Maladies neurologiques : l'AFM-Téléthon reçoit le prix « Pioneer in Technology Development »

L’AFM-Téléthon, association de malades et parents de malades engagée dans le combat contre la maladie depuis 60 ans, a reçu, samedi 16 mars à Los Angeles, dans le cadre du congrès mondial de la Society for Brain Mapping and Therapeutics, le prix « Pioneer in Technology Development » pour son action dans la recherche et le développement de thérapies innovantes contre les maladies rares.

Stratégie nationale de santé : un tableau de bord pour mesurer les résultats

Publié le 26 mars 2019
Stratégie nationale de santé : un tableau de bord pour mesurer les résultats

Les équipes de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) ont développé une application permettant de visualiser l’évolution des 20 indicateurs de résultats et d’impact retenus avant le déploiement de la Stratégie nationale de santé 2018-2022.

Maladies neurodégénératives : Vect-Horus signe un accord de collaboration et de licence avec Ono Pharmaceutical

Publié le 26 mars 2019
Maladies neurodégénératives : Vect-Horus signe un accord de collaboration et de licence avec Ono Pharmaceutical

La société française Vect-Horus a annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de collaboration et de licence avec le japonais Ono Pharmaceutical portant sur le développement de nouvelles molécules contre les maladies neurodégénératives.

Nanobiotix annonce son plan d’enregistrement clinique dans les cancers de la Tête et du Cou avec NBTXR3 aux Etats-Unis

Publié le 26 mars 2019
Nanobiotix annonce son plan d’enregistrement clinique dans les cancers de la Tête et du Cou avec NBTXR3 aux Etats-Unis

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé aujourd’hui la clarification de sa procédure d’autorisation réglementaire dans le traitement des cancers de la Tête et du Cou avec NBTXR3, radioenhancer premier de sa classe. Cette annonce fait suite aux commentaires de la FDA (pre-IND) reçus le 18 mars 2019.

Transgene et BioInvent vont co-développer des virus oncolytiques multifonctionnels pour le traitement des tumeurs solides

Publié le 26 mars 2019
Transgene et BioInvent vont co-développer des virus oncolytiques multifonctionnels pour le traitement des tumeurs solides

Transgene et BioInvent, une société de biotechnologie suédoise dédiée à la découverte et au développement d’anticorps immunorégulateurs innovants contre le cancer, ont annoncé l’extension de leur collaboration pour co-développer des virus oncolytiques multifonctionnels, codant pour des séquences d’anticorps non dévoilées, capables de traiter une grande diversité de tumeurs solides.

LXRepair lauréat du Concours d’Innovation pour sa plateforme industrielle de kits diagnostiques

Publié le 25 mars 2019
LXRepair lauréat du Concours d’Innovation pour sa plateforme industrielle de kits diagnostiques

LXRepair qui développe une plateforme de tests uniques pour caractériser en temps réel les mécanismes de réparation de l’ADN pour prédire la réponse des patients aux traitements anticancéreux est lauréat du Concours d’Innovation (Programme d’Investissements d’Avenir, opéré par Bpifrance) pour son projet ZYMONCO.

Les remboursements de soins du régime général en hausse de 2,1% sur les douze derniers mois

Publié le 25 mars 2019
Les remboursements de soins du régime général en hausse de 2,1% sur les douze derniers mois

Selon le dernier point mensuel de l’Assurance maladie, les dépenses de soins de ville ont augmenté de 0,8% en février 2019 par rapport au mois de février 2018. L’évolution est de 2,1 % sur les douze derniers mois. Au global, les remboursements de médicaments (rétrocession incluse) évoluent de 0,5% (0,3% sur douze mois).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions