Edition du 26-03-2019

Accueil » Cancer » Et aussi » Médecine » Recherche

Biosynthèse de molécules d’intérêt pharmaceutique : réaction inédite chez les bactéries

Publié le lundi 15 octobre 2012

Des chercheurs de l’Inra, en collaboration avec le Max Planck institut d’Heidelberg et l’Université suédoise des sciences agricoles d’Uppsala, ont découvert un nouveau mécanisme pour une réaction clé dans la voie de biosynthèse d’une molécule d’intérêt, le Thiostrepton A. Connu comme antibiotique particulièrement efficace contre des bactéries multi-résistantes, il a récemment été décrit comme un agent anti-cancéreux potentiel contre le cancer du sein.

Les résultats publiés dans la version en ligne de Nature Chemical Biology le 14 octobre 2012, révèlent l’existence d’un nouveau type de réaction enzymatique chez les bactéries ouvrant ainsi des perspectives prometteuses pour la synthèse de molécules d’intérêt pharmaceutique.

Le Thiostrepton A est un antibiotique naturel actif contre un large panel de bactéries multi-résistantes, comme le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus). Certaines études mettent en évidence son action potentielle contre le paludisme, mais les perspectives les plus prometteuses se situent dans la lutte contre le cancer. En effet, le Thiostrepton A cible un gène dit « proto-oncogène » et inhibe son expression ce qui a pour conséquence de stopper le cycle cellulaire et donc la prolifération de cellules cancéreuses, et ce plus particulièrement dans le cas du cancer du sein.

Si le Thiostrepton A et son action antibiotique sont connus depuis 50 ans, les gènes impliqués dans sa biosynthèse ont été décrits seulement en 2009. Cette molécule est produite naturellement par des bactéries du genre Streptomyces à partir de deux éléments de base, un peptide et l’acide aminé tryptophane (Trp). Pour parvenir au Thiostrepton A, ces deux éléments doivent subir une cascade de modifications impliquant une vingtaine d’enzymes dont les fonctions sont pour la plupart inconnues.

Les chercheurs de l’Inra se sont intéressés au mécanisme d’action d’une de ces enzymes appartenant à la famille des « méthyl-transférases » et impliquée dans une étape précoce et cruciale de la voie de biosynthèse du Thiostrepton A. Cette étape consiste à greffer un groupe méthyle (CH3) sur l’acide aminé tryptophane. Dans leur étude, les chercheurs de l’Inra ont non seulement identifié l’enzyme responsable du transfert de ce groupement méthyle sur le tryptophane (appelée TsrM), mais ils ont également montré que cette réaction se produisait grâce à un mécanisme enzymatique totalement inconnu jusqu’à présent.

Cette réaction de transfert est particulièrement difficile à effectuer puisqu’il s’agit de remplacer par un groupe méthyle l’atome d’hydrogène cible présent sur le tryptophane. Il faut donc rompre la liaison de cet atome d’hydrogène avec un atome de carbone, mais cette liaison avec la partie cyclique de la molécule de tryptophane est très stable, car elle est renforcée par une double liaison voisine.

Pour effectuer ce transfert, les chercheurs ont montré que l’enzyme était assistée non pas par un seul co-facteur comme c’est généralement le cas dans une réaction opérée par cette famille d’enzymes, mais par deux co-facteurs. Le groupe méthyle au lieu d’être transféré directement sur le tryptophane est dans un premier temps ajouté sur un autre co-facteur, vraisemblablement pour permettre son activation. Il peut alors ensuite remplacer l’atome d’hydrogène cible sur le tryptophane.

Les scientifiques ont ainsi pu établir la fonction exacte de cette enzyme, ce qui va permettre de réaliser des études pour améliorer les propriétés de cet anti-cancéreux et pour produire de nouvelles molécules d’intérêt pharmaceutique. Ces travaux ont également montré que l’enzyme impliquée fonctionne selon un mécanisme tout à fait nouveau en enzymologie et opposé aux prédictions faites jusque-là. Or, cette architecture enzymatique étant largement répandue, cette étude éclaire la fonction d’un grand nombre d’enzymes, notamment parmi celles qui sont codées par le métagénome intestinal, c’est-à-dire par les gènes des bactéries de notre système digestif, et dont on ignore encore le rôle.

Référence

Stéphane Pierre, Alain Guillot, Alhosna Benjdia, Corine Sandström, Philippe Langella, Olivier Berteau. Thiostrepton tryptophan methyltransferase expands the chemistry of radical SAM enzymes. Nature Chemical Biology, 14 octobre 2012, DOI : 10.1038/NChemBio.1091

Source : INRA








MyPharma Editions

Maladies neurologiques : l’AFM-Téléthon reçoit le prix « Pioneer in Technology Development »

Publié le 26 mars 2019
Maladies neurologiques : l'AFM-Téléthon reçoit le prix « Pioneer in Technology Development »

L’AFM-Téléthon, association de malades et parents de malades engagée dans le combat contre la maladie depuis 60 ans, a reçu, samedi 16 mars à Los Angeles, dans le cadre du congrès mondial de la Society for Brain Mapping and Therapeutics, le prix « Pioneer in Technology Development » pour son action dans la recherche et le développement de thérapies innovantes contre les maladies rares.

Stratégie nationale de santé : un tableau de bord pour mesurer les résultats

Publié le 26 mars 2019
Stratégie nationale de santé : un tableau de bord pour mesurer les résultats

Les équipes de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) ont développé une application permettant de visualiser l’évolution des 20 indicateurs de résultats et d’impact retenus avant le déploiement de la Stratégie nationale de santé 2018-2022.

Maladies neurodégénératives : Vect-Horus signe un accord de collaboration et de licence avec Ono Pharmaceutical

Publié le 26 mars 2019
Maladies neurodégénératives : Vect-Horus signe un accord de collaboration et de licence avec Ono Pharmaceutical

La société française Vect-Horus a annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de collaboration et de licence avec le japonais Ono Pharmaceutical portant sur le développement de nouvelles molécules contre les maladies neurodégénératives.

Nanobiotix annonce son plan d’enregistrement clinique dans les cancers de la Tête et du Cou avec NBTXR3 aux Etats-Unis

Publié le 26 mars 2019
Nanobiotix annonce son plan d’enregistrement clinique dans les cancers de la Tête et du Cou avec NBTXR3 aux Etats-Unis

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé aujourd’hui la clarification de sa procédure d’autorisation réglementaire dans le traitement des cancers de la Tête et du Cou avec NBTXR3, radioenhancer premier de sa classe. Cette annonce fait suite aux commentaires de la FDA (pre-IND) reçus le 18 mars 2019.

Transgene et BioInvent vont co-développer des virus oncolytiques multifonctionnels pour le traitement des tumeurs solides

Publié le 26 mars 2019
Transgene et BioInvent vont co-développer des virus oncolytiques multifonctionnels pour le traitement des tumeurs solides

Transgene et BioInvent, une société de biotechnologie suédoise dédiée à la découverte et au développement d’anticorps immunorégulateurs innovants contre le cancer, ont annoncé l’extension de leur collaboration pour co-développer des virus oncolytiques multifonctionnels, codant pour des séquences d’anticorps non dévoilées, capables de traiter une grande diversité de tumeurs solides.

LXRepair lauréat du Concours d’Innovation pour sa plateforme industrielle de kits diagnostiques

Publié le 25 mars 2019
LXRepair lauréat du Concours d’Innovation pour sa plateforme industrielle de kits diagnostiques

LXRepair qui développe une plateforme de tests uniques pour caractériser en temps réel les mécanismes de réparation de l’ADN pour prédire la réponse des patients aux traitements anticancéreux est lauréat du Concours d’Innovation (Programme d’Investissements d’Avenir, opéré par Bpifrance) pour son projet ZYMONCO.

Les remboursements de soins du régime général en hausse de 2,1% sur les douze derniers mois

Publié le 25 mars 2019
Les remboursements de soins du régime général en hausse de 2,1% sur les douze derniers mois

Selon le dernier point mensuel de l’Assurance maladie, les dépenses de soins de ville ont augmenté de 0,8% en février 2019 par rapport au mois de février 2018. L’évolution est de 2,1 % sur les douze derniers mois. Au global, les remboursements de médicaments (rétrocession incluse) évoluent de 0,5% (0,3% sur douze mois).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions