Edition du 07-05-2021

Automédication: 8 Français sur 10 l’ont pratiquée en 2016

Publié le mercredi 1 février 2017

Automédication: 8 Français sur 10 l'ont pratiquée en 2016Les laboratoires Pierre Fabre et l’institut Ipsos se sont associés pour réaliser une grande enquête auprès des Français sur l’automédication en premier recours. Comment les Français gèrent-ils les problèmes de santé bénins au quotidien ? Quelles sont les raisons pour lesquelles ils ont recours à l’automédication ? Quelle place accordent-ils aux professionnels de santé ?

Premier enseignement de cette enquête : si l’immense majorité des Français reconnait que le système de soins actuel offre des soins de qualité (89%) et est un pilier du modèle social français (88%), il n’en demeure pas moins que pour presque 3 Français sur 4 (72%) le système de santé est néanmoins en danger et il est urgent de le réformer.

Au cours de l’année qui vient de s’écouler, 8 Français sur 10 ont pratiqué l’automédication pour un problème de santé bénin, principalement pour soigner des maux de tête (77%) ou les maux de gorge (69%), des rhumes, des rhinites (63%) ou des problèmes de toux (62%).

En moyenne, ils ont eu recours à l’automédication 3 fois dans l’année. Dans le détail, ce sont avant tout les jeunes qui y ont le plus recours (85% des 25-34 ans) vs. 80% pour l’ensemble des Français ainsi que les cadres supérieurs (85%) et les femmes (83%).

Aujourd’hui, 91% des Français ont au moins un médicament dans leur armoire à pharmacie dans laquelle ils stockent en moyenne 11 médicaments différents (médicaments qui proviennent pour moitié d’achats récents ou anciens délivrés sur ordonnance, ou qui ont été achetés en prévention dans 16% des cas).

La quasi-totalité des Français (97%) se sent à l’aise avec l’automédication, 47% déclarant même être tout à fait à l’aise. Eviter de voir le médecin (46%) et le fait qu’il s’agisse de médicaments qu’ils prennent depuis longtemps (43%) sont les deux principales raisons invoquées par les Français pour expliquer leur recours à l’automédication.

Quelle place accordent-ils aux professionnels de santé ?

Les Français pratiquent l’automédication lorsqu’ils identifient les signes que leurs troubles sont bénins ou lorsqu’ils savent ce qu’ils doivent prendre. Dans 56% des cas, ils ont recours au conseil du pharmacien pour leur conseiller le médicament qui leur conviendrait le mieux. Pour des troubles tels que fatigue, troubles du sommeil et anxiété, les Français ne prennent pas de médicament et attendent que ça passe pour près de 60% d’entre eux.

Finalement, quelles places pour la consultation médicale et le pharmacien en parallèle de l’automédication ?

Les Français font confiance au médecin généraliste et au spécialiste (97%), ainsi qu’au pharmacien (93%) pour les conseiller. Pour un problème de santé bénin, plus d’un Français sur deux (59%) considèrent que certaines consultations au cours de l’année auraient pu être remplacées, soit par un passage direct en pharmacie (52%), soit par un échange téléphonique (35%).

74% des Français déclarent même que le remboursement des consultations, pour des problèmes de santé bénins, représente pour la sécurité sociale un coût important. D’ailleurs, 1 Français sur 3 (33%) déclare avoir déjà été orienté par son médecin sur les médicaments à prendre la prochaine fois qu’il rencontre les mêmes symptômes pour ce problème de santé.

La consultation chez le médecin s’explique, in fine, par la persistance des symptômes (59%) et la confiance qu’ils ont dans cet acteur pour les conseiller (55%). Pour le recours à la pharmacie, la proximité (82%) ainsi que les conseils du personnel (63%) et la disponibilité des médicaments recherchés (62%) sont les principales raisons évoquées.

Internet, un concurrent pour les professionnels de santé ?

Moins de 20% des Français accordent leur confiance aux informations fournies par Internet en cas de problème de santé bénin. L’achat de médicaments sur internet reste une pratique encore très marginale puisque seulement 11% des français l’ont déjà fait.

* Enquête réalisée du 3 au 5 mai 2016, qui a permis d’interroger par internet un échantillon national représentatif de plus de 3 000 Français (représentativité assurée par la méthode des quotas appliqué aux variables de sexe, d’âge, de profession du chef de ménage, de catégorie d’agglomération et de région).

Source : Pierre Fabre








MyPharma Editions

Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d’UPSA

Publié le 6 mai 2021
Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d'UPSA

Le groupe Taisho Pharmaceutical vient d’annoncer la nomination d’Isabelle Van Rycke en tant que présidente et CEO du laboratoire UPSA à compter du 10 mai 2021.

GSK : Benlysta approuvé dans l’UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

Publié le 6 mai 2021
GSK : Benlysta approuvé dans l'UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

GlaxoSmithKline (GSK) vient d’annoncer que la Commission européenne a approuvé l’utilisation de BENLYSTA (bélimumab) par voie intraveineuse et sous-cutanée, pour le traitement des patients adultes atteints de glomérulonéphrite lupique (GNL) active, en association avec des immunosuppresseurs.

Immunologie : Sanofi noue une collaboration de trois ans avec Stanford Medicine pour intensifier sa recherche

Publié le 6 mai 2021
Immunologie : Sanofi noue une collaboration de trois ans avec Stanford Medicine pour intensifier sa recherche

Sanofi vient de conclure une collaboration de trois ans avec la Faculté de médecine de l’Université de Stanford. Ensemble, et grâce à des échanges scientifiques ouverts, les deux organisations et leurs chercheurs s’emploieront à approfondir les connaissances en immunologie et inflammation.

Gustave Roussy rejoint le consortium WIN pour la médecine personnalisée du cancer

Publié le 5 mai 2021
Gustave Roussy rejoint le consortium WIN pour la médecine personnalisée du cancer

Gustave Roussy et le consortium WIN (Worldwide Innovative Networking) pour la médecine personnalisée du cancer s’associent pour faire progresser la recherche et l’innovation en cancérologie.

GamaMabs Pharma : acquisition par Exelixis de son programme d’anticorps humanisés first-in-class pour l’oncologie

Publié le 5 mai 2021
GamaMabs Pharma : acquisition par Exelixis de son programme d'anticorps humanisés first-in-class pour l'oncologie

GamaMabs Pharma, société de biotechnologie française spécialisée dans le développement d’anticorps thérapeutiques en oncologie, annonce aujourd’hui la signature d’un accord avec Exelixis, Inc. (Nasdaq: EXEL) pour l’acquisition de tous les droits, titres et intérêts de la technologie d’anticorps AMHR2 de GamaMabs (lors de la réalisation de l’achat et selon certaines conditions prévues au contrat).

Nicox : partenariat avec Laboratorios Grin pour ZERVIATE au Mexique

Publié le 5 mai 2021
Nicox : partenariat avec Laboratorios Grin pour ZERVIATE au Mexique

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie, a annoncé la signature d’un accord de concession de licence exclusif avec Laboratorios Grin, une filiale à 100% de Lupin, pour l’enregistrement et la commercialisation au Mexique de ZERVIATETM (solution ophtalmique de cétirizine), 0,24% pour le traitement du prurit oculaire associé aux conjonctivites allergiques.

Sanofi va aider Moderna à produire son vaccin COVID-19 aux États-Unis

Publié le 5 mai 2021
Sanofi va aider Moderna à produire son vaccin COVID-19 aux États-Unis

Sanofi va aider Moderna à produire son vaccin COVID-19Sanofi a annoncé avoir conclu un accord avec Moderna, aux termes duquel le groupe pharmaceutique français contribuera à la fabrication du vaccin contre la COVID-19 de la biotech américaine afin de remédier à la pandémie et de satisfaire à la demande mondiale de vaccins.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents