Edition du 27-09-2021

Biosimilaires : Claude Le Pen s’interroge sur le choix de la France d’une substitution officinale

Publié le mardi 8 avril 2014

L’économiste Claude Le Pen vient de publier un rapport, avec le soutien d’Amgen, qui aborde les biosimilaires, ces« copies » légales des biomédicaments tombés dans le domaine public, en 15 grandes questions. Pour Claude Le Pen comme pour le laboratoire, « une parfaite connaissance des enjeux, doublée d’une réflexion concertée entre les acteurs, est nécessaire pour soutenir et encadrer l’essor des biosimilaires de façon efficiente ».

Dans la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2014, la France formule une proposition inédite en Europe pour soutenir leur développement : autoriser le pharmacien d’officine à substituer un biomédicament par son biosimilaire en initiation de traitement. Les modalités d’application de cette mesure font actuellement débat. « En apportant son soutien à l’analyse de Claude Le Pen, Amgen souhaite contribuer à une réflexion aussi documentée que possible et aider à construire la confiance envers ces nouveaux médicaments », explique la société.

Amgen, qui développe actuellement plusieurs biosimilaires avec comme horizon la commercialisation de sa première molécule en 2017, indique vouloir « mettre à profit son expertise unique pour faire valoir les particularités des biosimilaires et rappeler les conditions réglementaires, médicales et techniques qu’il convient d’exiger de ces produits ».

Les biosimilaires en 15 questions aborde avec pédagogie les fondamentaux techniques, réglementaires et économiques nécessaires pour saisir tous les enjeux des changements et les arbitrages en cours autour de ces produits. Pour Claude Le Pen, le moment est particulièrement bien choisi car « la question des biosimilaires est en train de prendre une dimension nouvelle. Pour nous Français, le vote de l’article 47 de la LFSS qui met en place une politique de substitution est un événement majeur : la France est le premier pays en Europe à adopter officiellement une telle législation.

L’actualité, c’est aussi l’autorisation de mise sur le marché européen du premier biosimilaire d’anticorps monoclonal dans les rhumatismes inflammatoires, les promesses du Président Obama d’aboutir à une législation aux Etats-Unis, l’ouverture de réflexions sur ce sujet à l’OMS… sans compter évidemment les échéances des brevets de plusieurs médicaments biologiques majeurs qui approchent. » En travaillant sur son rapport, l’économiste de la santé a été frappé par l’hétérogénéité de la situation : définitions, réglementations et marchés se révèlent très différents d’un pays à l’autre.

Par ailleurs, Claude Le Pen a remarqué « l’assimilation, encore très présente en France, des biosimilaires aux génériques des médicaments chimiques, alors même que la définition légale du biosimilaire précise que la législation des génériques ne peut, ni ne doit, s’appliquer à ces produits. » En effet, les biosimilaires ne sont pas de simples génériques des médicaments de biotechnologie, comme on les présente parfois. Ils relèvent d’une nouvelle catégorie de produits qui, par rapport à une molécule de référence, ne sont ni totalement identiques ni totalement différents. Pour l’auteur, « c’est un nouveau concept qu’il faut penser en soi et pas par assimilation à une catégorie existante, car il soulève des questions inédites. »

La France prend le tournant des biosimilaires

D’ici à 2020, les brevets des 10 biomédicaments qui représentent à eux seuls plus de 10 % du marché pharmaceutique, devraient tomber dans le domaine public. En France, on estime que l’arrivée des biosimilaires de ces biomolécules pourrait générer, selon les scénarios, de 500 millions à 1 milliard d’euros d’économies par an. Les modalités de mise en oeuvre du principe de substitution décidé par notre pays doivent encore être précisées.

Pour Claude Le Pen comme pour Amgen, une parfaite connaissance des enjeux, doublée d’une réflexion concertée entre les acteurs, est nécessaire pour soutenir et encadrer l’essor des biosimilaires de façon efficiente. Contrairement à certaines idées reçues, la France n’est pas en retard dans l’utilisation des biosimilaires, et ceci sans incitation particulière des pouvoirs publics. « A part peut-être le cas particulier de l’Allemagne, la France fait plutôt figure de pays pionnier en matière de biosimilaire. Le taux de pénétration des trois principaux biosimilaires présents en France est de 36% selon les données communiquées en mars par IMS Health, avec des médicaments biosimilaires qui, d’ailleurs, dominent souvent leur marché. » Pour Claude Le Pen, « la situation n’est donc pas comparable à celle du générique, qui était peu prescrit en France en 1994, au moment de la mise en place d’une politique volontariste, alors qu’il était beaucoup plus développé dans les autres pays de même profil que le nôtre. »

Dans son rapport, Claude Le Pen s’interroge sur le choix de la France d’une substitution officinale, pour lui « le biosimilaire reste un produit de prescription et non un « simple » produit de substitution officinale. Compte tenu de la gravité des pathologies auxquelles ces produits sont généralement destinés comme le cancer ou les maladies auto-immunes, l’engagement du prescripteur me semble un élément important de la crédibilisation du biosimilaire. »

Source : Amgen / Rapport Les Biosimilaires en 15 questions








MyPharma Editions

COVID long : GeNeuro et Northwestern University concluent une collaboration de recherche sur HERV-W ENV

Publié le 24 septembre 2021
COVID long : GeNeuro et Northwestern University concluent une collaboration de recherche sur HERV-W ENV

GeNeuro, société biopharmaceutique développant de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives et auto-immunes, telles que la sclérose en plaques, a annoncé avoir conclu un accord de recherche avec la Northwestern University pour l’étude approfondie de la relation entre HERV-W ENV (W-ENV) et les syndromes neuropsychiatriques du COVID long.

AB Science : feu vert de l’autorité de santé canadienne pour une étude de Phase I/II avec sa molécule AB8939 dans la leucémie myéloïde aiguë

Publié le 24 septembre 2021
AB Science : feu vert de l’autorité de santé canadienne pour une étude de Phase I/II avec sa molécule AB8939 dans la leucémie myéloïde aiguë

AB Science vient d’annoncer que son étude clinique avec la molécule AB8939 chez les patients adultes atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) en rechute/réfractaire a été approuvée par l’autorité de santé canadienne (Health Canada). La  » lettre de non-objection  » (‘No Objection Letter’, LNO) reçue de l’autorité canadienne confirme l’autorisation d’initier l’étude de phase I/II (AB18001) chez les patients atteints de LMA en rechute/réfractaire et de syndrome myélodysplasique (SMD) réfractaire.

Galapagos : avis positif du CHMP pour Jyseleca® dans la rectocolite hémorragique modérée à sévère chez l’adulte

Publié le 24 septembre 2021
Galapagos : avis positif du CHMP pour Jyseleca® dans la rectocolite hémorragique modérée à sévère chez l'adulte

Galapagos a annoncé que le CHMP (Comité des médicaments à usage humain) de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a émis un avis positif pour Jyseleca® (filgotinib), un inhibiteur préférentiel de JAK1 administré une fois par jour par voie orale, pour le traitement des patients adultes atteints de Rectocolite Hémorragique (RCH) modérément à sévèrement active

COVID-19 : Valneva poursuit l’expansion des essais cliniques de son candidat vaccin

Publié le 23 septembre 2021
COVID-19 : Valneva poursuit l’expansion des essais cliniques de son candidat vaccin

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé le début du recrutement des adolescents dans l’essai pivot de Phase 3 (VLA2001-301, “Cov-Compare”) pour son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19, VLA2001. Les résultats initiaux de l’essai de Phase 3 « Cov-Compare » sont attendus au début du quatrième trimestre 2021, et Valneva souhaite les utiliser comme pivot pour l’obtention d’une approbation réglementaire de VLA2001 chez les adultes.

GeNeuro : un 1er patient ayant terminé l’étude ProTEct-MS est entré dans l’extension de l’étude

Publié le 23 septembre 2021
GeNeuro : un 1er patient ayant terminé l'étude ProTEct-MS est entré dans l'extension de l’étude

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurodégénératives et auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP), a annoncé qu’un premier patient ayant terminé l’étude ProTEct-MS au Centre académique spécialisé (ASC) du Karolinska Institutet à Stockholm, qui évalue le temelimab à des doses mensuelles de 18, 36 et 54 mg/kg chez des patients atteints de SEP, est entré dans l’extension de l’étude ProTEct-MS.

Hyloris : Jean-Luc Vandebroek nommé au poste de directeur financier

Publié le 23 septembre 2021
Hyloris : Jean-Luc Vandebroek nommé au poste de directeur financier

Hyloris Pharmaceuticals, une société biopharmaceutique belge engagée à répondre aux besoins médicaux non satisfaits en réinventant les médicaments existants, a annoncé que Jean-Luc Vandebroek rejoindra la société en tant que Directeur Financier.

Nicox : Résultats de l’étude de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251 dans la blépharite

Publié le 23 septembre 2021
Nicox : Résultats de l’étude de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251 dans la blépharite

Nicox, société internationale spécialisée en ophtalmologie, a annoncé les résultats de l’étude clinique de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251. L’étude Mississippi portait sur l’évaluation du NCX 4251, suspension ophtalmique de propionate de fluticasone à 0,1%, administrée une fois par jour, contre placebo, chez des patients présentant des épisodes aigus de blépharite.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents