Edition du 25-01-2021

Alnylam : approbation de l’UE pour OXLUMO™ dans le traitement de l’hyperoxalurie primitive de type 1

Publié le mardi 24 novembre 2020

Alnylam : approbation de l'UE pour OXLUMO™ dans le traitement de l'hyperoxalurie primitive de type 1Alnylam Pharmaceuticals, le chef de file des ARNi thérapeutiques, a annoncé aujourd’hui l’autorisation de mise sur le marché accordée par la Commission européenne (CE) à OXLUMO™ (lumasiran), un ARNi thérapeutique, pour le traitement de l’hyperoxalurie primitive de type 1 (HP1) dans toutes les tranches d’âge.

L’HP1 est une maladie orpheline extrêmement rare caractérisée par une production excessive d’oxalate, pouvant entraîner une insuffisance rénale terminale (IRT) et d’autres complications systémiques. Les manifestations cliniques de la maladie étant souvent hétérogènes, le diagnostic se fait généralement tardivement, surtout chez les adultes, avec un délai médian d’environ six ans par rapport à l’apparition des symptômes. Non traitée, l’HP1 entraîne des lésions rénales progressives et les patients atteints d’une insuffisance rénale avancée doivent subir des dialyses intensives pour débarrasser le sang des toxines, notamment l’oxalate, jusqu’à ce qu’ils soient aptes et éligibles pour une transplantation hépatique/rénale double ou séquentielle, une procédure invasive présentant un risque élevé de morbidité et de mortalité, et une immunosuppression à vie.

« Aucune option de traitement approuvée pour l’HP1 n’existait jusqu’ici en Europe. Cette étape importante pourrait donc changer la vie des personnes souffrant de cette maladie extrêmement rare et débilitante – dont beaucoup sont des nourrissons et des enfants – et de leur famille. Lumasiran répondra au besoin urgent et non satisfait des patients atteints d’HP1 et l’autorisation obtenue aujourd’hui souligne notre engagement continu envers les communautés de maladies rares », a déclaré John Maraganore, Ph.D., directeur général d’Alnylam Pharmaceuticals. « Alnylam a mené le lumasiran de la phase d’identification du composé à l’approbation réglementaire en six années à peine et nous poursuivrons nos efforts avec le même degré d’urgence en travaillant avec les organismes nationaux de remboursement dans toute l’Europe pour que les patients puissent profiter du lumasiran. »

Lumasiran est un ARNi thérapeutique ciblant l’hydroxyacide-oxydase 1 (HAO1) qui code la glycolate oxydase (GO), une enzyme responsable de l’anomalie à l’origine de l’HP1. En dégradant l’ARNm d’HAO1 et en réduisant la synthèse de GO, lumasiran inhibe la production d’oxalate, le métabolite toxique directement responsable des manifestations cliniques de l’HP1.

« L’HP1 touche des patients de tous âges. Il est particulièrement dévastateur chez les nourrissons nés avec cette pathologie et qui développent une insuffisance rénale au cours des premiers mois de leur vie. Les patients atteints d’HP1 développent des calculs rénaux en raison de la surproduction d’oxalate, et on observe chez beaucoup d’entre eux un déclin progressif de la fonction rénale, pouvant conduire à terme à une maladie rénale en phase terminale potentiellement mortelle. Encore récemment, les seules options de traitement disponibles étaient la transplantation combinée du foie et des reins, et la vitamine B6 qui ralentit l’insuffisance rénale chez un nombre limité de patients sensibles », a déclaré le docteur Sally-Anne Hulton, consultante en néphrologie pédiatrique au Birmingham Women’s and Children’s Hospital NHS Trust, au Royaume-Uni. « Pour la première fois, lumasiran offre aux médecins qui traitent les enfants et les adultes atteints d’HP1 une nouvelle option thérapeutique pour lutter contre la cause première de cette maladie et empêcher la production d’oxalate. Les données révèlent en effet des réductions significatives et durables de l’oxalate urinaire et plasmatique avec un profil de sécurité et de tolérabilité encourageant, nous permettant d’espérer une amélioration des soins pour ces patients. »

« Conformément à notre philosophie d’accès aux médicaments, Alnylam entend être aussi innovant commercialement que scientifiquement », a déclaré Brendan Martin, directeur suppléant de la division Europe, Canada, Moyen-Orient et Afrique (CEMEA) d’Alnylam. « Si la capacité à conclure des accords innovants diffère selon les pays et les réglementations locales, nous sommes déterminés à travailler avec les autorités sanitaires de toute l’Europe pour parvenir à des accords d’accès au lumasiran responsables et durables qui répondent aux besoins des diverses populations de patients touchées par l’HP1, des nourrissons aux adultes, et nous nous adapterons au contexte local. Notre but est de rendre lumasiran accessible à tous les patients qui en ont besoin tout en minimisant l’incertitude budgétaire pour les systèmes de santé. »

L’approbation dans l’Union européenne s’appuie sur les données d’efficacité et d’innocuité des études de Phase 3 ILLUMINATE-A et ILLUMINATE-B du lumasiran. Au cours de l’étude ILLUMINATE-A, réalisée chez des adultes et des enfants de six ans ou plus, lumasiran a atteint le critère d’évaluation principal avec une réduction moyenne de 53 % de l’oxalate urinaire par rapport au placebo et a entraîné une réduction moyenne de 65 % de l’oxalate urinaire par rapport à la valeur de référence. Quatre-vingt-quatre pour cent des patients ont atteint des valeurs normales1 ou quasi normales2 d’oxalate urinaire et plus de la moitié des patients (52 %) ont connu une normalisation, contre 0 % dans le groupe placebo. Les résultats de l’étude pivot ILLUMINATE-A ont été présentés en juin 2020 lors du congrès international virtuel de l’Association rénale européenne-Association européenne de dialyse et de transplantation (ERA-EDTA). Lors de l’étude de Phase 3 ILLUMINATE-B, les résultats d’efficacité et le profil d’innocuité du lumasiran chez les nourrissons et les enfants de moins de six ans se sont avérés similaires à ceux constatés dans l’étude ILLUMINATE-A. Les résultats de l’étude pédiatrique ILLUMINATE-B ont été présentés le 22 octobre au congrès annuel virtuel de l’American Society of Nephrology (ASN).

Lumasiran a obtenu la désignation de médicament prioritaire (PRIME) par l’EMA, ainsi que la désignation de médicament orphelin dans l’Union européenne. Lumasiran a également bénéficié d’un examen accéléré par l’EMA, un processus accordé aux médicaments considérés comme présentant un intérêt majeur en matière de santé publique et d’innovation thérapeutique et qui vise à mettre les nouveaux traitements à la disposition des patients plus rapidement. Cette autorisation dans l’Union européenne fait suite à l’avis positif du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) en octobre 2020. Alnylam a déposé une demande d’autorisation de mise sur le marché (demande d’AMM) auprès de la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis. La FDA a accordé un examen prioritaire pour cette demande d’AMM et a fixé la date au 3 décembre 2020 en vertu de la loi sur les frais d’utilisation des médicaments sur ordonnance (PDUFA).

Source : Alnylam








MyPharma Editions

NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d’intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 25 janvier 2021
NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d'intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

NovAliX, société de recherche sous contrat (CRO) spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments, et Chemical.AI, une société d’intelligence artificielle (IA) associant expertise humaine et technologie de pointe en IA pour les industries chimique et pharmaceutique, ont annoncé un partenariat stratégique dans le domaine de l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments.

Dix sociétés biopharmaceutiques de premier plan annoncent la création d’Accumulus Synergy, une plateforme mondiale de partage de données

Publié le 25 janvier 2021

Dix des plus grandes sociétés biopharmaceutiques au monde (Amgen, Astellas, Bristol Myers Squibb, GSK, Janssen, Lilly, Pfizer, Roche, Sanofi et Takeda) ont annoncé la création d’une nouvelle société à but non lucratif, Accumulus Synergy, Inc., qui vise à soutenir les interactions entre les autorités des différents secteurs de l’économie et de la santé dans le monde entier afin de permettre une collaboration ainsi que la transmission et l’échange en temps réel des données.

OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

Publié le 25 janvier 2021
OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

OSE Immunotherapeutics a annoncé avoir reçu un paiement d’étape de 1,3 million d’euros dans le cadre de l’aide aux projets d’innovation stratégique industrielle (ISI) de Bpifrance pour le projet collaboratif EFFIMab, dédié à l’évaluation d’OSE 127/S95011, antagoniste du récepteur à l’interleukine-7 (IL-7R), développé en partenariat avec Servier (1).

AB Science : une nouvelle publication indépendante confirme que le masitinib a une activité anti-virale contre le virus SARS-CoV-2 in vitro

Publié le 25 janvier 2021
AB Science : une nouvelle publication indépendante confirme que le masitinib a une activité anti-virale contre le virus SARS-CoV-2 in vitro

AB Science a annoncé la publication des résultats d’une étude préclinique avec le masitinib dans le COVID-19. Les recherches menées par les scientifiques de l’Institut de Virologie Humaine (Guangzhou, Chine) ont été publiées dans la revue à comité de lecture mBIO (une revue de la Société Américaine de Microbiologie).

Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

Publié le 23 janvier 2021
Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

La Haute autorité de Santé (HAS) a préconisé samedi dans un communiqué d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin à ARN messager (vaccins de Pfizer et de Moderna). Objectif de la mesure : “protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d’hospitalisation ou de décès”.

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents