Edition du 17-12-2018

Accueil » Cancer » Et aussi » Médecine » Recherche

Biosynthèse de molécules d’intérêt pharmaceutique : réaction inédite chez les bactéries

Publié le lundi 15 octobre 2012

Des chercheurs de l’Inra, en collaboration avec le Max Planck institut d’Heidelberg et l’Université suédoise des sciences agricoles d’Uppsala, ont découvert un nouveau mécanisme pour une réaction clé dans la voie de biosynthèse d’une molécule d’intérêt, le Thiostrepton A. Connu comme antibiotique particulièrement efficace contre des bactéries multi-résistantes, il a récemment été décrit comme un agent anti-cancéreux potentiel contre le cancer du sein.

Les résultats publiés dans la version en ligne de Nature Chemical Biology le 14 octobre 2012, révèlent l’existence d’un nouveau type de réaction enzymatique chez les bactéries ouvrant ainsi des perspectives prometteuses pour la synthèse de molécules d’intérêt pharmaceutique.

Le Thiostrepton A est un antibiotique naturel actif contre un large panel de bactéries multi-résistantes, comme le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus). Certaines études mettent en évidence son action potentielle contre le paludisme, mais les perspectives les plus prometteuses se situent dans la lutte contre le cancer. En effet, le Thiostrepton A cible un gène dit « proto-oncogène » et inhibe son expression ce qui a pour conséquence de stopper le cycle cellulaire et donc la prolifération de cellules cancéreuses, et ce plus particulièrement dans le cas du cancer du sein.

Si le Thiostrepton A et son action antibiotique sont connus depuis 50 ans, les gènes impliqués dans sa biosynthèse ont été décrits seulement en 2009. Cette molécule est produite naturellement par des bactéries du genre Streptomyces à partir de deux éléments de base, un peptide et l’acide aminé tryptophane (Trp). Pour parvenir au Thiostrepton A, ces deux éléments doivent subir une cascade de modifications impliquant une vingtaine d’enzymes dont les fonctions sont pour la plupart inconnues.

Les chercheurs de l’Inra se sont intéressés au mécanisme d’action d’une de ces enzymes appartenant à la famille des « méthyl-transférases » et impliquée dans une étape précoce et cruciale de la voie de biosynthèse du Thiostrepton A. Cette étape consiste à greffer un groupe méthyle (CH3) sur l’acide aminé tryptophane. Dans leur étude, les chercheurs de l’Inra ont non seulement identifié l’enzyme responsable du transfert de ce groupement méthyle sur le tryptophane (appelée TsrM), mais ils ont également montré que cette réaction se produisait grâce à un mécanisme enzymatique totalement inconnu jusqu’à présent.

Cette réaction de transfert est particulièrement difficile à effectuer puisqu’il s’agit de remplacer par un groupe méthyle l’atome d’hydrogène cible présent sur le tryptophane. Il faut donc rompre la liaison de cet atome d’hydrogène avec un atome de carbone, mais cette liaison avec la partie cyclique de la molécule de tryptophane est très stable, car elle est renforcée par une double liaison voisine.

Pour effectuer ce transfert, les chercheurs ont montré que l’enzyme était assistée non pas par un seul co-facteur comme c’est généralement le cas dans une réaction opérée par cette famille d’enzymes, mais par deux co-facteurs. Le groupe méthyle au lieu d’être transféré directement sur le tryptophane est dans un premier temps ajouté sur un autre co-facteur, vraisemblablement pour permettre son activation. Il peut alors ensuite remplacer l’atome d’hydrogène cible sur le tryptophane.

Les scientifiques ont ainsi pu établir la fonction exacte de cette enzyme, ce qui va permettre de réaliser des études pour améliorer les propriétés de cet anti-cancéreux et pour produire de nouvelles molécules d’intérêt pharmaceutique. Ces travaux ont également montré que l’enzyme impliquée fonctionne selon un mécanisme tout à fait nouveau en enzymologie et opposé aux prédictions faites jusque-là. Or, cette architecture enzymatique étant largement répandue, cette étude éclaire la fonction d’un grand nombre d’enzymes, notamment parmi celles qui sont codées par le métagénome intestinal, c’est-à-dire par les gènes des bactéries de notre système digestif, et dont on ignore encore le rôle.

Référence

Stéphane Pierre, Alain Guillot, Alhosna Benjdia, Corine Sandström, Philippe Langella, Olivier Berteau. Thiostrepton tryptophan methyltransferase expands the chemistry of radical SAM enzymes. Nature Chemical Biology, 14 octobre 2012, DOI : 10.1038/NChemBio.1091

Source : INRA








MyPharma Editions

Servier célèbre les 60 ans de son implantation en Espagne

Publié le 17 décembre 2018
Servier célèbre les 60 ans de son implantation en Espagne

Servier, laboratoire pharmaceutique international indépendant, célèbre les 60 ans de son implantation en Espagne. A l’occasion d’un déplacement à Madrid, Olivier Laureau, Président de Servier, a réaffirmé l’importance stratégique du marché espagnol pour Servier et la volonté du groupe de continuer à y investir durablement.

Biogen reçoit le Prix Galien France 2018 pour son traitement SPINRAZA®

Publié le 17 décembre 2018
Biogen reçoit le Prix Galien France 2018 pour son traitement SPINRAZA®

Biogen, entreprise pionnière dans le domaine des neurosciences, qui développe et propose des thérapies innovantes pour le traitement des maladies neurologiques et neurodégénératives graves, a reçu le Prix Galien France 2018 pour son traitement SPINRAZA® (nusinersen), lors de la cérémonie qui a eu lieu le 12 décembre.

Valneva lance la Phase 2 du développement de son vaccin contre la maladie de Lyme

Publié le 17 décembre 2018
Valneva lance la Phase 2 du développement de son vaccin contre la maladie de Lyme

Valneva, société de biotechnologie développant et commercialisant des vaccins contre des maladies infectieuses générant d’importants besoins médicaux, a annoncé l’initiation de la Phase 2 du développement clinique de son candidat vaccin contre la maladie de Lyme, VLA15.

Takeda reçoit un avis favorable du CHMP pour l’ADCETRIS® en combinaison avec de l’AVD

Publié le 17 décembre 2018
Takeda reçoit un avis favorable du CHMP pour l'ADCETRIS® en combinaison avec de l'AVD

Takeda a annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a formulé un avis favorable pour l’extension de l’autorisation de mise sur le marché de l’ADCETRIS (brentuximab védotine) et recommandé son approbation en combinaison avec de l’AVD chez les patients adultes atteints d’un lymphome hodgkinien en phase IV CD30+ non précédemment traité.

ASIT biotech finalise l’industrialisation du procédé de fabrication de lots cliniques de son produit candidat hdm-ASIT+™

Publié le 17 décembre 2018
ASIT biotech finalise l’industrialisation du procédé de fabrication de lots cliniques de son produit candidat hdm-ASIT+™

ASIT biotech, société biopharmaceutique belge spécialisée dans la recherche et le développement de produits d’immunothérapie innovants pour le traitement des allergies, a annoncé la finalisation de l’industrialisation du procédé de fabrication de lots cliniques de son produit candidat hdm-ASIT+™. Ceux-ci seront utilisés lors des premiers essais cliniques de phase I/II pour le traitement de patients allergiques aux acariens.

Median Technologies : le Dr. Nozha Boujemaa nommée Directrice Scientifique et de l’Innovation

Publié le 14 décembre 2018
Median Technologies : le Dr. Nozha Boujemaa nommée Directrice Scientifique et de l’Innovation

Median Technologies a annoncé la nomination du Dr. Nozha Boujemaa comme Directrice Scientifique et de l’Innovation (Chief Science and Innovation Officer). Nozha Boujemaa supervisera la vision scientifique de Median ainsi que l’ensemble des stratégies d’innovation et de développement pour la plateforme d’imagerie phénomique iBiopsy®.

Sensorion : l’étude de phase 2a avec Séliforant atteint son critère principal de tolérance

Publié le 14 décembre 2018
Sensorion : l’étude de phase 2a avec Séliforant atteint son critère principal de tolérance

Sensorion, société biopharmaceutique qui développe des thérapies innovantes pour les pathologies de l’oreille interne telles que les surdités, les acouphènes et les vertiges, a annoncé que les résultats de l’étude de phase 2a SENS-111-202 a satisfait à son critère principal de tolérance de manière statistiquement significative. L’étude confirme le postulat de départ selon lequel le candidat médicament Séliforant (SENS-111) n’affecte ni la vigilance, ni les fonctions cognitives des patients soumis à une stimulation rotatoire.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions